Cette page est semi-protégée.

Jean-Claude Van Damme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van Damme et JCVD.
Jean-Claude Van Damme
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Claude Van Damme, en 2012, à l'avant-première du film The Expendables 2.
Nom de naissance Jean-Claude Camille François Van Varenberg
Surnom JCVD
The Muscles from Brussels
(Les muscles de Bruxelles)
Naissance (59 ans)
Berchem-Sainte-Agathe, Bruxelles, Belgique
Nationalité Drapeau de la Belgique Belge
Profession acteur, producteur, réalisateur
Films notables voir filmographie
Site internet jcvdworld.com

Jean-Claude Van Damme, né Jean-Claude Van Varenberg le à Berchem-Sainte-Agathe, en Belgique, est un acteur, réalisateur, producteur de cinéma et pratiquant d'arts martiaux belge.

Après s'être exercé intensivement aux arts martiaux dès l'âge de dix ans, Van Damme connaît le succès national en Belgique comme lutteur d'arts martiaux et bodybuilder, remportant le titre de « Mr. Belgium ».

En 1982, il émigre aux États-Unis afin de poursuivre une carrière au cinéma et connaît le succès avec Bloodsport (1988) qui, pour un budget d'un million et demi de dollars, en rapporte soixante-cinq dans le monde. Il atteint des sommets au box-office, notamment avec Universal Soldier (1992) et Timecop (1994), qui rapporteront à eux deux plus de deux cent millions de dollars de recettes et feront de lui l'une des plus grandes stars du cinéma d'action des années 1990.

Après une période de difficultés personnelles et de succès déclinant, au cours de laquelle son image publique s'est ternie du fait de multiples déclarations perçues comme absurdes (particulièrement à la télévision française), il s'oriente à partir de la fin des années 2000 vers des rôles plus personnels, bénéficiant d'un bon accueil critique, notamment pour son rôle semi-autobiographique dans JCVD (2008).

Jean-Claude Van Damme est souvent désigné par ses simples initiales JCVD ou, aux États-Unis, comme « The Muscles from Brussels » (« Les Muscles de Bruxelles »)[note 1].

Biographie

Jeunesse

Jean-Claude Van Varenberg naît le 18 octobre 1960 à Berchem-Sainte-Agathe, une commune de Bruxelles, en Belgique. Il est le fils d'Eugène et d'Éliana Van Varenberg[1],[2],[3].

Il se lance dans les arts martiaux à l'âge de dix ans au sein d'une école de karaté[4]. Son style de combat se compose de karaté Shotokan et de kickboxing[5]. Il parvient à obtenir sa ceinture noire en karaté. Il se lance ensuite dans le bodybuilding, désireux de développer sa musculature, ce qui lui vaut par la suite le titre de Mr. Belgium[Quand ?] en bodybuilding[6],[7]. À l'âge de seize ans, il laisse tomber la danse classique qu'il a pratiquée pendant cinq ans[8]. Selon lui, la danse classique « est un art, mais c'est aussi l'un des sports les plus difficiles. Si vous pouvez survivre à un entraînement de danse classique, vous pouvez survivre à l'entraînement de n'importe quel autre sport »[9].

Le rêve américain

Jean-Claude Van Damme avec Darcy LaPier (en) au festival de Cannes 1990.

En 1975, Jean-Claude Van Varenberg rencontre Abdel Qissi, un boxeur belgo-marocain qui le présente à son frère Mohamed, également passionné d'arts martiaux. Jean-Claude et Mohamed développent une forte amitié et partagent le désir commun de devenir acteurs aux États-Unis. Abdel présente également Jean-Claude à l'homme d'affaires Paul Van Damme. Ce dernier lui permet de devenir le mannequin officiel de Pierre Alexandre, un magazine de vêtements masculins, dans lequel Jean-Claude sera photographié en position de combat. La popularité du cliché va faire germer dans son esprit le désir de devenir acteur dans des films d'arts martiaux[10],[11].

