Marquixanes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marquixanes
Vue générale du village.
Vue générale du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Le Canigou
Intercommunalité Communauté de communes de Roussillon Conflent
Maire
Mandat
Anne-Marie Canal
2014-2020
Code postal 66320
Code commune 66103
Démographie
Gentilé Marquixanais
Population
municipale
551 hab. (2014)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 38′ 34″ nord, 2° 29′ 11″ est
Altitude Min. 244 m – Max. 568 m
Superficie 4,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marquixanes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marquixanes

Marquixanes est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Marquixanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Marquixanes est une commune située dans le Conflent sur la Têt et la route nationale 116 entre Prades et Perpignan.

Situation de la commune

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Marquixanes[1]
Arboussols
Eus Marquixanes[1] Vinça
Los Masos Estoher Espira-de-Conflent

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie entre 244 et 568 mètres[2].

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes du nom

La première mention du nom en 1007 est Marchexanes[4]. On rencontre ensuite Matrechexanas en 1025 et Madrechexanes en 1035[5], suivies au XIIe siècle des formes Marechexanes et Marchexanes. On a aux XIVe et XVe siècles Marcaxanes et Marquexanes, au XVIIe siècle Marcaxanes et Marqueixanes. Le nom actuel, Marquixanes, s'impose à partir du XVIIIe siècle[6].

Marquixanes est une francisation du catalan Marqueixanes, prononcé [məɾki'ʃanəs] ou [məɾkə'ʃanəs][7].

Étymologie

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village apparaît pour la première fois dans les textes en 1007, alors qu'un certain Miron et son épouse font don de terrains situés à Marquixanes au profit de l'abbaye Saint-Martin-du-Canigou[4]. Une première église est bâtie au XIe sur les restes d'un sous-bassement terrassé par les romains. De cette petite église romane, il ne reste presque rien. Une deuxième église plus grande, construite au XIVe siècle d'après la thèse des architectes venus étudier les lieux en 2014, aurait également disparu[8]. Autour de la première église s'est installée une cellera en trois périodes. Une première enceinte a d'abord enserré quelques celliers construits dans le périmètre du cimetière, espace consacré censé être à l'abri des pillages. Les récoltes y sont engrangées. En 1172 le roi Alphonse d'Aragon donne l'autorisation de construire un deuxième rang de fortification . Ce rempart protège un périmètre plus important et abrite des celliers supplémentaires. Il est en galets disposés en arête-de-poisson[9]. En 1245 Jaume premier, roi d'Aragon accorde le privilège de construire de nouvelles fortifications. Les celliers ont été utilisés pour conserver les récoltes jusqu'au XIXe. Ce n'est qu'à cette époque que quelques celliers ont été convertis en maisons. Certains d'entre eux servent encore de remise dans les années 2010[10].

Dans sa forme actuelle l'église est dédiée à Sainte-Eulalie. Elle date du XVIIe siècle, le clocher porte la date de 1611.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1793 Jean Carbonell    
1793 1795 Bonaventure Vergès    
1795 1795 François Vallmary    
1795 1796 François Mas-Molins    
1796 1800 Jean Carbonell    
1800 1810 Xavier Queyra    
1810 1815 Ambroise Mas-Marie    
1815 1815 Bonaventure Ferran    
1815 1826 François-Xavier de Compte    
1826 1828 Joseph Solera    
1828 1831 Joseph Mas-Maler    
1831 1846 Jean Izern    
1846 1848 Pierre Vergès    
1848 1856 Maurice Mas    
1856 1858 Jean Solera    
1858 1865 François Dorandeu-Solera    
1865 1873 François Mas-Illes    
1874 1903 Jean Petit    
1903 1908 François Escape    
1908 1919 François Dorandeu    
1919 1924 Pierre Llagonne    
1925 1944 Joseph Dorandeu    
1944 1947 Martin Fons    
1947 1959 Laurent Fabre    
1959 1966 Émile Pauco    
1966 1977 Lucien Baillette    
1977 1983 Jules Debeyre    
1983 2001 Gérard Dorandeu    
2001 2014 Gérard Capdet    
2014 en cours Anne-Marie Canal[12]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1358 1365 1378 1424 1470 1515 1553 1709 1720
27 f 26 f 13 f 13 f 27 f 24 f 25 f 84 f 82 f
1767 1774 1789 - - - - - -
505 H 102 f 110 f - - - - - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 551 habitants, en augmentation de 1,85 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : 4,38 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
474 488 564 571 561 581 589 619 583
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
576 536 532 530 570 564 509 491 480
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
446 461 480 446 393 416 412 386 405
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
388 363 333 307 299 397 513 541 551
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[17] 1975[17] 1982[17] 1990[17] 1999[17] 2006[18] 2009[19] 2013[20]
Rang de la commune dans le département 115 101 109 119 111 108 107 107
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 10 décembre[21] ;
  • Fête communale : 22 septembre[21].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 19 365 €[22].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Auguste Mas (1854-1908) : homme politique mort à Marquixanes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Marquixanes.svg

Blasonnement de la commune :

Parti : au premier d'argent à la clef de sinople, au second de gueules plain.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aymat Catafau, Les celleres et la naissance du village en Roussillon, Presse Universitaire de Perpignan, 1998

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Notice Cassini
  3. « Plan séisme » (consulté le 29 mars 2017)
  4. a et b Jean Tosti, Le Roussillon passé et présent : Marquixanes
  5. Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  6. Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, , 796 p.
  7. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  8. Le patrimoine de Marquixanes , hypothèse de constructions successives de trois églises
  9. Patrimoine de Marquixanes, deuxième rang de fortification
  10. Aymat Catafau, les celleres et la naissance du village en Roussillon , PUP, paragraphe Marquixanes
  11. MairesGenWeb, liste des maires de Marquixanes
  12. [PDF]« Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  18. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  19. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  20. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  21. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  22. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).