Josep Piqué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Piqué (homonymie).
Josep Piqué
Josep Piqué, en 2008.
Josep Piqué, en 2008.
Fonctions
Ministre espagnol de la Science
et de la Technologie

(1 an, 1 mois et 25 jours)
Président du gouvernement José María Aznar
Gouvernement Aznar II
Prédécesseur Anna Birulés
Successeur Juan Costa
Ministre des Affaires étrangères

(2 ans, 2 mois et 12 jours)
Président du gouvernement José María Aznar
Gouvernement Aznar II
Prédécesseur Abel Matutes
Successeur Ana Palacio
Porte-parole du gouvernement

(1 an, 9 mois et 12 jours)
Président du gouvernement José María Aznar
Gouvernement Aznar I
Prédécesseur Aucun
Successeur Pío Cabanillas Alonso
Ministre de l'Industrie et de l'Énergie

(3 ans, 11 mois et 22 jours)
Président du gouvernement José María Aznar
Gouvernement Aznar I
Prédécesseur Juan Manuel Eguiagaray
Successeur Rodrigo Rato (Économie)
Anna Birulés (Technologie)
Biographie
Nom de naissance Josep Piqué i Camps
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Vilanova i la Geltrú (Espagne)
Parti politique PP
Diplômé de Université de Barcelone
Profession Économiste
Homme d'affaires

Josep Piqué
Ministres de la Science d'Espagne
Ministres des Affaires étrangères d'Espagne
Ministres de l'Industrie d'Espagne
Porte-paroles du gouvernement espagnol

Josep Piqué i Camps ( à Vilanova i la Geltrú, dans la province de Barcelone) est un homme politique espagnol du Parti populaire.

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Josep Piqué Tetas, qui fut le dernier maire franquiste de Vilanova i la Geltrú. Il est docteur en sciences économiques et de l'entreprise et licencié en droit de l'université de Barcelone, où il a fait partie de la même promotion que la future ministre Anna Birulés. Il y a par ailleurs enseigné la théorie économique.

En 1986, il est nommé directeur général de l'Industrie de la Généralité de Catalogne mais démissionne en 1988. Dès l'année suivante, il devient président du groupe chimique Ercros et membre du comité directeur du Cercle d'économie de Barcelone. Il abandonne la présidence d'Ercros en 1992 et obtient celle du Cercle de 1995 à 1996.

Depuis le , Josep Piqué est le président de la compagnie aérienne low-cost Vueling.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Dans sa jeunesse, il a milité dans des organisations politiques de gauche, tel le Parti socialiste unifié catalan (PSUC, d'idéologie communiste), et même d'extrême gauche, comme Drapeau rouge.

Ministre de l'Industrie d'Aznar[modifier | modifier le code]

Après une carrière dans le secteur privé, il est nommé ministre de l'Industrie et de l'Énergie lors de la formation du premier cabinet de José María Aznar, le [1], sans toutefois être adhérent du Parti populaire (PP) au pouvoir[2].

À peine deux ans plus tard, le , il devient, en plus de ses fonctions ministérielles, le nouveau porte-parole du gouvernement espagnol[3].

Ministre des Affaires étrangères, puis de la Science[modifier | modifier le code]

Lors des législatives du , il est élu député de la province de Barcelone tandis que le PP remporte la majorité absolue au Congrès des députés. Le 28 avril suivant, Josep Piqué est nommé ministre des Affaires étrangères du second gouvernement Aznar[4].

À ce poste, il aligne quasi-inconditionnellement la diplomatie espagnole sur celle de George W. Bush et apporte publiquement son soutien à Pedro Carmona, président de facto du Venezuela à la suite du coup d'État du . Quelques mois plus tard, le 10 juillet, un vaste remaniement ministériel a lieu[5] et Josep Piqué devient ministre de la Science et de la Technologie[6].

En , il adhère au Parti populaire, dans sa région natale de Catalogne.

Départ pour la Catalogne[modifier | modifier le code]

Devenu président du Parti populaire de Catalogne (PPC), il quitte du gouvernement le [7] pour se présenter aux élections au Parlement de Catalogne, convoquées pour le 16 novembre. Le jour du scrutin, le PPC se classe en quatrième position avec 12 % des voix et 15 sièges sur 135. Peu après, Josep Piqué renonce à son mandat de député national[8].

Retraite politique[modifier | modifier le code]

Le , il annonce son retrait immédiat et définitif de la vie politique, justifiant sa décision par le fait que le comité de campagne du PPC pour les législatives de 2008, mis en place par le secrétaire général du PP, Ángel Acebes, ne comprenne pas ses personnes de confiance[9].

Le , le quotidien El Pais affirme, sur la base d'un document secret du ministère des Affaires étrangères[10], qu'il était au courant du passage par le territoire espagnol d'avions américains transportant des prisonniers au Camp de Guantanamo au début de l'année 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]