Jeunesse ouvrière chrétienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir JOC.
Jeunesse ouvrière chrétienne
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique

Association de jeunesse Association d’éducation populaire Mouvement d'église

Organisation du mouvement ouvrier
Zone d’influence Mondiale (plus de 100 pays)
Fondation
Fondation 1927
Fondateur Joseph Cardijn
Origine Belgique
Identité
Structure

Jeunesse ouvrière chrétienne internationale (JOCI) [1]

Coordination internationale des JOC (CIJOC) [2]
Slogan « Un jeune travailleur vaut plus que tout l'or du monde car il est fils de Dieu »

La Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) est une association chrétienne de jeunes du milieu ouvrier.

Créée en Belgique en 1925 par le père Joseph Cardijn, elle est aujourd'hui présente dans plus une d'une cinquantaine de pays[1] par le biais de deux organismes internationaux : la Jeunesse ouvrière chrétienne internationale (JOCI) et la Coordination internationale des Jeunesses ouvrières chrétiennes (CIJOC).

Les militants de la JOC sont appelés des jocistes[2].

Les caractéristiques fondamentales de la JOC[modifier | modifier le code]

Les mouvements nationaux JOC partagent trois caractéristiques fondamentales communes, plus ou moins affirmées selon les pays :

  • La JOC est une association « par les jeunes, pour les jeunes et entre jeunes »[3]. Elle est dirigée et gérée par les jeunes eux-mêmes. La JOC leur propose un projet éducatif fondé sur l’action et la responsabilisation[4].
  • La JOC est un mouvement apostolique de l’Église catholique. Par diverses propositions, elle permet aux jeunes de se questionner sur leur foi et de se découvrir aimés de Dieu[5],[6].
  • La JOC fait partie du mouvement ouvrier. Elle s'adresse en priorité aux jeunes du milieu ouvrier et des quartiers populaires. Elle leur propose d'entrer dans le combat pour leur dignité dans la continuité des luttes sociales[7],[8],[9].

Le slogan de la JOC est une citation de son fondateur Joseph Cardijn : "Un jeune travailleur vaut plus que tout l'or du monde car il est fils de Dieu"[10],[11]

Les méthodes fondamentales de la JOC[modifier | modifier le code]

La pédagogie centrale de la JOC est la révision de vie[12],[13],[14],[15]. C'est une méthode de relecture en trois étapes qui se vit généralement en équipe de 3 à 10 jeunes[16],[17] :

  • Voir : Les jocistes partagent ce qu'ils vivent dans leur vie quotidienne (travail, études, vie affective, famille...). Ils sont invités à être attentifs à la vie des autres jeunes.
  • Juger : Les jocistes portent un regard critique sur les situations de vie partagées lors de la première étape. Ils recherchent les causes des situations difficiles afin de pouvoir agir dessus. Ils confrontent ces situations à leurs convictions et à leur foi, souvent à l'aide d'un texte biblique.
  • Agir : Les jocistes construisent un projet collectif ou personnel pour répondre aux situations problématiques vécues par les jeunes.

La méthode de la révision de vie est également utilisée par d'autres mouvement d'action catholique. Elle a été mise en lumière par le Pape Jean XXIII dans la lettre encyclique Mater & Magistra[18].

La JOC a développé différentes méthodes de formation et d'action qui lui sont propres :

  • La démarche d'enquête (ou aller-vers)[19],[20] : La JOC mène régulièrement de grandes enquêtes auprès des jeunes du milieu ouvrier. Développée dès les années 1930[21], la démarche enquête permet à la JOC d'aller à la rencontre de nouveaux jeunes et de mettre en lumière des situations problématiques qu'ils vivent. 
  • La carte de relation[22] : c'est un outil sur lequel chaque jociste note les noms des jeunes avec qui il est en lien et ce qu'ils vivent. Utilisée lors des rencontres d'équipe, la carte de relation permet aux jocistes d'être attentif à la vie des jeunes qui les entourent.
  • L'accompagnement[23],[24],[25] : La JOC est entièrement dirigée par les jeunes mais chaque instance est accompagnée par un adulte prêtre ou laïc. Il est présent pour donner des conseils et apporter un regard extérieur mais ne dispose d'aucuns pouvoirs sur les prises de décisions du mouvement.

La JOC en Belgique[modifier | modifier le code]

Histoire de la JOC en Belgique[modifier | modifier le code]

Contexte social en Belgique avant la création de la JOC[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la révolution industrielle pousse une population majoritairement rurale à quitter les campagnes pour travailler dans les villes. À la fin du XIXe siècle, une crise économique majeure éclate : la Grande Dépression (1873-1896) qui affecte grandement la Belgique et pousse la classe ouvrière encore plus dans la misère. Dans les années 1890, la dépression cède la place à une expansion de la société industrielle, la population est asservie, hommes, femmes et enfants sont mis au travail pour assouvir les besoins grandissants de main d’œuvre[26],[27]. Les enfants et les jeunes entrent massivement dans le circuit du travail, dans le monde des adultes sans aucune transition. Les jeunes sont engrenés dans la fatalité, le déracinement et le manque d’identité propre.

Les conditions de travail sont inhumaines, la rémunération très maigre et les journées de travail très longues allant de dix à douze heures sans couverture sociale. Au même moment, de nombreux mouvements sociaux et contestations ouvrières contre la domination de la bourgeoisie éclatent aux quatre coins du monde. En Belgique, cette crise donne lieu aux « émeutes de la faim » en 1886[28],[26]. Le Parti catholique, alors seul au pouvoir de 1884 à 1916 cède aux pressions et l’émancipation de la masse ouvrière débute. En 1893, le droit de vote plural réservé aux hommes remplace le vote censitaire. Le Parti Ouvrier Belge accède à la Chambre des représentants et les autorités publiques s’intéressent alors aux problèmes des classes ouvrières et adoptent les premières lois sociales dès 1887, posant ainsi les premières pierres d’un système de protection des travailleurs et de sécurité sociale.

Les prémisses de la jeunesse catholique[modifier | modifier le code]

Au milieu du XIXe siècle, le patronage[note 1] se développe en Belgique et constitue pendant longtemps la seule association catholique destinée aux jeunes de milieu populaire[29]. Des enfants et des jeunes travailleurs de 12 à 20 ans commencent à se réunir en petits cercles tous les dimanches sous la direction de bourgeois et de nobles. Lors de ces réunions, ils participent à des activités religieuses et sont instruits dans l’optique d’atténuer ce passage forcé et précoce de l’enfance à la vie professionnelle et donc adulte dans une perspective morale et religieuse[29]. À cette période, les convictions religieuses baissent dans les milieux populaires. La religion, paternaliste, est considérée comme un instrument des classes dirigeantes et une partie du clergé est défavorable à l’action ouvrière. Christianisme et socialisme semblent être des notions inconciliables et les deux courants politiques rivalisent à travers leurs partis politiques et syndicats[30]. La déchristianisation de la population ne cesse de croître, principalement dans les villes, et pour tenter d’atténuer ce phénomène, l’Église tente dans un premier temps de multiplier les églises et paroisses, sans succès. L’idée française selon laquelle l’avenir du prêtre est plus social et réside dans des œuvres sociales catholiques et dans la vie associative se répand[31].

Vers une organisation de la Jeunesse ouvrière chrétienne (1918-1925)[modifier | modifier le code]

À l’issue de la première guerre mondiale, le Pape Pie XI lance alors l’Action Catholique qui regroupe des jeunes et des adultes en associations afin de tenter de restaurer l’influence de l’Église et d’anéantir la décadence morale avec pour référence « Omnia instaurare in Christo »[32](« Tout restaurer dans le Christ » (Eph. 1, 10)).

