Cette page est proposée comme bon article. Cliquez pour voter.

La Planète des singes (franchise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Planète des singes (homonymie).
La Planète des singes
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du premier film.
Univers de fiction
Genre(s) Science-fiction
Auteur(s) Pierre Boulle
Année de création 1963
Pays d’origine France
Langue d’origine Français
Support d’origine Roman
Thème(s) Guerre froide
Racisme
Droits des animaux
Autre(s) support(s) Cinéma
Bande dessinée
Dessin animé
Jeu vidéo
et figurines

La Planète des singes (Planet of the Apes) est une franchise multimédia de science-fiction composée de films, de livres, de séries télévisées et de bandes dessinées qui présente des humains et des singes intelligents qui s’affrontent pour dominer la Terre. La franchise est basée sur le roman La Planète des singes écrit en 1963 par le français Pierre Boulle et traduit en anglais la même année sous le titre Planet of the Apes aux États-Unis et en 1964 sous le titre Monkey Planet au Royaume-Uni. Son adaptation cinématographique de 1968, La planète des singes est un succès critique et commercial qui engendre des suites et des produits dérivés. Arthur P. Jacobs produit les cinq premiers films par le biais de sa société de production APJAC pour le studio 20th Century Fox. Après sa mort en 1973, la Fox prend le contrôle de la franchise.

Quatre films suivent le film original de 1970 à 1973 : Le Secret de la planète des singes, Les Évadés de la planète des singes, La Conquête de la planète des singes et La Bataille de la planète des singes. Même s'ils ne remportent pas la même adhésion que le premier film, ils sont également des succès commerciaux qui poussent la Fox à lancer deux séries télévisées dérivées en 1974 et 1975. Le studio de production pense dès 1988 à refaire un nouveau film mais ne parvient pas à concrétiser le projet avant 2001 avec la sortie du film La Planète des singes de Tim Burton. Une nouvelle série de films voit ensuite le jour en 2011 avec La Planète des singes : Les Origines puis La Planète des singes : L'Affrontement en 2014 et La Planète des singes : Suprématie en 2017.

L'ensemble des films totalise plus de deux milliards de dollars américains au box-office mondial, pour un budget estimé à moins de six cent millions de dollars. En plus des films et des séries, la franchise se développe à travers des jeux vidéo, des jouets et bandes dessinées.

La Planète des singes retient notamment l'attention des critiques de cinéma pour avoir abordé le racisme. Des analyses mettent également en valeur son traitement des thèmes de la guerre froide et des droits des animaux. De par son succès, la franchise a eu une influence sur la culture populaire de la seconde moitié du XXe siècle.

Origine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Planète des singes.
La tête d'un gorille souriant.
Un gorille du zoo de San Diego (2005), semblant sourire.

La série naît en 1963 avec la rédaction de La Planète des singes, un roman du français Pierre Boulle, auteur du Pont de la rivière Kwaï (1952)[1]. L'idée lui est venue lors d'une visite au zoo, en observant les gorilles qui l'impressionnent par leur « expressions quasi-humaines »[1]. Boulle écrit le roman en six mois[1]. Il est fortement influencé par les récits de voyages fantastiques des XVIIIe et XIXe siècles, notamment le roman satirique Les Voyages de Gulliver (1726) de Jonathan Swift[1].

Le roman est une satire qui suit le journaliste français Ulysse Mérou, qui participe à une expédition sur une planète lointaine où des humains muets et primitifs sont chassés et réduits en esclavage par des grands singes évolués[1]. Les singes sont répartis en trois classes : les gorilles qui sont policiers ou militaires, les chimpanzés qui sont des scientifiques et les orangs-outans des politiciens[1]. Finalement, Mérou découvre que les humains ont naguère dominé la planète jusqu'à ce qu'ils soient renversés par les singes[1]. La morale du roman est de montrer que l'intelligence humaine peut s'atrophier si elle n'est pas entretenue[1],[2]. Boulle considère le roman comme l'une de ses œuvres mineures, bien que ce soit un succès commercial[1]. L'auteur britannique Xan Fielding le traduit en anglais[1]. Il est publié sous le titre Planet of the Apes aux États-Unis et sous le titre Monkey Planet au Royaume-Uni[1].

Première série de films[modifier | modifier le code]

C'est Alain Bernheim, l'agent littéraire de Boulle, qui présente le roman au producteur de cinéma américain Arthur P. Jacobs alors que celui-ci se trouve à Paris pour rechercher des scénarios à produire par APJAC[n 1], sa toute nouvelle société[3]. Bernheim propose en premier lieu un roman de Françoise Sagan, mais Jacobs le refuse[3]. Mais, comme Jacobs précise à l'agent « J'aurais aimé que King Kong n'ait pas été produit pour pouvoir le faire », Bernheim évoque La Planète des singes, sans s’attendre à ce qu’il soit réellement intéressé[3]. Cependant, l'histoire intrigue Jacobs, qui achète immédiatement les droits d'adaptation pour le cinéma[3].

Le film La Planète des singes de 1968[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu les droits du roman, Jacobs passe plus de trois ans à essayer de convaincre des réalisateurs de s'occuper du projet[4],[5]. Il embauche aussi plusieurs artistes pour créer des dessins préparatoires et le scénariste Rod Serling, créateur de la série télévisée La Quatrième Dimension (1959-1964)[4],[5]. Le scénario de Serling s'éloigne du roman de Boulle en introduisant le thème de la guerre froide, notamment à la fin, où il révèle que la planète des singes est en fait la Terre du futur que l'homme a ravagé avec une guerre nucléaire[6]. Le coût de la production est alors estimé à dix millions de dollars ce qui semble trop risqué pour les studios d'Hollywood ou des financeurs européens[4]. Jacobs et son associé Mort Abrahams finissent cependant par persuader Charlton Heston d'endosser le rôle principal[4]. Heston leur recommande alors le réalisateur Franklin J. Schaffner[4]. Ces deux derniers enregistrent ensuite des bouts d'essai qui parviennent à convaincre la 20th Century Fox que le film peut être un succès[4].

La Fox insiste cependant pour que le budget soit revu à la baisse[7]. Les producteurs engagent donc l'écrivain Michael Wilson, qui a précédemment adapté pour le cinéma le roman de Pierre Boulle Le Pont de la rivière Kwaï (1952), pour réécrire le scénario de Serling[8],[9]. Pour faire des économies en effets spéciaux, Wilson décrit une société simienne plus primitive que celle du roman[9],[10]. La nouvelle version du scénario change une grande partie de l'intrigue et des dialogues mais conserve le thème de la guerre froide et la fin de Serling[10],[11]. Pour réaliser les maquillages nécessaires au film, les producteurs engagent ensuite John Chambers, qui a notamment travaillé sur la série Les Monstres (1964-1968)[12].

Un homme en costume noir

Heston interprète l'astronaute George Taylor qui s'écrase sur une planète étrange où des singes intelligents dominent des humains primitifs muets[13]. Kim Hunter et Roddy McDowall jouent les chimpanzés bienveillants Zira et Cornelius et Linda Harrison interprète la belle humaine Nova, dont Taylor tombe amoureux[13]. Maurice Evans joue le méchant orang-outan Zaius[13]. La fin du film, où Taylor, tombant sur les restes de la statue de la Liberté, découvre qu'il est retourné sur Terre, est devenue au fil du temps une scène culte et l'un des moments les plus emblématiques du cinéma de science-fiction[14]. La Planète des singes sort le 8 février 1968 et devient un succès critique et public. Il est également l'un des plus gros succès du box-office pour l'Amérique du Nord avec des recettes estimées à trente-deux million de dollars pour un budget inférieur à six millions[15],[16]. John Chambers reçoit un Oscar d'honneur lors de la 41e cérémonie des Oscars pour ses maquillages[12]. La musique de Jerry Goldsmith et les costumes de Morton Haack sont également nominés aux Oscars[17]. La Fox demande alors à Jacobs et Abrahams de tourner une suite bien qu'ils n'en aient pas envisagée une au départ[15].

Le Secret de la planète des singes[modifier | modifier le code]

La préproduction d'une suite intitulée Le Secret de la planète des singes débute deux mois après la sortie du premier film. Jacobs et Abrahams demandent d'abord des idées à Serling et Boulle mais ne sont pas convaincus[18]. Finalement, fin 1968, les producteurs engagent Paul Dehn pour écrire le scénario[19],[20]. Charlton Heston accepte de revenir mais seulement pour quelques scènes et à la condition que son personnage meurt et que son salaire soit donné à une œuvre caritative[21]. Dehn est donc obligé de réécrire le scénario pour le centrer sur un nouveau personnage, Brent, interprété par James Franciscus[22]. Shaffner étant indisponible, en raison de son travail sur Patton (1970), les producteurs engagent, en janvier 1969, Ted Post comme réalisateur[20]. Celui-ci a du mal à porter à l'écran le scénario car la Fox ne lui alloue qu'un budget de trois millions de dollars[23].

L'histoire suit le personnage interprété par Franciscus, un astronaute parti à la recherche de Taylor qui se retrouve à son tour sur la Terre futuriste dominée par les singes[24]. Après avoir rencontré les singes du premier film, Brent découvre que Taylor est retenu prisonnier par des humains mutants qui vénèrent une ancienne bombe nucléaire. Kim Hunter, Maurice Evans et Linda Harrison reprennent leur rôle de Zira, Zaius et Nova[24]. Roddy McDowall n'étant pas disponible, il est remplacé dans le rôle de Cornelius par David Watson[25]. James Gregory interprète le général gorille Ursus tandis que Paul Richards joue Mendez, le chef des mutants[24]. Le film sort le [24]. Contrairement à son prédécesseur, Le Secret de la planète des singes est mal accueilli par la critique et est considéré comme l'un des pires films de la saga avec La Bataille de la planète des singes[23]. Malgré cela, le film est un succès au box-office. Cela pousse la Fox à commander à Jacobs une autre suite même si la conclusion du film montre une destruction nucléaire de la planète[26],[27].

