Blainville (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blainville.
Blainville
Blainville (Québec)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Laurentides
Subdivision régionale Thérèse-De Blainville
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Richard Perreault
2013 - 2017
Constitution (changement de régime: 1968)
Démographie
Gentilé Blainvillois, Blainvilloise
Population 56 863 hab. (2016)
Densité 1 025 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ nord, 73° 51′ ouest
Superficie 5 550 ha = 55,5 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire EST (UTC−05:00)
Indicatif +1 450
Code géographique 73015
Localisation
Localisation de Blainville dans Thérèse-De Blainville
Localisation de Blainville dans Thérèse-De Blainville

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Blainville

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Blainville

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir la carte topographique de Montréal
City locator 14.svg
Blainville

Blainville est une ville canadienne située dans les Basses-Laurentides au Québec. La ville se situe sur la Rive-Nord de Montréal à environ 25 km au nord-ouest de la métropole[1]. Blainville fait partie de la municipalité régionale de comté de Thérèse-De Blainville. En 2015, Blainville s'est retrouvée au cinquième rang des villes où il fait le mieux vivre au pays et l'année suivante, elle a été nommée première ville au Canada pour élever une famille[2]. Au Québec seulement, Blainville se classe au 3e rang, après Boucherville et Lévis, des villes québécoises où il fait bon vivre[3]. Avec une population de 57 739 habitants, Blainville est la 2e ville la plus peuplée des Laurentides après Saint-Jérôme et la 17e plus peuplée du Québec[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Louis de Buade de Frontenac, ayant le désir du développement de la Nouvelle-France va concéder des terres à des gens haut placés dans la société qui ainsi acquirent le titre de seigneurs. C'est ainsi qu'est créée la seigneurie des Mille-Îles, au nord de la rivière des Mille-Îles.

En 1792, la mésentente entre le Seigneur Hertel et la Seigneuresse Lamarque entraîne la scission de cette seigneurie par une division nommée la Grande Ligne (maintenant connue sous le nom du boulevard du Curé-Labelle[5] (route 117). En 1968, la Ville de Blainville ne fait désormais plus affaire avec la paroisse Sainte-Thérèse-de-Blainville, lui donnant officiellement le titre de ville le 14 juin.

La seigneurie porte le nom de son troisième seigneur, Jean-Baptiste Céloron de Blainville (1660-1756).

Territoire[modifier | modifier le code]

Quartiers[modifier | modifier le code]

Le territoire de Blainville s'étend sur une superficie de 54,62 km2 et est divisé en 11 quartiers :

  • Fontainebleau (1)
  • Côte-Saint-Louis (2), incluant Chambéry
  • Saint-Rédempteur (3)
  • Plan-Bouchard (4)
  • Notre-Dame-de-L’Assomption (5)
  • Chante-Bois (6)
  • Hirondelles (7)
  • Alençon (8)
  • Renaissance (9), ou Bas-Sainte-Thérèse
  • Blainvillier (10)
  • Chambéry (11)

Développement domiciliaire[modifier | modifier le code]

La partie de la Ville la plus au sud (Quartier Renaissance) est désignée comme étant le Bas-Sainte-Thérèse. Cette zone résidentielle a longtemps été isolée du reste de la ville par la zone rurale du Quartier Côte-Saint-Louis. Les développements résidentiels des Quartiers Renaissance et Fontainebleau ont toutefois contribué à l'aménagement de voies d'accès par le nord et à l'essor démographique de la région.

Plusieurs projets résidentiels et commerciaux d'envergure sont présentement en cours à Blainville. On n'a qu'à penser au projet de la sortie 28 (Autoroute 15) qui compte maintenant plusieurs commerces et restaurants dont le Barbie's, Five Guy's Hamburger, La Source, SAQ Dépôt, Walmart, Dairy Queen, Dollarama et plusieurs autres en construction.

On peut ensuite penser au projet de développement à haute densité, ce qui implique plusieurs tours à condos et d'appartements qui se construisent dans le secteur du boulevard Curé-Labelle et de la 54e Avenue Est.

Vient ensuite le quartier Chambéry, dans le secteur Sud de la ville. Le quartier Chambéry est un des derniers projets d'envergure à être développé sur le territoire de la ville de Blainville. D'une superficie de 250 hectares, ce quartier comporte des caractéristiques uniques qui le distinguent de tout autre projet sur la rive-nord. En effet, les différentes facettes de ce projet sont le résultat d'une réflexion élaborée et intelligente sur l'avenir de notre environnement. La stratégie de développement qui est adoptée par les différents promoteurs permettra de conserver la stabilité de l'écosystème et tracera une nouvelle voie pour les futurs projets de développement immobiliers.

