Guemzek (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guemzek.

Le guemzek (ou gemzek, gemjek) est une langue tchadique biu-mandara parlée au nord du Cameroun.

Elle reste considérée comme un dialecte du zulgo[1], proche au niveau linguistique et géographique, mais dont elle se différencie notamment par le dessin de l'orthographe, surtout en ce qui concerne le système vocalique. Les deux langues sont souvent associées au sein d'un groupe dit « zulgo-gemzek[2] ».

Le guemzek est écrit depuis la publication d'un recueil de cantiques en 1995[3].

Population[modifier | modifier le code]

Mal connu, le nombre de locuteurs est estimé à plus de 10 000 en 2016. Le guemzek est parlé dans 16 villages du département du Mayo-Sava dans la Région de l'Extrême-Nord du Cameroun. Plusieurs communautés guemzek vivent également dans les grandes villes telles que Maroua, Ngaoundéré, Yaoundé et Douala[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Elaine Marie Scherrer, Un recueil de textes interlinéarisés en langue guemzek, SIL, Yaoundé, 2019, p. 4 [lire en ligne]
  2. (en) Fiche langue[zulg1242]dans la base de données linguistique Glottolog.
  3. Richard Gravina, Sabataï Timothée et Golamadang Thomas, L'orthographe de la langue guemzek. Esquisse préliminaire, 2005, p. 1 [lire en ligne]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David Bradley and Karen Bradley, Gemzek survey report, SIL, Yaoundé, 1992, 7 p. [lire en ligne]
  • (en) Edward Brye, Language Survey of Gemzek and Gaduwa (Mayo-Tsanaga Division, Far North Province), SIL International, 2002, 25 p. [lire en ligne]
  • Dictionnaire des villages du Margui-Wandala, ORSTOM, Yaoundé, juin 1972, 115 p.
  • Richard Gravina, Sabataï Timothée et Golamadang Thomas, L'orthographe de la langue guemzek. Esquisse préliminaire, 2005, 11 p. [lire en ligne]
  • Elaine Marie Scherrer, Un recueil de textes interlinéarisés en langue guemzek, SIL, Yaoundé, 2016, 247 p. [lire en ligne]