Les Évadés de la planète des singes[modifier | modifier le code]

Un homme avec un noeud papillon et un costume noir

Suite au succès commercial du Secret de la planète des singes, Arthur P. Jacobs envoie un bref télégramme à Paul Dehn pour lui demander un nouveau scénario : « Les singes existent, il faut une suite »[27]. Dehn commence alors à travailler sur ce qui deviendra Les Évadés de la planète des singes[27]. Les producteurs recrutent un nouveau réalisateur en la personne de Don Taylor[27]. La Fox accorde cependant un budget réduit à 2,5 millions de dollars, ce qui oblige un calendrier de production très serré[28].

Pour réduire le budget et contourner la fin apparemment définitive du Secret de la planète des singes, le film donne une nouvelle direction à la série en se concentrant sur Zira (Kim Hunter) et Cornelius (Roddy McDowall de retour dans le rôle)[23]. Les deux chimpanzés reviennent donc seuls à l'époque contemporaine ce qui réduit considérablement le coût du maquillage et de la décoration[23]. Dans le film, Zira et Cornelius sont d'abord acceptés par la société américaine[29]. Cependant les craintes que leur enfant à naître puisse être plus intelligent que les humains et la crainte d'être dominés par des singes évolués pousse les dirigeants américains à les faire éliminer[29]. La femme de Jacobs, Natalie Trundy interprète le docteur Stephanie Branton[29]. Bradford Dillman joue le docteur Lewis Dixon, Ricardo Montalbán est Armando et Eric Braeden tient le rôle de l'antagoniste Otto Hasslein, le conseiller scientifique du président des États-Unis[30].

Les Évadés de la planète des singes traite du racisme, un thème qui deviendra le plus important du reste de la saga[31]. Le film sort le , moins d’un an après du Secret de la planète des singes[32]. Il est bien accueilli par les critiques[32]. Le rédacteur en chef du magazine Cinefantastique, Frederick S. Clarke, écrit que la série naissante possède tout le potentiel pour « être la première épopée de science-fiction du cinéma »[33]. La Fox commande donc une troisième suite[32].

La Conquête de la planète des singes[modifier | modifier le code]

Le succès des Évadés de la planète des singes pousse la Fox à produire une suite mais avec le budget relativement modeste de 1,7 million de dollars[32]. Paul Dehn revient en tant que scénariste tandis que le producteur Arthur P. Jacobs engage J. Lee Thompson comme réalisateur[34]. Celui-ci avait été approché par Jacobs pour les précédents films mais n'avait pas pu se rendre disponible[34]. Pour La Conquête de la planète des singes, Thompson et Dehn se focalisent sur le thème des conflits raciaux[34]. Dehn assimile les singes aux Afro-Américains et s'inspire des émeutes de Watts de 1965 et d'autres événements du Mouvement des droits civiques[34]. Roddy McDowall revient dans le rôle de César, le fils de son personnage précédent, Cornelius[35]. Ricardo Montalban est également de retour dans le rôle d'Armando, tandis que Don Murray joue le rôle du gouverneur Breck ; Severn Darden interprète Kolp et Hari Rhodes endosse le rôle de MacDonald[30].

La Conquête de la planète des singes se situe dans un futur proche où les humains se servent des singes comme esclaves. César brise les chaines de la servitude et déclenche une rébellion contre la tyrannie humaine[30]. Le film sort le 30 juin 1972[30]. Les critiques sont mitigées mais le public est toujours au rendez-vous. La Fox commande alors un autre film[36].

La Bataille de la planète des singes[modifier | modifier le code]

La Fox lance La Bataille de la planète des singes avec le budget le plus bas de la série : 1,2 million de dollars[37]. Les producteurs débutent donc le projet en sachant que ce sera le dernier film de la série[38]. J. Lee Thompson revient en tant que réalisateur et Paul Dehn retourne au scénario. Cependant une maladie oblige ce dernier à quitter le projet avant d'avoir terminé son travail. Les producteurs engagent donc John William Corrington et Joyce Hooper Corrington pour finaliser le scénario[39],[40]. La Bataille de la planète des singes comme La Conquête de la planète des singes se concentre sur les conflits raciaux mais les Corrington remplacent l'histoire pessimiste de Dehn par un discours plus optimiste, bien qu'ambigu[41].

Le film présente César, dirigeant du mieux qu'il peut une communauté de singes et d'humains alors qu'une guerre dévastatrice a ravagé une grande partie de la planète. Il lutte à la fois contre des humains mutants et contre une tentative de coup d'État[42]. Roddy McDowall reprend le rôle de César et Severn Darden celui de Kolp. Paul Williams joue l'orang-outan Virgil, Austin Stoker joue MacDonald (le frère du personnage nommé MacDonald dans le précédent film) et Claude Akins joue le machiavélique général gorille Aldo. John Huston prête sa voix au narrateur de l'histoire, le législateur orang-outan[42]. Le film sort le 2 mai 1973. Il génère des bénéfices supérieurs à son coût de production, mais est sévèrement jugé par les critiques qui le considèrent comme le moins bon de la série[43].

Les critiques interprètent de différentes manières le message du film et son impact sur la série[44]. Les images ambiguës de la fin ont particulièrement été analysées. Le spectateur découvre en effet que, plus de sept-cents ans après les événements principaux, le narrateur raconte à des enfants singes et humains l’histoire de César devant une statue représentant ce dernier en larmes[44]. Selon certaines interprétations, la statue pleure des larmes de joie parce que les deux espèces vivent enfin en harmonie. Cela donne alors une fin optimiste. Selon d'autre, la statue pleure parce que le conflit racial existe toujours, ce qui implique que l'avenir dystopique du premier film est inévitable[44].

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

La série La Planète des singes[modifier | modifier le code]

Trois hommes dont l'un déguisé en singe.
Photo de tournage de la série avec James Naughton, Ron Harper et Roddy McDowall.

Outre leur rentabilité au box-office, les films remportent des succès d'audience lors de leurs passages à la télévision. Pour capitaliser sur ce succès, Arthur P. Jacobs prévoit une série télévisée[45]. L'idée lui en était venue dès 1971, lors de la production de La Conquête de la planète des singes, mais il l'avait mise de côté lorsque la Fox lui avait commandé un cinquième film[45]. Jacobs décède le 27 juin 1973, ce qui met fin à la mainmise d'APJAC Productions sur la franchise La Planète des singes[45]. La Fox nomme alors Stan Hough, l'un de ses anciens dirigeants, comme producteur de la série télévisée[45]. La chaîne CBS programme alors la série pour l'automne 1974[45].

Ron Harper et James Naughton interprètent Alan Virdon et Peter Burke, deux astronautes américains qui traversent une faille temporelle vers un futur où les singes dominent les humains. Ces derniers peuvent parler, contrairement au film original[46]. Roddy McDowall revient dans la franchise dans le rôle Galen, un chimpanzé qui aide les astronautes. Booth Colman interprète le conseiller orang-outan Zaius et Mark Lenard joue le général gorille Urko[46]. Les épisodes suivent Virdon, Burke et Galen qui cherchent un moyen de rentrer chez eux tout en aidant les humains et les singes opprimés à combattre la cruauté des autorités[46]. Le premier épisode est diffusé le vendredi 13 septembre 1974 de vingt à vingt-et-une heure sur CBS[47],[48],[49]. Malheureusement la série ne rencontre pas son public. Les producteurs pensent que ce désamour provient des récits répétitifs et du peu de temps à l’écran des singes[47],[48],[49]. Au vu du coût de production considérable, CBS annule donc la série après seulement quatorze épisodes, dont le dernier est diffusé le 20 décembre 1974[47],[48],[49].

En 1981, la Fox transforme dix des épisodes en cinq téléfilms[50]. Chaque téléfilm combine deux épisodes avec des segments d’introduction et de conclusion mettant en scène McDowall dans le rôle de Galen[50]. Ces téléfilms reçoivent ce que le spécialiste Eric Greene appelle « les titres les plus farfelus du corpus des singes » : Le Retour de la planète des singes, La Ville oubliée de la planète des singes, Trahison et cupidité sur la planète des singes, Vie, liberté et poursuite sur la planète des singes et L'Adieu à la planète des singes[50].

Greene trouve que la position chronologique de la série au sein de la saga est intéressante[51]. Se déroulant en 3085, elle se situe environ neuf-cents ans avant l'arrivée de Taylor dans le premier film et quatre-cents ans après le sermon que prononce le législateur à la fin du film La Bataille de la planète des singes[51]. En décrivant un avenir où les singes dominent les humains, elle montre implicitement que la vision égalitariste du législateur a échoué[51]. Cela donne ainsi raison à l'interprétation pessimiste du final du cinquième film[51]. Greene indique également que le thème du racisme est moins présent dans la série que dans les films, malgré la présence des épisodes Le Piège et Libération où le sujet est évoqué[52].

La série d'animation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Return to the Planet of the Apes.

En 1975, à la suite de l'échec de la série télévisée, la chaîne de télévision NBC et la 20th Century Fox concluent un accord pour adapter La Planète des singes en série d'animation pour le samedi matin[53]. C'est la société DePatie-Freleng Enterprises qui est chargée par la chaîne de réaliser les épisodes d'une demi-heure[53]. C'est Doug Wildey, co-créateur de la série Jonny Quest (1964-1965) qui est chargé de produire, diriger et de réaliser la plus grande partie des épisodes[53]. Wildey ne connait alors que les deux premiers films et base ses histoires sur eux[53]. Il néglige ainsi le thème du racisme pour revenir à ceux de la guerre froide et de la guerre du Viêt Nam, thématiques centrales de ces deux films[53].

La série met en scène les astronautes américains Bill Hudson, Jeff Allen et Judy Franklin qui se sont accidentellement écrasés sur une Terre futuriste[54]. Ils découvrent que le monde est alors peuplé par trois groupes bien distincts : des humains muets habitants dans des cavernes, des humains vivants sous terre dans un concept proche des mutants du Secret de la planète des singes et des singes intelligents et civilisés[54]. Au cours de la série, les astronautes s'impliquent de plus en plus dans les affaires de la planète en défendant les humains face à la tyrannie des singes[54]. Des personnages présents dans les films ou dans la série télévisée sont repris pour la série. Il s'agit notamment de Cornelius, de Nova, du général Urko, du docteur Zaius et de Zira[54]. NBC diffuse treize épisodes entre le 6 septembre et le 29 novembre 1975 sans grand succès[55]. La chaîne envisage de produire trois nouveaux épisodes pour conclure la série mais, finalement, renonce à cette idée[55].

Nouvelle adaptation[modifier | modifier le code]

Projets avortés[modifier | modifier le code]

À partir de la fin des années 1980, la Fox initie périodiquement des projets de production pour un nouveau film[56]. En 1988 la société de production charge le jeune réalisateur indépendant de 21 ans Adam Rifkin de développer un nouveau film[56]. Rifkin rédige alors une histoire, suite directe du premier film, mais qui ne prend pas en compte les autres films de la saga[56]. Elle met en scène un descendant du héros du premier film qui mène un soulèvement semblable à celui de Spartacus contre des singes oppresseurs dirigés par le général Izan[56]. Le scénario est, dans un premier temps, validé par la Fox, mais l'arrivée de nouveaux dirigeants met finalement fin à ce projet[56].

Quelques années plus tard, en 1993, le studio engage Oliver Stone comme producteur exécutif et nouveau scénariste avec Terry Hayes[57]. L’histoire qu'il propose évoque une humanité menacée par une maladie inscrite dans son ADN[58]. Deux scientifiques remontent donc dans le temps pour découvrir l'origine de cette information génétique déficiente[58]. Ils découvrent que cette maladie a été créée par des singes intelligents de l'âge de la pierre pour s'assurer la destruction éventuelle de l'humanité si elle venait à se révolter contre eux[58]. Les producteurs engagent l'acteur Arnold Schwarzenegger en mars 1994 pour tenir le rôle-titre puis embauchent Phillip Noyce comme réalisateur en janvier 1995[59]. Cependant le scénariste Terry Hayes entre en conflit avec les producteurs de la Fox qui souhaitent changer son scénario pour en faire une comédie[57]. Le producteur délégué, Dylan Sellers, insiste notamment pour que le scénario inclue une scène mettant en scène des singes jouant au baseball[57]. Les producteurs licencient donc Hayes en février, ce qui entraîne le départ du projet de Stone et de Noyce[57],[59].

Les dirigeants de la Fox engagent alors le réalisateur Chris Columbus et lui commandent un nouveau scénario[60]. Celui-ci rédige avec son collaborateur, Sam Hamm, une histoire reprenant des éléments du premier film mais aussi du livre de Pierre Boulle, notamment les singes évolués astronautes[60]. Le scénario met en scène un astronaute singe d'une planète lointaine qui déchaîne un virus dévastateur sur Terre[60]. Des scientifiques humains se rendent alors sur la planète de l'astronaute pour y trouver un remède. Une fois leur mission réussie, il découvre en revenant sur Terre qu'elle est envahie par les singes[60]. Une nouvelle fois les dirigeant de la Fox sont moyennement convaincus[60]. Columbus quitte alors le projet fin 1995[59]. Plusieurs réalisateurs sont ensuite contactés par les studios notamment Roland Emmerich, James Cameron et Michael Bay, mais aucun projet ne va à son terme[60],[59].

Le film La Planète des singes de 2001[modifier | modifier le code]

Un homme barbu avec des cheveux noirs
Tim Burton en 2012.

En 1999, La Fox engage William Broyles Jr. pour écrire un nouveau scénario. Fox insiste pour une date de sortie pour juillet 2001, mais offre à Broyles une grande liberté artistique[60]. Cette perspective attire le réalisateur Tim Burton qui espère ne pas faire un remake mais souhaite plutôt réinventer La planète des singes[61]. Cependant Burton trouve la production difficile notamment à cause du calendrier trop court que lui impose la Fox[61]. De plus comme le budget alloué par le studio est de cent millions de dollars, le scénario ambitieux de Broyles est modifié pour en réduire le coût. Lawrence Konner et Mark Rosenthal sont donc engagés pour la réécriture d'une partie de l'histoire alors même que le film entre en production[61].

Le film met en scène Mark Wahlberg dans le rôle de l'astronaute Léo Davidson qui s'écrase accidentellement sur une planète lointaine où des singes parlants asservissent des humains. Léo bouleverse alors la civilisation simiesque en découvrant que les singes ont évolué à partir des primates terrestres qui avaient accompagné Léo dans sa mission spatiale mais qui étaient arrivées, grâce à une faille dans l'espace-temps, trois mille ans plus tôt[62]. Helena Bonham Carter joue la chimpanzée Ari tandis que Tim Roth interprète le chimpanzé Thade, le maléfique général dirigeant l'armée des singes[62]. Le fim est mal accueilli par les critiques de cinéma qui le jugent inférieur au premier. De nombreuses critiques négatives portent sur la fin du film. Cependant les effets spéciaux du film sont eux, généralement appréciés[63],[64]. Le film est en revanche un succès commercial avec 362 211 000 de dollars de recettes[65]. La Fox pense initialement donner une suite au film, cependant l'accueil critique négatif et le refus de Burton de tourner un autre film mettent fin au projet[61].

Seconde série de films[modifier | modifier le code]

La Planète des singes : Les Origines[modifier | modifier le code]

Un homme barbu aux cheveux bouclés
Andy Serkis en 2017.

En 2005, les scénaristes Rick Jaffa et Amanda Silver se lancent dans l'écriture d'un scénario pour un nouveau film La Planète des singes[66],[67]. Inspiré par des articles de presse décrivant des grands singes élevés comme des êtres humains et par les progrès de la génétique, Jaffa conçoit le scénario autour de l'idée d'un chimpanzé génétiquement modifié qui serait élevé au sein d'une famille d'humains[66],[67]. Avec Silver, ils présentent l'histoire aux dirigeants de la Fox comme une nouvelle vision du parcours du chimpanzé César, le héros du film La Conquête de la planète des singes[66],[67]. Les dirigeant de la Fox sont impressionnés et achètent donc le scénario mais tardent à le mettre en chantier suite à des réécritures du scénario et des problèmes pour recruter les producteurs et le réalisateur[66],[67]. Finalement en 2010, la Fox engage Peter Chernin et Dylan Clark de la société Chernin Entertainment pour être les producteurs du film avec Rick Jaffa et Amanda Silver[66],[67].

Dans la version finale du scénario, César obtient une intelligence améliorée grâce à un retrovirus créé par Will Rodman, l'homme qui l'élève. Enfermé dans un refuge pour primates, César organise le soulèvement des singes[68]. Le scénario entretient des liens complexes avec les autres histoires de la saga, ce qui entraîne une certaine trouble quant à sa place dans celle-ci. L'auteur Oliver Lindler indique que les prémices du film peuvent faire penser qu'il s'agit d'un remake de La Conquête de la planète des singes mais la Fox et les critiques professionnels évitent généralement le terme[69]. Ils préfèrent le voir comme une préquelle du film La Planète des singes de 1968 ou un redémarrage de la saga même si les fans l’accueillent plutôt comme étant un remake[70],[69],[71]. Une fois le scénario terminé, le studio recrute le réalisateur Rupert Wyatt. Pour les effets spéciaux, la Fox décide ne plus recourir au maquillage et opte pour la capture de mouvement en s’offrant les services de la société d’effets spéciaux néo-zélandaise Weta Digital. Wyatt recrute James Franco pour le rôle de Will Rodman tandis que l’acteur spécialiste de la capture de mouvement Andy Serkis obtient le rôle de César[72].

Le film sort le 5 août 2011. Il est bien accueilli par les critiques qui louent particulièrement les effets spéciaux et la prestation de Serkis[73]. La Planète des singes : Les Origines est également un succès majeur au box-office avec 482 millions de dollars engrangés pour un budget de 93 millions[74]. Les effets spéciaux de Weta permettent au film de décrocher deux prix de la Visual Effects Society et d'être nommé à la 84e cérémonie des Oscars. Le travail remarquable de Serkis pousse également la Fox à le proposer pour les Oscars. Cependant sa candidature n'est pas retenue[73]. Suite au succès du film, la Fox planifie une suite[75].

La Planète des singes : L'Affrontement[modifier | modifier le code]

Trois hommes et une femme avec des micros.
Matt Reeves, Jason Clarke, Keri Russell et Andy Serkis lors de la présentation du film au Comic-Con de juillet 2013.

Les producteurs Peter Chernin et Dylan Clark débutent la préproduction d'un nouveau film juste après la sortie La Planète des singes : Les Origines en 2011. La Fox leur alloue pour cela un budget de 170 millions de dollars[76],[74]. Rick Jaffa et Amanda Silver reviennent à l'écriture et Andy Serkis reprend son rôle de César. En revanche, Rupert Wyatt ne préférant pas s'engager dans ce nouveau projet est remplacé à la réalisation par Matt Reeves[76],[77].

Le film se déroule dix ans après La Planète des singes : Les Origines alors que la grippe simienne qui a améliorée l'intelligence des singes a également décimée à une grande partie de l'humanité. César tente de maintenir la paix entre sa communauté de grands singes et un groupe d'humains vivants à proximité[78]. La société Weta Digital réalise à nouveau les effets spéciaux notamment les incrustations des toiles de fond et les captures de mouvement des singes[79]. Les principaux personnages humains sont interprétés par Jason Clarke, Keri Russell et Gary Oldman[78]. Sorti le 11 juillet 2014, le film est très bien accueilli par la critique qui trouve le scénario attirant et les effets spéciaux impressionnants[80],[81]. Également un succès public, le film engrange plus de 710 millions de dollars de recette[74]. Ses effets spéciaux reçoivent plusieurs distinctions dont trois prix de la Visual Effects Society et une nomination à la 87e cérémonie des Oscars[82].

La Planète des singes : Suprématie[modifier | modifier le code]

Deux grandes affiches représentant de nombreux singes.
Affiches promotionnelles installées sur le mur d'une station du tramway de Hong Kong en 2017.