En 1982, avec trois mille dollars en poche[12] et sans grande connaissance de l'anglais, qu'il aurait appris par la suite en regardant Les Pierrafeu[13],[14], Jean-Claude Van Varenberg part avec Mohamed Qissi à Los Angeles « à la conquête d'Hollywood ». Les deux amis rencontrent des difficultés pour percer. Pendant plusieurs années, Jean-Claude enchaîne des petits boulots[8], tels que livreur de pizzas, videur de boîte de nuit ou encore poseur de moquette, mais aussi entraîneur personnel et chauffeur de limousine[15] ; ce dernier travail lui permet de faire des rencontres potentiellement fructueuses.

Durant cette période, il fait la connaissance de Chuck Norris et Lou Ferrigno, et décroche quelques rôles au cinéma. Il fait une brève apparition, dans le rôle d'un karatéka homosexuel dans Monaco Forever[16],[17], un film resté inachevé qui ne sera distribué que plusieurs années après, une fois Van Damme devenu célèbre.

En 1985, il obtient son premier rôle important dans le film Le Tigre rouge de Corey Yuen, en interprétant le rôle du méchant, un karatéka russe. C'est à cette occasion que Jean-Claude Van Varenberg change son nom en « Van Damme »[réf. nécessaire]. Lors du tournage du film, quelques problèmes surviennent lors des cascades, lorsque Van Damme touche accidentellement les autres cascadeurs en leur portant des coups[18],[19].

Il joue par la suite dans L'Arme absolue, interprétant à nouveau le rôle du méchant — cette fois un agent soviétique — face au héros joué par Sho Kosugi. Il est ensuite engagé pour prêter sa silhouette au Predator dans le film homonyme, mais quitte l'équipe de cette production les jours suivants (il se serait plaint d'étouffer dans le costume, et de n'apparaître à l'image que sous un masque, en outre l'équipe de production a réalisé qu'un acteur plus imposant était nécessaire pour rendre la créature menaçante face à un groupe de soldats d'élite joués par Arnold Schwarzenegger, Jesse Ventura, Carl Weathers, Bill Duke ou encore Sonny Landham) ; le rôle du Predator est repris par Kevin Peter Hall[20],[21].

Quelques mois plus tard, il provoque la rencontre qui va lancer sa carrière en allant au-devant du producteur Menahem Golan à la sortie d'un restaurant et en lui faisant une démonstration d'arts martiaux sur l'aire de stationnement. Menahem Golan lui propose de jouer dans Bloodsport qui sera un succès international (et donnera naissance à plusieurs suites sans Van Damme). Un procès l'opposera à Frank Dux[22], dont il joue le rôle dans le film.

Le personnage Johnny Cage du jeu vidéo Mortal Kombat est inspiré du personnage de Frank Dux dans ce film. Johnny Cage est habillé (y compris les chaussures) comme Van Damme dans le combat final du film, et un des coups spéciaux de Johnny Cage provient du combat entre Frank Dux et le sumo dans le film. La société de jeu vidéo Midway, n'ayant pu obtenir les droits du film pour le jeu, a fait de Johnny Cage une star de cinéma pour l'histoire du personnage, et a adapté le concept de kumite en « kombat »[note 2].

Succès mondiaux, échecs et films à petits budgets

En 1988, Jean-Claude Van Damme joue dans Cyborg d'Albert Pyun et, en 1989, dans Kickboxer de Mark DiSalle. Viennent ensuite en 1990 Full Contact (Lionheart), sous la direction de Sheldon Lettich ainsi que Coups pour coups (Death warrant) de Deran Sarafian (tourné avant mais sorti après Full Contact).

Ses films ayant tous rapporté beaucoup d'argent au box-office, il collabore de nouveau avec Sheldon Lettich, avec un budget supérieur. Pour Double Impact, Van Damme joue pour la première fois un double rôle (une prouesse qu'il réitérera par la suite dans Double Team et Replicant), interprétant deux frères jumeaux, face à Bolo Yeung qui était déjà son principal adversaire dans Bloodsport ; le public est au rendez-vous et le film est un succès.

Mario Kassar (Carolco) signe avec lui pour le film Universal Soldier de Roland Emmerich qui sort en 1992, partageant l'affiche avec Dolph Lundgren. Van Damme touche son premier million, pour un budget de 23 millions de dollars ; le film va en rapporter cinq fois plus à travers le monde et devient à l'époque son plus grand succès au box-office.

