Palémon Glorieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Palémon Glorieux, né le 8 mars 1892 à Bray-sur-Somme et mort le 6 juillet 1979, est un chanoine, historien médiéviste.

Professeur au Grand séminaire de Lille (1919-1949) et recteur de l'Institut catholique de Lille (1949-1958), il était spécialiste de l'histoire de la Faculté de théologie de Paris du XIIIe siècle au XIVe siècle et de Jean de Gerson[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Palémon Glorieux a été professeur puis doyen honoraire de la Faculté de théologie de Lille, et recteur honoraire de l'Institut catholique de Lille. Il a été également cofondateur de la revue Mélanges de science religieuse[2].

Le chanoine et historien, auteur de nombreux ouvrages pendant un demi-siècle, de 1925 à 1975, a étudié notamment le sacerdoce des laïques, la vie des paysans et la religion, la biographie de Jeanne d'Arc, la Sorbonne, et est un spécialiste de la philosophie médiévale[2].

Il s'est consacré aussi à l'édition des œuvres de Jean de Gerson.

Une de ces œuvres à l'origine d'une polémique lors de la session 2011 de l'agrégation d'histoire[modifier | modifier le code]

L'agrégation d'histoire a fait l'objet d'une polémique en 2011, qui a renforcé la notoriété de Palémon Glorieux dans le grand public : le texte donné à l'épreuve de commentaire historique était en effet présenté comme un authentique texte médiéval rédigé au XVe siècle, alors qu'il s'agissait en réalité d'une reconstitution romancée de Palémon Glorieux publiée en 1964[3],[4]. Les deux historiennes à l'origine du sujet ont démissionné du jury après la révélation de leur erreur dans les médias français. Le ministère de l'Éducation nationale a officiellement pris position en annonçant que cette erreur, si elle n'était pas conforme à la rigueur scientifique requise, n'entraînait pas pour autant l'annulation de l'épreuve puisque le principe d'égalité entre les candidats n'avait pas été enfreint[5].