Comme elle est confiante envers le précédent film de la saga, la Fox lance la préproduction d'un nouveau film trois mois avant la sortie de La Planète des singes : L'Affrontement. Matt Reeves revient en tant que réalisateur mais également comme co-scénariste en compagnie de Mark Bomback. Peter Chernin, Dylan Clark, Rick Jaffa et Amanda Silver sont eux aussi de retour à la production[83],[84]. Dotée d'un budget de 150 millions de dollars, La Planète des singes : Suprématie sort le 14 juillet 2017[85],[74].

Le film dépeint le conflit armé des singes de César avec un groupe de paramilitaires humains dirigés par un mystérieux colonel. César se lance également à la recherche d'un nouveau foyer pour les siens[86],[87]. Andy Serkis reprend une nouvelle fois le rôle de César, Woody Harrelson interprète le colonel tandis que Steve Zahn interprète le personnage de Méchant singe[86],[87]. Le film est salué par la critique qui loue, comme pour le film précédent, les effets spéciaux et le scénario. La plupart des critiques trouvent également qu'il s'agit d'une bonne conclusion de l'histoire de César[88],[89]. Le film rapporte 491 millions de dollars[74]. Dès octobre 2016, la Fox annonce qu'elle envisage de produire un nouveau film de la saga[90],[91].

Autres médias et produits dérivés[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Le roman de Pierre Boulle, La Planète des singes est traduit en de nombreuses langues et réimprimé très périodiquement depuis sa première édition en 1963[92]. La première série de films donne aussi lieu à des novélisations rédigées par des écrivains de science-fiction. Ainsi Le Secret de la planète des singes est transposé en 1970 par Michael Avallone[93]. Jerry Pournelle, coauteur de La Poussière dans l'œil de Dieu (1974), écrit la novélisation des Évadés de la planète des singes[93]. John Jakes, auteur de la trilogie Nord et Sud (1982-1987), se charge de La Conquête de la planète des singes tandis que David Gerrold, scénariste de l'épisode de Star Trek nommé Tribulations (1967), réalise celle de La Bataille de la planète des singes[93]. Des novélisations de la série télévisée et de la série d'animation sont également produites[93]. En 2001, William T. Quick rédige la novélisation du Planète des singes de Tim Burton ainsi que deux prequelles. La sortie de ce film est également accompagnée par plusieurs romans jeunesse[94].

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Des bandes dessinées La Planète des singes sont publiées régulièrement depuis 1968[95], dont, parmi les plus notables, le magazine Planet of the Apes de Marvel Comics, publié de 1974 à 1977[95]. Cette série en noir et blanc contient les adaptations des films de la première série, des histoires inédites scénarisées par Doug Moench ainsi que des reportages et des interviews[95]. Il est alors l'un des titres les plus populaires de Marvel, recevant plus de trois cents lettres de fans à la sortie de chaque numéro. Marvel publie également, de 1975 à 1976, le mensuel Adventures on the Planet of the Apes qui comprend notamment des réimpressions en couleurs des adaptations des deux premiers films[95].

En 1990, profitant d’un regain d’intérêt pour la franchise, Malibu Comics lance une nouvelle bande dessinée mensuelle en noir et blanc[96]. Le premier numéro se vend à plus de 40 000 exemplaires. C'est alors un record pour une bande dessinée en noir et blanc et permet à l'éditeur de sortir vingt-quatre numéros en deux ans. La série met en vedette Alexandre, le petit-fils de César, alors qu’il se bat pour gouverner la civilisation simienne[96]. Ce succès conduit Malibu à publier cinq autres mini-séries : Ape City, Planet of the Apes: Urchak's Folly[n 2], Ape Nation, Planet of the Apes: Blood of the Apes et Planet of the Apes: The Forbidden Zone[96],[n 3].

Les éditeurs Gold Key Comics, Dark Horse Comics et Boom! Studios publient également des bandes dessinées La planète des singes à diverses périodes. Les productions de Boom! incluent aussi des croisements avec d'autres franchises fantastiques ou de science-fiction notamment un avec Star Trek en 2014[97] et un avec King Kong en 2017[98]. En 2018, Boom! publie également un roman graphique de Dana Gould et Chad Lewis, lequel est une adaptation du scénario original du film de 1968, écrit par Rod Serling[99].

En France, les Éditions Lug proposent un magazine La Planète des singes[100]. Publié de à , il adapte une partie des comics Marvel notamment les trois premiers longs métrages mais aussi d'autres histoires de la franchise ainsi que des aventures de Doc Savage à partir du treizième numéro[101],[102]. Les ventes insuffisantes amènent l'éditeur à arrêter la publication après dix-neuf numéros alors qu'un vingtième est planifié et qu'une maquette de sa couverture est en phase de production par l'illustrateur Jean Frisano[100]. Les bandes dessinées Marvel sont ensuite éditées sous la forme de deux intégrales par les éditions Panini en 2018 et 2019[103]. En 2012 et 2013, l'éditeur Emmanuel Proust publie également en français et en trois albums l'une des séries de Boom! qui met en scène Alaya, la petite-fille de César, peu de temps après l'assassinat de celui-ci[104].

Jouets et produits dérivés[modifier | modifier le code]

La franchise, et plus particulièrement la série télévisée et la série d'animation, donnent lieu à la production de nombreux jouets et produits dérivés[105]. Au cours des années 1970, la Fox autorise une soixantaine d'entreprises à fabriquer environ trois cents produits « La Planète des singes », notamment des figurines, des jeux, des kits de construction, des livres à colorier, des cartes à collectionner, des répliques d’armes, des costumes, de la vaisselle et des boîtes à goûter. Ce niveau de marchandisation est une première dans le domaine cinématographique et a, sans doute, inspiré les autres producteurs de films et de séries télévisées ultérieurs[105],[106]. Les figurines vendues par Mego à partir de 1973 sont les premiers jouets vendus en tant que produits dérivés d'un film. Leur succès populaire préfigure le développement de la production de figurines basées sur des franchises[107]. L'auteur Eric Greene indique que les jouets La Planète des singes sont alors si populaire que de nombreux enfants aux États-Unis s'inventent des jeux de rôle « Singes contre Humains » à la manière du classique « des Cowboys et des Indiens »[105]. Avec le retour de la franchise au XXIe siècle, la Fox accorde des licences d’exploitation à plusieurs sociétés pour fabriquer de nouveaux jouets La Planète des singes, y compris des figurines détaillées représentant les nouveaux personnages mais aussi les classiques, vendus comme objets de collection[108].

Jeux vidéos[modifier | modifier le code]

Le jeu vidéo La Planète des singes[modifier | modifier le code]

En 1998, la Fox commence à développer pour ordinateur de bureau et PlayStation un jeu La Planète des singes afin d'accompagner la sortie du prochain film[109]. La Fox et le développeur de jeu vidéo Visiware débutent les travaux alors qu'aucun scénario n'est retenu pour le film[110],[111]. Les créateurs sont donc obligés de développer leur propre histoire, inspirée du roman de Pierre Boulle et des films La Planète des singes de 1968 et Le Secret de la planète des singes (1970)[110]. Le jeu, de type « aventure », met en scène l'astronaute Ulysses que le joueur peut diriger pour explorer la Terre du futur dominée par les singes. La décision de la Fox de co-publier le jeu avec la société Ubisoft retarde la sortie du jeu qui n'est disponible que deux mois après la diffusion du film La planète des singes en salles de cinéma[109]. Le jeu sort donc en octobre 2001 pour la version sur ordinateur et en juillet 2002 sur PlayStation[112]. Une version développée par Torus Games pour Game Boy Advance et Game Boy Color sort en novembre 2001[110],[112]. Le jeu est plutôt mal accueilli par la critique. Il obtient entre autres 4/10 sur IGN[113], 49 % pour la version ordinateur[114] et 60 % pour la version PlayStation sur GameRankings[115], 10/20 pour la version ordinateur[116] et 14/20 pour la version Game Boy Advance sur Jeuxvideo.com[117].

Revenge of the Apes[modifier | modifier le code]

En 1983, la Fox travaille sur un jeu vidéo La Planète des singes pour la console Atari 2600 pour ce qui devait être le premier jeu informatique basé sur la série. Alors que le jeu est encore en phase prototype, la Fox ferme sa division jeu à cause du krach du jeu vidéo de 1983. Le jeu tombe ensuite dans l'oubli jusqu’à ce qu'en 2002 des collectionneurs retrouvent l'un des prototypes[118],[119],[120]. Les développeurs indépendants de la société Retrodesign achèvent alors le jeu puis le publient en 2003 sous le nom de Revenge of the Apes[n 4],[118]. Dans le jeu, le joueur contrôle George Taylor, le héros du premier film, alors qu'il combat les singes à travers plusieurs niveaux inspirés par le film et jusqu'au niveau final où il atteint la Statue de la Liberté[120].

Last Frontier[modifier | modifier le code]

En 2017, la Fox commande un jeu d'aventure pour accompagner la sortie de La Planète des singes : Suprématie[121]. Le jeu baptisé Planet of the Apes: Last Frontier[n 5] est développé par la société d'effets numériques d'Andy Serkis, Imaginarium. L'acteur supervise d'ailleurs les captures de mouvement nécessaires à la réalisation du jeu[122],[123]. Il s'agit d'une aventure narrative interactive ; cependant, la plupart des choix n’ont aucune incidence sur l’histoire[123]. L'histoire du jeu se déroule entre les films La Planète des singes : L'Affrontement et La Planète des singes : Suprématie mais ne suit pas les principaux protagonistes de la saga cinématographique[123]. Le jeu sort sur ordinateur, PlayStation 4 et Xbox One le 21 novembre 2017 et reçoit des critiques peu élogieuses[124]. Il obtient entre autres 9/20 sur Jeuxvideo.com[123], 3/10 sur Canard PC[125] et 3/10 sur Gamekult[126].

Crisis on the Planet of the Apes[modifier | modifier le code]

En 2018, FoxNext, la division de réalité virtuelle de la Fox, s'associe aux développeurs d'Imaginati Studios pour créer un jeu de tir à la première personne en réalité virtuelle nommé Crisis on the Planet of the Apes[n 6]. Le joueur contrôle un chimpanzé qui tente de s'échapper d'un centre de détention contrôlé par des humains[127],[128]. Le jeu sort en avril 2018. Il est plutôt mal accueilli par la critique. Il obtient entre autres 3/10 sur IGN[127] et 9/20 sur Jeuxvideo.com[129].

