Omps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Omps
Omps
Le bourg d'Omps.
Blason de Omps
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Aurillac
Canton Saint-Paul-des-Landes
Intercommunalité CC de la Châtaigneraie Cantalienne
Maire
Mandat
Henri Hostains
2014-2020
Code postal 15290
Code commune 15144
Démographie
Population
municipale
349 hab. (2016 en augmentation de 10,79 % par rapport à 2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 52′ 44″ nord, 2° 16′ 37″ est
Altitude Min. 517 m
Max. 723 m
Superficie 12,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Omps

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Omps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Omps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Omps

Omps est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes. C'est de ce village que provient le nom de famille Domps.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le bourg d'Omps.

Dans le quart sud-ouest du département du Cantal, la commune d'Omps s'étend sur 12,62 km2. Bordée à l'ouest par le ruisseau d'Angles, un affluent de la Cère, elle fait partie de l'aire urbaine d'Aurillac[1].

L'altitude minimale, 512 ou 517 mètres[Note 1], se trouve à l'extrême nord-ouest, au niveau du lac de Saint-Étienne-Cantalès, là où le ruisseau d'Angles quitte la commune et entre sur celle de Pers. L'altitude maximale avec 723 mètres est localisée à l'extrême sud-est, en limite de la commune de Saint-Mamet-la-Salvetat, au sud du lieu-dit le Buisson.

Le bourg d'Omps, établi à l'intersection des routes départementales (RD) 32 et 66, se situe, en distances orthodromiques, quatorze kilomètres à l'ouest-sud-ouest d'Aurillac.

Le territoire communal est également desservi au nord-ouest par la RD 861 et brièvement au sud-est par la route nationale 122.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Seules trois communes entourent Omps : Le Rouget au sud-ouest, Pers à l'ouest, au nord-ouest et au nord, et Saint-Mamet-la-Salvetat du nord-est au sud.

Communes limitrophes d’Omps
Pers
Omps
Le Rouget Saint-Mamet-la-Salvetat

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, plusieurs sabotiers d'Omps, nombreux sur la commune compte tenu de l'abondance de la couverture boisée, ont émigré vers la Bretagne, où ils ont fait souche. Parmi eux, des Esquirou, Mazer, Vaurs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
avant 1978   Firmin Bédoussac PS Agriculteur
Député, conseiller général
mars 2001 mars 2008 Gisèle Sol    
mars 2008 En cours Henri Hostains[2] DVD Retraité Fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 349 habitants[Note 2], en augmentation de 10,79 % par rapport à 2011 (Cantal : -1,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
480442458476525534476497490
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
469493456464444518471505509
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
501505510414425410408386312
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
286275248246223275296299302
2013 2016 - - - - - - -
346349-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Julien a deux objets classés au titre des monuments historiques en 1993 : une cloche datée de 1605[7], et une pietà polychrome du XVIe siècle[8].

Le château de La Plaze, du XVIIIe siècle, est inscrit au titre des monuments historiques depuis 2002[9].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Omps 15.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : Parti : au 1) d’or à la bordure denchée de sinople, au 2) de sinople à la bordure denché d’or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux données contradictoires selon le Géoportail : 512 mètres sur la carte et 517 pour la boîte « Communes ».
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 d'Aurillac », Insee (consulté le 5 octobre 2015)
  2. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 19 juillet 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Cloche », notice no PM15000307, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 4 octobre 2015.
  8. « Groupe sculpté : Vierge de Pitié », notice no PM15000306, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 4 octobre 2015.
  9. « Château de La Plaze », notice no PA00093568, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 4 octobre 2015.