Juvénal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Juvénal de Jérusalem.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juvénal (homonymie).
Juvénal
Juvenalcrowned.gif

Frontispice gravé par John Dryden - 1711

Biographie
Naissance
Décès
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activités
Famille
Autres informations
Maître
Distinction

Juvénal (en latin Decimus Iunius Iuvenalis) est un poète satirique latin de la fin du Ier siècle et du début du IIe siècle. Il est l'auteur de seize œuvres poétiques rassemblées dans un livre unique et composées entre 90 et 127, les Satires.

Après un oubli de deux siècles, Juvénal a été très lu dès l'Antiquité tardive et au Moyen Âge — il existerait près de 500 manuscrits médiévaux des Satires. Sa vie est cependant très mal connue. Les biographes en sont réduits à des conjectures qui s'inspirent des événements, peut-être réels pour certains d'entre eux, dont il fait état dans les Satires[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Supposément fils d'un riche affranchi, Juvénal naît probablement pendant le règne de Claude - mais les dates varient de 45[2] à 65[3] - à Aquinum en Campanie, si l'on en croit ses dires, il commence sa carrière comme professeur d'éloquence, métier dont il paraît avoir vécu assez convenablement, car il semble qu'il ait acheté une petite ferme à Tibur (actuelle Tivoli)[4].

gravure sur bois de Juvénal (extraite des chroniques de Nuremberg (XIVe siècle)) réalisée par Michael Wolgemut and Wilhelm Pleydenwurff

Une grande amitié le liait à Martial, l'auteur des Épigrammes[5]. Il semble qu'il ait visité l'Égypte, alors qu'il était octogénaire. D'aucuns font même de ce voyage un exil assorti d'une vague mission militaire, résultat de la disgrâce impériale d'Hadrien. La satire XV évoque d'ailleurs longuement l'Égypte et fait le récit d'une scène d'anthropophagie qui s'y est déroulée en 127. Il serait mort, peut-être en exil, après 128, soit en Libye si l'on croit la Souda, soit à Syène selon Claude Saumaise, ou encore à Pentapolis ou dans les Oasis[6].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Satires (Juvénal).

Détestant Rome, ou plutôt ce qu'elle est devenue, Juvénal fait de ses contemporains une peinture acerbe et sans pitié[7]. C'est un monde sur lequel « difficile est saturam non scribere » (« il est difficile de ne pas écrire la satire ») [8]. Selon lui, la Rome impériale s'est en effet transformée en une ville gigantesque, monstrueuse scène de théâtre remplie de bouffons qui s'ignorent et d'aigrefins, un lupanar[9]. Il ne reste plus guère de choix aux vieux Latins : ils prendront la fuite et se réfugieront en province, ou devront se résoudre à faire la cour aux parvenus de tout poil, de l'empereur au gigolo enrichi. Enfin, et c'est le choix de Juvénal, ils peuvent se poster aux carrefours et hurler de rire à la vue, par exemple, d'un castrat, ancien esclave enrichi, qui peine à porter sa bague, tant la pierre est lourde !

Juvénal ignore tout du politiquement correct : il s'en prend tour à tour aux femmes qui, quand elles ne cocufient pas leurs maris, les empoisonnent par leur érudition avant de le faire pour de bon et de toucher l'héritage ; aux pères-la-pudeur qui dissimulent mal leur homosexualité sous leurs mâles paroles et leurs vêtements de soie diaphane ; aux riches à la fois raffinés dans leur dépravation et atteints d'une avarice sordide quand il s'agit de traiter leurs clients ou leurs gitons ; aux efféminés qui se marient entre eux à défaut de pouvoir enfanter ; aux Orientaux de tout poil, esclaves affranchis, tout spécialement les Grecs[4], qui évincent les vieux Romains des responsabilités ; aux faux dévots, qui n'invoquent les dieux que pour mieux délester le gogo de son bel argent. Juvénal n'hésite pas à aborder sur le ton de la farce le jeu politique, jeu dangereux où parler de la pluie et du beau temps vous vaut vite la disgrâce ou la mort. Le tableau (parodie d'une œuvre perdue) qu'il propose de la cour de Domitien, le « Néron chauve », s'il est riche de notations grotesques, rend très bien l'atmosphère cauchemardesque d'une époque exsudant la terreur. Enfin, dans la Rome de Juvénal, il arrive qu'une impératrice, plus souvent qu'à son tour, fasse le tapin ou qu'une princesse accouche d'une série d'avortons, tous copie fidèle de celui qui est à la fois leur oncle et père, l'Empereur.