Cardijn demeure vicaire de Laeken jusqu’en 1918 et prend la direction des œuvres sociales catholiques de l’arrondissement de Bruxelles. En 1915, il met sur pied le syndicat des apprentis à Laeken et forme un cercle d’étude central des jeunes ouvriers. Ce cercle central d’étude donnera naissance à l’association Jeunesse Syndicaliste en 1919 affiliée à la fédération bruxelloise des syndicats chrétiens et créée sous l’impulsion de Cardijn et de Fernand Tonnet. Le « trio fondateur » est constitué de Paul Garcet, Jacques Meert et de Fernand Tonnet qui jouèrent un rôle essentiel dans le développement de la JOC[33],[34].

L’association dispose d’un secrétariat permanent et regroupe les jeunes de quatorze ans jusqu’au service militaire. Le cercle d’étude central constitue le cœur du mouvement, il s’assemble presque tous les mois et réunit les délégués des sections locales, qui se sont créées, chaque semaine pour discuter des mesures à prendre, du rôle de l’Église, des problèmes religieux et moraux[35],[36]. Les objectifs de l’association sont ceux d’aider et protéger les jeunes travailleurs sur les plans professionnel, social et moral. Des buts qu’elle tente d’atteindre par la formation et l’action syndicale. Les outils de formation pour les jeunes de ce cercle sont l’enquête, des rencontres et des discussions, des journées d’étude et des excursions.

Les sections locales sont au nombre de onze en 1920, et dix-huit en 1921 avec 300 membres[37],[38].

En 1923, le cercle d’étude central se réorganise et est divisé en une branche pour les anciens et une branche pour les jeunes. Par la suite ces deux sections se réorganisent en une branche néerlandophone et une branche francophone[35],[38]. Imprégné de la formation sociologique de Cardijn, le mouvement utilise l’enquête pour appréhender les problèmes sociaux et basait sa philosophie sur le triptyque: Voir (prendre conscience des injustices), Juger (analyser et confronter les injustices) et Agir (mener des actions collectives).

La Jeunesse Syndicaliste fonde en 1920 un journal mensuel portant le nom de Jeunesse Syndicaliste. Ce journal revendique le respect pour la classe ouvrière et principalement les jeunes. Il donne une image négative de la société pour tenter de susciter un comportement plus digne d’inspiration chrétienne qui permettrait à la masse ouvrière de susciter « l’estime des autres classes sociales »[37]. En 1924, le journal abandonne son titre pour celui de Jeunesse Ouvrière juste avant le changement de nom du mouvement lui-même pour celui de Jeunesse Ouvrière Chrétienne[37].

Du côté néerlandophone du pays, l’abbé Joseph Bloquaux alors directeur adjoint des œuvres sociales d’Anvers fonde avec la collaboration du syndicaliste Arthur Donse une association appelée De Jonge Werkman. Elle est inspirée du mouvement de Cardijn et de celui du même nom qui s’est développé aux Pays-Bas[39]et dispose elle aussi d'un journal mensuel du même nom. Elle a été conçue comme « un mouvement syndical combatif, à orientation anti-socialiste, qui mènerait une action religieuse et morale dans le milieu ouvrier »[40]. Le cœur de l’association était la ville d’Anvers mais des succursales commencent à se créer un peu partout dans les communes flamandes, dans lesquelles la formation de ses membres devient l’objectif central. En 1924, toutes les entités sont regroupées pour ériger une fédération nationale flamande sous le nom de Kristene Arbeidersjeugd (KAJ) dont le secrétariat s’implante dans un premier temps à Anvers[41],<[42].

En juillet 1924, Cardijn a organisé des réunions auxquelles participent des prêtres, des directeurs d’œuvres sociales et des vicaires de Wallonie, où son projet d’une organisation pour les jeunes travailleurs est accepté. Cela marquera la naissance officielle de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC). Cardijn et le « trio fondateur» établissent une dizaine de fédérations régionales regroupées en une fédération nationale. Les statuts de cette association sont approuvés en avril 1925, date du premier congrès national qui a lieu à Bruxelles, au cours duquel une direction centrale est formée: le premier président de l’association sera Fernand Tonnet. Paul Garcet, Jacques Meert et Fernand Degive deviennent des membres permanents du secrétariat national de Bruxelles[42].

À partir d’avril 1925 le mouvement jociste existe officiellement dans tout le pays. La JOC féminine et la JOC masculine sont regroupés et de nombreux cercles de jeunesse se développent. Le président de la KAJ déclare lors du congrès de Bruxelles des 18 et 19 avril 1925 que « le mouvement néerlandophone et la JOC ne font qu’un »[43],[44]. Ce congrès est aussi l’occasion de définir les objectifs de l’association et les besoins de la classe ouvrière sur base des enquêtes faites par les différents groupes. Le 29 décembre 1924, la JOC est affiliée à l’Association Catholique de la Jeunesse Belge (ACJB).

Naissance et développement du mouvement (années 1920-1930)[modifier | modifier le code]

Plaque commémorant la fondation de la JOC à Bruxelles

La JOC est créée en 1925 en Belgique par le prêtre Joseph Cardijn et par deux laïcs Paul Garcet et Fernand Tonnet. Cardijn affirme alors : « un jeune travailleur vaut plus que tout l'or du monde parce qu'il est fils de Dieu ». En France, en mars 1927, le P. Cardijn fait son premier voyage à Paris, invité au Congrès de l'Union des Œuvres, à Reims par le père Jean-Emile Anizan. Cardijn déchaine lors de cette rencontre un grand enthousiasme : on parla ensuite du « baptême de Reims » de la JOC[45].

Dans la lancée, le Père Georges Guérin fonde une branche française de la JOC, qu'il avait découverte en Belgique grâce au Manuel de la JOC et à la revue Jeunesse Ouvrière. Il en parle à Georges Quiclet, jeune aide-comptable d'une entreprise de Clichy, dans la banlieue de Paris. Ensemble, ils rédigent un tract intitulé La Jeunesse Ouvrière. Le a lieu une première réunion à Clichy. 700 invitations sont envoyées pour finalement réunir une soixantaine de jeunes. La JOC s'affilie à l'Association catholique de la jeunesse française (A.C.J.F.) comme mouvement autonome.

Le père Guérin propose aux jeunes ouvriers de réfléchir, d’analyser ce qu’ils vivent, de se former et d’agir selon la démarche « Voir, Juger, Agir », fondement de la méthode jociste. Il les encourage à militer dans des syndicats et à participer à des groupes d’étude de la doctrine sociale de l'Église.

La JOC se fonde sur l'idée d'un mouvement ouvrier consacré aux chrétiens, selon le slogan « Entre eux, Par eux, Pour eux », qui vise entre autres à rechristianiser le monde ouvrier : « Nous referons Chrétiens nos frères ».

La Jeunesse ouvrière féminine (JOCF)[modifier | modifier le code]

Cardijn a totalement transformé les œuvres paroissiales féminines et le patronage féminin du dimanche. Il promut le syndicalisme féminin qu’il conçoit à l’image du syndicalisme anglais comme « un moyen de défense des intérêts matériels des ouvrières, mais aussi, comme un instrument de formation professionnelle, générale et morale »[46]. Cardijn effectue plusieurs voyages qui influenceront sa cause au cours de ses études de sociologie à l’université de Louvain. Le voyage qui influencera particulièrement son projet futur sera celui qu’il effectuera en Angleterre en 1911. Au cours de ce voyage, il rencontre les dirigeants du mouvement ouvrier (les trade-unions) et s’éprend alors d’admiration pour l’approche du mouvement et des syndicats ouvriers. Ce sont des organisations à la fois fortes, car donnant de l’importance à l’éducation de leurs membres, et indépendantes car reposant sur la contribution de leurs affiliés[47],[46],[32]. Ce mouvement devient puissant, soucieux d’unité au plan national et international, respectueux de la religion et préoccupé par l’action éducative auprès de ses membres[48].

En 1912, Cardijn devient vicaire de la paroisse de Notre-Dame à Laeken, et se voit confier la direction des œuvres paroissiales féminines, son projet étant de mettre en place un réseau d’organisations sociales en s’inspirant de l’organisation des trade-unions anglais[47],[49]. Cardijn a totalement transformé les œuvres paroissiales féminines francophones et le patronage féminin du dimanche. Il promut le syndicalisme féminin qu’il conçoit à l’image du syndicalisme anglais comme « un moyen de défense des intérêts matériels des ouvrières, mais aussi, comme un instrument de formation professionnelle, générale et morale »[46].

