Bamoun (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une langue image illustrant le Cameroun
Cet article est une ébauche concernant une langue et le Cameroun.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bamoun
Shüpamom
Pays Cameroun
Région Grassland
Nombre de locuteurs 420 000 (2005)[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 bax
Étendue individuelle
Type vivante
IETF bax
Shumom-text.jpg

Le bamoun (Shüpamom [ʃŷpǎˑmə̀m] en bamoun) est une langue bénoué-congolaise du Cameroun parlée par les Bamouns. Elle est parlée par environ 420 000 locuteurs[1].

Dialectes[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs dialectes liés à la langue bamoun, dont le bafanji, le bamali, le bambalang et le bangolan.

Écriture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : écriture bamoun.

Le bamoun a une écriture propre développée par le roi des Bamouns Ibrahim Njoya dans son palais vers 1895.

Le bamoun est aussi écrit avec l’alphabet latin selon les règles de l’alphabet général des langues camerounaises.

Alphabet bamoun[2]
a b ɓ d gb mb e ɛ ə f g gh
i j k kp l m ŋ n p r s t
u ü v w y ny z n o sh ʉ ɔ

Le coup de glotte est noté avec l’apostrophe ‹ ʼ ›.

Lorsque les tons sont indiqués, ils le sont avec des diacritiques :

Notation des tons[2]
ton signe diacritique exemple
haut accent aigu á
bas accent grave à
descendant accent antiflexe ǎ
moyen macron ā
montant accent circonflexe â

Phonologie[modifier | modifier le code]

Le bamoun a des tons, des voyelles longues et des diphtongues et la coda.

Les voyelles simples sont :

antérieures centrales postérieures
i   y ɨ ɯ   u
e ə
ɛ ɔ
a

Les consonnes sont :

labiales alvéo­laires post-
alvéolaires
vélaires labialisées
vélaires
labio-
vélaires
glottales
p t k kp ʔ
b d ɡ ɡʷ ɡb
mp nt ŋk ŋkʷ ?
mb nd ŋɡ ŋɡʷ ?
f s ʃ x ?
v z ʒ ɣ ?
ɱf ? ɲʃ
ɱv ? ɲʒ
m n ? ŋ ŋʷ ŋm
r   l j w

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ethnologue code « bax ».
  2. a et b Matateyou 2002, p. 37‒38.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Matateyou, Parlons bamoun, Paris, Budapest, Torino, L’Harmattan, , 334 p. (ISBN 2-7475-1336-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]