Pour donner quelques chiffres, environ 20% de la superficie du quartier sera protégée afin de permettre aux citoyens de s'évader dans la nature. Avec ses sentiers pédestres, ses pistes de ski de fond et son environnement naturel composé de ruisseaux, de lacs et d'une végétation luxuriante, cette zone de conservation respirera la tranquillité et le bien-être. Des corridors écologiques sillonneront l'ensemble du quartier pour que chacun jouisse d'un accès direct à cette zone à proximité de sa résidence. Chacun des terrains possédera, à l'arrière, une servitude écologique de 5 m dans laquelle aucun travail ne sera effectué. C'est donc 10 m de forêt indigène entre chaque lot dos-à-dos qui restera intacte. Cette servitude procurera aux citoyens une intimité et une ambiance incomparable.

Finalement, le centre du quartier Chambéry, la Place de la Savoie, se présentera avant tout comme un lieu de socialisation et préconisera les échanges entre les citoyens. Plusieurs commerces émergeront dans ce mini-secteur à vocation commerciale. Cet espace adjacent à la zone de conservation sera développé dans le but de créer un endroit où tous pourront se retrouver pour se divertir en prenant un café sur une des terrasses ou en pratiquant des activités sociales, le tout dans un environnement sain permettant de tisser des liens entre résidents.

Statistiques immobilières[modifier | modifier le code]

Quelques statistiques immobilières de Blainville en 2016[6]:

  • Nombre de résidences privées 20 600
  • Maisons individuelles non attenantes 13 975
  • Maisons jumelées 1 150
  • Maisons en rangées 270
  • Parcs 46
  • Pistes cyclables 50km

Paroisses catholiques[modifier | modifier le code]

Le , le diocèse de Saint-Jérôme érigea la Paroisse Sainte-Famille sur une partie du territoire de Blainville. Cette nouvelle paroisse est issue de la fusion des paroisses Notre-Dame-de-l'Assomption et Saint-Rédempteur.

Politique[modifier | modifier le code]

Provinciale et fédérale[modifier | modifier le code]

Au niveau provincial, la ville est incluse dans les circonscriptions de Blainville et Groulx. Au niveau fédérale, elle fait partie de la circonscription de Terrebonne—Blainville.

Mairie[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1968 1973 Roger Boisvert    
1973 1977 André de Carufel    
1977 1993 Paul Mercier    
1993 1993 Oneil Charron    
1993 2005 Pierre Gingras    
2005 2013 François Cantin    
2013 en cours Richard Perreault    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
22 679 29 603 36 015 46 493 53 510 56 863

Service de police[modifier | modifier le code]

Si, en 2004, la ville avait songé à la fusion de son service de police avec celui de la Régie Intermunicipale de Police Thérèse-De Blainville qui venait de voir le jour, François Cantin, le nouveau maire, a décidé qu'il n'en serait rien. Dans le même esprit, un poste de police d'une valeur de plus de 9 millions de dollars ouvre en 2009.

Le service de police a été le premier en Amérique du Nord à se doter de la nouvelle technologie d'ordinateur véhiculaire intégré à même le tableau de bord, ceci en collaboration avec la compagnie Intercel[8]. Ceci permet aux policiers d'avoir plus d'espace dans leurs véhicules de patrouille, munis de caméras véhiculaires, de cinémomètre Doppler, de système "E-Ticketing" (contraventions informatisées) ainsi que de barres de gyrophares "LED" à très haute intensité.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

Conjointement avec Rosemère et Sainte-Thérèse, Blainville fut l'hôte des Jeux du Québec d'hiver en 2009. La candidature des trois villes était parrainée par Gaétan Boucher, champion olympique en patinage de vitesse.

En mars 2009, Blainville accueille les Jeux du Québec avec sa nouvelle piscine semi-olympique.

En juillet 2004, le Club de golf Le Fontainebleau a été l'hôte du où John Daly, Vijay Singh, Phil Mickelson et Hank Kuehne étaient présents.

En juillet 2010, le club de golf Le Fontainebleau a accueilli un tournoi de la PGA. L'événement avait été prévu eu de nouveau en 2011 mais n'a pas eu lieu.