En août 1912, il développe dans la paroisse un cercle d’étude social avec l’aide de Madeleine De Roo appelé noyau des demoiselles ou des dirigeantes. Ce cercle se réunit deux fois par mois sous la direction de Cardijn et est composé d’une vingtaine de jeunes filles de milieu aisé qui se consacrent à l’étude des problèmes sociaux et tente d’y apporter des solutions. En octobre de la même année, il crée une section locale du Syndicat féminin de l’Aiguille (lui-même fondé en 1906 par Victoire Cappe) suivi par la création d’un syndicat d’étude syndical et une ligue des femmes du monde ouvrier[50],[51]. Pour Cardijn et l’archevêque Mercier, le développement de ces œuvres sociales catholiques est une nécessité pour élever matériellement et spirituellement les ouvriers et ainsi restaurer la dignité humaine et chrétienne des ouvriers entachée par les conditions de travail inhumaines. L’Homme, en tant que créature de Dieu a une finalité plus grande que celle d’être asservi[52].

Cardijn souhaite aller plus loin dans la formation des jeunes filles et pour cela, il réorganise le patronage des filles en quatre groupes différenciés selon les âges en 1916. Il réunit le patronage tous les quinze jours et forme des groupes d’adolescentes ouvrières et apprenties membres des syndicats et œuvres religieuses à qui il confie l’animation du groupement par le biais d’interventions et divers exposés sur divers aspects tirés de leur vie quotidienne. En 1919, il ressort des journées d’étude de la fédération bruxelloise des patronages de jeunes filles une affiliation de cette fédération aux Œuvres Socailes Féminines Chrétiennes (OSFC)[53],[52],[54]. En septembre 1922, lors du congrès des OSFC, une section jeunesse du mouvement social féminin est mise sur pied par le biais de groupements locaux de jeunesse (s’adressant aux jeunes filles du monde ouvrier de 14 à 21 ans) qui apparaissent un peu partout[55],[54]. Au niveau national le journal Joie et Travail est publié mensuellement à partir de septembre 1922. Le journal a été conçu pour principalement pour promouvoir les organisations sociales tout en comprenant une partie divertissement, une partie instructive[56].

En 1923, le mouvement est restructuré et les cercles de jeunesse bénéficient de moins d’autonomie. Elles deviennent une branche de l’organisation féminine des adultes qui regroupe les représentants des œuvres de jeunesse et des Ligues de Femmes sous le nom Fédération Joie et Travail. Cette fédération devient officiellement la Jeunesse Ouvrière Chrétienne Féminine (JOCF) en décembre 1924 mais la date de création officielle de l’association est considérée comme étant le , date de l’assemblée nationale des déléguées de tous les cercles de jeunesse ouvrière féminine et un comité national de onze membres est constitué[57],[58]. Lors de cette assemblée, Cardijn explique les buts de cette fédération: « former les jeunes filles au bien », « les assister, ne pas les abandonner à elles-mêmes », « les défendre », « les représenter auprès des pouvoirs publics, auprès des patrons »[58].

Du côté néerlandophone l’évolution du mouvement est assez similaire, différents cercles se développent dans les localités flamandes à partir de 1923. Le journal Lenteleven est créé en 1922. Ce mouvement porte dans un premier temps le nom de Christelijke Jeugdorgansatie voor Meisjes (CJOM) pour ensuite prendre celui de Vrouwelijke Kristene Arbeidersjeugd (KAJ)[41].

Sous l'Occupation[modifier | modifier le code]

En Belgique les deux cofondateurs de la JOC avec Joseph Cardijn, Paul Garcet et Fernand Tonnet, participent à la résistance. Ils sont arrêtés et déportés dans des camps de travail en Allemagne et ensuite au camp de Dachau. Ils y meurent en janvier 1945. Joseph Cardijn, séquestré à la Gestapo, puis mis au secret, survit et reprendra son œuvre dès la libération. Cependant, le président Victor Michel devenait, pendant l'occupation, une des chevilles ouvrières du Réseau Socrate qui va, entre autres, financer l'aide aux jeunes travailleurs réfractaires au service du travail obligatoire (STO) en Allemagne.

Prise de distance avec l’Église[modifier | modifier le code]

L’année 1969 marquera un tournant dans l’histoire de la JOC. L’idéologie du mouvement va passer de ce que certain appelait un progressisme chrétien modéré vers « une célébration péremptoire de la lutte des classes»[59]. De 1925 à 1969, la JOC s’est globalement tenu à l’écart de la politique « tout en adoptant des positions sociales réformistes »[60]. Un virage à gauche va s’opérer et cela est perceptible tant au niveau des personnalités jugées emblématique par les dirigeants de la JOC à la formule interne du mouvement. Ainsi le pape Jean XXIII, le médecin missionnaire Albert Schweitzer, le Mahatma Gandhi seront rejoints par le révolutionnaire argentin Che Guevara, le président chinois Mao Zedong et le trotskyste mexicain Posadas. Tandis que la formule de 1964 « tous unis dans la même amitié partagée dans Notre Seigneur » deviendra en 1973 « unis dans la lutte »[60].

La JOC devient de plus en plus critique envers l’Église et notamment envers la hiérarchie ecclésiastique. Celle-ci étant jugé trop soumise à une "élite" ainsi que largement complaisante envers les dictatures de droite, « elle n’a plus ni véritable fibre apostolique, ni élan missionnaire »[60]. Ainsi la JOC se structure sur un nouveau départ et va rompre « les amarres avec une Action catholique spécialisée que beaucoup considèrent alors, non sans raisons d’ailleurs, comme dépourvue d’avenir »[60]. Le nouveau but va être « la transformation radicale des structures de la société »[60].

À l’instar de nombreux mouvements de jeunesses, « la JOC francophone est fortement influencée par la poussée contestataire et par la vague anti-impérialiste de la fin des années 1960 »[60]. Le parcours de la JOC est semblable à celui d’autres organisations chrétiennes comme la Jeunesse rurale catholique, la JEC et la KSA flamande[61],[62].

2014 : Changement et rupture[modifier | modifier le code]

En 2014, la JOC, Belge, change de nom afin d’abandonner toute référence chrétienne, passant ainsi de « Jeunesse Ouvrière Chrétienne » à « Jeunes Organisés Combatifs », conservant ainsi l'acronyme mais abandonnant les références exclusives au christianisme et au monde ouvrier[63]. Au-delà de l’appartenance chrétienne, il s’agit d’un véritable repositionnement idéologique ; l'argument avancé étant que les jeunes ne se reconnaissent plus forcément dans une jeunesse ouvrière chrétienne ou ouvrière, bien que nombreux sont les membres issus de milieux précarisés et sans emploi[64]. Dans un contexte de crise, l'association se donne pour objectif de lutter concrètement pour les abolir, la combativité devenant la principale valeur du mouvement[64].

Néanmoins les « Jeunes Organisés Combatifs » restent liées à la JOC Européenne (JOCE), à la JOC Internationale (JOCI) ainsi qu'elle demeure l’une des organisations constitutives du Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC)[65].

Personnalités belges en lien avec la JOC et JOCF[modifier | modifier le code]

La JOC en France[modifier | modifier le code]

Jeunesse Ouvrière Chrétienne
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique association loi de 1901
But

- Former des jeunes militants ouvriers chrétiens durables, acteurs de leur vie, de la société et de l'Eglise.