Les cachets de l'acteur montent alors en flèche.[précision nécessaire] Cavale sans issue (Nowhere To Run) de Robert Harmon (1993), est un franc succès en Europe, avec notamment un million de spectateurs en France, mais les fans apprécient moins ce nouveau genre, montrant un Van Damme plus dramatique et délaissant les arts martiaux. Il enchaîne avec Chasse à l'homme (Hard Target) de John Woo (1993), premier film américain du réalisateur chinois (et devenant un tremplin pour les autres réalisateurs asiatiques voulant percer aux États-Unis[pas clair]), et renouvellera le genre avec Ringo Lam et Tsui Hark.[pas clair] L'action est au rendez vous, mais John Woo est contraint par les producteurs de couper au montage vingt minutes du film, jugées trop violentes pour la classification R, permettant ainsi aux mineurs de moins de 17 ans de pouvoir voir le film. Le film connait un succès relatif. Vient ensuite Timecop de Peter Hyams, un film de science-fiction basé sur le voyage dans le temps, qui rencontre en 1994 son plus grand succès aux États-Unis.

L'acteur est alors au sommet de sa gloire, ne subissant aucun échec. Il devient l'un des acteurs d'arts-martiaux les plus populaires et un des acteurs les mieux payés au monde, avec un cachet de huit millions de dollars pour Street Fighter : L'ultime combat (1994) de Steven E. de Souza ; le film est descendu par la critique et les fans du jeu vidéo Street Fighter II dont le film est l'adaptation, cependant le succès est au rendez-vous.

Van Damme plonge alors dans la drogue, devenant dépendant à la cocaïne. Il avouera avoir refusé à cette période une offre de la part des studios Universal pour une série de trois films avec un cachet de 12 millions de dollars par film, au motif que Jim Carrey touchait alors 20 millions par film. Il aurait en conséquence été placé sur liste noire par les principaux studios de production.[réf. nécessaire] Entre-temps il a signé pour Mort Subite (Sudden Death) de Peter Hyams qui, sorti en salle fin 1995, lui vaudra sa première déception, le film ne rapportant que 64 millions dans le monde pour un budget de 35 millions. Pensant pouvoir revenir avec un projet qu'il a en tête depuis des années et qui lui tient à cœur, il réalise en 1996 son premier film, Le Grand Tournoi, dont il est également scénariste et producteur en plus d'être l'acteur principal, mais le film ne remporte pas le succès escompté. Il tourne la même année Risque maximum de Ringo Lam, un semi-succès, et enchaîne avec Double Team de Tsui Hark en 1997, qui s'avère un échec cuisant.

Sa consommation de drogue augmente en 1998 ; il réussit tant bien que mal à tourner dans un état second Piège à Hong Kong, toujours avec Tsui Hark ; ce dernier profite de son état pour l'humilier afin de se venger[pourquoi ?] de Double Team en ne le filmant pas à son avantage.[réf. nécessaire] Le film sort la même année que Légionnaire de Peter MacDonald ; ces deux films sont des échecs.

Universal Soldier : Le Combat absolu, sorti en 1999, est un nouveau fiasco, ce qui conduit à faire sortir Inferno de John G. Avildsen directement en DTV (Direct-to-video) la même année. Van Damme fait alors une pause et soigne ses addictions. C'est à cette occasion qu'il reçoit un diagnostic de trouble bipolaire[23],[24].

En 2001, il revient en pleine forme avec Replicant de Ringo Lam, mais à nouveau le film sort directement en DVD, malgré la popularité intacte de l'acteur en Europe. Le film est un échec, avec seulement 100 000 entrées en salles, mais bénéficie de meilleures critiques que les précédents[25].

