La nuit je mens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La nuit je mens

Single de Alain Bashung
extrait de l'album Fantaisie militaire
Face A La nuit je mens
Face B Silence mes anges
Sortie février 1998
Enregistré 1997
Studio Miraval, Correns
Durée 4:25
Genre Chanson française
Auteur Alain Bashung
Jean Fauque
Compositeur Alain Bashung
Édith Fambuena
Jean-Louis Piérot
Réalisateur Ian Caple
Édition Osez Joséphine
Polygram Music
Label Barclay, PolyGram

Pistes de Fantaisie militaire

La nuit je mens est une chanson d'Alain Bashung parue en 1998 sur l'album Fantaisie militaire. Elle constitue le deuxième morceau du disque.

La chanson évoque la résistance, la collaboration et plus généralement le mensonge[1].

Le clip, réalisé par Jacques Audiard, a reçu le prix du meilleur clip de l'année aux Victoires de la musique 1999. C'est par ailleurs sur le tournage que Bashung rencontra Chloé Mons, qui est devenue son épouse.

Réception critique[modifier | modifier le code]

La chanson fait partie des 3 000 morceaux classiques du rock dans l'ouvrage La Discothèque parfaite de l'odyssée du rock de Gilles Verlant[2].

Analyse[modifier | modifier le code]

Selon Jean Fauque, cette chanson tire ses origines dans l'histoire des résistants à l'occupation de la Seconde Guerre mondiale en France. Plus précisément, de ceux qui se sont réclamés de la résistance quand l'issue du conflit était évidente, ceux qu'on nomme «les résistants de la dernière heure». [3]

Le thème de la résistance aurait été inspiré par les affaires Bousquet et Papon[3].

Reprises[modifier | modifier le code]

Cette chanson a fait l'objet de plusieurs reprises, comme celles d'Hubert-Félix Thiéfaine, d'Arthur H., de Sophie-Tith dans l'émission Nouvelle Star ou encore de Lena Woods et de Hélène Siau dans l'émission The Voice : La Plus Belle Voix de 2016 et de 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [vidéo] Jean Fauque raconte La nuit je mens sur Dailymotion
  2. Gilles Verlant, La discothèque parfaite de l'odyssée du rock, Paris, Hors Collection, , 381 p. (ISBN 978-2-258-08007-2)
  3. a et b Nathalie Lacube, « « La nuit je mens » d’Alain Bashung, le rock de Mallarmé », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]