- Agir pour un changement qui conduise à une société nouvelle, juste et fraternelle.
Zone d’influence France métropolitaine et Corse
Fondation
Fondation 1927
Fondateur Georges Guérin
Origine Clichy-la-Garenne
Identité
Siège 246 Boulevard Saint-Denis – BP36 92403 Courbevoie Cedex
Structure Fédération nationale réunissant 120 associations locales
Présidente Lola Mehl
Affiliation internationale Coordination internationale de la JOC [3]
Membres 10.000
Représentativité

Membre du Forum Français de la Jeunesse

Membre du Conseil économique, social et environnemental

Membre du Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d'éducation populaire
Slogan « Un jeune travailleur vaut plus que tout l'or du monde car il est fils de Dieu »
Site web www.joc.asso.fr

Comme dans chacun des pays où la JOC s'est implantée, la JOC de France a développé des caractéristiques et une histoire qui lui sont propre.

Organisation de la JOC[modifier | modifier le code]

La JOC est une association loi 1901 qui réunit 10.000 jeunes âgés de 13 à 30 ans répartis sur tout le territoire métropolitain au travers de 120 fédérations locales[66],[67]

Chaque fédération locale fédère des équipes de base (ou de révision de vie) qui réunissent de 3 à 10 jeunes[68]. Les équipes se rencontre régulièrement pour vivre la révision de vie et pour mener des actions locales. Le mouvement propose de nombreuses formations à ses adhérents sur la vie associative, la méthodologie de projet, la compréhension du monde et sur les valeurs du mouvements[69]

Reconnaissance et partenariats[modifier | modifier le code]

La JOC est agréée « Jeunesse et éducation populaire »[70] par le ministère de la Jeunesse. Elle est membre fondatrice du Forum Français de la Jeunesse[71] et membre du CNAJEP[72]. Depuis 2015, la JOC a une représentante au Conseil économique, social et environnemental (CESE)[73],[74]. Reconnue pour son expertise sur la vie des jeunes du milieu ouvrier et des quartiers populaires, elle est régulièrement auditionnée et citée par le Sénat[75],[76],[77], par l'Assemblée nationale[78],[79],[80] et par différents ministères[81],[82],[83]. Par sa présence et sa reconnaissance institutionnelle, la JOC est reconnue comme une des principales associations de jeunesse et d’éducation populaire de France. 

La JOC est active dans le mouvement ouvrier. Elle participe régulièrement à des mouvements sociaux comme celui contre le Contrat Première Embauche en 2006[84],[85], contre la réforme des retraites[86],[87] ou contre le loi travail[88]. Elle entretient des relations étroites avec les syndicats ouvriers[89],[90],[91].

La JOC est un mouvement d’Église[92]. Elle fait partie de la Mission Ouvrière[93],[94], structure chargée de coordonner l’évangélisation du monde ouvrier et des quartiers populaires en France. Elle y est reconnue pour ses méthodes innovantes et son efficacité dans la première annonce et la responsabilisation des jeunes des périphéries[95].

Histoire de la JOC française[modifier | modifier le code]

Créée en 1925 en Belgique par Joseph Cardijn, la JOC fut introduite en France dès 1927. Le mouvement a connu plusieurs phases de développement.

Contexte français de la fondation de la JOC[96][modifier | modifier le code]

Avec la révolution industrielle, des millions de paysans quittent les campagnes pour aller travailler dans les usines dans grandes agglomérations. Dans les mines, les usines et autres manufactures, les conditions de travail sont extrêmement difficiles et les salaires permettent à peine aux familles ouvrières de survivre. D'abord opposée à cette industrialisation, l’Église catholique finie par accepter et justifier celle-ci. Dans ce contexte, un fossé profond se creuse entre les ouvriers et l'Église[97]. En 1891, le pape Léon XIII publie l'encyclique Rérum Novarum qui condamne les excès du capitalisme et admet la nécessite des organisations ouvrière[98]. Des catholiques sociaux comme Albert de Mun, Frédéric Ozanam, l'abbé Lemire ou Marc Sangnier prendront des initiatives en faveur des ouvriers[99]. Mais ces initiatives sont le fait de chrétiens issus des classes privilégiés et non pas des ouvriers eux-même.

L'élan jociste[100][modifier | modifier le code]

La JOC se développe rapidement et arrive en France en 1927 à Lille[101] et dans la banlieue parisienne[102]. Elle est officiellement fondée à Clichy-la-Garenne en 1927 par l'abbé Georges Guérin et le jeune Georges Quiclet[103]. L'année suivante la JOCF est fondée par Jeanne Aubert[104]. La JOC se fonde sur l'idée de rechristianiser le monde ouvrier avec le slogan : « Nous referons chrétiens nos frères »[105].

Le mouvement se développe très rapidement sur tout le territoire français. En 1937, dix ans après sa fondation, la JOC compte 86 fédérations, 734 sections et 50.000 militants. La JOCF compte 96 fédérations, 650 sections et 50.000 militantes. Le journal du mouvement « la jeunesse ouvrière » tire à plus de 100,000 exemplaires[106].

Cette période de fort développement est marqué par la création de nombreux services[107] : Le service pré-JOC pour les apprentis. La librairie de la jeunesse ouvrière qui deviendra les éditions ouvrières puis les éditions de l'atelier. Le service d'aide aux malades avec la création de sanatoriums. Un centre d'orientation professionnelle qui sera à l'origine des premier centres d'information et d'orientation (CIO). Un bureau de placement pour les jeunes chômeurs (ancêtre de l'actuel Pole Emploi).

En 1928, la JOC lance ses premières enquêtes sur « l'argent de poche » et « les apprentis »[108]. Les premières campagnes nationales d'action s’enchaîne sur le chômage, la santé au travail, les délégués jeunes en entreprise... En 1936, la JOC mène sa première enquête internationale sur les conditions de travail et la dépose au Bureau International du Travail à Genève[109].

En 1937, pour ses 10 ans la JOC réuni plusieurs dizaines de milliers de jeunes au parc des princes pour son premier grand rassemblement.

Durant la seconde guerre mondiale[110][modifier | modifier le code]

En 1939, le pèlerinage mondiale de la JOC à Rome est annulé au cause de la deuxième guerre mondiale[111]. Comme une grande partie des associations de jeunesse, La JOC est interdite par le régime de Vichy dès le 28 août 1940[112]. Le mouvement poursuit son activité dans la clandestinité avec la protection de l'épiscopat français. Georges Guérin, l’aumônier général de la JOC est emprisonné[113]. De nombreux jocistes entrent en résistance militaire dans les maquis ou en résistance spirituelle dans les camps du STO. Beaucoup seront déportés et assassinés comme Marcel Callo, jociste de Rennes, mort en déportation en 1945 et béatifié par Jean Paul II le 4 octobre 1987[114]. Sur les 50 chrétiens visées par la cause de béatification collective pour leurs martyrs lors de cette guerre, 20 sont des jocistes[115].

Les trente glorieuses[modifier | modifier le code]

Après la guerre, la JOC et la JOCF misent sur la formation de leurs membres et poursuit leurs actions de terrain. Le mouvement s'ouvrent à de nouveaux partenaires, pas uniquement chrétiens, et se rapproche des organisations ouvrières. Elle s'ancre à gauche dans le paysage politique[116].

Les jocistes s'investissent dans tous les champs de la société. Ils créent avec la Ligue Ouvrière Chrétienne (LOC) qui deviendra le Mouvement Populaire des Familles (MPF) avant de se diviser en Mouvement de libération du peuple (MLP) et Mouvement de libération ouvrière (MLO)[117],[118]. En 1950, ils créent l'Action Catholique Ouvrière (ACO). En politique, les anciens jocistes seront très présent dans le Mouvement Républicain Populaire (MRP) avec de grandes figures comme Fernand Bouxom et Pierre Bacon[119]. Coté syndicalisme, les jocistes continue d'adhérer majoritairement à la CFTC[120]. Ils seront les principaux acteurs de la déconfessionnalisation du syndicat chrétien et de sa transformation en CFDT avec Eugène Descamps[121]. Dans le monde de l’éducation populaire, des jocistes comme Michel Aluni fondent l'Institut de Culture Ouvrière puis le Centre de Culture Ouvrière et l'association Culture et Liberté[122],[123]. Dans les loisirs, André Guignand et Maurice Cayron créent les Villages Vacances Famille (VVF)[124]. Dans les médias, Georges Montaron lance Télérama et dirigera longtemps le Témoignage Chrétien.

