Patrick Doyle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Doyle.
Patrick Doyle
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web

Patrick Doyle, né le 6 avril 1953 à Uddingston, en Écosse, est un compositeur britannique qui a écrit de nombreuses partitions musicales pour la radio, la télévision, le théâtre et le cinéma.

Carrière[modifier | modifier le code]

Patrick Doyle est diplômé (1974) du Royal Scottish Academy of Music and Drama, où il prenait des cours de piano et de chant.

En 1987, Patrick Doyle rejoint la Renaissance Theatre Company en tant que compositeur et directeur musical. Il y fait la connaissance de Kenneth Branagh, avec qui il se lie d'amitié. Il fait même des apparitions en tant qu'acteur au sein de la troupe. Puis il travailla avec la réalisatrice Judi Dench dans la production de Look Back in Anger à la télévision et composa les partitions pour King Lear (Le Roi Lear) et A Midsummer Night's Dream (Le Songe d'u ne Nuit d'été).

Pour sa première réalisation pour le cinéma, Kenneth Branagh lui demande naturellement d'écrire la partition du film Henry V, produit par la Renaissance Theatre Company. Pour l'occasion, Doyle demande au grand chef d'orchestre Simon Rattle de diriger le City of Birmingham Symphony Orchestra, contribuant à ce premier coup d'éclat musical et manifestement, une des grandes révélations du film. Le thème "Non Nobis Domine" du film fut récompensé en 1989 par l'Ivor Novello Award for Best Film Theme.

Ce sera le début d'une longue et fructueuse collaboration avec le réalisateur, qu'il retrouva sur quasiment tous ses films suivants, notamment Dead Again en 1991, Beaucoup de bruit pour rien en 1993, Frankenstein en 1994, le film opéra Hamlet en 1996 ou encore le film de super-héros Thor en 2011.

En 1990, le Prince Charles lui demanda de composer The Thistle and The Rose, pour un chœur, en l'honneur du 90e anniversaire de la Reine Mère.

Fait assez rare pour un compositeur anglo-saxon en raison de la barrière linguistique, il œuvre également pour le cinéma français et plus particulièrement pour Régis Wargnier qui, très impressionné par son travail sur le film Henry V, va lui confier la partition de son film "Indochine" (pour lequel Doyle sera nommé au César de la meilleure musique écrite pour un film en 1992). C'est le début d'une collaboration privilégiée, qui sera marquée par les très belles compositions de Doyle sur Une femme française et sur Est-Ouest.

Il commence également à se faire un nom à Hollywood, où il se distingue notamment pour ses excellentes partitions pour le film de Brian de Palma, L'Impasse en 1993, celui d'Ang Lee, Raison et sentiments en 1995 (nommée au Golden Globe, à l'Oscar de la meilleure musique et au BAFTA Nomination for Best Film Score) ou encore pour le film Donnie Brasco en 1997.

En 1995, il compose la bande son du film La Petite Princesse, dont la chanson Kindle My Heart est interprétée par sa propre fille, Abigail. Ce film est un grand succès[réf. souhaitée], ainsi que le morceau final, The Goodbye, chanté par l'actrice principale du film, Liesel Matthews. Cette bande originale reçoit le LAFCA Award de la meilleure musique de film[1].

En octobre 1997, Doyle se fait diagnostiquer une grave leucémie qui le condamne à plus ou moins long terme. Pendant qu'il suit un lourd traitement à l'hôpital et pour ne pas sombrer dans la dépression, il accepte de composer la partition du dessin animé Excalibur, l'épée magique pendant les quatre mois que dure son traitement. Il finit par guérir totalement de la maladie[2].

En 2004, il écrit la musique du quatrième film de la série Harry Potter, succédant ainsi à John Williams, qui avait composé la musique des trois premiers opus.

Il poursuit sa carrière hollywoodienne avec des projets ambitieux commercialement mais qui restent décevants sur le plan artistique, où sa musique peine à se renouveler et à retrouver la fougue et le lyrisme de ses premières œuvres européennes : en cela, Eragon, La Dernière légion, Thor ou The Ryan Initiative restent d'une facture très classique et sans âme.

On retiendra cependant La Planète des singes : Les Origines en 2011 et Rebelle en 2012 qui sont l'occasion, pour lui, de signer des partitions un peu plus inspirées.

Œuvres de convert : The thistle and the rose pour voix et chœur; The face in the lake pour récitant et orchestre; Corasik pour violon et orchestre; Impressions of America pour orchestre; Tam O'Shanter pour orchestre;

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]