Mascouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mascouche
Mascouche
Blason de Mascouche
Cedo nulli
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Région Lanaudière
Subdivision régionale Les Moulins
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Guillaume Tremblay
2021-2025
Code postal J7K (Est) et
J7L (Ouest)
Fondateur
Date de fondation
Inconnu
Constitution
Démographie
Gentilé Mascouchois, oise
Population 50 455 hab. (2021)
Densité 472 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ nord, 73° 36′ ouest
Superficie 10 700 ha = 107 km2
Divers
Fuseau horaire UTC−05:00
Indicatif +1 450, +1 579
Code géographique 2464015
Devise Cedo nulli[1]
Je ne le cède à personne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Lanaudière
Voir sur la carte topographique de Lanaudière
City locator 14.svg
Mascouche
Géolocalisation sur la carte : Lanaudière
Voir sur la carte administrative de Lanaudière
City locator 14.svg
Mascouche
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Mascouche
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Mascouche
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Mascouche est une ville du Québec (Canada), située dans la municipalité régionale de comté (MRC) Les Moulins dans la région administrative de Lanaudière[2]. La population est estimée à 50 455 Mascouchois[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'origine autochtone, plus précisément algonquine, Mascouche signifie « ourson », de maska, maskwa, ours, forme de laquelle on a tiré maskoch, « petit ours[4] ».

La ville était connue sous le nom de Saint-Henri de Mascouche avant 1971[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Les Moulins.

Située à quelques kilomètres à peine au nord-est de Montréal, la ville de Mascouche est traversée par la rivière du même nom. Elle est voisine des villes de Repentigny, Terrebonne, L'Épiphanie et Saint-Roch-de-l'Achigan.

Avec l'autoroute 640 au sud et l'autoroute 25 qui la traverse en plein centre, Mascouche bénéficie beaucoup de l'intersection de ces deux artères majeures. Les commerces sont principalement concentrés sur la Montée Masson et sur une partie de la Sainte-Marie.

Mascouche s'étend sur 108 km2 dont une importante partie est protégée par des règlements de conservation. Près de 80 % du territoire est zoné agricole bien que le nombre d'agriculteurs actifs soit très faible à l'heure actuelle. Ces agriculteurs sont surtout des jardiniers-maraîchers.

On retrouve à Mascouche, le Parc naturel de l'Étang du Grand Coteau dont la superficie avoisine celle du Parc du Mont-Royal.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Originellement, le territoire couvert par la ville actuelle était partie intégrante de la seigneurie de L'Assomption concédée à Pierre Legardeur de Repentigny par la compagnie de la Nouvelle-France le 16 avril 1647[6]. À l'abandon du régime seigneurial en 1854, le dernier seigneur était John-Henry Pangman.

C'est tout au long de la Rivière Mascouche que la colonisation a débuté en 1717. Les colons s'établirent dans le village et également au Domaine du Rapide, connu officiellement sous le nom du Domaine Seigneurial de Mascouche[7]. Quatre ans plus tard, en 1721, fut créé la Concession de la Cabane Ronde et par la suite, en 1770, la Concession du Grand-Coteau-Saint-Philippe.

Le 1er juillet 1855, la municipalité de la paroisse de Saint-Henri-de-Mascouche est créée[8].

Saint-Henri-de-Mascouche est l'une des plus vieilles paroisses de la Province de Québec. Elle a été fondée en 1749[9] et comptait 542 habitants. La première église a été construite en 1749-1750 car, selon les registres officiels, le premier baptême eut lieu le par le prêtre Simon-Amable Raizenne.

Saint-Henri-de-Mascouche devient Mascouche en 1971 lorsqu'elle obtient son statut de municipalité[5]. Le maire était alors monsieur Gilles Forest.

Le « M » de l'emblème de Mascouche représente un jeune arbre en croissance évoquant la vocation d'une ville de banlieue au cœur de la nature.

Dans les armoiries, la devise « cedo nulli » se traduit par « je ne le cède à personne » et s'applique à l'aigle des armoiries. L'aigle est un oiseau très noble et fier qui, par ses prouesses, ne cède à aucun autre oiseau.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mascouche.svg
Cedo nulli

L'écu de Mascouche se blasonne ainsi :

De sable, à l'aigle bicéphale d'argent, couronné d'argent et nimbé d'or, sur le tout de gueules, au lion d'or tenant dans ses pattes une croix patriarcale d'or[1].

(L'écusson est une référence aux armes des Le Gardeur de Repentigny, dont la famille possédait la seigneurie de Lachenaie, de laquelle la paroisse Saint-Henri-de-Mascouche faisait partie.)

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016 2021
25 82828 09729 55633 76442 49146 69251 183

Mascouche est une ville où les jeunes familles bénéficient de plusieurs services et organismes communautaires, plusieurs écoles primaires et secondaires, beaucoup d'espaces verts dont l'immense Parc de l'Étang du grand coteau qui compte cinq lacs, dont le principal, le Lac Henri. La distribution de la population de la municipalité le démontre bien : 62,7 % de la population a moins de 45 ans.

Distribution de la population [12]
Âge % de la population
14 ans et moins 19,9 %
15 à 24 ans 13,3 %
25 à 44 ans 29,5 %
45 à 64 ans 27,4 %
65 ans et plus 9,8 %

Administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le gouvernement municipal de la ville de Mascouche est composé d'un maire élu et de huit conseillers municipaux, également élus. Chacun des conseillers représente un territoire défini de la municipalité (voir l'information des arrondissements dans la cartouche sur cette page).

Les élections sont tenues aux quatre ans le premier dimanche de novembre en vertu de la loi sur les élections et les référendums dans les municipalités[13]. Les prochaines élections municipales seront tenues le .


Liste des maires de Mascouche depuis 1965[modifier | modifier le code]

Depuis 1965, trois maires se sont succédé :

  • Gilles Forest (1965-1983) ;
  • Bernard Patenaude (1983-1991) ;
  • Richard Marcotte (1991-2012).

Liste des maires de Mascouche depuis 2003[modifier | modifier le code]

Mascouche
Maires depuis 2003
Élection Maire Qualité Résultat
2003 Richard Marcotte Maire depuis 1991
Candidat libéral de Masson en 2003
Voir
2005 Voir
2009 Voir
2012 Lise Gagnon mairesse-suppléante Voir
2012 Denise Paquette mairesse-suppléante Voir
2013 Guillaume Tremblay Député péquiste de Masson (2008-2012) Voir
2017 Voir
2021 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Administration provinciale[modifier | modifier le code]

Au provincial, la Ville de Mascouche est située dans la circonscription provinciale de Masson. Depuis 2014, le député représentant cette circonscription à l'Assemblée nationale est Mathieu Lemay, élu du parti de la Coalition avenir Québec.

Administration fédérale[modifier | modifier le code]

Le territoire de Mascouche fait partie de la circonscription fédérale de Montcalm. Le député à la Chambre des communes de Montcalm est Luc Thériault, membre du Bloc québécois et en fonction depuis les élections fédérales de 2015.

Éducation[modifier | modifier le code]

Ces écoles francophones sont desservies par la Commission scolaire des Affluents[14].

La ville de Mascouche compte :

  • sept écoles primaires francophones, dont : l'école Aux 4 Vents, l'école De la Source, l'école La Mennais, l'école des Hauts-Bois, l'école Soleil-Levant, l'école Le Rucher et l'école de La Seigneurie
  • une école professionnelle francophone : l'école L'Impact

La Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier gère des écoles anglophones:

Liste des écoles[modifier | modifier le code]

1950: Construction de l'école Lewis King (1728, rue Thacker)

1953: Construction de l'école la Mennais (2881, chemin Sainte-Marie)

1957: Construction de l'école Holy Rosary (412, chemin des Anglais)