La JOC et la JOCF poursuivent leur campagnes nationales d'action avec de belles réussites : Le 1er juin 1951, la JOCF obtient la signature de la première convention collective nationale des employées de maison[125]. En 1950, la JOC obtient une à deux semaines de congés payés supplémentaires pour les jeunes[126]. En 1945, des jocistes de Tours ouvrent le premier foyer de jeunes travailleurs[127]. En 1955, la JOC et la JOCF s’associent aux « Amitiés sociales » et à l’Uniopss (Union interfédérale des œuvres privées sanitaires et sociales) pour donner naissance à l’UFJT, l’Union des foyers de jeunes travailleurs. En 1966, la JOC créée les première « Permanences-Saison » dans les zones vacancières pour accueillir et informer les jeunes saisonniers sur leurs droits[128]

En 1957, les évêques de France initient la Mission Ouvrière pour coordonner toute la pastorale en monde ouvrier[129]. La même année, la JOCI est créée lors d'un grand rassemblement à Rome et est rapidement reconnue sur la scène internationale[130].

Le temps des résistances[modifier | modifier le code]

1975 marque la fin des trente glorieuses et le début d'une importante crise économique dans le monde occidental. Le chômage de masse, les fermetures d'usine, la précarisation du monde du travail et les politiques d'inspiration néolibéral portent de sévères coups au mouvement ouvrier et à l’éducation populaire. Et donc aussi à la JOC et à la JOCF.

La JOC mène des grandes campagne de résistances contre les fermetures d'entreprise[131], contre le chômage[132] et contre la dérégulation du monde du travail. Elle créa des permanence précarité « bouge ta galère » pour soutenir les jeunes en recherche d'emploi ou en précarité[133]

Dans les années 1980-90, la JOC et la JOCF de France traversent plusieurs crises profondes :

  • Crise internationale : En désaccord avec les orientations et la gouvernance de la JOCI, la JOC de France et d'autres mouvements nationaux quittent la JOCI pour créer la CIJOC en 1986[134].
  • Crise militante : Comme toutes les associations militantes, la JOC perd voit ses effectifs diminuer durant cette période[135].
  • Crise d'identité : Le mouvement s'interroge sur dimension ouvrière et multiplie les appellations floues : monde ouvrier, milieux populaires, quartiers populaires, dimension citoyenne[136].

En 1986, la JOC et la JOCF fusionnent en un seul mouvement mixte[137]

Dans les années 1980-90, la JOC se lance dans le combat des valeurs. Face à la monter de la xénophobie, le mouvement enchaîne les campagnes nationales d'actions et les rassemblement sur des thématiques morales comme le vivre ensemble : Vil'avenir en 1986, Bercy ensemble en 2003 et la solidarité : Cap Solidaires en 1997. Il centre aussi son action sur des sujets locaux comme la participation démocratique des jeunes.

Années 2000[modifier | modifier le code]

À partir de l'an 2000, la JOC cherche a innover pour faire face à la crise de l'engagement du monde associatif militant:

En 2005, elle reforme en profondeur ses statuts pour favoriser la participation des jeunes. À partir de 2003, elle envoie de nombreux permanents régionaux sur le terrain afin de fonder de nouvelles équipes. En 2005-2006, elle lance une campagne nationale d'action très structurée sur l'emploi des jeunes. Une enquête réalisée en partenariat avec le CSA est remplie par 30.000 jeunes[138]. 220 tables rondes locales donneront naissance à la charte pour l'emploi des jeunes finalisé lors des états généraux de l'emploi des jeunes au CNIT de la Défense[139]. D'autres campagnes du même genre suivront. Lors du conseil national de 2010, la JOC sort du flou identitaire en réaffirmant sa dimension apostolique et en définissant clairement sa dimension ouvrière[140].

La JOC de France mène actuellement la campagne « Dignes et travailleurs » sur l'emploi digne qui a donné lieu à un rassemblement national le 15 avril 2017 à Paris[141].

Liste des rassemblements nationaux de la JOC de France[modifier | modifier le code]

La JOC de France organise régulièrement de grands rassemblements nationaux :

Liste des personnalités françaises en lien avec la JOC[modifier | modifier le code]

La JOC de France a été formée ou a été accompagnée par de nombreux militants associatifs, politiques, syndicaux et ecclésiaux. Un grand nombre d'entre-eux figurent au Maitron, le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier[142].

Anciens présidents et présidentes de la JOC et la JOCF de France[modifier | modifier le code]

  • Georges Quiclet, premier jociste de France, premier président de la JOC de France de 1927 à 1937
  • Jeanne Aubert-Picard, première jociste de France puis première présidente de la JOCF
  • Georges Montaron (1941-1947), il fut ensuite administrateur de la Sécurité Sociale (1947-54) puis directeur de l'hebdomadaire Témoignage chrétien et fondateur de Télérama
  • Dominique Alunni, pionnier de la formation professionnelle. Fondateur du groupe de formation professionnelle INFAC-INFATH CREAR
  • Jack Salinas, Président de la JOC de 1962 à 1965. JOC Internationale de 1967 à 1971 (Service International puis Bureau international)
  • Jacques Duraffourg, Président de la JOC de 1965 à 1968
  • Jean-Marc Boissard, Président de la JOC de 1971 à 1974, prêtre du diocèse d'Amiens
  • Bruno Léchevin, Président de la JOC de 1974 à 1978, syndicaliste, actuel président de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) ;
  • Gaby Bonnand, Président de la JOC de 1978 à 1980, syndicaliste (CFDT), Président de l’Unédic
  • Daniel Faburel, Président de la JOC de 1984 à 1987
  • Isabelle Cerino Présidente de la JOCF
  • Annie Braire Présidente de la JOCF de 1985 à 1987
  • Jean Luc Fraux, Président de la JOC de 1986 à 1988
  • Philippe Guillemain, Président de la JOC de 1988 à 1990
  • Catherine Hoffarth Présidente de la JOC
  • Florence Dubonnet Présidente de la JOC
  • Christophe Lemoine Président de la JOC
  • Nicolas Millot Président de la JOC
  • Nathalie Willemetz Présidente de la JOC
  • Pascal Vincens, Président de la JOC de 1998 à 2001
  • Sophia De Oliveira (2002-2005)
  • Inès Minin (2005-2009)
  • Stéphane Haar (2009-2012)
  • Sarah Leclerc-Croci (2012- 2014)
  • Rinà Rajaonary (2015 - 2017 )[143]
  • Lola Mehl (2017 - )[144]

Anciens militants de la JOC et de la JOCF de France[modifier | modifier le code]

Anciens aumôniers de la JOC et JOCF de France[modifier | modifier le code]

  • Joseph Cardijn, premier aumônier de la JOC belge, fondateur du mouvement.
  • Georges Guérin, premier aumônier de la JOC de France.
  • Jean Rodhain, aumônier de la JOCF de Paris-sud, premier secrétaire général du Secours Catholique.
  • Emmanuel Lafont, Aumônier diocésain et régional de la JOC de Tours de 1977 à 1983, Aumônier de la JOC d’Afrique du Sud, Évêque de Cayenne.
  • André Lacrampe, Aumônier national de la JOC de France de 1975 à 1978.
  • François-Mathurin Gourvès, Aumônier diocésain de la JOC du Morbihan de 1957 à 1967, Évêque de Vannes.
  • Hubert Barbier, Aumônier diocésain de la JOC de Vendée de 1955 à 1970, Évêque d'Annecy puis de Bourges.
  • Christian Nourrichard, Aumônier diocésain de la JOC de Rouen, Évêque d’Évreux.
  • Camille Folliet, Aumônier diocésain de la JOC d'Annecy, Résistant mort au combat.
  • Sauveur Casanova, Aumônier diocésain de la JOC de Corse, Évêque d'Ajaccio.
  • Yves de Montcheuil, Aumônier diocésain de la JOC, résistant, fusillé par les allemands.
  • Michel Pollien, Aumônier ACO-JOC de 1968 à 1978, Évêque auxiliaire de Paris.
  • Georges Béjot, Aumônier JOC, Évêque auxiliaire de Reims.

