Jean-Claude Lalumière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Claude Lalumière
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Jean-Claude Lalumière est un romancier français né le à Bordeaux.

Parcours[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Lalumière a d'abord écrit des fictions radiophoniques pour Radio France. Son roman Le Front russe, paru à la rentrée littéraire de , a reçu un accueil favorable de la critique et des lecteurs. Dans un article paru dans le Figaro Littéraire, Christian Authier le compte parmi les héritiers d'Antoine Blondin, tandis que Benoît Duteurtre, dans un dossier consacré au retour de l'humour en littérature paru en avril 2011 dans l'hebdomadaire Marianne, le compare à Alphonse Allais. Son roman La Campagne de France, sorti en , a été qualifié de "Houellebecquien mais beaucoup plus drôle" par Hubert Artus dans l'émission Comme on nous parle de Pascale Clark sur France Inter. Sébastien Lapaque le qualifie de "Subtil portraitiste, satiriste féroce, marionnettiste habile et juge impitoyable du grotesque de son époque" dans un article consacrée à La Campagne de France paru dans Le Figaro en . Jean-Claude Lalumière collabore à la revue Schnock publiée par les éditions La Tengo.

Publications[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • La Réforme des retraites in Bijoux d'hiver n°2 (ed. Bijoux de famille, )
  • Culture Pub in Revue Patchwork n°1 ()
  • L'éclairage des parties communes in La Maison nous habite (éd. Voix d'encre, )
  • La Femme du Minotaure in Tapage nocturne (éd. Antidata, )
  • La ligne du menton in Short Satori (éd. Antidata, )
  • Libres malgré tout in Sous les jupes des filles (éd. Editinter/Nouvelles au pluriel, )
  • Au placard ! in L'enfer me ment (éd. Antidata, )

Articles et essais[modifier | modifier le code]

  • Blondin, éd. Nouvelles Lectures, Coll. Duetto, ()
  • Et je dirai à Marc Villemain, Chiendent n°49, Marc Villemain, l'éloignement du monde ()
  • Bissel, celui qui roule les mécaniques, Schnock ()
  • Submersion, Alternatives Internationales, ()
  • Z'avez pas vu Baxter ? (sur le film de Jérôme Boivin, Baxter, 1989), Schnock ()
  • Les Hauts-murs d'Auguste Le Breton, Schnock, ()
  • L'Europe buissonnière d'Antoine Blondin, Schnock, ()
  • Les portraits du Fayoum, Dictionnaire de la mort, direction Philippe di Folco, éd. Larousse, coll. in extenso, ()

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]