1960: Construction de l'école Sacré-Cœur (3024, chemin Sainte-Marie)

1967: Agrandissement de l'école la Mennais

1971: Construction de l'école le Rucher (855, rue des Érables)

1977: Construction de l'école des Hauts-Bois (99, av. Napoléon)

1977: Construction de l'école de la Source (1275, av. Châteaubriant)

1980: Construction de l'école aux 4 Vents (3000, av. Bourque)

1984: Agrandissement de l'école le Rucher et l'école de la Source

1990: Construction de l'école du Soleil-Levant (3400, rue Champlain)

1991: Construction de l'école le Prélude (2995, av. des Ancêtres)

1992: Agrandissement de l'école la Mennais, l'école des Hauts-Bois et l'école Holy Rosary

1998: Agrandissement de l'école des Hauts-Bois

2000: Construction de l'école du Coteau (2121, rue de l'Alizé)

2012: Agrandissement de l'école aux 4 Vents

2013: Construction de l'école de la Seigneurie (2460, rue Versailles)

2014: Agrandissement de l'école le Rucher et l'école de la Source

2015: Agrandissement de l'école la Mennais

2019: Agrandissement de l'école aux 4 Vents

2021: Agrandissement de l'école du Coteau

2021: Construction de la nouvelle école Secteur Jardins du Coteau (rue de Saint-Gabriel)[18]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Aéroport[modifier | modifier le code]

De 1976 à 2016, on retrouvait à Mascouche l'aéroport non-contrôlé (sans tour de contrôle) le plus achalandé de l'Est du Canada, avec plus de 60 000 mouvements d'avions par an. Il était doté d'une piste de 915 × 25 mètres, pavée et munie d'un système d'éclairage pour l'atterrissage de nuit. On y retrouvait des écoles de pilotage telles que Cargair Ltée et A.L.M. par avion, deux écoles de pilotage reconnues en Amérique du Nord. Les utilisateurs de cet aéroport s'étaient regroupés pour former l'Association des Pilotes et Propriétaires de l'Aéroport de Mascouche (APPAM)[19][source insuffisante]. L'aéroport a été officiellement fermé le après 39 ans d'opérations. La Ville de Mascouche y a aménagé un centre industriel, appelé Centroparc[20]. En , un projet de relocalisation de l'aéroport à 2 km du site actuel a été approuvé par le gouvernement fédéral[21]. Après une longue saga judiciaire, l'APPAM renonce à la construction du nouvel aéroport des Moulins en lui préférant un site à St-Roch de l'Achigan qui ne sera finalement pas approuvé par le gouvernement fédéral. À ce jour, aucun autre site alternatif n'a été trouvé dans la région.

Gare[modifier | modifier le code]

La ville de Mascouche inaugure en 2014 la Gare de Mascouche, une gare de trains de banlieue. Anciennement le Boulevard Industriel, la rue a été renommée <<Avenue de la Gare>> sous l'administration du maire Richard Marcotte. La gare est reliée à la Gare centrale de Montréal.

Parcs[modifier | modifier le code]

En 1999, la ville de Mascouche inaugure le Parc du Grand-Coteau, le plus grand parc de Mascouche. En 2016, la ville agrandie le parc et y ajoute des sentiers en 2021. En 2021, le maire Guillaume Tremblay et son équipe ont également inauguré le parc métropolitain du Domaine-Seigneurial-De-Mascouche. Ce parc métropolitain est ouvert au grand public. Un nouveau Manoir Seigneurial de Mascouche remplacera l'ancien manoir seigneurial démoli en 2020.

Communauté[modifier | modifier le code]

On retrouve un milieu associatif, sportif et communautaire, dont des clubs de service tels le Club optimiste de Mascouche et les Chevaliers de Colomb. Ce dernier vient en aide aux gens démunis en finançant en partie les activités du Centre d'entraide, la Guignolée et le déjeuner de Noël.

Mascouche dispose de son propre service de police et de prévention d'incendie, d'une centrale 911, ainsi que de policiers et pompiers.