Éducation[modifier | modifier le code]

La Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI) administre les écoles francophones[11]

10 écoles primaires:

  • Chante-Bois[12]
  • de Fontainebleau[13]
  • de la Renaissance[14]
  • de la Seigneurie[15]
  • de l'Aquarelle[16]
  • de l'Envolée[17]
  • des Ramilles[18]
  • des Samailles[19]
  • Notre-Dame de l’Assomption[20]
  • Plateau Saint-Louis[21]

L'école Terre-Soleil à Sainte-Thérèse et l'École Le Tournesol à Lorraine servent a autres parties de la ville[22].

2 écoles secondaires:

L'École secondaire Hubert-Maisonneuve à Rosemère, à l'École secondaire Rive-Nord à Bois-des-Filion, et L'École Polyvalente Sainte-Thérèse à Sainte-Thérèse servent a autres parties de la ville[22].

La Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier administre les écoles anglophones:

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Plusieurs longs-métrages américains ont été tournés à Blainville:

Rollerball[modifier | modifier le code]

Le tournage de Rollerball a causé l'émoi lorsqu'un incendie s'est déclaré sur le plateau. L'entrepôt où était tourné le film n'a subi que des dommages mineurs. Situé à l'angle de la route 117 et de la 36e avenue Est, l'entrepôt a été démoli il y a quelques années et pour faire place au futur poste de police et à un projet domiciliaire.

The Whole Nine Yards[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu autour de deux propriétés sur la rue Marcel-Giguère dans le Bas-Ste-Thérèse. Les banderoles de Blainville arborant « D'un naturel invitant » sont visibles pendant plusieurs secondes du film.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sainte-Anne-des-Plaines Rose des vents
Mirabel N Terrebonne,
Lorraine
O    Blainville    E
S
Sainte-Thérèse Rosemère

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 10 avril 2017)
  2. « PressReader.com - Connecting People Through News », sur www.pressreader.com (consulté le 10 avril 2017)
  3. « Selon Money Sense Magazine: Blainville au 31e rang des villes canadiennes où il fait bon vivre », Nord Info et Voix des Mille-Iles - Journal de la ville de Blainville, Ste-Thérèse et les environs sur la rive-nord,‎ (lire en ligne)
  4. Liste des municipalités du Québec par population
  5. Commission de toponymie du Québec : Boulevard du Curé-Labelle
  6. Marie-Eve Majeau, « Courtier immobilier Blainville », sur www.residencedeprestige.com, (consulté le 3 juillet 2017)
  7. « John Tapp, sept maires, mille réalisations », sur http://blainville.ca/ (consulté le 13 août 2016)
  8. « Compagnie Intercel »]
  9. Délégation pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales - Ministère des Affaires étrangères, « Chambéry », Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures, sur Site extranet de la Commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD) - Ministère des Affaires étrangères - pastel.diplomatie.gouv.fr (consulté en août 2014).
  10. Le jumelage avec Albstadt : article sur le site officiel de la Mairie de Chambéry.
  11. "Admission et inscription." Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles. Consulté le 16 septembre 2017.
  12. "Accueil." École Chante-Bois. Consulté le 16 septembre 2017.
  13. "Accueil." École de Fontainebleau. Consulté le 16 septembre 2017.
  14. "Accueil." École de la Renaissance. Consulté le 16 septembre 2017.
  15. "[1]." École de la Seigneurie. Consulté le 16 septembre 2017.
  16. "Accueil." École de l'Aquarelle. Consulté le 16 septembre 2017.
  17. "Accueil." École de l'Envolée. Consulté le 16 septembre 2017.
  18. "Accueil." École des Ramilles. Consulté le 16 septembre 2017.
  19. "Accueil." École des Samailles. Consulté le 16 septembre 2017.
  20. "Accueil." École Notre-Dame de l’Assomption. Consulté le 16 septembre 2017.
  21. "Accueil." École Plateau Saint-Louis. Consulté le 16 septembre 2017.
  22. a et b "Répertoire des aires de desserte par ville 2017 - 2018 (Généré le 20/9/2017) Blainville." Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles. Consulté le 20 septembre 2017.
  23. "PIERRE ELLIOT TRUDEAU ELEMENTARY ZONE." Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier. Consulté le 16 septembre 2017.
  24. "McCAIG ELEMENTARY ZONE." Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier. Consulté le 16 septembre 2017.
  25. "Rosemere High School Zone." Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Consulté le 8 décembre 2014.
  26. Communiqué de presse

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]