Autres pays[modifier | modifier le code]

La JOC est aujourd'hui présente dans plus une d'une cinquantaine de pays[1] par le biais de deux organismes internationaux : la Jeunesse Ouvrière Chrétienne Internationale (JOCI)[145] et la Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne (CIJOC)[146].

La JOC Internationale, créée en 1957, bénéficie d'un statut officiel auprès des organisations telles que l'Organisation Internationale du Travail (OIT), l'UNESCO, le Conseil économique et social (ECOSOC), l'Unité de la Jeunesse de l'ONU, l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ainsi que la Conférence des Organisations Internationales Catholiques (COIC)[145].

La Coordination internationale JOC a elle été fondée en 1987 et est reconnue depuis 1989 comme organisation internationale catholique par le Vatican[147]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le patronage désigne à la fois l’association et le lieu de rencontre pour les jeunes[29].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La JOCI déclare 50 pays membres : http://www.joci.org/fr/qui-sommes-nous/qui-sommes-nous.html La CIJOC déclare 66 pays membres : http://www.cijoc.org/fr/page/quest-ce-que-cest-la-cijoc
  2. « Définition "Jociste" Dictionnaire Larousse en ligne », sur http://www.larousse.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  3. Joseph Cardijn, "La formation des militants" in "Compte-Rendu de la Semaine d'Etudes Internationales de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne", Bruxelles, 25-29 août 1935 (lire en ligne), p. 153-164
  4. « La JOC, c'est quoi ? »
  5. Chapitre "Caractéristique chrétienne" dans la "Déclaration de principes" Adoptée par le IXe Conseil International de la JOCI à Johannesbourg, Afrique du Sud en décembre 1995 http://www.joci.org/en/publications/documents/category/2-iycw-fundamental-documents.html?download=5%3Adeclaration-de-principes
  6. Paragraphe 3 et 47-55 de la "Déclaration de principes" approuvée par le VIe conseil international de la CIJOC à Vitorchiano (Italie) en juillet 2004http://www.cijoc.org/fr/page/icycw-declaration-principles#18
  7. Chapitre "Caractéristique ouvrière" dans la "Déclaration de principes" Adoptée par le IXe Conseil International de la JOCI à Johannesbourg, Afrique du Sud en décembre 1995 http://www.joci.org/en/publications/documents/category/2-iycw-fundamental-documents.html?download=5%3Adeclaration-de-principes
  8. Paragraphes 42 à 46 de la "Déclaration de principes" approuvée par le VIe conseil international de la CIJOC à Vitorchiano (Italie) en juillet 2004 http://www.cijoc.org/fr/page/icycw-declaration-principles#18
  9. Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La J.O.C.: regards d'historiens, Paris, Editions de l'Atelier, , 235 p., P.183
  10. « Cardijn est toujours actuel ! »
  11. « Béatification de Joseph Cardijn », sur www.joc.asso.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  12. "La JOC utilise la révision de vie et d'action ouvrière comme outil privilégié" extrait du chapitre "la JOC en résumé" de la "Déclaration de principes" adoptée par le IXe Conseil International de la JOCI à Johannesbourg, Afrique du Sud en décembre 1995  http://www.joci.org/en/publications/documents/category/2-iycw-fundamental-documents.html?download=5%3Adeclaration-de-principes
  13. Paragraphes 21 à 29 de la "Déclaration de principes" approuvée par le VIe conseil international de la CIJOC à Vitorchiano (Italie) en juillet 2004 http://www.cijoc.org/fr/page/icycw-declaration-principles#18
  14. Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La J.O.C.: regards d'historiens, Paris, Editions de l'Atelier, , 235 p., p.126
  15. Joseph Cardijn, Laïcs en première ligne, Bruxelles - Paris, Editions Universitaires - Editions Ouvrières, , p. Chap.10 "La formation des laïcs à leur apostolat", § "Une méthodologie apostolique"
  16. Chapitre "la base de la JOC" de la "Déclaration de principes" adoptée par le IXe Conseil International de la JOCI à Johannesbourg, Afrique du Sud en décembre 1995  http://www.joci.org/en/publications/documents/category/2-iycw-fundamental-documents.html?download=5%3Adeclaration-de-principes
  17. Paragraphe 25 de la "Déclaration de principes" approuvée par le VIe conseil international de la CIJOC à Vitorchiano (Italie) en juillet 2004 http://www.cijoc.org/fr/page/icycw-declaration-principles#18
  18. "Pour traduire en termes concrets les principes et les directives sociales, on passe d'habitude par trois étapes : relevé de la situation, appréciation de celle-ci à la lumière de ces principes et directives, recherche et détermination de ce qui doit se faire pour traduire en actes ces principes et ces directives selon le mode et le degré que la situation permet ou commande. Ce sont ces trois moments que l'on a l'habitude d'exprimer par les mots : voir, juger, agir." Extrait de la lettre encyclique Mater et Magistra du Pape Saint Jean XXIII publiée le 15 mai 1961, § "Suggestions pratiques" http://w2.vatican.va/content/john-xxiii/fr/encyclicals/documents/hf_j-xxiii_enc_15051961_mater.html
  19. Pierre Pierrard,Michel Launay,Rolande Trempé, La J.O.C.: Regards d'historiens, Paris, Editions de l'Atelier, , 235 p., p.127
  20. Chapitre "la caractéristique de masse" de la "Déclaration de principes" adoptée par le IXe Conseil International de la JOCI à Johannesbourg, Afrique du Sud en décembre 1995  http://www.joci.org/en/publications/documents/category/2-iycw-fundamental-documents.html?download=5%3Adeclaration-de-principes
  21. Jean-Pierre Coco, Joseph Debès, 1937, l'élan jociste: le dixième anniversaire de la J.O.C., Paris, Editions de l'Atelier, , 186 p., p.78
  22. Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La J.O.C.: Regards d'historiens, Paris, Editions de l'Atelier, , 235 p., p.228
  23. "Elle compte sur des collaborateurs adultes qui renforcent le mouvement, dans le respect de son autonomie". extrait du chapitre "la caractéristique autonome" de la "Déclaration de principes" adoptée par le IXe Conseil International de la JOCI à Johannesbourg, Afrique du Sud en décembre 1995  http://www.joci.org/en/publications/documents/category/2-iycw-fundamental-documents.html?download=5%3Adeclaration-de-principes
  24. Paragraphes 40 et 41 de la "Déclaration de principes" approuvée par le VIe conseil international de la CIJOC à Vitorchiano (Italie) en juillet 2004 http://www.cijoc.org/fr/page/icycw-declaration-principles#18
  25. Abbé G. Favre, L’aumônier jociste, Paris, Librairie de la Jeunesse Ouvrière, (lire en ligne), Préface de Joseph Cardijn
  26. a et b Bragard 1990, p. 56.
  27. Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 426.
  28. http://solidaire.org/articles/1886-premiere-grande-revolte-ouvriere-en-belgique
  29. a, b et c Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 428.
  30. Bragard 1990, p. 56–61.
  31. Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 429.
  32. a et b Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 430.
  33. Bragard 1990, p. 70.
  34. Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 431–434.
  35. a et b Bragard 1990, p. 73.
  36. Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 434.
  37. a, b et c Bragard 1990, p. 76.
  38. a et b Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 433–434.
  39. Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 435–436.