Analyse[modifier | modifier le code]

Racisme[modifier | modifier le code]

Les critiques considèrent que le thème principal de la série La planète des singes est son évocation du racisme[5]. En 1998, Eric Greene, auteur d'un livre sur la saga et ses produits dérivés, écrit que « la saga des singes apparaît comme une allégorie libérale du conflit racial » présent aux États-Unis[33]. Selon Greene, l’arc narratif de la franchise a pour sous-texte principale la lutte autodestructrice entre les humains et les grands singes pour la domination de l’autre[130]. La différence entre l'homme et le singe se manifeste principalement par l’apparence physique mais la domination découle du pouvoir social plutôt que d’une supériorité intellectuelle innée. Chaque film modifie l'équilibre du pouvoir pour que le public s'identifie parfois aux hommes et parfois aux singes[131]. Selon Greene, le message central de la première série de film est qu’une discorde raciale non résolue mène inévitablement à la catastrophe[130]. Plusieurs autres critiques reprennent par la suite l'interprétation de Greene[132],[133]. Les producteurs Abrahams et Jacobs n'ont pas perçu que le film La Planète des singes contenait implicitement une évocation du racisme jusqu'au moment où l'artiste Sammy Davis, Jr. l'affirme publiquement début 1968 en indiquant que c'est « le meilleur film sur les relations entre blanc et noir qu'il a jamais vu »[5],[7],[134]. Par la suite, les producteurs utilisent ce thème plus ouvertement. De sujet secondaire des deux premiers films, il devient la thématique majeure des trois films suivants[135].

Plusieurs critiques reprochent à la deuxième série de film de minimiser le sous-texte racial du conflit entre les humains et les grands singes. Ces critiques affirment que cela affaiblit la portée des nouveaux films mais aussi le message antiraciste de la première série[136]. Ils évoquent également le manque de représentativité des Afro-Américains dans les nouveaux films[137]. D'autres critiques pensent que les films incorporent les thèmes raciaux mais de manière trop subtile, ce qui simplifie excessivement le message antiraciste et renforce donc le racisme plutôt que de le remettre en question[137],[138].

Guerre froide et holocauste nucléaire[modifier | modifier le code]

La guerre froide et la menace d'un holocauste nucléaire sont des thèmes introduits dès les premières ébauches de scénario écrites par Rod Serling pour le premier film La Planète des singes[6]. Les films de la première série sont typiquement apocalyptiques et dystoptiques car ils suggèrent que les tensions de l'époque ont conduit à la destruction du monde[139],[140]. Les films critiques les deux camps de la guerre froide avec la société oppressive des singes qui est une caricature du bloc de l'Ouest tandis que la ville mutante souterraine est une parodie du bloc de l'Est[139],[141]. Selon Eric Greene, La guerre froide est le thème central des deux premiers films et de plusieurs autres produits dérivés mais devient moins importante dans les autres films de la première série qui mettent au premier plan les problèmes raciaux[142].

Droit des animaux[modifier | modifier le code]

La question des droits des animaux occupe également une place prépondérante dans la série. Eric Greene considère que ce thème est lié à celui du racisme[143]. Dans le premier film Taylor est traité avec cruauté par des singes qui le considèrent comme un animal. Les films suivants montrent les humains maltraitant les singes pour le même motif[144]. L'idée d'un droit des primates est encore plus présent dans la deuxième série de films. Elle évoque en effet directement la question de la personnalité des grands singes par le combat de César et de ses condisciples pour leurs droits dans une société qui ne les considère pas comme des personnes morales[145].

Postérité[modifier | modifier le code]

Deux personnes déguisées en singes.
Cosplay de Zaius et Zira en 2011.

La Planète des singes reste populaire après la réalisation des cinq premiers films et des deux séries télévisées[17]. L'intérêt des fans de la franchise perdure notamment grâce aux bandes dessinées de Marvel[95]. Plusieurs conventions baptisées « Apecons » sont même organisées aux États-Unis dans les années 1970[146]. Des costumes et masques de singes sont parfois utilisés pour des apparitions en direct à la télévision[17]. Un soir, le musicien Paul Williams alors qu'il interprète Virgil dans La Bataille de la planète des singes n'a pas le temps de se démaquiller avant d'effectuer sa prestation régulière dans l'émission The Tonight Show de Johnny Carson[17],[147]. Mike Douglas a également repris un costume d'un des films pour une émission du The Mike Douglas Show[17]. Dans les années 1970, deux fans ayant créé des costumes de Cornelius et de Zira sont également autorisés par la Fox à représenter les personnages lors d'événements[148]. Durant les années suivantes les films sont souvent rediffusés individuellement ou lors de soirées marathons et obtiennent régulièrement des bonnes audiences[149]. La série télévisée est même remontée pour constituer cinq téléfilms qui sont diffusés en 1981[105]. Dans les années 1990, la chaîne Syfy rediffuse également la série télévisée et la série d'animation[92].

La planète des singes a profondément influences les œuvres postérieures. Au niveau de la production, le succès de la série en termes de marchandisation établit un nouveau modèle de franchise multimédia au sein du cinéma hollywoodien[150]. Les studios cherchent dès lors à produire des films uniquement pour générer des franchises lucratives[150]. Au niveau du contenu, la série influence de nombreux films et séries télévisées de science-fiction qui mettent en avant les relations interraciales commeV (1984-1985), Enemy (1985) et Alien Nation (1989-1990)[105]. L'influence de La planète des singes est d'ailleurs encore plus visible sur la série de bande dessinée Kamandi (créée en 1972) et sur la série télévisée japonaise L'Armée des singes (1974) qui présente des protagonistes humains vivant dans un monde post-apocalyptique gouverné par des animaux qui parlent[105]. Le film humoristique La Folle Histoire de l'espace (1987) de Mel Brooks, lui, parodie la scène de fin du premier film avec la Statue de la Liberté[151]. Le film Jay et Bob contre-attaquent (2001) de Kevin Smith reprend également cette scène sur les lieux même où elle à été tournée[152].

Un regain d'intérêt pour la franchise se fait sentir dans les années 1990 suite aux nombreux projets de relance prévus par la Fox. Eric Greene attribue ce renouveau à une combinaison de « nostalgie de la culture populaire et la mainmise des baby boomers sur l'économie » mais aussi à un retour des problèmes politiques et raciaux qui dominaient l'époque de la première série de film[153]. Durant cette période, les fans américains inspirés notamment par les bandes dessinées de Malibu Comics fondent de nouveaux clubs, des sites internet et des fanzines[154]. De nouveaux produits dérivés sont également commercialisés dans ces années notamment des vêtements, des jouets et des costumes[153].

La Planète des singes inspire de nombreux artistes qu'ils soient humoristes, musiciens, performeurs, photographes ou scénaristes. Parmi les exemples les plus connus, il y a les sketchs de Dennis Miller et de Paul Mooney, l'épisode du Saturday Night Live présenté par Charlton Heston et plusieurs épisodes de la série télévisée Les Simpson notamment l'épisode Un poisson nommé Selma (1996)[153],[155]. L’artiste Martha Rosler incorpore également des images de l’interrogatoire de Cornelius et de Zira issu des Évadés de la planète des singes dans son installation Global Taste: A Meal in Three Courses (1985). Guillermo Gómez-Peña et Coco Fusco utilisent, eux, un extrait du Planète des singes de 1968 pour une performance présentée en 1993 au Whitney Museum of American Art[153].

La franchise influence également la politique américaine notamment avec la réutilisation par certains groupes de ses principaux thèmes[156]. Eric Greene indique qu'en effet l'expression « Planète des singes » est particulièrement populaire chez les réactionnaires et les nationalistes[156]. Selon Greene, les suprémacistes blancs comparent l’acquisition de droits des minorités ethniques aux États-Unis à la prise de pouvoir dans le film d'êtres jugés « inférieurs »[156]. Les Nationalistes noirs voient plutôt le film comme une célébration de « l'apocalypse raciale ». C'est dans cet état d'esprit que le groupe de gangsta rap Da Lench Mob écrit l'album Planet of da Apes (1994). Greene soutient que ces interprétations sont l'inverse du message des films qui prône plutôt l'antiraciste[156].

La scène finale du premier film montrant de la statue de la liberté en ruine est également devenue iconique. L'organisation non gouvernementale internationale Greenpeace l'utilise par exemple dans une campagne publicitaire contre les essais nucléaires. Les thèmes et l'imagerie de la franchise sont également souvent invoqués lors des débats politiques américains pour évoquer des sujets variés comme la culture des années 1960, le déclin urbain, les guerres contemporaines ou les violences par armes à feu[156].

Les films de la franchise[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

N.B. : Pour plus de détails, voir le paragraphe « Fiche technique » de l'article de chaque film.

La saga cinématographique est composée de neuf films : La Planète des singes (Planet of the Apes) en 1968, Le Secret de la planète des singes (Beneath the Planet of the Apes) en 1970, Les Évadés de la planète des singes (Escape From the Planet of the Apes) en 1971, La Conquête de la planète des singes (Conquest of the Planet of the Apes) en 1972, La Bataille de la planète des singes (Battle for the Planet of the Apes) en 1973, La Planète des singes (Planet of the Apes) en 2001, La Planète des singes : Les Origines (Rise of the Planet of the Apes) en 2011, La Planète des singes : L'Affrontement (Dawn of the Planet of the Apes) en 2014 et La Planète des singes : Suprématie (War for the Planet of the Apes) en 2017[157].