Événements[modifier | modifier le code]

  • De 2006 à 2010, l'oktoberfest des québécois avait lieu à Mascouche et se déroulait sur une période de trois jours en début septembre. Plus de 27 000 personnes ont assisté à l'édition 2008 alors qu'une soixantaine de kiosques, de micro brasseries et produits du terroir québécois étaient réunis au Parc de l'Étang du grand coteau. Le festival Octenbulle le remplace depuis 2021 avec une formule musicale animée par des DJ et VJ de partout dans le monde.
  • Chaque année, au mois de mai, l'Association des Pilotes et Propriétaires de l'Aéroport de Mascouche organise une levée de fonds pour le Téléthon d'Opération Enfant Soleil. En échange de dons, les visiteurs/donateurs ont la chance de faire un tour d'avion avec une célébrité de leur choix présente à l'événement. En 2009, ce sont 6 775 $ qui ont été amassés et remis au Téléthon.
  • Le classique Émilie-Mondor est une course à pied qui se déroule au Parc de l'Étang du grand coteau pour tous les calibres. Il existe 6 parcours :
    • Parcours de 600 m pour les 5 ans et moins
    • Parcours de 1 km, 3 km, 5 km, 7 km XTRAIL et 10 km[22]
  • Le Festival des arts de Mascouche est un événement annuel permettant aux peintres de toutes catégories et de toutes tendances de s’exprimer, d’exposer et de se faire connaître. La première exposition fut organisée en 1989. Depuis 2009, l'événement a lieu chaque année au Parc du Grand-Coteau pendant la fin de semaine du travail[23].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Tourisme des Moulins est gestionnaire d’un bureau d’information touristique permanent dans un bâtiment de services du stationnement incitatif de Terrebonne (Terminus d’autobus). L'organisme fait la promotion et le développement touristique de la MRC Les Moulins dont font partie les villes de Terrebonne et Mascouche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Logo et armoiries », sur Ville de Mascouche (consulté le )
  2. Gouvernement du Québec, « Mascouche », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation
  3. Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation, « Décret de population pour 2021 - Municipalités locales, arrondissements, villages nordiques et territoires non organisés »
  4. Banque de noms de lieux du Québecː Mascouche
  5. a et b « Fiche descriptive », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le ).
  6. « Seigneurie de L'Assomption », sur toponymie.gouv.qc.ca (consulté le )
  7. Sylvie Gagnon, François Tétreault, Jean-Claude Coutu, Claude Martel et Société d'histoire de Mascouche, Le Domaine seigneurial de Mascouche, Mascouche, Québec, Société de développement et d'animation de Mascouche (SODAM), , 1re édition éd. (ISBN 978-2-9809653-3-3, OCLC 1126650457)
  8. Mémoires du Québec
  9. Diocèse de Joliette, Qc
  10. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - Mascouche, V » (consulté le )
  11. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Mascouche, V » (consulté le )
  12. Ville de Mascouche
  13. LégisQuébec, « Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités » Accès libre, sur LégisQuébec (consulté le )
  14. Commission scolaire des affluents Consulté le 2014-11-12
  15. "PINEWOOD ELEMENTARY ZONE." Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Consulté le 17 séptémbre 2017.
  16. "FRANKLIN HILL ELEMENTARY ZONE." Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Consulté le 17 séptémbre 2017.
  17. "Rosemere High School Zone." Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Consulté le 8 décémbre 2014.
  18. Pénélope Clermont, « Mascouche cède un terrain pour la construction d'une école » Accès libre, sur La Revue, (consulté le )
  19. [1].
  20. « L’aéroport de Mascouche cesse ses activités après 39 ans d’existence :: Actualités », Journal La Revue,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Transports Canada ne s’oppose pas au déménagement de l'aéroport :: Actualités », Journal La Revue,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Classique Émilie-Mondor
  23. Festival des arts de Mascouche

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Journaux locaux
Histoire
Tourisme