Lors de la promotion de ce film en France, il se fait davantage remarquer par son comportement que par le contenu de celui-ci : c'est en effet à cette période qu'il apparaît fréquemment dans des entretiens à la télévision ou à la radio en tenant des propos jugés décousus, absurdes et involontairement comiques[26], dans son franglais idiosyncrasique, abordant spontanément les thèmes les plus divers (les femmes, les chiens, la religion, la drogue, sa capacité à casser des noix avec ses fesses...), avec une insistance particulière sur les questions de spiritualité et de développement personnel (en particulier une tirade dans laquelle il emploie à plusieurs reprises la formule « être aware », laquelle devient dès lors associée à son image publique en France). Affecté par les railleries et l'exploitation qui est faite de ces séquences dans certaines émissions à caractère humoristique, rejaillissant sur ses enfants (ce sera un des thèmes de JCVD), il devient de plus en plus réticent à accorder des entretiens en français, craignant d'être de nouveau piégé par sa spontanéité comme par le cynisme des médias de masse, toujours en quête de pittoresque sans se soucier des répercussions dans le réel. Il expliquera par la suite avoir tenté de communiquer des bribes de sagesse, péniblement acquises par son expérience comme par ses erreurs, auprès de jeunes gens peu éduqués rêvant de réussir, comme lui-même autrefois, mais avoir dû composer avec les contraintes temporelles de la télévision, avec ses difficultés à s'exprimer correctement en français (langue qu'il pratique désormais rarement), le tout combiné avec les effets du jet lag, aboutissant à son élocution parfois maladroite.

En juillet 2001, il lance sa ligne de vêtements, Damage7, vendue uniquement chez Harrods à Londres.

À partir du début des années 2000, Van Damme apparaît dans un grand nombre de films « direct to video » à l'intérêt variable : The Order de Sheldon Lettich (2001) ; Point d'impact (Derailed) (2002) de Bob Misiorowski ; il tourne encore avec Ringo Lam dans In Hell (2003) qui sera son plus grand succès en location aux États-Unis ; L'empreinte de la mort (Wake Of Death) de Philippe Martinez (2004) ; Ultime Menace (2006) ; The Hard Corps (2006) ; Jusqu'à la mort (Until Death) (2007) de Simon Fellows ; Trafic mortel (The Shepherd) (2008) d'Isaac Florentine ; Universal Soldier : Régénération (2009) ; Assassination Games (2011), Six Bullets (2012), Welcome to the Jungle (2013), Enemies closer (2013) et Pound of Flesh (2015).

En 2018, il revient avec Lukas au cinéma, subissant un échec avec 50 000 entrées en France[réf. souhaitée].

Retour au cinéma

Jean-Claude Van Damme, lors de la promotion de Jusqu'à la mort en 2007.
Jean-Claude Van Damme sur le tournage de JCVD en 2007.

Jean-Claude Van Damme continue cependant d'apparaître au cinéma, notamment en France, avec L'Empreinte de la mort qui fait l'objet d'une sortie limitée, mais ce n'est qu'en 2008 qu'il fait son grand retour dans les salles françaises avec JCVD de Mabrouk El Mechri. Le film fait l'objet d'une sortie limitée aux États-Unis, cependant il reçoit des critiques très positives de la part du Los Angeles Times.

L'histoire de JCVD, film à mi-chemin entre fiction et réalité, se base sur la carrière et sur la personnalité de l'acteur. Bien que les critiques reconnaissent que Van Damme y déploie de vrais talents d'acteur, le public ne suit pas, et JCVD doit se contenter d'environ 165 000 spectateurs, ce qui est très peu au regard de la large promotion télévisuelle dont le film a bénéficié. Malgré une offre de la Twentieth Century Fox, Van Damme refuse d'apparaitre dans la suite de Street Fighter, notamment pour se consacrer à JCVD. Le film de la Fox sera alors remanié pour devenir Street Fighter: Legend of Chun-Li. Juste après, Van Damme auto produit The Eagle Path dont il est le scénariste et acteur.[réf. souhaitée]

En 2009, l'acteur refuse l'offre que lui fait Sylvester Stallone de jouer dans Expendables : Unité spéciale.

Le 5 octobre 2011, il est à Grozny lors de la luxueuse fête du trente-cinquième anniversaire du président tchétchène Ramzan Kadyrov, qui l'a invité (ainsi qu'Hilary Swank ou Vanessa-Mae)[27]. La présence de ces têtes d'affiche crée la polémique, au regard des exactions commises par Kadyrov[28].

