Langues nigéro-congolaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langues nigéro-congolaises
Région Afrique de l'Ouest, Afrique centrale, Afrique australe
Carte
Branches de langues nigéro-congolaises.
Branches de langues nigéro-congolaises.

Les langues nigéro-congolaises (ou langues Niger–Congo selon la terminologie anglo-saxonne) constituent la plus étendue des familles de langues africaines, tant en répartition géographique qu'en nombre de locuteurs. La très grande majorité des langues d'Afrique subsaharienne appartient à cette famille, qui est la famille qui en comptabilise le plus au niveau mondial[1], avec 1 526 langues soient 21 % des langues de la planète. Elles sont parlées par 459 millions de locuteurs représentant 7 % de la population mondiale, dont la moitié sont parlées par moins de 29 000 locuteurs[1]. Une caractéristique fréquente des langues nigéro-congolaises est l'emploi d'un système de classes nominales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Joseph Greenberg fut le premier à identifier les zones où ces langues étaient parlées, qu'il appela « NigerCongo » dans une suite d'articles publiés entre 1949 et 1954. Peu de temps avant que ces articles fussent publiés en 1963 dans un recueil[2], il révisa son classement en y ajoutant les langues kordofaniennes comme une branche d'une famille plus importante incluant les langues nigéro-congolaises. Cette famille fut rebaptisée nigéro-kordofanienne. Bennet et Sterk présentèrent en 1977 une nouvelle classification basée sur les statistiques lexicales qui aboutit à la classification Bendor-Samuel en 1989. Les langues kordofaniennes y furent classifiées comme un groupe de base, réintroduisant la notion de langues nigéro-congolaises, terme utilisé de nos jours parmi les linguistes. De nombreuses classifications considèrent encore les langues kordofaniennes comme une branche très éloignée des langues nigéro-congolaises, plus par manque de preuves d'appartenance que par le fait que ces langues semblent former un groupe à part. De la même manière, le mandé est souvent considéré comme la deuxième branche la plus éloignée.

Classification[modifier | modifier le code]

La famille de langues nigéro-congolaises est généralement subdivisée en quinze branches (marquées par l'italique) :

Locuteurs[modifier | modifier le code]

Niger-Congo speakers.png

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) https://www.ethnologue.com/statistics/family
  2. The Languages of Africa (en), Bloomington, Indiana University Press, 1966.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bendor-Samuel (John) et Hartell (Rhonda L.), The Niger-Congo languages : A Classification and Description of Africa's Largest Language Family, Lanham (Maryland), Presses universitaires d'Amérique, , 518 p. (ISBN 978-0819173768).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]