Communauté de communes de la Châtaigneraie Cantalienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Communauté de communes de la Châtaigneraie Cantalienne
Image illustrative de l'article Communauté de communes de la Châtaigneraie Cantalienne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Forme Communauté de communes
Siège Saint-Mamet-la-Salvetat
Communes 51
Président Michel Teyssedou
Date de création 1er janvier 2017
Code SIREN 200 066 678
Démographie
Population 21 434 hab. (2014)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Superficie 1 060,82 km2
Liens
Fiche Banatic Données en ligne

La communauté de communes de la Châtaigneraie Cantalienne est, à partir du une communauté de communes française, située dans le département du Cantal et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Historique[modifier | modifier le code]

Elle est créée le par la fusion des communautés de communes de Cère et Rance en Châtaigneraie, d'Entre 2 Lacs, des Pays de Maurs et de Montsalvy[1]. Son siège est fixé à Saint-Mamet-la-Salvetat.

Le , la Commission départementale de coopération intercommunale du Cantal, réunie pour examiner le schéma départemental de coopération intercommunale avait élaboré ce projet de fusion[2]. Les communes et communautés de communes concernées ont validé ce projet (voir annexe 1 de l'arrêté de création[1]).

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est située dans la partie sud-ouest du Cantal.

Composition[modifier | modifier le code]

Elle regroupe les 51 communes suivantes[1] :

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Mamet-la-Salvetat
(siège)
15196 Mametois 51,49 1 544 (2014) 30
Arnac 15011 Arnacois 20,15 150 (2014) 7,4
Boisset 15021 Boissetous 37,73 613 (2014) 16
Calvinet 15027 Calvinétois 13,73 518 (2014) 38
Cassaniouze 15029 35,84 534 (2014) 15
Cayrols 15030 Cayrolais 9,22 287 (2014) 31
Cros-de-Montvert 15057 29,28 200 (2014) 6,8
Glénat 15076 Glénatois 24,27 185 (2014) 7,6
Junhac 15082 Junhacois 27,71 327 (2014) 12
Labesserette 15084 Labesserettois 13,64 291 (2014) 21
Lacapelle-del-Fraisse 15087 15,29 332 (2014) 22
Ladinhac 15089 Ladinhacois 26,72 499 (2014) 19
Lafeuillade-en-Vézie 15090 16,54 583 (2014) 35
Lapeyrugue 15093 Peyruguiens 8,47 111 (2014) 13
Laroquebrou 15094 Roquais 17,15 859 (2014) 50
Leucamp 15103 Leucampois 13,50 235 (2014) 17
Leynhac 15104 Leynhacois 27,68 358 (2014) 13
Marcolès 15117 Marcolésiens 52,89 583 (2014) 11
Maurs 15122 Maursois 30,84 2 170 (2014) 70
Montmurat 15133 5,07 130 (2014) 26
Montsalvy 15134 Montsalvyens 20,29 882 (2014) 43
Montvert 15135 11,37 117 (2014) 10
Mourjou 15136 Morjovices ou Mourjouvistes 29,99 330 (2014) 11
Nieudan 15143 12,40 110 (2014) 8,9
Omps 15144 12,62 354 (2014) 28
Parlan 15147 Parlanais 24,12 396 (2014) 16
Prunet 15156 27,34 638 (2014) 23
Quézac 15157 Quézacais 16,43 305 (2014) 19
Roannes-Saint-Mary 15163 36,29 1 057 (2014) 29
Le Rouget-Pers 15268 24,28 1 275 (2014) 53
Rouffiac 15165 Rouffiacois 23,12 208 (2014) 9
Roumégoux 15166 Roumegouzols 13,29 309 (2014) 23
Rouziers 15167 8,61 124 (2014) 14
Saint-Antoine 15172 Saint-Antonins 7,22 113 (2014) 16
Saint-Constant-Fournoulès 15172 28,98 627 (2014) 22
Saint-Étienne-Cantalès 15182 11,21 136 (2014) 12
Saint-Étienne-de-Maurs 15184 17,27 784 (2014) 45
Saint-Gérons 15189 16,68 225 (2014) 13
Saint-Julien-de-Toursac 15194 9,44 125 (2014) 13
Saint-Santin-Cantalès 15211 34,28 311 (2014) 9,1
Saint-Santin-de-Maurs 15212 14,52 372 (2014) 26
Saint-Saury 15214 30,11 196 (2014) 6,5
Saint-Victor 15217 13,53 114 (2014) 8,4
Sansac-Veinazès 15222 12,56 222 (2014) 18
La Ségalassière 15224 Papillons 6,57 120 (2014) 18
Sénezergues 15226 17,61 194 (2014) 11
Siran 15228 Siranais 50,88 491 (2014) 9,7
Teissières-lès-Bouliès 15234 Teissierois 19,51 318 (2014) 16
Le Trioulou 15242 5,87 105 (2014) 18
Vieillevie 15260 9,65 110 (2014) 11
Vitrac 15264 Vitraires 17,88 257 (2014) 14