En 2011, il est la voix de maître Croc dans Kung Fu Panda 2[29].

À l'été 2012, pour la première fois depuis treize ans[réf. nécessaire], il réapparaît dans les salles de cinéma aux États-Unis avec Expendables 2 : Unité spéciale[30]. C'est également pour lui l'occasion de tourner un film avec Chuck Norris (bien que les deux acteurs n'apparaissent pas ensemble à l'écran). Le film engendre plus de 300 millions $ au box-office, ce qui en fait le film le plus rentable de la série. Au Festival de Cannes 2013[31], il annonce être à la tête d'un projet de série télévisée réalisée à Dubaï. Cette série, Luxury Meets Justice[32], est produite par Fashion TV, et se composera de deux saisons, comportant chacune un film-pilote, et 12 épisodes.

En 2016, il double à nouveau la voix de maître Croc dans Kung Fu Panda 3[29] ; le film rencontre un énorme succès.

En 2017, Il est le personnage principal dans la série Amazon Jean-Claude Van Johnson.[réf. souhaitée]

En 2018, il partage avec Mike Tyson l'affiche d'un film de la saga Kickboxer, dans Kickboxer : L'héritage, sorti en DTV. Il apparaît ensuite aux côtés de Dolph Lundgren dans le film Black Water également sorti en DTV. Toujours en 2018, il revient au cinéma avec Lukas, film dont il est la vedette. Lukas se veut un changement radical sur le plan artistique dans la filmographie de JCVD, avec une ambiance sombre et violente, caractérisant le genre film noir. Il y campe un anti-héros torturé prêt à tout pour sauver sa fille, bien loin des rôles d’action héroïques auquel il avait habitué ses spectateurs.[réf. souhaitée]

En 2019, lors d'une interview pour la sortie remastérisée de Kickboxer, il annonce qu'il reviendra aux côtés de son fils Kris Van Damme dans le film The Tower qui sortira en 2020 et annonce que ce sera son dernier film.[réf. souhaitée]

Vie privée

En 1986, Jean-Claude Van Damme épouse la bodybuilder Gladys Portugues (en) ; ils ont deux enfants : Kristopher (1987)[33],[34] et Bianca (1990) ; ils divorcent en 1993. Il se remarie l'année suivante avec Darcy Lapier (en) qui lui donne un fils, Nicholas (1995) ; ils divorcent en 1997. En 1999, Gladys Portugues et JCVD se marient à nouveau.

En 2007, il révèle au magazine Empire sa liaison avec la chanteuse Kylie Minogue durant le tournage de Street Fighter[35].

Combats de karaté semi-contact

Jean-Claude Van Damme ne possède aucun titre de karaté. Sa biographie officielle fait état d'un titre de champion de Belgique de light-contact en 1978 (variante moins violente du full-contact et du kick-boxing), d'un titre de champion d'Europe de light contact en 1978, et de sa participation aux championnats du monde WAKO en Floride en 1979, où il est éliminé par un autre Belge, Patrick Teugels, ce dernier terminant 2e de la compétition.

Hommages

La ministre belge francophone de la Culture, Fadila Laanan et Jean-Claude Van Damme devant une statue en hommage à l'acteur, située à Anderlecht.
  • Le , la chaîne de télévision belge RTL-TVI consacre une émission biographique à Jean-Claude Van Damme. Les personnes ayant marqué sa vie y sont invités (ses parents, son entraîneur Claude Goetz), il y reçoit également des mains de la ministre Belge de la Culture, de l'Audiovisuel, de la Santé et de l'Égalité des chances, Fadila Laanan, la médaille des Chevaliers de l'ordre de la Couronne.[réf. nécessaire]
  • Le , il inaugure sa statue de bronze, grandeur nature, à Anderlecht (Belgique). Celle-ci est inspirée du personnage Frank Dux, qu'il incarne dans le film Bloodsport.[réf. nécessaire]
  • L’acteur a par ailleurs inspiré la création de la danse du Kuduro (musique électro africaine), basée sur une scène du film Kickboxer où le protagoniste danse en étant saoul.[réf. nécessaire]
  • L'acteur apparaît comme un personnage clé du roman Comme un karatéka belge qui fait du cinéma de Jean-Claude Lalumière (Le Dilettante, février 2014).
  • Dans la série nord-américaine Sense8, l'un des personnages, Capheus, est fan de Jean-Claude Van Damme. Chauffeur de bus, il nomme le sien Van Damn, en référence à son acteur fétiche. Il obtient le surnom Van Damn après avoir gagné un combat à mains nues.

Filmographie

Cinéma

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Années 2010

Télévision

Télé-réalité

Jeux vidéo

Jean-Claude Van Damme a eu droit à son homologue pixelisé dans quelques jeux vidéo.

Autres apparitions

Jean-Claude Van Damme en 2010.
  • En 1996, Jean-Claude Van Damme apparaît dans un épisode de la série Friends (saison 2, épisode 13) dans lequel il joue son propre rôle[40],[41].
  • En 1999, il apparaît à la fin d'une représentation du catcheur Bill Goldberg à la WCW Monday Nitro le 25 Janvier 1999 à Dallas, Texas aux côtés de Chuck Norris, Bret Hull et Herschel Walker.
  • En 2003, il apparaît dans le clip Kiss My Eyes de Bob Sinclar[42], et en 2007 dans une publicité pour World of Warcraft[43].
  • En 2011, il pose avec un vison écorché pour l'association de défense des droits des animaux Gaia, dans le cadre d'une campagne contre l'industrie de la fourrure en Belgique[44].
  • Depuis 2012, il est la star des pubs de la marque de bière Coors Light (en)[45].
  • En 2013, il tourne dans une publicité pour Volvo, réalisant (à l'âge de 53 ans) un grand écart facial entre deux camions de la marque s'écartant progressivement, qui rencontre un grand succès sur Internet, avec plus de 60 millions de vues sur YouTube en moins d'un mois[46],[47].
  • En 2014, il joue son propre rôle dans une vidéo du réalisateur et musicien nord-américain Freddie Wong, diffusée sur YouTube[48],[49].
  • En 2015, il apparaît dans le clip vidéo The HUM des Dj's Belges Dimitri Vegas & Like Mike en featuring avec Ummet Ozcan, aux côtés de Charlie Sheen.

Controverse

En , Jean-Claude Van Damme est à l'origine d'une polémique lorsqu'il affirme dans l'émission de télévision On n'est pas couché diffusée sur France 2 que le mariage n'a plus de réelle signification, déclarant notamment « Les hommes se marient avec les hommes, les femmes avec les femmes, les chiens avec les chiens ». Marlène Schiappa, secrétaire d'État française chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, et invitée de la même émission, déclare ensuite que « La dernière fois qu'une personne a fait un parallèle entre l'homosexualité et la zoophilie, c'était un élu du Front national »[50]. Conscient que ses propos ont été mal compris, l'acteur effectue une mise au point ferme sur le plateau, puis une seconde fois hors plateau lors d'une interview par Actu Médias[51].

Distinctions

Récompenses

Nominations

Voix françaises

En France, Patrice Baudrier est la voix française régulière de Jean-Claude Van Damme[53],[54]. François Leccia et Hervé Jolly l'ont également doublé à quatre reprises chacun[53],[54]. Par ailleurs, Jean-Claude Van Damme joue en français dans Narco, JCVD, Beur sur la ville et Lukas.

Notes et références

Notes

  1. Jeu de mot sur « muscles », qui se prononce ['mʌsəl], homophone de « mussels » c'est-à-dire les moules, Bruxelles et la Belgique étant connues pour les moules-frites.
  2. Paul W.S. Anderson (réalisateur de Mortal Kombat) voulait JCVD dans le rôle de Johnny Cage, mais c'est finalement Linden Ashby qui décrocha le rôle. D'ailleurs, le costume de Johnny Cage que Lynden Ashby porte lors de son combat contre Scorpion et Goro est exactement le même que celui de Frank Dux dans Bloodsport.

Références

  1. (en) Hendrix, Grady (19 octobre 2007). "Happy Belated Birthday, Jean-Claude Van Damme!". Slate.
  2. (en) « Jean-Claude Van Damme Biography (1960–) », Filmreference.com (consulté le 20 février 2010).
  3. (en) « Jean-Claude van Damme- Biography », Yahoo! Movies (consulté le 3 avril 2012).
  4. « Why is he famous? », AskMen.com (consulté le 15 juin 2010).
  5. John Stanley, « Belgian Bruiser Muscles Into B-Movie Scene », San Francisco Chronicle,‎ .
  6. Lawrence Grobel, « Playboy interview », Playboy,‎ .
  7. Gilles Rolland, « Dossier : Jean-Claude Van Damme : les Muscles de Bruxelles », (consulté le 17 octobre 2014).
  8. a et b « Biographie de Jean-Claude Van Damme », sur PurePeople (consulté le 17 octobre 2014).
  9. Jae-Ha Kim, « Van Damme gets his kicks from acting now, not karate », Chicago Sun-Times,‎ .
  10. Allociné , Que sont devenus les ennemis de Jean-Claude Van Damme sur grand écran ?, 04/12/2015
  11. Maghress, À bâtons rompus : Al-Quissi : «Jean-Claude Van Damme m'a offert ma chance»
  12. Touche pas à mon poste !, diffusé le 03/09/2019 sur Plug RTL
  13. a et b (en) Jean-Claude Van Damme sur l’Internet Movie Database
  14. Joost Houtman et Jan-Cees Butter, De foute ster, (ISBN 904881698X, lire en ligne).
  15. Ina Stars, « Jean-Claude Van Damme à Tout le monde en parle | Archive INA », (consulté le 5 janvier 2018)
  16. (en) « MONACO FOREVER (1984) », sur Shock Cinema (consulté le 17 octobre 2014).
  17. (es) « Lo que no sabías sobre “Frank Cujo” o mejor dicho Jean-Claude Van Damme », (consulté le 17 octobre 2014).
  18. Thomas W. Window, « The Trial of Jean-Claude Van Damme », Black Belt, Active Interest Media, Inc., vol. 31, no 7,‎ , p. 21 (ISSN 0277-3066, lire en ligne).
  19. Thomas W. Window, « The Trial of Jean-Claude Van Damme », Black Belt, Active Interest Media, Inc., vol. 31, no 7,‎ , p. 22 (ISSN 0277-3066, lire en ligne).
  20. (en) Alexis Ferenczi, « VIDÉO. Jean-Claude Van Damme dans le costume de "Predator" », sur The Huffington Post, (consulté le 17 octobre 2014).
  21. (en) « The Story of Jean-Claude Van Damme's Role in Predator », sur IGN, (consulté le 17 octobre 2014).
  22. (en) « Frank Dux v. Jean Claude Van Damme », sur courttv.com (consulté le 17 octobre 2014).
  23. (en) Marcia Purse, « Jean-Claude Van Damme - Actor », .
  24. (en) Pat Hagan, « Manic depression has been rebranded as bipolar... But are so many of us really mentally ill? », sur DailyMail (consulté le 17 octobre 2014).
  25. « DVD Verdict Review - Replicant », sur dvdverdict.com, (consulté le 13 novembre 2019)
  26. « Jean claude Van Damme – Plaidoyer pour une movie-star : la pensée diagonale face à ses propres limites », sur nanarland.com, (consulté le 13 novembre 2019)
  27. « La Tchétchénie célèbre en grande pompe l’anniversaire de son président Kadyrov », sur La Tribune de Genève, (consulté le 5 octobre 2011).
  28. « Hilary Swank, l'ingénue au pays du dictateur », sur parismatch.com, 13 octobre 2011
  29. a et b « Jean-Claude Van Damme : au casting vocal de Kung fu panda 2 », sur Première.fr, (consulté le 17 octobre 2014).
  30. (en) « Review: Jean-Claude Van Damme Shines In The Moronically Irresistible Entertainment Of ‘Expendables 2’ », (consulté le 17 octobre 2014)
  31. « Luxury Meets Justice Premiere Cannes 2013 », sur Allociné (consulté le 17 octobre 2014).
  32. (en) [1], sur fashiontv.com
  33. (en) Jean-Claude Van Damme Biography (1960-).
  34. (en) Biography.