1968-1973[modifier | modifier le code]

Fiches techniques des films de 1968 à 1973
La Planète des singes Le Secret de la planète des singes Les Évadés de la planète des singes La Conquête de la planète des singes La Bataille de la planète des singes
Réalisateurs Franklin J. Schaffner Ted Post Don Taylor J. Lee Thompson
Scénaristes Rod Serling et Michael Wilson Mort Abrahams et Paul Dehn Paul Dehn John William Corrington, Joyce Hooper Corrington et Paul Dehn
Producteur Arthur P. Jacobs
Producteur associé Mort Abrahams Frank Capra Jr.
Musique Jerry Goldsmith Leonard Rosenman Jerry Goldsmith Tom Scott Leonard Rosenman
Photographie Leon Shamroy Milton R. Krasner Joseph F. Biroc Bruce Surtees Richard H. Kline
Sortie Drapeau des États-Unis
Sortie Drapeau de la France
Durée 112 minutes 95 minutes 98 minutes 88 minutes 93 minutes

2001-2017[modifier | modifier le code]

Fiches techniques des films de 2001 à 2017
La Planète des singes La Planète des singes : Les Origines La Planète des singes : L'Affrontement La Planète des singes : Suprématie
Réalisateurs Tim Burton Rupert Wyatt Matt Reeves
Scénaristes William Broyles Jr., Lawrence Konner et Mark Rosenthal Rick Jaffa et Amanda Silver Mark Bomback, Rick Jaffa et Amanda Silver Mark Bomback et Matt Reeves
Producteurs Ross Fanger, Katterli Frauenfelder, Iain Smith, Ralph Winter et Richard D. Zanuck Peter Chernin, Dylan Clark, Thomas M. Hammel, Rick Jaffa, Mike Larocca, Amanda Silver et Kurt Williams Mark Bomback, Peter Chernin, Dylan Clark, Thomas M. Hammel, Rick Jaffa, Amanda Silver, Jennifer Teves et Jenno Topping Mark Bomback, Peter Chernin, Dylan Clark, Rick Jaffa, Mary McLaglen, Amanda Silver, Ryan Stafford et Jenno Topping
Musique Danny Elfman Patrick Doyle Michael Giacchino
Photographie Philippe Rousselot Andrew Lesnie Michael Seresin
Sortie Drapeau des États-Unis
Sortie Drapeau de la France
Durée 119 minutes 105 minutes 130 minutes 140 minutes

Personnages[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb. Les personnages principaux et les personnages récurrents de la franchise sont listés ci-dessous[n 7].

1968-1973[modifier | modifier le code]

Les principaux personnages récurrents de la première série de films sont :

  • le général gorille Aldo, interprété par David Chow dans le quatrième film et Claude Akins dans le cinquième ;
  • le propriétaire de cirque Armando, interprété par Ricardo Montalban dans le troisième et quatrième film ;
  • le chimpanzé César, le fils de Cornélius et Zira interprété par Roddy McDowall dans le quatrième et cinquième film ;
  • l’archéologue chimpanzé Cornelius, interprété par Roddy McDowall[n 8] dans le premier film, par David Watson dans le deuxième et par Roddy McDowall dans le troisième et le cinquième ;
  • l’astronaute George Taylor, interprété par Charlton Heston dans les deux premiers films ;
  • le gouverneur Kolp, interprété par Severn Darden dans le quatrième et cinquième film ;
  • la chimpanzé Lisa, épouse de César interprétée par Natalie Trundy dans le quatrième et cinquième film ;
  • la femme sauvage Nova, interprétée par Linda Harrison dans les deux premiers films ;
  • le ministre de la science orang-outan Zaius, interprété par Maurice Evans dans les deux premiers films ;
  • la psychologue chimpanzée Zira, interprétée par Kim Hunter dans les trois premiers films.

Les personnages principaux apériodiques sont :

2001[modifier | modifier le code]

Les principaux personnages du Planète des singes de 2001 sont :

2011-2017[modifier | modifier le code]

Les principaux personnages récurrents de seconde série de films sont :

  • le chimpanzé César[n 10], personnage principal de la série, interprété dans les trois films par Andy Serkis ;
  • la femelle chimpanzée Cornelia, la femme de César, interprétée par Devyn Dalton dans le premier film et Judy Greer dans les deux suivants ;
  • le bonobo Koba, interprété par Christopher Gordon dans le premier film et Toby Kebbell dans les deux suivants ;
  • l’orang-outan Maurice, interprété dans les trois films par Karin Konoval ;
  • le chimpanzé Rocket, interprété dans les trois films par Terry Notary[n 11] ;
  • le chimpanzé Yeux Bleus, fils aîné de César, interprété par Nick Thurston dans le deuxième film et par Max Lloyd-Jones dans le troisième.

Les personnages principaux apériodiques sont :

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La Planète des singes de 1968, Les Évadés de la planète des singes, La Planète des singes : Les Origines, La Planète des singes : L'Affrontement et La Planète des singes : Suprématie sont appréciés par la critique alors que Le Secret de la planète des singes, La Conquête de la planète des singes, La Bataille de la planète des singes et La Planète des singes de 2001 sont généralement jugés moins bon.

Accueil selon les sites de recueil de critiques
Film Rotten Tomatoes Metacritic AlloCiné
La Planète des singes (1968) 88%[158] 79%[159] 4/5[160]
Le Secret de la planète des singes 38%[161] 46%[162]
Les Évadés de la planète des singes 78%[163] 69%[164]
La Conquête de la planète des singes 48%[165] 49%[166]
La Bataille de la planète des singes 37%[167] 40%[168]
La Planète des singes (2001) 45%[169] 50%[170] 3,2/5[171]
La Planète des singes : Les Origines 82%[172] 68%[173] 3,3/5[174]
La Planète des singes : L'Affrontement 91%[175] 79%[176] 3,6/5[177]
La Planète des singes : Suprématie 94%[178] 82%[179] 3,7/5[180]

Box-office[modifier | modifier le code]

Résultats au box-office par région/pays
Film Année Recettes Entrées Budget
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Reste
du monde
Alt=Image de la Terre Mondial Drapeau de la France France Drapeau de l'Europe Europe
La Planète des singes 1968 32 589 624 $ 150 000 000 $[181] 1 715 631 entrées 5,8 millions $
Le Secret de la planète des singes 1970 18 999 718 $ 1 163 547 entrées 3 millions $
Les Évadés de la planète des singes 1971 12 348 905 $ 667 537 entrées 2,5 millions $
La Conquête de la planète des singes 1972 9 043 472 $ 593 270 entrées 1,7 million $
La Bataille de la planète des singes 1973 8 844 595 $ 437 967 entrées 1,7 million $[37]
La Planète des singes 2001 180 011 740 $ 182 200 000 $ 362 200 000 $ 3 970 011 entrées 16 706 084 entrées 100 millions $
La Planète des singes : Les Origines 2011 176 760 185 $ 305 000 000 $ 481 800 000 $ 3 240 118 entrées 14 741 883 entrées 93 millions $
La Planète des singes : L'Affrontement 2014 208 545 589 $ 502 100 000 $ 710 600 000 $ 3 783 833 entrées 18 367 766 entrées 170 millions $
La Planète des singes : Suprématie 2017 146 880 162 $ 343 800 000 $ 490 700 000 $ 2 883 962 entrées 13 524 650 entrées 150 millions $
Total 794 023 990 $ 1 333 100 000 $ 2 195 300 000 $ 527,2 millions $

Sources : BoxOfficeMojo.com[74], JPBox-Office.com[182],[183],[184],[185],[186],[187],[188],[189],[190] et Lumiere.obs.coe.int[191],[192],[193],[194].

Nominations[modifier | modifier le code]