Il s’agissait de l'ouvrage : Le concile de Constance au jour le jour[6]. C'est le journal fictif de Jean de Cérisy, dit aussi Jacques de Ciresio, secrétaire du chancelier de la Sorbonne Jean de Gerson lors du concile de 1414-1418. Pour cette reconstitution historique, Palémon Glorieux a utilisé les notes du cardinal Guillaume Fillastre, d'un bourgeois de Constance, Ulrich von Reichensthal, et de Jacques Cerretani, membre de la curie, ainsi que les textes des collections conciliaires. Le texte d'introduction de l'ouvrage sous-entend la part d'invention, même si l'ouvrage romancé s'appuie sur diverses sources anciennes. Enfin, l'identité d'auteur est clairement indiqué.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La littérature quodlibétique de 1260 à 1320, Le Saulchoir, Kain (Belgique), Revue des sciences philosophiques et théologiques, 1925-1935.
  • Les Premières polémiques thomistes..., ed. critique 2, Le Correctorium corruptorii "sciendum, [puis] Paris, J.Vrin , 1927.
  • Notices sur quelques théologiens de Paris de la fin du XIIIe siècle, Paris, Vrin, 1928.
  • La date des "Collationes" de S. Bonaventure, Ad Claras Aquas, Florence, Typ. Collegii S. Bonaventurae, 1929.
  • Répertoire des maîtres en théologie de Paris au XIIIe siècle, Paris, J. Vrin, 1933.
  • D'Alexandre de Hales à Pierre Auriol : la suite des maîtres franciscains de Paris au XIIIè siècle, Quaracchi, [Collège S. Bonaventure, 1933.
  • Pour la formation religieuse de nos militants. Au centre de notre enseignement. Corps mystique et apostolat, Paris, Librairie de la jeunesse ouvrière, 1934.
  • Pour les aumôniers jocistes  : ars artium : conseils pour la direction spirituelle des jeunes travailleurs / [Lille : Jeunesse ouvrière , 1936.
  • Paul apôtre du Christ Jésus, Paris, Les Éditions ouvrières , 1936, 1941, 1944 et 1946.
  • Le Christ et sa religion, simple exposé, Lille, P. Duthoit, 1937 et les Éditions ouvrières, 1946.
  • Enfant de Dieu, membre du Christ : sois fier ouvrier, Paris, Librairie de la Jeunesse ouvrière, 1937 et 1943.
  • Notre chef le Christ : les 4 Évangiles en un seul, Paris : les éditions ouvrières , 1938 et 1942.
  • Jeanne d'Arc, fille de Dieu, Paris, les Éditions ouvrières, 1941, 1942, 1943.
  • Paysan, tu es fils de Dieu !, Paris : Laboureur, 1941.
  • L’Église à l’œuvre : du dogme de l’Église à la vie paroissiale, Paris, les Éditions ouvrières, 1942.
  • L'heure du curé de campagne, Paris : Collection rurale, 1942.
  • Le Christ et sa religion, Paris, les Éditions ouvrières, 1942.
  • Bible, Liturgie et vie paysanne 1, Les Jours et les œuvres, Paris, Laboureur et Cie, 1942.
  • Bible, Liturgie et vie paysanne 2, Les Saisons et les travaux, Paris, Laboureur et Cie, 1942.
  • Vocation paysanne et vie chrétienne, Paris, Laboureur et Cie, 1942.
  • De la terre à Dieu : le symbolisme paysan, Paris, Laboureur & Cie, 1943.
  • Vie rurale en chrétienté, Paris,Laboureur & Cie, 1943.
  • Y a-t-il une sainteté paysanne ?, Paris, Laboureur & Cie, 1943.
  • Le Christ, modèle des paysans,Paris, Laboureur & Cie, 1943.
  • La mission divine du paysan, Paris : Laboureur & Cie, 1943.
  • Questionnaires sur saint Marc, Courbevoie, Seine, Secrétariat général de la J.O.C.F, 1944.
  • L' appel universel de l'église, Lille, Éditions Catholicité, 1944.
  • Pour mieux servir : consignes de vie sacerdotale pour les prêtres surchargés, Lettre-préface de Mgr Pizzardo, Paris, Les Éditions ouvrières, 1944.
  • Pourquoi tous les catholiques doivent être missionnaires, Lille, Société des Auxiliaires des Missions (Impr. S.I.L.I.C.), 1944.
  • Aux militants et aux militantes d'Action catholique : apostolat mandaté, Paris, Jeunesse étudiante chrétienne féminine, 1944.
  • Dans le prêtre unique : Le sacerdoce du prêtre et le sacerdoce des laïques sur le plan de l'apostolat, Paris, les Éditions ouvrières, 1944 et 1946.
  • Ars Artium : Pour tous les prêtres ayant charge d'âme, pour les aumôniers d'action catholique,Paris, les Éditions ouvrières, 1945.
  • Un homme providentiel [Texte imprimé] : l'abbé Godin, 1906-1944, Paris, Maison de le Bonne Presse, 1946 et 1947.
  • Sois fier ouvrier : enfant de Dieu, membre du Christ, Paris, les Éditions ouvrières, 1946.
  • Introduction à l'étude du dogme,Paris, Éditions du Vitrail, 1948.
  • Fils de David Fils d'Abraham : essai d'histoire sainte, Paris, les Éditions ouvrières, 1948.
  • Vu et vécu : l'Église en ses premiers débuts, Paris, les Éditions ouvrières (impr. de M. Dauer), 1949.
  • Introduction à l'étude du dogme,Paris, les Éditions du Vitrail : impr. de André-Pouye, 1949.
  • Sermons universitaires parisiens de 1267-1268, Louvain, Abbaye du Mont César, 1949.
  • Pour revaloriser Migne : tables rectificatives,Lille, Facultés catholiques, 1952.
  • Le "De gradibus formarum" de Guillaume de Falegar OFM, Louvain, Abbaye du Mont César, 1957.
  • Les origines du Collège de Sorbonne, Notre Dame Ind. U.S.A, University of Notre Dame, Mediaeval Institute, 1959.
  • Le Laïc dans l'Église,Paris, les Éditions ouvrières (Villiers-le-Bel, impr. G. Gouin), 1960.
  • Nature et mission de l’Église : un guide pour l'étude de l'Eglise, Tournai, Desclée, 1963.
  • Le concile de Constance au jour le jour, Tournai : Desclée, cop. 1964.
  • L’œuvre littéraire de Pierre d'Ailly, Lille, Impr. Taffin-Lefort, 1965.
  • Aux origines de la Sorbonne 2, Le Cartulaire  : Édition critique avec introduction, index et plan dépliant hors-texte, Paris, J. Vrin, 1965.
  • Aux origines de la Sorbonne I, Robert de Sorbon : l'homme, le collège, les documents, Paris,J. Vrin, 1966, cop. 1966.
  • La Faculté des arts et ses maîtres au XIIIe siècle, Paris : J. Vrin, 1971.
  • Qui me dira ce qu'est l’Église?, Paris, Les Éditions ouvrières, 1974.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Étienne, Jean-Pierre Deschepper, « Chronique générale », dans Revue Philosophique de Louvain, quatrième série, tome 79, n° 41, Louvain, 1981, p. 150 (en ligne).
  2. a et b « L'agrégation d'histoire, véritable bourbier. La soudaine renommée de Monseigneur Palémon Glorieux », sur ActuaLitté
  3. Sylvestre Huet, « Scandale à l'agrégation d'Histoire », Libération,‎ (lire en ligne)
  4. « Le concours d'agrégation d'histoire risque d'être annulé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Marie-Estelle Pech, « L’agrégation d’histoire se poursuit malgré une bourde », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  6. Barthélemy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé, « Notes bibliographiques. P. Glorieux. Le concile de Constance », Revue d'histoire de l'Église de France, t. 51, no 148,‎ , p. 249 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Dominique Chenu, Gérard Mathon, et al., « Hommage à Mgr Palémon Glorieux : 1892-1979 », dans Mélanges de science religieuse, n° 3 (vol. 37), Lille, 1980, p. 125-188, dont une bibliographie p. 159-182 (ISSN 0025-8911) (recension, p. 323).

Sources sur le web[modifier | modifier le code]