  35. (en) Kirsty McCoormack, « Jean-Claude Van Damme reveals he had a fling with former co-star Kylie Minogue », sur DailyMail, (consulté le 17 octobre 2014).
  36. (en) « Video available on [[YouTube]] »
  37. (en) From the Muscles of Brussels to a Dart to the Heart, Suzanne Savill, Bristol Evening Post, 19 octobere 1984.
  38. (en) « Celebrities : Jean-Claude Van Damme », Movie-collection.com (consulté le 20 février 2010).
  39. (en) « Interview - Random Roles - Jean-Claude Van Damme », Nathan Rabin, avclub.com, 10 mars 2008.
    « Monaco Forever (1984) — "Gay Karate Man" » : « I took a guy that was doing hitchhiking on the road, and I took a guy in my car, and I play a homosexual, and I was trying to take advantage of him in that car. »
  40. « "Friends" : des guest stars en série Jean-Claude Van Damme », sur linternaute.com, (consulté le 17 octobre 2014).
  41. (en) « 8 Most Bizarrely Ridiculous Cameos In TV History », sur What Culture (consulté le 17 octobre 2014).
  42. (en) « Bob Sinclar — "Kiss My Eyes" #1 », (consulté le 17 octobre 2014).
  43. « Bande-annonce - Van Damme fait de la pub », sur Jeuxvideo.com (consulté le 17 octobre 2014).
  44. « JCVD dans une campagne anti-fourrure », sur Le Vif, (consulté le 17 octobre 2014).
  45. (en) Gabriel Beltrone, « Ad of the Day: Van Damme Awesomely Sculpts a Mountaintop Ice Bar for Coors Light », sur AdWeek, (consulté le 17 octobre 2014).
  46. « Jean-Claude Van Damme fait le grand écart pour Volvo », sur Le Figaro, (consulté le 15 novembre 2013).
  47. « Marketing : Les deux publicités Volvo qui cartonnent », sur medias24 (consulté le 17 octobre 2014).
  48. Maitesavin, « Jean-Claude Van Damme : Il devient fou chez Freddie Wong » (consulté le 17 octobre 2014).
  49. (en) Neatorama, « Jean-Claude Van Damme Pokes Fun at Himself in the Latest Freddie Wong Film » (consulté le 17 octobre 2014).
  50. « Les hommes se marient, les chiens se marient » : Le CSA saisi après les propos de Van Damme - 20 minutes, 2 juillet 2018.
  51. « Propos Homophobes : Jean Claude Van Damme réagit ! » - Actu Médias/YouTube, 4 juillet 2018 (min 4 s) [vidéo].
  52. a et b (en) « Awards for 1989 », sur Internet Movie Database, (consulté le 17 octobre 2014).
  53. a b c d e f g h i j et k « Comédiens ayant doublé Jean-Claude Van Damme en France » sur RS Doublage
  54. a b c et d « Comédiens ayant doublé Jean-Claude Van Damme en France » sur Doublagissimo

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • John Corcoran et Emil Farkas, Martial Arts: Traditions, History, People, New York City, Gallery Books, (ISBN 978-0-8317-5805-9), p. 60, 265. (Wako)
  • John Corcoran et Emil Farkas, Martial Arts: Traditions, History, People, New York City, Gallery Books, (ISBN 978-0-8317-5805-9), p. 285–286. (PKA World Heavyweight Title)
  • John Corcoran et Emil Farkas, Martial Arts: Traditions, History, People, New York City, Gallery Books, (ISBN 978-0-8317-5805-9), p. 210, 393. (Eku)
  • John Steven Soet, « Jean-Claude Van Damme », Inside Kung-Fu Presents: Martial Artists One on One,‎ , p. 16–25.
  • Frédéric Corbière, Jean-Claude Van Damme, un parcours hors du commun, éditions Romart, 2013.
  • Véronique Van Varenberg, « Mon frère Jean Claude », auto-édition, 2016, 135 p. (ISBN 9995902575 et 978-9995902575) [présentation en ligne]

Documentaire

  • Carole Thomé et Frédéric Benudis, Dans la peau de Jean-Claude Van Damme, diffusé en France[Quand ?] sur Canal+ et M6.

Liens externes