On ne saurait parler sans anachronisme de liberté d'expression quand il s'agit de la Rome impériale, et Juvénal se garde bien de s'en prendre aux empereurs régnants. Ses contemporains verront dans ses propos des allusions à l'actualité de son temps, ce qui lui aurait valu l'exil en Égypte, sous couvert d'une vague mission militaire. Il y serait mort.

La langue de Juvénal permet de se faire une idée de la variété des parlers latins, selon les classes sociales et les régions. Elle est à la fois vigoureuse, voire crue, et savante. Juvénal aime jouer du contraste entre les mœurs des anciens Romains, frugaux et barbus, et celles de ses contemporains, perdus de luxe et efféminés[5].

Influence[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Kant retient de ses satires leur dimension morale, et cite Juvénal en latin à plusieurs reprises dans la Critique de la raison pratique.
  • Alfred de Vigny a vu dans la XIIIe satire les mêmes préceptes que dans le Discours sur la montagne (Matthieu, V-VII).
  • Balzac le cite par deux fois dans une de ses œuvres les plus importantes, Le Père Goriot, par l'interposition de deux des personnages principaux, Eugène de Rastignac, et Vautrin.
  • Victor Hugo le cite parmi les "hommes océans" avec Dante, Michel-Ange, Shakespeare: "c'est la même chose de regarder ces âmes et ou de regarder l'océan"[11]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Hellegouarc'h, « Juvénal, témoin et critique de son temps. Actualité et permanence des Satires », Vita Latina, vol. 137, no 1,‎ , p. 36-45 (lire en ligne)
  2. 45 est la date retenue par Olivier Sers dans la présentation des Satires parue aux éditions des Belles Lettres.
  3. 65 est la date retenue par Hubert Zehnacker et Jean-Claude Fredouille, Littérature latine, p. 311.
  4. a et b Marguerite Garrido-Hory, Juvénal: esclaves et affranchis à Rome, Presses Universitaires de Franche-Comté, (ISBN 9782913322202, lire en ligne), p. 164-166
  5. a et b (en)E. J. Kenney, W. V. Clausen, The Cambridge History of Classical Literature, vol. 2, Cambridge University Press, (ISBN 9780521273725, lire en ligne), p. 101
  6. Horace, Juvenal, Persius (trad. Chevriau (ancien élève de l'École normale), Auguste Nisard, Théodore Guiard, Joguet (ancien é;ève de l'Ecole normale), Jean Jacques Courtaud-Divernéresse, Louis Puget, Ferdinand Collet, Pierre Denne-Baron, Théophile Baudement, Claude Fleutelot), Oeuvres completes d'Horace, de Juvénal, de Perse, de Sulpicia, de Turnus, de Catulle, de Properce, de Gallus et Maximien, de Tibulle, de Phèdre et de Syrus, J.J. Dubochet et compagnie, 1845 (original provenant de l'université de harvard) numérisé le 18 septembre 2008 (lire en ligne), p. 199-200
  7. « Juvénal », sur larousse.fr (consulté le 29 mars 2017)
  8. Satires, 1, 30.
  9. Marie-José Kardos, Université de Nancy II, « L'VRBS dans les Satires de Juvénal », sur unicaen.fr (consulté le 22 novembre 2016)
  10. Dans « Les Embarras de Paris » par exemple.
  11. Jean-Pierre LANGELLIER, Dictionnaire Victor Hugo, EDI8 (ISBN 9782262049386, lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Juvénal, Satires (vers 100-125) (texte, traduction et commentaire de Pierre de Labriolle, François Villeneuve et Olivier Sers), Paris, Les Belles Lettres, 1921 ; réédition, 1996 (ISBN 2-251-01102-1)
  • Juvénal, Satires (vers 100-125) (texte, traduction nouvelle et commentaire de Claude-André Tabart), Paris, Gallimard, coll. « Poésie » no 304, 1996. (ISBN 2-07-032797-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]