Yves Simon (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yves Simon et Simon.
Yves Simon
Description de cette image, également commentée ci-après
Yves Simon en 1974.
Informations générales
Nom de naissance Yves Maurice Marcel Simon
Naissance (74 ans)
Choiseul (Haute-Marne), France
Activité principale auteur-compositeur-interprète
écrivain
Genre musical chanson française
Instruments guitare
Années actives Depuis 1967

Yves Simon est un auteur-compositeur-interprète et écrivain français né le à Choiseul (Haute-Marne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Yves Maurice Marcel Simon est né le dans l'ancien presbytère à Choiseul (Haute-Marne). Son père est cheminot à Contrexéville (Vosges), sa mère est serveuse, puis infirmière. Ses parents lui offrent un accordéon diatonique à l'âge de huit ans.

Adolescent, il est soliste d'un groupe de Nancy nommé « Korrigans nancéens ».

Il raconte dans une émission de télévision avoir été fasciné à l'âge de 16 ans par le chanteur Salvatore Adamo qui vient à l'âge de 17 ans de remporter la finale d'un concours et concrétise alors son rêve de devenir auteur et interprète[1].

Il fréquente le lycée à Vittel[2], et après avoir obtenu le baccalauréat, il s'inscrit à la faculté de lettres à Nancy, puis à 19 ans, il monte à Paris pour s'inscrire à l'université et dans la classe préparatoire du lycée Voltaire pour tenter le concours d'entrée à l'IDHEC (l'école de cinéma). Après un diplôme de lettres, il part voyager en Europe et aux États-Unis[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1967, il enregistre deux 45 tours (Ne t'en fais pas petite fille et T'as pas changé tu sais) et un 33 tours (Ne t'en fais pas petite fille). En 1969, il enregistre La Planète endormie. Ces enregistrements passent relativement inaperçus, malgré le succès de la chanson Ne t'en fais pas petite fille.

Parallèlement, il écrit des romans. En 1971, paraît En couleur, puis L'Homme arc-en-ciel, qui sont des succès. Il va travailler pour le magazine Actuel et pour la radio Europe 1.

En 1972, il sort un 45 tours : Les Gauloises bleues. Il va faire la première partie de Georges Brassens avec Maxime Le Forestier, Jean-Michel Caradec et Philippe Chatel.

Les succès vont ensuite s'enchaîner tant en disques (Au pays des merveilles de Juliet, grand prix de l'Académie du disque, etc.) qu'en romans. Il instille alors un folk très singulier à la française et produit certains titres d'anthologie de la chanson française comme : Les Gauloises bleues, Les Bateaux du métro ou Rue de la Huchette. Néanmoins, fin 1977, il abandonne la scène, qui lui prend trop de temps et d'énergie.

En 1978, il est l'auteur-compositeur de la bande originale du film Diabolo menthe.

Yves Simon produit le 45 tours de Patrick Dewaere[4]. Il continue de composer avec un rythme moins soutenu et préfère se consacrer prioritairement à la littérature qui lui assure une renommée saluée par la critique (prix des libraires en 1988, puis prix Médicis en 1991) et un succès public. Aussi, il se fait de plus en plus rare à la télévision. En 1999, il publie Intempestives qu'il produit avec Michel Cœuriot. L'album est caractérisé par des arrangements orchestraux et le mélange de sonorités rock, classiques et arabisantes. Au niveau des textes, Yves Simon se montre engagé dans les problèmes de son temps. Il raconte le sort des femmes afghanes prisonnières des talibans de Kaboul (Les Souffrantes), il prend position en faveur de l'étudiante criminelle Florence Rey (Pardonnez), il évoque la vie dans les banlieues (Des cités des pleurs), parle du dialogue entre l'Orient et l'Occident… D'autres chansons ont une inspiration plus personnelle (Je te prie d'oublier). Je me souviens est un hommage à Georges Perec. En 2007, il publie Rumeurs, un album aux tonalités mélancoliques et aux sonorités dépouillées qui renoue avec l'esprit de ses chansons originelles. Il y partage le micro avec Françoise Hardy sur Aux fenêtres de ma vie, qui parle du temps qui file, une thématique qui se prolonge dans les nostalgiques Cet enfant et Les Embruns de la jeunesse. Il y confie ses doutes (J'ai peur), ses amours (Les filles ont des sentiments) ou ses préoccupations (Des oursons blancs dans nos bras). En juillet 2007, il renoue avec la scène après trente ans d'absence aux Francofolies de La Rochelle, puis de Spa.

Le , trente ans après, il remonte sur les planches de l'Olympia, pour un concert de plus de deux heures où s’enchaînent principalement les titres de son dernier album, mais aussi les classiques que sont Amazoniaque, J’ai rêvé New York, Diabolo menthe et Au pays des merveilles de Juliet. Très à l’aise, il rendra hommage à ses influences : Georges Brassens, Serge Gainsbourg, Bob Dylan, The Rolling Stones et The Beatles. Serge Perathoner, fidèle compagnon, est au piano et claviers.