Démographie[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Son siège est fixé à Saint-Mamet-la-Salvetat[1].

Les élus[modifier | modifier le code]

Le conseil communautaire de la communauté de communes de la Châtaigneraie Cantalienne se compose de 70 membres[3] représentant chacune des communes membres et élus pour une durée de six ans.

Ils sont répartis comme suit[3] :

Nombre de délégués Communes
1
(+ 1 suppléant)
Arnac, Boisset, Calvinet, Cassaniouze, Cayrols, Cros-de-Montvert, Glénat, Junhac, Labesserette,
Lacapelle-del-Fraisse, Ladinhac, Lafeuillade-en-Vézie, Lapeyrugue, Leucamp, Leynhac, Marcolès,
Montmurat, Montvert, Mourjou, Nieudan, Omps, Parlan, Quézac, Rouffiac, Roumégoux, Rouziers,
Saint-Antoine, Saint-Gérons, Saint-Julien-de-Toursac, Saint-Santin-Cantalès, Saint-Santin-de-Maurs,
Saint-Saury, Saint-Victor, Sansac-Veinazès, La Ségalassière, Sénezergues, Siran, Teissières-lès-Bouliès,
Le Trioulou, Vieillevie, Vitrac
2 Laroquebrou, Montsalvy, Prunet, Saint-Constant-Fournoulès, Saint-Étienne-de-Maurs
3 Roannes-Saint-Mary
4 Le Rouget-Pers
5 Saint-Mamet-la-Salvetat
6 Maurs

Présidence[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2017 en cours Michel Teyssedou[4]   maire de Parlan

Compétences[modifier | modifier le code]

Compétences obligatoires[modifier | modifier le code]

La communauté de communes exerce, dès sa création, l'ensemble des compétences obligatoires prévues par la loi.

Compétences optionnelles et facultatives[modifier | modifier le code]

La nouvelle communauté de communes exerce l'ensemble des compétences optionnelles et facultatives qu'excerçaient les communautés de communes fondatrices. La liste de ces compétences figure dans l'annexe 2 de l'arrêté de création[5]. Elles devront être harmonisées dans le délai d'un an pour les compétences optionnelles et de deux ans pour les compétences facultatives.

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

Le régime fiscal de la communauté de communes est la fiscalité professionnelle unique (FPU)[5].

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Arrêté n° 2016 - 1100 du 3 octobre 2016 », sur Préfecture du Cantal - Recueil des actes administratifs - p 150-161, publié le 14 octobre 2016 (consulté le 21 octobre 2016).
  2. Schéma de coopération intercommunale du Cantal
  3. a et b « Arrêté n° 2016 - 1478 du 16 décembre 2016 », sur Préfecture du Cantal - Recueil des actes administratifs - p 13-14, publié le 22 décembre 2016 (consulté le 23 décembre 2016).
  4. Intercommunalité : Michel Teyssedou à la cime de la Châtaigneraie, sur La Montagne.fr (consulté le 28 janvier 2017).
  5. a et b « Arrêté n° 2016 - 1476 du 16 décembre 2016 », sur Préfecture du Cantal - Recueil des actes administratifs - p 35-42, publié le 22 décembre 2016 (consulté le 23 décembre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]