Douala (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Douala (homonymie).
Douala
duálá
Pays Cameroun
Nombre de locuteurs environ 1 000 000
Typologie SVO
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 dua
ISO 639-3 dua
IETF dua
Linguasphère 99-AUA-ba

La langue douala (bwambo ba duálá en douala) est parlée dans la region côtiere du Cameroun. Elle appartient au groupe des langues bantoues. C'est une langue tonale. Elle possède quelques dialectes tels que le pongo, le mongo, le malimba et des langues proches qui sont: l'ewodi, l'isubu, le mbô, et le bakosi.

Classification[modifier | modifier le code]

Le douala appartient à la famille des langues bantoues et au groupe des langues sawabantu.

  • Classification de Guthrie : A.24, groupe C.20
  • Classification Bastin/Coupé/Mann : A.24

Orthographe[modifier | modifier le code]

Le douala est une des premières langues à avoir des écrits par les missionnaires au Cameroun, avec une traduction du Nouveau Testament en 1862 par Alfred Saker[1]. Au cours des années, le douala connaît trois orthographes principales, chacune sous l’influence de l’autorité coloniale ou de l’origine des missionnaires : allemand, et français et anglais.

Différents orthographes du douala[2]
Britannique oa ny ma bola mienge
Allemande wa ń mabola myenge
Française e oa ñ mabola mienge

Alphabet de Meinhof[modifier | modifier le code]

En 1901, le professeur C. Meinhof et des missionnaires de la Mission protestante de Bâle (de) établissent une orthographe phonétique simplifiée tenant compte principalement de la langue parlée. L’orthographe est assez populaire et est suivie en général[3].

Alphabet de Meinhof (1901)[3]
Majuscules A B C D E F G H I J K L M N Ń O P R S T U W Y
Minuscules a b c d e f g h i j k l m n ń o p r s t u w y
Phonèmes /a/ /b/ /c/ /d/ /e/ /ɛ/ /f/ /ɡ/ /h/ /i/ /ɟ/ /k/ /l/ /m/ /n/ /ŋ/ /ɲ/ /o/ /ɔ/ /p/ /r/ /s/ /t/ /u/ /w/ /j/

Alphabet général des langues camerounaises[modifier | modifier le code]

En 1978, l’Alphabet général des langues camerounaises (AGLC) est créé pour uniformiser les règles orthographiques entre les différentes langues camerounaises. De nouvelles règles s’appliquent donc à l’orthographe du douala.

AGLC (1978)
Majuscules A B C D E Ɛ F G H I J K L M N NY Ŋ O Ɔ P R S T U W Y
Minuscules a b c d e ɛ f g h i j k l m n ny ŋ o ɔ p r s t u w y
Phonèmes /a/ /b/ /c/ /d/ /e/ /ɛ/ /f/ /ɡ/ /h/ /i/ /ɟ/ /k/ /l/ /m/ /n/ /ɲ/ /ŋ/ /o/ /ɔ/ /p/ /r/ /s/ /t/ /u/ /w/ /j/

Certains auteurs utilisent la lettre ‹ ɓ › au lieu de la lettre ‹ b ›. La consonne occlusive injective bilabiale voisée [ɓ], produite devant les voyelles fermées [i], [u], et la consonne occlusive bilabiale voisée [b] transcrite avec la lettre ‹ b ›, produite devant les autres voyelles [a], [e], [ɛ], [o], [ɔ], sont des allophones d’un même phonème (/b/)[4].

Les tons notés sont :

  • le ton haut noté à l’aide de l’accent aigu : á
  • le ton moyen noté à l’aide du macron : ā
  • le ton bas est noté par la voyelle seule : a
  • le ton montant noté à l’aide de l’accent antiflexe : ǎ
  • le ton descendant noté à l’aide de l’accent circonflexe : â

Quelques mots[modifier | modifier le code]

Mot Traduction
terre wase, miñangadu
ciel dibobe
eau madíbá
feu wéá
homme moto, mumí
femme múto
l'enfant múna
être humain mot'a benama
manger
boire ñó
grand -ndéne, édène, bodène
gros kolà
petit -sadi, sala, bosadi
nuit bulú =butu en lingala
jour búñá, idiba, mwése=moyii en lingala, bunya en likouba (habitants de mossaka)
amour ndóló
oui ée
non kèm, seto ni ka



le corps[modifier | modifier le code]

Mot Traduction
le cœur (les cœurs) muléma (miléma)
la tête mulópō
la bouche mundumbu
la dent (les dents) sóngá (masóngá)
le ventre dibum
l'œil (les yeux) díso (míso)



quelques phrases[modifier | modifier le code]

Mot Traduction
je sais na bi
je ne sais pas na sí bí
je veux manger na púlá dá
je ne veux pas manger na sí ma púlá dá
je veux boire de l'eau na púlá ñó madíbá
donne - moi de l'eau bolá mbá madíbá
S'il te plait son
Je t'aime Na tondi wa

les chiffres[modifier | modifier le code]

Mot Traduction
un ewó (mo, diwo, bo, po...)
deux bébǎ (miba, maba, baba, iba...)
trois bélálo (milalo, malalo, balalo, ilalo...)
quatre béneí (minéi, manéi, banéi, inéi...)
cinq bétánu (mitanu, matanu, batanu, itanu...)
six mutóbá
sept sǎmbá
huit lombi
neuf dibuá
dix dôm

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dand T. Friesen, Oroko orthography development: linguistic and sociolinguistic factors, University of North Dakota, 1990.
  2. Steven Bird, Orthography and Identity in Cameroon, 2001.
  3. a et b Paul Helmlinger, Dictionnaire duala-français, suivi d’un lexique français-duala, éditions Klincksieck, Paris, 1972.
  4. Christiane Paulian, Esquisse phonologique du duala, Études bantoues, Société des études linguistiques et anthropologiques de France (SELAF), 1971.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Valérie Ewane, Parlons douala : langue bantoue du Cameroun, L'Harmattan, Paris, 2012, 177 p. (ISBN 978-2-336-00087-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :