Lee Chang-dong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dans ce nom coréen, le nom de famille, Lee, précède le nom personnel.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dong.
Lee Chang-dong
Description de cette image, également commentée ci-après
Lee Chang-dong en 2010.
Naissance (64 ans)
Daegu
Nationalité Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Profession écrivain, réalisateur, scénariste, producteur
Films notables Peppermint Candy
Oasis
Secret Sunshine
Poetry

Lee Chang-dong est un écrivain, scénariste, réalisateur et producteur sud-coréen, né le à Daegu. Il a également eu une courte activité politique comme ministre de la Culture de son pays.

Un écrivain engagé[modifier | modifier le code]

Né à Daegu (centre-est), Lee Chang-dong obtient son diplôme de langue coréenne et de littérature à l'université Kyungpook dans cette même ville en 1980. À cette époque la Corée du Sud vit sous une dictature militaire, et il prend part aux manifestations étudiantes contre le régime. Toujours à Daegu, il se consacre au théâtre, écrivant et montant des pièces. Après avoir enseigné le coréen brièvement au lycée, il se lance dans l'écriture avec son premier roman Chonri (The Booty) en 1983. Il se place dans un registre polémique qu'il conservera dans toutes ses œuvres futures (ainsi Chonri « évoque les émeutes sanglantes de 1980 à Gwangju[1]). Il devient l'un des auteurs les plus reconnus dans son pays en poursuivant avec Burning Papers (1987) et Nokcheon (1992).

Son entrée dans le milieu du cinéma se fait par l'entremise de Park Kwang-su (un des cinéastes les plus en vue du pays, considéré comme le leader du Nouveau cinéma coréen) qui lui propose l'écriture de deux scénarios : To the Starry Island (1993) et A Single Park (1995)[2].

Cinéaste sur le tard[modifier | modifier le code]

C'est à la surprise de beaucoup qu'il passe finalement derrière la caméra en 1997 avec Green Fish (dont il est aussi le scénariste), une critique de la société sud-coréenne racontant l'ascension malsaine d'un jeune homme dans l'univers du crime. Ce premier essai est un succès et son film est présenté dans plusieurs festivals internationaux.

Lorsqu'il est interrogé par Les Cahiers du cinéma sur son changement de mode d'expression, il explique que « c'est délicat d'y répondre » avant d'avancer que « la première raison, c'est qu'en tant qu'écrivain, à un moment [il a] senti des limites dans l'écriture » et que « la seconde raison, c'est qu'en tant qu'être humain, à l'âge de 39 ans, [il] voulai[t] éviter un chemin traditionnel, tout tracé »[3].

Son deuxième film Peppermint Candy, en 1999 obtient encore plus de succès autant en Corée qu'à l'international. Il met une nouvelle fois en exergue les séquelles de la dictature militaire (encore le massacre de Kwangju, la torture dans les commissariats, la crise économique de 1997…) en déroulant à rebours sur vingt ans la vie d'un homme qui vient de se suicider.

Récompensé par le Lion d'argent du meilleur réalisateur à Venise, son troisième film Oasis est son chef-d'œuvre à ce jour, qui le consacre définitivement (près d'un million et demi d'entrées en Corée). L'histoire atypique décrit l'amour entre un jeune homme attardé souffre-douleur et une handicapée physique.

Ministre éphémère[modifier | modifier le code]

Fin février 2003, Lee Chang-dong a été nommé ministre de la Culture de Corée du Sud au gouvernement du président Roh Moo-hyun. Arrivé à ce poste par surprise, il eut à faire face à l'imposition de quotas sur les productions américaines, permettant un développement des productions locales. Il quitte son poste dès 2004, éreinté par cette expérience et ce monde qui lui est étranger[4].

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

En octobre 2005, il est l'invité de Thierry Frémaux à l'Institut Lumière[5].

En octobre 2006, il est fait chevalier de la Légion d'honneur pour « sa contribution au maintien des quotas afin de promouvoir la diversité culturelle en tant que ministre de la culture. » La cérémonie eut lieu à l'ambassade de France en Corée du Sud en présence du ministre Renaud Donnedieu de Vabres[6].

En 2007, il présente en compétition au Festival de Cannes son dernier film Secret Sunshine, racontant l'histoire d'une femme qui plonge dans la religion et la folie après l'assassinat de son fils[7]. L'actrice principale Jeon Do-yeon est repartie couronnée du Prix d'interprétation féminine. Au Festival de Cannes 2009, il est membre du jury sous la présidence d'Isabelle Huppert[8]. Il revient dans la compétition cannoise en 2010 avec Poetry, récompensé par le Prix du scénario. La même année il fait partie du jury du Festival international du film de Karlovy Vary 2010 sous la présidence de Ron Yerxa.

En 2018, il fait à nouveau partie de la sélection officielle du Festival de Cannes avec son long métrage Burning.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Lee Chang-dong est scénariste de tous les films qu'il a réalisés, mais aussi :

Comme producteur[modifier | modifier le code]

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]