  40. Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 436.
  41. a et b Bragard 1990, p. 87–88.
  42. a et b Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 437.
  43. Bragard 1990, p. 95–96.
  44. Bragard 1990, p. 109.
  45. Moy 1997, p. 781.
  46. a, b et c Bragard 1990, p. 61.
  47. a et b Bragard 1990, p. 55–56.
  48. Bragard 1990, p. 55.
  49. Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 428–430.
  50. Bragard 1990, p. 63–67.
  51. Tihon et Vos Wynants, p. 430–431.
  52. a et b Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 431.
  53. Bragard 1990, p. 63–65.
  54. a et b Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 438.
  55. Tihon, Vos et Wynants 1994, p. 63–65.
  56. Bragard 1990, p. 82–83.
  57. Bragard 1990, p. 85–86.
  58. a et b Bragard 1990, p. 93.
  59. Dorval 1975.
  60. a, b, c, d, e et f http://www.cegesoma.be/docs/media/chtp_beg/chtp_11/chtp11_005_Wynants.pdf
  61. Louis Vos, “Katholieke jeugdbewegingen in Vlaanderen : ontstaan en evolutie”, in Luk Bral (dir.), Jeugdbeweging vandaag. Identiteit en plaats in de samenleving, Deurne, 1987, p. 3-16
  62. Id., “Traditie als bron van vernieuwing. De katholieke studentenactie in Vlaanderen, 1955-1975”, in Cahiers d’Histoire du Temps présent, no 8, 2001, p. 133-179.
  63. (en) Kevin Ahern, Structures of Grace: Catholic Organizations Serving the Global Common Good, Orbis Books, (ISBN 9781608335480), p. 66
  64. a et b Anna Latron, « La JOC belge n'est plus ni ouvrière ni chrétienne », sur www.lavie.fr, (consulté le 8 avril 2018)
  65. « Jeunes Organisés et Combatifs - JOC », sur Conseil de la jeunesse catholique
  66. « La JOC, c'est quoi ? », sur www.joc.asso.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  67. « Membres du CNAJEP »
  68. Conseil National de la JOC de France, Actes du Conseil National de la JOC de France, Courbevoie, Fédération nationale JOC, , 70 p. (lire en ligne), §I.1 du règlement intérieur
  69. Conseil national de la JOC de France, Actes du conseil national de la JOC de France, Paris, Fédération nationale JOC, , 70 p. (lire en ligne), §II.3 du règlement intérieur "La responsabilisation et la formation"
  70. « L’agrément de jeunesse et d’éducation populaire », sur www.associations.gouv.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  71. « Membres du FFJ », sur http://forumfrancaisjeunesse.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  72. « Annuaire des membres du CNAJEP », sur http://www.cnajep.asso.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  73. « Emelyn WEBER, membre du CESE », sur http://www.lecese.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  74. « Présentation de la JOC », sur www.lecese.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  75. « Débat au Sénat : Séance du 22 juin 2016 », sur www.senat.fr
  76. « Débat au Sénat : Séance du 23 juin 2016 », sur www.senat.fr
  77. « Question écrite n° 19189 de M. Guy Fischer », sur www.senat.fr
  78. « Question N° : 112104 de Mme Génisson Catherine », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  79. « Question N° : 38838 de Mme Fioraso Geneviève », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  80. « AVIS PRÉSENTÉ AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES CULTURELLES ET DE L’ÉDUCATION SUR LE PROJET DE LOI de finances pour 2015 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  81. François-Xavier MAIGRE, « Stéphane Haar : "La jeunesse n'est pas un risque mais une chance" », La Croix,‎ (lire en ligne)
  82. « Avis de la JOC lors de la concertation du gouvernement sur l'insertion », sur www.joc.asso.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  83. « Lancement de la concertation en faveur de l'insertion professionnelle des jeunes », sur www.strategie.gouv.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  84. « Mouvement CPE (contrat première embauche): communiqués du 1er au 23 février 2006 du collectif des organisations de jeunesse », sur http://www.germe-inform.fr (consulté le 24 novembre 2004)
  85. « Le MRJC et la JOC prennent position sur le CPE », La Croix,‎ (lire en ligne)
  86. « Tract d'appel à la mobilisation contre la réforme des retraites de la JOC »
  87. NICOLAS DUTENT, « Les jeunes à l’assaut des retraites », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  88. MICHEL WAINTROP, « Loi travail : « Les jeunes ne se résignent pas » », La Croix,‎ (lire en ligne)
  89. « Vidéo de l'intervention du président de la JOC à une soirée débat de la CFDT », sur www.youtube.com, (consulté le 24 novembre 2017)
  90. « LA CFDT LORRAINE INVITÉE DE LA JOC », (consulté le 24 novembre 2017)
  91. Christophe Chaland, « La JOC a choisi ses orientations pour les cinq ans à venir », La Croix,‎ (lire en ligne)
  92. « Présentation de la JOC sur le site de la Conférence des Évêques de France », sur http://eglise.catholique.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  93. « Mission Ouvrière - Qui sommes nous ? », sur http://www.mission-ouvriere.info (consulté le 24 novembre 2017)
  94. Mahrukh Arif, « La Mission Ouvrière fête ses 60 ans », La Croix,‎ (lire en ligne)
  95. Jean-Pierre Roche, La nouvelle évangélisation racontée à ceux qui s'interrogent, Paris, Editions de l'Atelier, , 128 p., p.70
  96. Pierre PIERRARD, L'église et les ouvriers en France (1840-1940), Paris, Hachette, , 600 p.
  97. Pierre Pierrard, Enfants et jeunes ouvriers en France: XIXe-XXe siècle, Paris, Editions de l'Atelier, , 225 p., p.160 : citation de Louis Lagrange, président de l'ACJF
  98. « Présentation de Rerum Novarum », sur Site internet du CERAS, (consulté le 24 novembre 2017)
  99. Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences françaises, Paris, Cerf,
  100. Jean-Pierre Coco, Joseph Debès, 1937, l'élan jociste: le dixième anniversaire de la J.O.C., Paris, Editions de l'Atelier, , 186 p.
  101. Fernand Bouxom, Des faubourgs de Lille au palais Bourbon : souvenirs de l'un des fondateurs de la Jeunesse ouvrière chrétienne et vice-président de l'Assemblée nationale, Paris, Editions du Témoignage Chrétien, , 1992 p.
  102. Joseph Debès, Émile Poulat, L'appel de la J.O.C. (1926-1928), Paris, Cerf, , 292 p.
  103. Pierre Pierrard, Georges Guérin. Une vie pour la JOC, Paris, Les éditions de l'Atelier, , 317 p., p.107-125
  104. Pierre Pierrard, Georges Guérin : une vie pour la JOC, Paris, Editions de l'Atelier, , 317 p., p.141s
  105. Joseph Debès, Emile Poulat, L'appel de la J.O.C. (1926-1928), Paris, Cerf, , p.131
  106. Jean-Pierre Coco, Joseph Debès, 1937, l'élan jociste: le dixième anniversaire de la J.O.C., Paris, Editions de l'Atelier, , 186 p., p.43
  107. Jean-Pierre Coco, Joseph Debès, 1937, l'élan jociste: le dixième anniversaire de la J.O.C., Paris, Editions de l'Atelier, , 186 p., p.77
  108. Jean-Pierre Coco, Joseph Debès, 1937, l'élan jociste: le dixième anniversaire de la J.O.C., Paris, Editions de l'Atelier, , 186 p., p.28
  109. Jean-Pierre Coco, Joseph Debès, 1937, l'élan jociste: le dixième anniversaire de la J.O.C., Paris, Editions de l'Atelier, , 186 p., p.31
  110. Henri Bourdais, La J.O.C. sous l'Occupation allemande, Paris, Editions de l'Atelier, , 224 p.
  111. Jocistes dans la tourmente: histoire des jocistes (JOC-JOCF) de la région parisienne, 1937-1947, Paris, Editions de l'Atelier, , 219 p., p.40
  112. Jocistes dans la tourmente: histoire des jocistes (JOC-JOCF) de la région parisienne, 1937-1947, Paris, Editions de l'Atelier, , 219 p., p.157
  113. Henri Bourdais, La J.O.C. sous l'Occupation allemande: témoignages et souvenirs d'Henri Bourdais, vice-président national de la J.O.C. à Paris de 1941 à 1944, Paris, Editions de l'Atelier, , p.224 p., p.174
  114. (it) « Rite de béatification de Marcel Callo », sur www.vatican.va
  115. « Cause de Béatification des 50 martyrs du STO »
  116. Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La J.O.C.: regards d'historiens, Paris, Editions de l'Atelier, , 235 p., p.183 et s.
  117. « HISTOIRE DU MOUVEMENT OUVRIER CHRÉTIEN », (consulté le 24 novembre 2017)
  118. Robert Vandenbussche, « Un mouvement familial : la Ligue Ouvrière Chrétienne sous l'Occupation », Revue du Nord,‎ année 1978 volume 60 numéro 238, pp. 663-674 (lire en ligne)
  119. « Fond documentaire du MRP », sur http://chsp.sciences-po.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  120. Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La J.O.C.: regards d'historiens, Paris, Editions de l'Atelier, , 235 p., p.59 s.
  121. Frank Georgi, Eugène Descamps: chrétien et syndicaliste, Paris, Editions de l'Atelier, , 392 p.
  122. « Bibliographie Centre de culture ouvrière », sur www.bnf.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  123. « Histoire de Culture et Liberté », sur http://www.culture-et-liberte.asso.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  124. Alain Faujas, « André Guignand, père du tourisme familial, s'est éteint à 90 ans », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  125. Jean Divo, L'Aubier, la JOC et la JOCF dans le diocèse de Besançon: 1927-1978, Paris, Cerf, , 374 p., Paragraphe "Les employées de maison"
  126. Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La J.O.C.: regards d'historiens, Paris, Editions de l'Atelier, , 235 p., p.155-156
  127. « Le foyer de jeunes travailleurs a 70 ans », sur http://www.asso-jeunesse-habitat.org,
  128. Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La J.O.C.: regards d'historiens, Parsi, Editions de l'Atelier, , 235 p., p.143
  129. « Histoire de la Mission Ouvrière », sur http://eglise.catholique.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  130. « Statuts de la JOC de 1956 », sur http://www.josephcardijn.fr/, (consulté le 24 novembre 2017)
  131. Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La J.O.C.: regards d'historiens, Paris, Editions de l'Atelier, , 235 p., p.227
  132. Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La J.O.C.: regards d'historiens, Paris, Editions de l'Atelier, , 235 p., p.149
  133. Noël Boffet, Bouge ta galère, Paris, Editions de l'Atelier, , 126 p.
  134. Emmanuel Gerard, Histoire du mouvement ouvrier chrétien en Belgique, Louvain, Belgique, Leuven University Press, , p.495
  135. Pascal Perrineau,, L’engagement politique : déclin ou mutation ?, Paris, Presses de la FNSP, , p. Chapitre « Le militantisme associatif »
  136. GAULMYN Isabelle, « La JOC, du monde ouvrier à celui des quartiers », La Croix,‎ (lire en ligne)
  137. Georges Mouradian, Etienne Fouilloux, Nathalie Viet-Depaule, Bruno Duriez, Alain-René Michel, Chrétiens et ouvriers en France: 1937-1970, Paris, Editions de l'Atelier, , 271 p., p.186
  138. « La JOC se mobilise pour l'emploi », La Croix,‎ (lire en ligne)
  139. Pascal Verbèke, Dernières tentatives de dialogue avant émeutes !, Paris, Editions de l'Atelier, , 78 p., p.74
  140. Conseil national de la JOC de France, Actes du conseil national de la JOC, Fédération nationale JOC, , 70 p. (lire en ligne), Paragraphes IIa et IIb des "Intuitions de la JOC"
  141. « CNA Dignes et travailleurs », sur www.joc.asso.fr (consulté le 24 novembre 2017)
  142. Nathalie Viet-Depaule, « Les figures chrétiennes du Maitron », La Croix,‎ (lire en ligne)
  143. http://www.joc.asso.fr/rina-rajaonary-nouvelle-presidente-de-la-joc-de-france/
  144. http://www.joc.asso.fr/lola-mehl-nouvelle-presidente-joc/
  145. a et b « joci.org »
  146. « cijoc.org »
  147. « La JOC belge abandonne la référence chrétienne dans son nouveau nom », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Aubert 1990] Jeanne Aubert, JOC qu'as-tu fait de nos vies ? La Jeunesse Ouvrière Chrétienne Féminine. 1928-1945, Paris, Les Éditions ouvrières, , 460 p.
  • [Bourdais 1995] Henri Bourdais, La JOC sous l’occupation allemande : Témoignages et souvenirs de Henri Bourdais, vice-président national de la JOC à Paris de 1941 à 1944, Paris, Les Éditions de l’Atelier, , 224 p.
  • [Bragard 1990] L. Bragard et al., Wallonie-Bruxelles 1912-1957 : La Jeunesse Ouvrière Chrétienne, t. 1, Bruxelles, Vie Ouvrière, .
  • [Coco et Debès 1989] Jean-Pierre Coco et Joseph Debès, 1937, l’élan jociste : Le Xe anniversaire de la JOC, Paris, Les Éditions ouvrières, , 186 p.
  • [Davodeau 2005] Étienne Davodeau, Les Mauvaises gens : Une histoire de militants (bande dessinée), Paris, Delcourt, , 183 p.
  • [Debès et Poulat 1986] Joseph Debès et Émile Poulat, L'appel de la J.O.C. : 1926–1928, Cerf, , 292 p. (ISBN 9782204025294).
  • [Dorval 1975] Guy Dorval, « L'étrange évolution de la JOC », La Dernière Heure,‎ .
  • [Favier 2012] Anthony Favier, Discours historiques et pratiques militantes dans la JOC-F (France, 1930-1980) (version préparatoire d'une communication orale à un colloque), (lire en ligne).
  • [JOC 2005] Jeunesse ouvrière chrétienne, Qu’est-ce que la JOC ?, Paris, L’Archipel, coll. « L'information citoyenne », , 128 p. (ISBN 978-2-84187-621-1, OCLC 420584373, notice BnF no FRBNF40056683).
  • [Launay, Pierrard et Trempé 1984] Michel Launay, Pierre Pierrard et Rolande Trempé, La JOC Regards d’historiens, Paris, Les Éditions ouvrières, , 235 p. (ISBN 9782708224575, OCLC 299400072).
  • [Montaron, Laurin et Bouxoum 1989] Georges Montaron (dir.), René-Georges Laurin, Fernand Bouxoum et al. (préf. Georges Montaron, postface Georges Montaron), Jocistes dans la Tourmente : Histoire des jocistes(JOC-JOCF) de la région parisienne 1937-1947, Paris, France, Éditions du Témoignage Chrétien, Les Éditions Ouvrières, , 219 p., 16 × 24 cm (ISBN 2-900016-22-3 et 2-7082-2608-8, notice BnF no FRBNF35065843, SUDOC 054593220).
  • [Morin 2014] D. Morin, Résistance chrétienne dans l'Allemagne nazie : Fernand Morin, compagnon de cellule de Marcel Callo, éd. Karthala, .
  • [Moy 1997] Jean-Yves Moy, Le Père Anizan, prêtre du peuple, Paris, éditions du Cerf, .
  • [Pierrard et Guérin 1997] Pierre Pierrard et Georges Guérin, Une vie pour la JOC, Paris, Les Éditions de l’Atelier, , 317 p.
  • [Richou 1997] Françoise Richou, La Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) : Genèse d’une jeunesse militante, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », , 240 p.
  • [Stuccilli, Ramond, Michaud et Berthon 2011] Jean-Christophe Stuccilli (dir.), Sylvie Ramond (dir.), Marcel Michaud et Laurence Berthon, Le Poids du monde : Marcel Michaud (1898-1958), Lyon, Fages éditions, , 320 p. (ISBN 9782849752517), « À l'image de Dieu : Marcel Michaud et l'art sacré ».
  • [Tihon, Vos et Wynants 1994] A. Tihon, L. Vos et P. Wynants, La jeunesse ouvrière chrétienne : Histoire du mouvement ouvrier chrétien en Belgique, t. 2, Louvain, Leuven University Press, .[Van der Meersch 1940] Maxence Van der Meersch, Pêcheurs d'hommes, Paris, Albin Michel,
    Roman sur la JOC.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]