En 2011, il est un des membres du jury du prix Françoise-Sagan[5].

En 2014, Christine and the Queens reprend sa chanson Amazoniaque et lui envoie une maquette. Il la fait écouter au patron de Because Music qui lui propose de faire un album de reprises et de quitter Barclay, sa maison de production[6],[7].

En 2018 sort un double CD Génération(s) éperdue(s) constitué d'une part du concert à l'Olympia de 2008 et d'autre part de reprises de ses grands classiques par des chanteurs et chanteuses de la nouvelle génération : Christine and the Queens, Woodkid, Clou, Flavien Berger, SoKo, Moodoid, Juliette Armanet, Lilly Wood And The Prick, Radio Elvis...[8]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a été compagnon de la peintre, photographe et actrice Patrice-Flora Praxo pendant près de 12 ans ; il lui a consacré les titres La Métisse et Patrice sur l’album Rumeurs.

Discographie[modifier | modifier le code]

Premiers 45 tours[modifier | modifier le code]

  • 1967 : Ne t'en fais pas petite fille
  • 1967 : T'as pas changé tu sais
  • 1968 : Éventualités/Lettre à mon père
  • 1968 : Des glaçons dans mon dos/Aime-moi aime-moi
  • 1970 : Je volais son âme

Albums studio[modifier | modifier le code]

Note : Yves Simon considère que Rumeurs est son douzième album studio et fait donc remonter ses débuts discographiques à l'album studio de 1973[9].

Albums live[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

1991 : Intégrale 10 CD reprenant les albums studio RCA depuis 1973 et le live à Tokyo

Bandes originales de films[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1971 : Les Jours en couleurs
  • 1971 : L'Homme arc-en-ciel
  • 1973 : Bagdad-sur-Seine / Photographies de Daniel Boudinet
  • 1975 : Transit-Express
  • 1978 : L'Amour dans l'âme
  • 1983 : Océans
  • 1985 : Tard dans la nuit / hors commerce, tiré à 1000 exemplaires.
  • 1987 : Le Voyageur magnifique (prix des libraires 1988).
  • 1988 : Jours ordinaires (carnets)
  • 1988 : Un autre désir (chansons)
  • 1990 : Les Séductions de l'existence (François Bott/Dominique Grisoni/Roland Jacard/Yves Simon)
  • 1991 : La Dérive des sentiments (prix Médicis 1991).
  • 1993 : Sorties de nuit (carnets)
  • 1996 : Le Prochain Amour
  • 1997 : La Ruée vers l'infini
  • 1997 : Un instant de bonheur
  • 1997 : Paravents de pluie / Photographies de André Mérian
  • 1998 : Plaisirs ordinaires
  • 1999 : Jours ordinaires
  • 2000 : Le Souffle du Monde
  • 2000 : Paris aquarelles / dessins de Fabrice Moireau
  • 2001 : La Voix perdue des hommes
  • 2001 : L'Enfant sans nom (ouvrage pour la jeunesse)
  • 2003 : La Manufacture des rêves
  • 2004 : Les Éternelles
  • 2004 : Lou Andreas-Salomé (Destins)
  • 2005 : La Ruée vers l'infini (2)
  • 2006 : Les Novices
  • 2007 : Je voudrais tant revenir
  • 2007 : Épreuve d'artiste, dictionnaire intime (essai)
  • 2009 : Jack London (essai)
  • 2011 : La Compagnie des femmes - prix Erckmann-Chatrian 2011
  • 2011 : Un homme ordinaire (récit)
  • 2017 : Génération(s) éperdue(s) (recueil)
  • 2019 : Une vie comme ça (autobiographie, sortie prévue en janvier 2019[10])

Hommages[modifier | modifier le code]

Le , une place Yves Simon est inaugurée à Contrexéville[11].

Il est membre de la Légion d'Honneur au rang d'Officier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Témoignage fait par Yves Simon à Adamo sur le plateau de l'émission « Tous vos amis sont là » sur la RTBF le dimanche 27 mars 2011.
  2. Les entretiens de Mirabelle TV - "Rencontre avec Yves Simon" https://www.youtube.com/watch?v=apzPPSsKsBw
  3. Yves Simon, La manufacture des rêves, Grasset, , p. 21.
  4. « Discographie », sur dewaere.online.fr,
  5. dossier de presse du prix Françoise-Sagan, « Prix Françoise-Sagan » [PDF], sur domaine-sagan.fr, , p. 2.
  6. « Au pays des merveilles de Juliette Armanet et d’Yves Simon », sur Le Monde.fr,
  7. « Au pays des merveilles d’Yves Simon et de Clou », France Inter,‎ (lire en ligne)
  8. « La jeune garde visite Yves Simon », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  9. Yves Simon, chanteur éditorialiste
  10. "Génération(s) éperdue(s)", un tribute à Yves Simon : "j'ai rassemblé des chanteurs élégants"
  11. Contrexéville offre une place à Yves Simon, France 3 Lorraine

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :