Vinça

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vinça
Vinça
La retenue d'eau et le Canigou.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Le Canigou
Intercommunalité Communauté de communes Conflent Canigó
Maire
Mandat
René Dragué
2014-2020
Code postal 66320
Code commune 66230
Démographie
Gentilé Vinçannais, Vinçannaises
Population
municipale
2 003 hab. (2015 en augmentation de 3,57 % par rapport à 2010)
Densité 259 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 38′ 46″ nord, 2° 31′ 46″ est
Altitude Min. 199 m
Max. 364 m
Superficie 7,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Vinça

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Vinça

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vinça

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vinça

Vinça Écouter est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Vinçanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Vinça est située dans la région naturelle du Conflent sur la Têt et la route nationale 116 entre Prades et Perpignan.

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vinça[1]
Arboussols
Marquixanes Vinça[1] Rodès
Espira-de-Conflent
,Finestret
Joch Rigarda

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Vinçà[3].

Le nom de Vinça proviendrait de « Villa Vinciani », du nom d'une propriété rurale appartenant à un romain, Vinciani, à l'époque gallo-romaine[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la création des communes en 1790, le hameau de Sahorle est rattaché à la commune de Vinça[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Sébastien Escanyé[6]   Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1815 Sébastien Escanyé[6]   Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.
1830 1831 Sébastien Escanyé[6]   Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.
[7] Pierre Gipulo[8] SFIO Négociant
Les données manquantes sont à compléter.
Michel Calmon    
Paul Coueffec    
Jean Cuillel    
Émile Luzzato    
Léon Trabis    
Yves Blaize    
Pierre Paillès DVD puis UMP  
en cours René Dragué PS Retraité
2e vice-président de la CC Conflent Canigó (2015 → )

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1355 1365 1378 1470 1515 1553 1709 1720 1767
118 f124 f67 f102 f98 f98 f259 f304 f1 613 H
1774 1789 - - - - - - -
1 577 H393 f-------
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2015, la commune comptait 2 003 habitants[Note 1], en augmentation de 3,57 % par rapport à 2010 (Pyrénées-Orientales : +5,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3341 6571 7941 8912 0042 0662 0402 0212 131
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0541 9431 9832 1442 1111 9101 7921 7111 574
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7321 6441 7081 6641 5931 5171 5241 5321 609
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 6101 6221 5871 5891 6551 6661 8331 8561 880
2013 2015 - - - - - - -
1 9552 003-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Note : À partir de 1790, la population de Sahorle est recensée avec celle de Vinça.

Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 33 35 43 50 57 57 57 57
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le secteur du collège est Ille-sur-Têt[17].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 7 janvier[18] ;
  • Foire : 30 novembre[18] ;
  • Marché : mardi et jeudi[18].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 23 089 €[19].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La viticulture est l’une des principales activités du territoire. La diversité de cépages présents permet de produire des vins de type A.O.P « Côtes-du-Roussillon » et I.G.P « Côtes-catalanes » en blanc, rosé et rouge. Les vins produits localement sont commercialisés par la cave coopérative ainsi que par deux caves particulières[20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Fabre (1741-1819) : homme politique né et mort à Vinça ;
  • Louis Ribes (1756-vers 1830) : homme politique né et sans doute aussi mort à Vinça ;
  • Sébastien Escanyé (1759-1832) : homme politique mort à Vinça ;
  • Ferdinand Escanyé (1795-1874) : homme politique né à Vinça ;
  • Bernard Alart (1824-1880) : archiviste et historien né et mort à Vinça ;
  • Jules Alart (1876-1965) : banquier né à Vinça.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vinça Blason D'azur, à trois fleurs de lys d'or mal ordonnées, la première surmontée d'une couronne du même et accompagnée à dextre d'une lettre capitale V et à senestre d'une lettre capitale I, les deux de la pointe accompagnées entre elles de deux lettres capitales N et C soutenues d'une lettre capitale A, toutes d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Plan séisme »
  3. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  4. Site Histoire du Roussillon, consulté le 18 septembre 2012
  5. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  6. a, b et c Étienne Frénay, « Escanyé (Sébastien) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414)
  7. Destitué par le régime de Vichy.
  8. La fiche biographique de Pierre Gipulo sur le Maitron en ligne
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. Inspection académique des Pyrénées-Orientales, « Circonscription de Prades », (consulté le 1er août 2013)
  18. a, b et c Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  19. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  20. « Vignerons Terroirs Terres Romanes - Le Terroir », sur vigneronsterresromanes.fr (consulté le 28 décembre 2016)