Les films de la saga n'ont pas obtenu d'Oscars mais ont plusieurs fois été nommés. La Planète des singes est remarquée par l'académie des Oscars pour ses costumes et sa musique[195], tandis que La Planète des singes : Les Origines, La Planète des singes : L'Affrontement et La Planète des singes : Suprématie sont tous trois mis en avant pour leurs effets visuels[196],[197],[198].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. APJAC est l'acronyme de The Arthur P. JAcobs Company.
  2. Urchak est un colonel gorille.
  3. Ces titres peuvent se traduire en français par La Cité des singes, La Planète des singes : La folie d'Urchak, La Nation des singes, La Planète des singes : Le Sang des singes et La Planète des singes: La Zone interdite.
  4. « La revanche des singes » en français.
  5. « La Planète des singes : Dernière frontière » en français.
  6. « Crise sur la planète des singes » en français.
  7. Il s'agit des cinq principaux rôles de chaque film.
  8. Roddy McDowall, en plus de jouer Cornelius dans les trois premiers films et César dans les quatrième et cinquième films, a tenu le rôle de Galen dans la série télévisée La Planète des singes.
  9. Natalie Trundy, épouse du producteur Arthur P. Jacobs, en plus de jouer Lisa dans les quatrième et cinquième film et Stephanie dans le troisième, a tenu le rôle d'Albina dans le deuxième film.
  10. César n'est pas le même personnage que dans la série de film de 1968-1973. Il est nommé ainsi en hommage à ce personnage.
  11. Terry Notary est également la doublure de Tim Roth pour les cascades du personnage de Thade dans le film de 2001.
  12. Nova n'est pas le même personnage que dans la série de film de 1968-1973. Elle est nommée ainsi en hommage à ce personnage.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Gross, Landsman et Russo 2001, p. 4-6.
  2. Becker 1993, p. 122–124
  3. a b c et d Gross, Landsman et Russo 2001, p. 2, 9-10.
  4. a b c d e et f Gross, Landsman et Russo 2001, p. 2-3.
  5. a b c et d Greene 1998, p. 2.
  6. a et b Greene 1998, p. 25-28.
  7. a et b Gross, Landsman et Russo 2001, p. 35.
  8. Greene 1998, p. 28.
  9. a et b Gross, Landsman et Russo 2001, p. 33.
  10. a et b « 30 Years Later: Rod Serling's Planet of the Apes » (version du 13 décembre 2017 sur l'Internet Archive).
  11. Greene 1998, p. 27-28.
  12. a et b Gross, Landsman et Russo 2001, p. 29 et 42-44.
  13. a b et c Greene 1998, p. 215.
  14. Greene 1998, p. 52-53 et notes.
  15. a et b Greene 1998, p. 2-3, 57 et notes.
  16. Gross, Landsman et Russo 2001, p. 138.
  17. a b c d et e Greene 1998, p. 164.
  18. Greene 1998, p. 57-59.
  19. Greene 1998, p. 60-61.
  20. a et b Gross, Landsman et Russo 2001, p. 108-111.
  21. Gross, Landsman et Russo 2001, p. 105-106 et 117-119.
  22. Gross, Landsman et Russo 2001, p. 117-118.
  23. a b c et d Gross, Landsman et Russo 2001, p. 109-110.
  24. a b c et d Greene 1998, p. 216.
  25. Greene 1998, p. 61-62.
  26. Gross, Landsman et Russo 2001, p. 109 et 143.
  27. a b c et d Greene 1998, p. 71.
  28. Gross, Landsman et Russo 2001, p. 145-147.
  29. a b et c Gross, Landsman et Russo 2001, p. 153, 187 et 212.
  30. a b c et d Greene 1998, p. 217-218.
  31. Greene 1998, p. 71-73.
  32. a b c et d Gross, Landsman et Russo 2001, p. 170 et 178-179.
  33. a et b Greene 1998, p. 1.
  34. a b c et d Greene 1998, p. 81-83.
  35. Gross, Landsman et Russo 2001, p. 186.
  36. Gross, Landsman et Russo 2001, p. 200.
  37. a et b Gross, Landsman et Russo 2001, p. 216.
  38. Gross, Landsman et Russo 2001, p. 203.
  39. Gross, Landsman et Russo 2001, p. 114-115
  40. Greene 1998, p. 208.
  41. Greene 1998, p. 115-116.
  42. a et b Greene 1998, p. 219.
  43. Gross, Landsman et Russo 2001, p. 109 et 217-220.
  44. a b et c Greene 1998, p. 143-144.
  45. a b c d et e Greene 1998, p. 152.
  46. a b et c Gross, Landsman et Russo 2001, p. 232-235.
  47. a b et c Gross, Landsman et Russo 2001, p. 235-237.
  48. a b et c Greene 1998, p. 152, 158 et 218-221.
  49. a b et c Bond et Fordham 2014, p. 141-149.
  50. a b et c Greene 1998, p. 168.
  51. a b c et d Greene 1998, p. 153.
  52. Greene 1998, p. 154.
  53. a b c d et e Greene 1998, p. 159.
  54. a b c et d Greene 1998, p. 159-164 et 221-222.
  55. a et b Gross, Landsman et Russo 2001, p. 239.
  56. a b c d et e Hughes 2004, p. 34-37.
  57. a b c et d Hughes 2004, p. 38-41.
  58. a b et c Greene 1998, p. 181-182.
  59. a b c et d (en) « Timeline of Fox's Planet of the Apes remake », sur EW.com, (consulté le 20 août 2019).
  60. a b c d e f et g Hughes 2004, p. 41-43.
  61. a b c et d Hughes 2004, p. 44-46.
  62. a et b Mark Salisbury, La planète des singes : Le livre du film, Paris, J'ai lu, (ISBN 978-2-2903-1655-9).
  63. (en) « Planet of the Apes (2001) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 6 août 2019).
  64. (en) « Planet of the Apes (2001) », sur Metacritic (consulté le 6 août 2019).
  65. (en) « Planet of the Apes (2001) », sur Box Office Mojo.
  66. a b c d et e Bond et Fordham 2014, p. 186-189.
  67. a b c d et e (en) « Planet of the Apes Re-Reboot Is Back On », sur Vulture.com, (consulté le 13 septembre 2019).
  68. Bond et Fordham 2014, p. 189-190.
  69. a et b Lindner 2015, p. 30-31 et 35-36.
  70. Bond et Fordham 2014, p. 190-191.
  71. (en) « So What The Hell Is RISE OF THE PLANET OF THE APES », sur BirthMoviesDeath.com, (consulté le 15 septembre 2019).
  72. Bond et Fordham 2014, p. 192-199.
  73. a et b Bond et Fordham 2014, p. 208-212.
  74. a b c d e et f (en) « Franchises Planet of the Apes », sur BoxOfficeMojo.com (consulté le 3 septembre 2019).
  75. Bond et Fordham 2014, p. 220.
  76. a et b (en) « Matt Reeves Confirmed to Helm Dawn of the Planet of the Apes », sur SlashFilm.com, (consulté le 17 septembre 2019).
  77. Bond et Fordham 2014, p. 220-222.
  78. a et b Bond et Fordham 2014, p. 223.
  79. Bond et Fordham 2014, p. 231-251.
  80. (en) « Dawn of the Planet of the Apes », sur RottenTomatoes.com (consulté le 18 septembre 2019).
  81. (en) « Dawn of the Planet of the Apes », sur RottenTomatoes.com (consulté le 18 septembre 2019).
  82. (en) « Dawn of the Planet of the Apes Tops Visual Effects Society Awards », sur HollywoodRetorper.com, (consulté le 18 septembre 2019).
  83. (en) « Matt Reeves Will Return to Direct Planet of the Apes 3 », sur Variety.com, (consulté le 18 septembre 2019).
  84. (en) « Matt Reeves To Helm Planet Of The Apes 3 », sur Deadline.com, (consulté le 18 septembre 2019).
  85. (en) « Exclusive: New PLANET OF THE APES Movie Title Revealed », sur Collider.com, (consulté le 18 septembre 2019).
  86. a et b (en) « Woody Harrelson to Play Villain in New Planet of the Apes Movie (Exclusive) », sur HollywoodReporter.com, (consulté le 18 septembre 2019).
  87. a et b (en) « Steve Zahn to Play New Ape in Next Planet of the Apes Movie », sur TheWrap.com, (consulté le 18 septembre 2019).
  88. (en) « War of the Planet of the Apes », sur RottenTomatoes.com (consulté le 18 septembre 2019).
  89. (en) « War of the Planet of the Apes », sur RottenTomatoes.com (consulté le 18 septembre 2019).
  90. (en) « War for the Planet of the Apes Director Matt Reeves Absolutely Has Ideas About Where the Story Goes Next », sur SlashFilm.com, (consulté le 18 septembre 2019).
  91. (en) « Planet of the Apes 4 already being developed », sur FlickeringMyth.com, (consulté le 18 septembre 2019).
  92. a et b Greene 1998, p. 169.
  93. a b c et d Greene 1998, p. 166 et notes.
  94. Handley 2008, p. 267.
  95. a b c d et e Greene 1998, p. 164-166.
  96. a b et c Greene 1998, p. 171-175.
  97. (en) « Star Trek/Planet of the Apes Crossover Announced By Boom Studios », sur SlashFilm.com, (consulté le 20 septembre 2019).
  98. (en) « Kong On The Planet Of The Apes: Exclusive First Look At The Comic Mini-Series », sur EmpireOnline.com, (consulté le 20 septembre 2019).
  99. (en) « Planet of the Apes: Visionaries Offers a Glimpse at the Rod Serling Apes Movie That Could've Been », sur IGN.com, (consulté le 20 septembre 2019).
  100. a et b « La Planète des singes », sur BDVintageRares.fr, (consulté le 20 septembre 2019).
  101. « La Planète des singes », sur ComicsVF.com (consulté le 20 septembre 2019).
  102. « La Planète des singes (LUG) », sur Bedetheque.com (consulté le 20 septembre 2019).
  103. « La Planète des singes (Panini Comics) », sur Bedetheque.com (consulté le 20 septembre 2019).
  104. « La planète des singes (Emmanuel Proust) », sur Bedetheque.com (consulté le 20 septembre 2019).
  105. a b c d e et f Greene 1998, p. 166-168.
  106. Bond et Fordham 2014, p. 136-140.
  107. (en) Sharon M. Scott, Toys and American Culture : An Encyclopedia, Westport, Greenwood, , 418 p. (ISBN 978-0-31334-798-6), p. 3 et 204
  108. Bond et Fordham 2014, p. 178-184.
  109. a et b (en) « Fox's Ape-athy », sur Variety.com, (consulté le 2 août 2019).
  110. a b et c (en) « Ubi Soft and Fox Interactive kick off a global partnership, bringing Planet of the Apes to video games », sur BluesNews.com, (consulté le 3 août 2019).
  111. (en) « IGNDC Monkeys Around with Planet of the Apes producer Cos Lazouras. », sur IGN.com, (consulté le 20 septembre 2019).
  112. a et b « La Planète des singes », sur GameKult.com (consulté le 3 août 2019).
  113. (en) « Planet of the Apes », sur IGN.com (consulté le 20 septembre 2019).
  114. (en) « Planet of the Apes for PC », sur GameRankings.com (consulté le 20 septembre 2019).
  115. (en) « Planet of the Apes for PC », sur GameRankings.com (consulté le 20 septembre 2019).
  116. « Test : Planète des singes », sur JeuxVideo.com, (consulté le 20 septembre 2019).
  117. « Test : Planète des singes », sur JeuxVideo.com, (consulté le 20 septembre 2019).
  118. a et b (en) Brett Weiss, Classic Home Video Games : 1972-1984, Jefferson, McFarland, , 316 p. (ISBN 978-0-78648-755-4), p. 99.
  119. (en) « Planet of the Apes [Prototype] », sur AtariProtos.com (consulté le 20 septembre 2019).
  120. a et b « Planet of the Apes [Prototype »] (version du 15 novembre 2014 sur l'Internet Archive).
  121. (en) « War for the Planet of the Apes Video Game Coming to Consoles », sur GamesPot.com, (consulté le 20 septembre 2019).
  122. (en) « How Andy Serkis’ games studio created Planet of the Apes: Last Frontier », sur VentureBeat.com, (consulté le 20 septembre 2019).
  123. a b c et d « Test : La Planète des Singes : Last Frontier - Un périple simiesque dispensable », sur JeuxVideo.com (consulté le 20 septembre 2019).
  124. (en) « Planet of the Apes: Last Frontier », sur MetaCritic.com (consulté le 20 septembre 2019).
  125. Netsabes, « Test : Planet of the Apes: Last Frontier - J'en ai macaque », Canard PC, no 372,‎ , p. 34.
  126. (en) « Test : Planet of the Apes: Last Frontier », sur gamekult.com, (consulté le 20 septembre 2019).
  127. a et b (en) « Crisis on the Planet of the Apes VR Review », sur IGN.com, (consulté le 21 septembre 2019).
  128. (en) « Creating a Crisis: Foxnext on Planet of the Apes in VR », sur GameReactor.eu, (consulté le 21 septembre 2019).
  129. « Test : Crisis on the Planet of the Apes », sur JeuxVideo.com, (consulté le 20 septembre 2019).
  130. a et b Greene 1998, p. 23.
  131. Greene 1998, p. 9, 21 et 33.
  132. Von Busack 2004, p. 171-173.
  133. Davis 2013, p. 246-247.
  134. Davis 2013, p. 245-246.
  135. Greene 1998, p. 19-20 et 71-73.
  136. (en) « Review: Rise of the Planet of the Apes », sur SlantMagazine.com, (consulté le 23 septembre 2019).
  137. a et b (en) « Enlightened Racism in Rise of the Planet of the Apes », sur ParaCinema.net, (consulté le 23 septembre 2019).
  138. (en) Phil Chidester, « The Simian That Screamed No!: Rise of the Planet of the Apes and the Speculative as Public Memory », Visual Communication Quarterly, vol. 22, no 1,‎ , p. 3-14 (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2019).
  139. a et b (en) Jonathan Kirshner, « Subverting the Cold War in the 1960s: Dr. Strangelove, The Manchurian Candidate, and The Planet of the Apes », Film & History: An Interdisciplinary Journal of Film and Television Studies, Center for the Study of Film and History, no 31,‎ , p. 40 à 44.
  140. Greene 1998, p. 8-9 et 22-23.
  141. Greene 1998, p. 65-67.
  142. Greene 1998, p. 72 et 159.
  143. Greene 1998, p. 3-7.
  144. Greene 1998, p. 27, 78-79 et 86.
  145. Sheryl N. Hamilton, « Human no like smart ape: figuring the ape as legal person in Rise of the Planet of the Apes », Law and Humanities, Taylor & Francis, vol. 10, no 2,‎ , p. 300–321 (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2019).
  146. Bruce Southard, « The Language of Science Fiction Fan Magazines », American Speech, Duke University Press, vol. 57, no 1,‎ , p. 19–31 (ISSN 0003-1283).
  147. Bond et Fordham 2014, p. 98-99.
  148. Greene 1998, p. 164 et 167.
  149. Greene 1998, p. 152 et 169.
  150. a et b Von Busack 2004, p. 265.
  151. Greene 1998, p. 169-170.
  152. Bond et Fordham 2014, p. 161-166.
  153. a b c et d Greene 1998, p. 169-171.
  154. Greene 1998, p. 175.
  155. (en) Anahid Kassabian, Ubiquitous Listening : Affect, Attention, and Distributed Subjectivity, Oakland, University of California Press, , 182 p. (ISBN 978-0-52027-516-4), p. 55.
  156. a b c d et e Greene 1998, p. 176-179.
  157. Quentin Billet-Garin, « De 1968 à 2017, notre guide de la saga La Planète des Singes », sur LesInrocks.com, (consulté le 30 août 2019).
  158. (en) « Planet of the Apes (1968) », sur RottenTomatoes.com (consulté le 6 septembre 2019).
  159. (en) « Planet of the Apes (1968) », sur MetaCritic.com (consulté le 6 septembre 2019).
  160. « La Planète des singes (1968) », sur AlloCine.fr (consulté le 6 septembre 2019).
  161. (en) « Beneath the Planet of the Apes », sur RottenTomatoes.com (consulté le 6 septembre 2019).
  162. (en) « Beneath the Planet of the Apes », sur MetaCritic.com (consulté le 6 septembre 2019).
  163. (en) « Escape from the Planet of the Apes », sur RottenTomatoes.com (consulté le 6 septembre 2019).
  164. (en) « Escape from the Planet of the Apes », sur MetaCritic.com (consulté le 6 septembre 2019).
  165. (en) « Conquest of the Planet of the Apes », sur RottenTomatoes.com (consulté le 6 septembre 2019).
  166. (en) « Conquest of the Planet of the Apes », sur MetaCritic.com (consulté le 6 septembre 2019).
  167. (en) « Battle for the Planet of the Apes », sur RottenTomatoes.com (consulté le 6 septembre 2019).
  168. (en) « Battle for the Planet of the Apes », sur MetaCritic.com (consulté le 6 septembre 2019).
  169. (en) « Planet of the Apes (2001) », sur RottenTomatoes.com (consulté le 6 septembre 2019).
  170. (en) « Planet of the Apes (2001) », sur MetaCritic.com (consulté le 6 septembre 2019).
  171. « La Planète des singes (2001) », sur AlloCine.fr (consulté le 6 septembre 2019).
  172. (en) « Rise of the Planet of the Apes », sur RottenTomatoes.com (consulté le 6 septembre 2019).
  173. (en) « Rise of the Planet of the Apes », sur MetaCritic.com (consulté le 6 septembre 2019).
  174. « La Planète des singes : Les Origines », sur AlloCine.fr (consulté le 6 septembre 2019).
  175. (en) « Dawn of the Planet of the Apes », sur RottenTomatoes.com (consulté le 6 septembre 2019).
  176. (en) « Dawn of the Planet of the Apes », sur MetaCritic.com (consulté le 6 septembre 2019).
  177. « La Planète des singes : L'Affrontement », sur AlloCine.fr (consulté le 6 septembre 2019).
  178. (en) « War of the Planet of the Apes », sur RottenTomatoes.com (consulté le 6 septembre 2019).
  179. (en) « War of the Planet of the Apes », sur MetaCritic.com (consulté le 6 septembre 2019).
  180. « La Planète des singes : Suprématie », sur AlloCine.fr (consulté le 6 septembre 2019).
  181. (en) Perry C. Cotham, Obscenity, pornography & censorship, Ada Township, Baker Book House, (ISBN 978-0-80102-345-3, lire en ligne), p. 129 :

    « ...taken in up to $150 million at box offices around the world »

  182. « La Planète des singes (1968) », sur JPBox-office.com (consulté le 3 septembre 2019).
  183. « Le Secret de la planète des singes », sur JPBox-office.com (consulté le 3 septembre 2019).
  184. « Les Évadés de la planète des singes », sur JPBox-office.com (consulté le 3 septembre 2019).
  185. « La Conquête de la planète des singes », sur JPBox-office.com (consulté le 3 septembre 2019).
  186. « La Bataille de la planète des singes », sur JPBox-office.com (consulté le 3 septembre 2019).
  187. « La Planète des singes (2001) », sur JPBox-office.com (consulté le 3 septembre 2019).
  188. « La Planète des singes : Les Origines », sur JPBox-office.com (consulté le 3 septembre 2019).
  189. « La Planète des singes : L'Affrontement », sur JPBox-office.com (consulté le 3 septembre 2019).
  190. « La Planète des singes : Suprématie », sur JPBox-office.com (consulté le 3 septembre 2019).
  191. « Planet of the Apes », sur Lumiere.obs.coe.int (consulté le 3 septembre 2019).
  192. « Rise of the Planet of the Apes », sur Lumiere.obs.coe.int (consulté le 3 septembre 2019).
  193. « Dawn of the Planet of the Apes », sur Lumiere.obs.coe.int (consulté le 3 septembre 2019).
  194. « War for the Planet of the Apes », sur Lumiere.obs.coe.int (consulté le 3 septembre 2019).
  195. (en) « La planète des singes (1968) - Awards », sur IMDB.com (consulté le 6 septembre 2019).
  196. (en) « La planète des singes: Les origines (2011) -Awards », sur IMDB.com (consulté le 6 septembre 2019).
  197. (en) « La planète des singes: L'affrontement (2014) - Awards », sur IMDB.com (consulté le 6 septembre 2019).
  198. (en) « La planète des singes (1968) - Awards », sur IMDB.com (consulté le 6 septembre 2019).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lucille Frackman Becker, « Science and Detective Fiction: Complementary Genres on the Margins of French Literature », dans Freeman G. Henry, French Literature Series: On The Margins of French Literature, Amsterdam, Ropodi, , 159 p. (ISBN 978-9-05183-426-0, lire en ligne), p. 119-126.
  • (en) Eric Greene, Planet of the Apes as American Myth, Middletown, Wesleyan University Press, , 286 p. (ISBN 978-0-81956-329-3, lire en ligne).
  • (en) Edward Gross, Larry Landsman et Joe Russo, Planet of the Apes Revisited, New York, Thomas Dunne Books, , 280 p. (ISBN 978-0-31225-239-7, lire en ligne).
  • (en) David Hughes, Tales From Development Hell, Londres, Titan Books, , 256 p. (ISBN 978-1-8402-3691-0).
  • (en) Richard Von Busack, « Signifying Monkeys: Politics and Story-Telling in the Planet of the Apes Series », dans Gregg Rickman, The Science Fiction Film Reader, Lanham, Limelight Editions, , 432 p. (ISBN 978-0-87910-994-3), p. 165-177.
  • (en) Rich Handley, Timeline of the Planet of the Apes : The Definitive Chronology, New York, Hasslein Books, , 322 p. (ISBN 978-0-6152-5392-3).
  • (en) Jason Davis, « Aping Race, Racing Apes », dans John Huss, Planet of the Apes and Philosophy: Great Apes Think Alike, Chicago, Open Court Publishing, , 312 p. (ISBN 978-0-81269-822-0), p. 245-255.
  • Jeff Bond et Joe Fordham, La Planète des singes : Toute l'histoire d'une saga culte, Paris, Huginn & Muninn, , 256 p. (ISBN 978-2-36480-279-7).
  • Julien Bordier, « Le vrai secret de La Planète des singes », L'Express, Groupe Express, no 3291,‎ , p. 58 à 61 (ISSN 0014-5270).
  • (en) Oliver Lindner, « The Remade Prequel: Rise of the Planet of the Apes (2011) », dans Rüdiger Heinze et Lucia Krämer, Remakes and Remaking: Concepts – Media − Practices, Bielefeld, Transcript Verlag, , 184 p. (ISBN 978-3-83942-894-8), p. 23-39.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]