Baillestavy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baillestavy
Vue du village.
Vue du village.
Blason de Baillestavy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Le Canigou
Intercommunalité Communauté de communes Conflent Canigó
Maire
Mandat
Jacques Taurinya
2014-2020
Code postal 66320
Code commune 66013
Démographie
Gentilé Baillestavyen(ne)s
Population
municipale
110 hab. (2014)
Densité 6,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 33′ 56″ nord, 2° 31′ 33″ est
Altitude Min. 468 m – Max. 1 720 m
Superficie 17,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Baillestavy

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Baillestavy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baillestavy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baillestavy

Baillestavy est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Baillestavy se situe au cœur du massif du Canigou, dans la vallée de la Lentillà à 600 m d'altitude. Le village propre est constitué de deux hameaux, La Torre et La Farga, auxquels s'ajoutent une dizaine de mas isolés[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Baillestavy[2]
Espira-de-Conflent
(par un quadripoint)
Finestret Glorianes
Estoher Baillestavy[2] La Bastide
Valmanya

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 789 hectares. L'altitude varie entre 468 et 1 720 mètres[3].

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par la Lentillà, affluent de la Têt.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la RD 13.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom catalan de Baillestavy est Vallestàvia. Il vient du latin Vallis Stavia[5]. Trois significations sont possibles :

  • la vallée des estives ;
  • la vallée de l'étable (du latin stabula) ;
  • la vallée de Stabius (nom de personne).

La dernière interprétation semble la plus probable[6].

La commune est connue en 1793 sous le nom de Ballestavi et en 1801 sous les noms de Bellestavey et Baillestavy[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Baillestavy est occupé depuis l'antiquité du fait de la présence de minerai de fer. L'exploitation se fit jusqu'à l'ère moderne et la présence d'une forge donne son nom à l'un des deux hameaux du village.

Baillestavy est mentionnée pour la première fois au Xe siècle en tant que possession de l'Abbaye Saint-Michel de Cuxa. Le Puig del Castell est mentionné à partir de 1255. C'est alors seulement un donjon complété d'une enceinte et de quelques dépendances. Il sera plus tard transformé en clocher de la nouvelle église de Baillestavy.

Au XVIIe siècle, Baillestavy fut en plein cœur de la guerre du sel et de la rébellion des Angelets, dont Joan Miquel Mestres, originaire de la commune, fut un des acteurs principaux[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Canton[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune de Baillestavy est incluse dans le canton de Vinça, qu'elle ne quitte plus par la suite[8].

À compter des élections départementales de 2015, la commune de Baillestavy rejoint le nouveau canton du Canigou.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Signature du maire de Baillestavy Joseph Carboneill en 1815.
Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
         
1815  ?? Joseph Carboneill[10]    
         
193? 1959 Jean Guerre    
1959 1971 Remy Maler    
1971 1989 Alain Taurinya   Poète
1989 2001 Claude Maynéris    
mars 2001 en cours Jacques Taurinya[11],[12]'[13] DVG Vice-président du Syndicat Mixte Canigó Grand Site

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1358 1365 1378 1709 1720 1767 1774 1789
20 f 21 f 7 f 60 f 24 f 321 H 62 f 77 f
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 110 habitants, en augmentation de 17,02 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : 4,38 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
304 330 347 354 380 337 346 367 295
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
355 343 317 340 307 303 322 329 309
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
287 277 294 201 206 157 137 122 84
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
75 54 55 50 53 58 94 109 110
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[18] 1975[18] 1982[18] 1990[18] 1999[18] 2006[19] 2009[20] 2013[21]
Rang de la commune dans le département 201 175 198 200 195 185 184 180
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'école à Baillestavy.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête de l'âne catalan, à la mi-septembre[22] ;
  • Foinstival, le dernier samedi de juin[23].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie est essentiellement agricole et l'on trouve à Baillestavy une dizaine d'éleveurs (bovins, caprins, porcins, volailles et ânes catalans)[24].

Le village dispose d'un commerce multi-fonctions : café-restaurant, épicerie, presse, tabac et bibliothèque municipale[25].

Quelques artisans sont également installés à Baillestavy : un maçon, un ferronnier et un céramiste[26].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Le patrimoine bâti de Baillestavy est de type[27] religieux ou industriel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joan Miquel Mestres, dit l'Hereu Just (mort en 1670) : un des plus célèbres Angelets de la terra.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Baillestavy

Les armes peuvent se blasonner ainsi : D'or à la croix de Saint André de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la mairie, section Situation géographique
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a et b Notice Cassini de Baillestavy
  4. « Plan séisme »
  5. Pyrénées catalanes, section étymologie
  6. Jtosti.com, section étymologie
  7. Site de la mairie, section Histoire
  8. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  9. MairesGenWeb pour les maires depuis 1959
  10. Fabricio Cardenas, Vieux papiers des Pyrénées-Orientales, Baillestavy, le 8 juin 1815, 20 janvier 2014
  11. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  12. Jacques Taurinya Quintane est l'un des 500 élus ayant parrainé la candidature de José Bové à l'élection présidentielle de 2007, cf. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République
  13. Réélection 2014 : « Maires », sur le site de la Préfecture du département des Pyrénées-Orientales (consulté le 20 avril 2014).
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  18. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  19. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  20. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  21. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  22. L'Indépendant du 14/09/12
  23. Site du Foinstival
  24. Site de la mairie, section Agriculteurs
  25. Site de la mairie, section Commerces
  26. Site de la mairie, section Artisans
  27. Site de la mairie, section Patrimoine