Mosset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Pyrénées-Orientales image illustrant les Pyrénées
Cet article est une ébauche concernant une commune des Pyrénées-Orientales et les Pyrénées.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Mosset
Le village au printemps.
Le village au printemps.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Les Pyrénées catalanes
Intercommunalité Communauté de communes du Conflent
Maire
Mandat
Henri Sentenac
2014-2020
Code postal 66500
Code commune 66119
Démographie
Population
municipale
295 hab. (2014)
Densité 4,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 40′ 09″ nord, 2° 20′ 56″ est
Altitude Min. 558 m – Max. 2 469 m
Superficie 71,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Mosset

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Mosset

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mosset

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mosset

Mosset est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Mossetans.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans la vallée de la Castellane, entre Campôme et le col de Jau, à 12 km de la sous-préfecture de Prades, et à 55 km de la préfecture, Perpignan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mosset[1]
Counozouls
(Aude)
Montfort-sur-Boulzane
(Aude)
Rabouillet,
Sournia
Le Bousquet
(Aude)
Mosset[1] Molitg-les-Bains
Sansa,
Nohèdes
Urbanya, Conat Campôme,
Ria-Sirach

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est Mosset, en français comme en catalan[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis le traité des Pyrénées de 1659 qui rattache définitivement la Catalogne du Nord à la France, l’Histoire de Mosset se distingue de l’Histoire nationale des autres villages de moyenne montagne du Conflent sur les aspects suivants.

  1. Un développement économique et démographique important jusqu’au milieu du XIXe siècle grâce à ses immenses forêts qui fournissent l’énergie nécessaire au traitement du minerai de fer du Canigou et, en corollaire, une population croissante de forestiers, charbonniers, forgerons et voituriers qui, ajoutée à ses agriculteurs, atteint le nombre de 1350 habitants au milieu du XIXe siècle.
  2. Un seul conflit sur son territoire, l’invasion espagnole de 1793 qui ne dure qu’un mois. Une partie des hommes de la localité connaissent ensuite, bien entendu, la conscription et les guerres, soit comme engagés, soit comme remplaçants. L’hécatombe de la Grande Guerre fait 46 morts soit 5 % de la population, le double de ses Morts pour la France au XIXe siècle.
  3. Jusqu’en 1789, quelques notables instruits luttent, avec opiniâtreté mais sans succès, contre le pouvoir seigneurial et les privilèges locaux des d’Aguilar, tant sur le plan administratif que sur le plan économique. Avec la Révolution ils peuvent éliminer ce pouvoir et s’emparer des biens des anciens barons. Seuls la forêt et les vacants restent la propriété des descendants des d’Aguilar. Mais ce bien est grevé d’une servitude essentielle : les habitants de Mosset ont le droit de prélever dans la forêt le bois nécessaire au chauffage et à la construction de leurs maisons. Cette forme de copropriété donne lieu à de nombreux conflits et, en 1806, deux gardes-champêtres de d’Aguilar sont assassinés. Quatre Mossétans sont condamnés au bagne de Rochefort où ils meurent rapidement

Il faut attendre l’année 1861 pour trouver une solution satisfaisante pour les deux parties, le cantonnement. Il consiste à transformer un territoire commun en deux territoires totalement indépendants : Mosset reçoit les vacants et la partie basse de la forêt. Et ainsi prend fin un différend de 561 ans qui a ses racines dans la constitution Stratae de Barcelone de l’an 1300. En 1861, la partie haute de la forêt est propriété de Rémy Jacomy, maître des forges des hauts-fourneaux de Ria. Vendue aux enchères en 1883 elle est reprise par le Baron de Chefdebien pour exploiter la carrière du Caillau et alimenter en talc l’usine de Prades. Elle aurait été proposée sans succès, à la commune de Mosset en 1952. Les descendants du Baron de Chefdebien la cèdent à la Caisse Centrale des Assurances Mutuelles Agricoles en 1957. Elle appartient en 2013 à la Mutuelle d’Assurance Groupama. Le domaine classé en zone Natura 2000 implique des engagements avec l'ONF (Office national des forêts) chargé de la cogestion de la forêt et avec l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) dont les agents suivent les espèces sur le territoire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton des Pyrénées catalanes.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des derniers maires
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 François Pujol ... ...
1945 1947 Jean Not ... ...
1947 1983 Louis Soler ... ...
1983 1995 René Mestres ... ...
1995 2001 Alain Siré ... ...
2001 2008 Olivier Bétoin[4],[5] ... ...
2008 .... Henri Sentenac[6]'[7] ... ...

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1470 1515 1553 1709 1720 1767 1774
75 f 45 f 58 f 25 f 21 f 174 f 98 f 990 H 1 033 H
1789 - - - - - - - -
250 f - - - - - - - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Notes :

  • 1515 : pour Mosset et Jau ;
  • 1774 : pour Masset et la Carole ;
  • 1789 : pour Mosset, Breses et la Carole.

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 295 habitants, en augmentation de 0 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : 4,38 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 061 1 190 1 158 1 187 1 297 1 333 1 261 1 283 1 257
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 260 1 214 1 208 1 129 1 063 968 962 849 859
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
803 820 804 673 616 566 491 445 384
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
330 289 269 234 266 293 307 295 295
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006 [11].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[12] 1975[12] 1982[12] 1990[12] 1999[12] 2006[13] 2009[14] 2013[15]
Rang de la commune dans le département 116 129 147 123 123 126 128 129
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 7 janvier[16] ;
  • Fête communale : 15 août[16].
Opéra Mosset

Opéra Mosset est une association qui présente chaque année un opéra moderne dans le village. Cet opéra est dirigé par Albert Heijdens, interprété par des professionnels venant de toute l'Europe et des amateurs de la région.[réf. nécessaire]

Les précédents spectacles d'Opéra Mosset :

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Ancienne station de ski, au col de Jau, qui revendiquait le titre de plus petite d'Europe avec seulement deux pistes (1 200-1 600 m). Fermée au début des années 2000, les équipements sont actuellement toujours en place et posent divers problèmes écologiques[17].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 16 156 €[18].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

AltiPyr: randonnées en montagne avec des ânes http://www.altipyr.com

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason D’or aux quatre pals de gueules, au chat hérissonné de sable tenant dans sa gueules une fusée aussi d’or allumée de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Cazes, Les Églises de la Vallée de Molig, Villefranche-de-Conflent, coll. « Guide touristique Conflent », , 44 p. (notice BnF no FRBNF36267693)
  • Jacques Joseph Ruffiandis, Mosset Un vieux village
  • Jean Bousquet, Mosset Le Vingtième siècle d'un village pyrénéen
  • Rosemary Bailey, The man who married a mountain
  • Rosemary Baile, Love and War in the Pyrenees

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Plan séisme » (consulté le 29 mars 2017)
  3. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  4. O. Bétoin a parrainé la candidature d'Olivier Besancenot à l'élection présidentielle de 2002, cf. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2002
  5. O. Bétoin a parrainé la candidature de José Bové à l'élection présidentielle de 2007, cf. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2007
  6. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  7. [PDF]« Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr,‎ (consulté le 10 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  16. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  17. Sébastien Berriot, La station de ski du col de Jau toujours pas demantelée, plus de 10 ans après sa fermeture sur le site de France Bleu Roussillon, 18 octobre 2015
  18. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).