Locatif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En linguistique, le locatif est un cas grammatical exprimant la localisation dans l'espace (sans mouvement), le lieu où se déroule l'action exprimée par le verbe. Dans certaines langues, il peut se subdiviser en plusieurs cas spécifiques, selon que le lieu est fermé (inessif) ou ouvert (adessif, superessif). Le locatif est un des huit cas indo-européens, présent en sanskrit.

En latin[modifier | modifier le code]

Le locatif n'a pas totalement disparu en latin. Par exemple, domi, « à la maison », et humi, « à terre » sont d'anciens locatifs. Cependant, généralement c'est l'ablatif précédé de la préposition in qui prend en charge la valeur de locatif, sauf pour les villes et les petites îles, qui appartiennent à la première ou la deuxième déclinaisons : Lutetiae habitas (Tu habites à Paris).

Dans les langues slaves[modifier | modifier le code]

En russe[modifier | modifier le code]

En russe ancien, il existait un locatif qui fonctionnait seul (sans préposition) et s’employait pour préciser la situation d'un procès, aussi bien dans le temps que dans l'espace[1]. Cependant, il s'est assez tôt transformé en prépositionnel (предложный падеж), qui ne fonctionne plus qu'associé à certaines prépositions : Ты живёшь в Париже (Tu habites à Paris).

Néanmoins, il existe pour un nombre restreint de noms une forme particulière du prépositionnel utilisée avec les prépositions в (v, « dans ») et на (na, « sur ») appelée locatif (местный падеж). Par exemple :

  • в снегу (v snegú, « dans la neige ») : locatif ;
  • о снеге (o snége, « à propos de la neige ») : prépositionnel.

En slovaque[modifier | modifier le code]

Le locatif (lokál) est l’un des six cas de la grammaire slovaque. Il est utilisé uniquement après certaines prépositions : v (« dans »), na (« sur »), o (« à propos de »), po (« après »), pri (« auprès de »), popri (« le long de »). Par exemple : v Bratislave (« à Bratislava »), na zemi (« sur terre »), o ôsmej (« à huit heures »).

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Ch. J. Veyrenc, Histoire de la langue russe, Presses universitaires de France (Que sais-je ?)