Fillols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fillols
Fillols
Vue générale du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Intercommunalité Communauté de communes Conflent-Canigó
Maire
Mandat
Claude Escape
2014-2020
Code postal 66820
Code commune 66078
Démographie
Gentilé Fillolois, Filloloises
Population
municipale
185 hab. (2017 en augmentation de 9,47 % par rapport à 2012)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 33′ 43″ nord, 2° 24′ 37″ est
Altitude Min. 576 m
Max. 2 360 m
Superficie 8,40 km2
Élections
Départementales Canton du Canigou
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fillols
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fillols

Fillols Écouter est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Fillolencs.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fillols est une commune située au pied du massif du Canigou dans la région naturelle du Conflent au sud-ouest de Prades[1].

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fillols[1]
Ria-Sirach
Corneilla-de-Conflent Fillols[1] Taurinya
Vernet-les-Bains

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située à une altitude de 750 m.

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[2].

De Fillols il est possible de commencer l'ascension du Pic du Canigou (via le Col des Voltes et le refuge des Cortalets) en suivant en partie la Ribera de Fillols.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Riu de Fillols : cette rivière prend sa source dans le sud de Fillols dans le massif du Canigou, sous le pic Joffre au niveau de la "fontaine de la Perdrix." Elle poursuit son cours vers Corneilla-de-Conflent où elle conflue dans le Cadi.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village en hiver.

On peut y accéder (d'est en ouest) :

  • par la D 27 et le village de Taurinya ;
  • par la D 47 et le village de Corneilla-de-Conflent ;
  • par la D 27 et Vernet-les-Bains.

La ligne 527 du réseau régional liO relie la commune à Prades.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est Fillols, en français comme en catalan[3].

Les premières mentions du nom sont Fuliols en 887 et Fullols en 958[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ferdinand Falguères* fut élu maire de Fillols le 15 décembre 1935 à l’issue d’une élection partielle (8 décembre 1935) provoquée par la démission du maire socialiste SFIO, Michel Barande (Voir Calvet Henri*). Après cette élection, l’administration préfectorale classa Ferdinand Falguères* comme socialiste SFIO. Elle fit sans doute erreur, car l’activité de Ferdinand Falguères* en tant que militant communiste est attestée à de multiples reprises avant et après l’élection de décembre 1935. D’ailleurs pour la préfecture des Pyrénées-Orientales, la composition politique du conseil municipal de Fillols, après le scrutin de décembre 1935, était de six socialistes SFIO et de quatre communistes.

Au cours de son mandat de maire, Ferdinand Falguères* prit une initiative qui fit beaucoup de bruit à Fillols et en Conflent. Le 20 septembre 1937, il expulsa de son presbytère le curé de la paroisse, G. Tronel et évacua avec l’aide d’un forgeron tout le mobilier en possession de cet ecclésiastique. Il convient de souligner ici que à Fillols, village minier où la SFIO et le PC étaient majoritaires, les antagonismes politiques étaient exacerbés. Le curé qui se qualifiait d’« ancien combattant volontaire et mutilé » était le chef de la minorité de droite de la commune. Depuis 1928, il dirigeait une petite publication, L’Écho du Canigou (organe des paroisses de Corneille-de-Conflent et de Fillols) qui était en fait un organe local de la droite. G. Tronel, adversaire politique irréductible de la municipalité présidée par F. Falguères, y publiait de violents articles contre le Front populaire et les républicains espagnols (au moment même où le maire organisait une collecte pour la République voisine en lutte contre Franco, collecte qui rapporta 141,50 francs). Ce fait divers retentissant illustre bien le climat politique qui régnait alors dans une petite commune conflentaise, climat très tendu que l’on retrouvait alors dans d’autres communes des Pyrénées-Orientales où les événements de la guerre civile espagnole interféraient avec les questions sociales et politiques de la France du Front populaire.

(source : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article112592, notice FALGUÈRES Ferdinand par André Balent, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 25 novembre 2010.)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? 1935
(démission)
Michel Barande SFIO  
1935 1940 Ferdinand Falguères
(1891-1967)
PCF Mineur
         
1965? 1977? Boher[réf. nécessaire] PCF Mineur
         
mars 2001 mai 2009 Michel Taurigna[5]   mort en fonction[6]
mai 2009 En cours Claude Escape[7],[8] DVG Retraité de l'enseignement

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1358 1365 1378 1424 1470 1515 1553 1709 1720
35 f33 f13 f6 f8 f12 f9 f29 f25 f
1767 1774 1789 - - - - - -
184 H41 f44 f------
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2017, la commune comptait 185 habitants[Note 1], en augmentation de 9,47 % par rapport à 2012 (Pyrénées-Orientales : +3,64 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
230187213279317296299263311
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
293283297293340515429394410
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
423412432332278251215230285
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
238187141163141141150169183
2017 - - - - - - - -
185--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 137 148 139 152 162 157 158 154
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'école à Fillols.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 2e dimanche de septembre[17] ;
  • Fête communale : 1er dimanche de septembre[17].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 18 713 €[18].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le chanteur Cali chante, dans son troisième album ("L'espoir"), une chanson ("Les beaux jours approchent") dont l'action se situe dans le village de Fillols. Le chanteur y décrit notamment l'ambiance de fête et de tranquillité qui régnerait sur la place du village.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte IGN sous Géoportail
  2. « Plan séisme » (consulté le 11 mars 2017)
  3. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  4. Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  5. Indiqué comme réélu en 2008 par la Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  6. Le maire de Fillols se tue en tombant d'un balcon, sur le site de L'Indépendant catalan.
  7. Préfecture des Pyrénées-Orientales
  8. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  17. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  18. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  19. « Le Barbier de sévices. », sur Libération.fr, (consulté le 14 février 2020)
  20. « Alex Barbier dessinait, peignait... et chantait ! - ActuaBD », sur www.actuabd.com (consulté le 14 février 2020)
  21. « Festival Plouc de Fillols », sur www.artnet.fr (consulté le 14 février 2020)