Ersin Karabulut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ersin Karabulut
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (41 ans)
IstanbulVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Ersin Karabulut, né le 3 juin 1981 à Eminönü, Istanbul, est un auteur turc de bande dessinée.

Il devient populaire avec sa chronique intitulée Sandık İçi dans le style de la bande dessinée, qu'il commence à réaliser pour le magazine Penguen et qu'il poursuit dans Uykusuz, dont il est l'un des fondateurs. Il publie ses bandes dessinées en Turquie et à l'étranger. Çizgili Tişört et Yeratı Öyküleri sont ses bandes dessinées les plus importantes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît le 3 juin 1981 à Istanbul de parents enseignants. Il a une sœur de quatre ans son aînée. Son père peint et fait du graphisme pour boucler ses fins de mois. Son intérêt pour la bande dessinée commence dès son enfance[1]. Il est diplômé de l'école primaire Bayrampaşa et du lycée Vatan Anatolian[2]. Son premier dessin est publié dans le magazine Pişmiş Kelle à l'âge de 16 ans[3]. Ses chroniques sont également publiées dans ce même magazine pendant un certain temps.

Il entre à l'université des beaux-arts Mimar-Sinan, faculté des beaux-arts, département de graphisme pour l'enseignement supérieur. Il commence à dessiner pour le magazine Lombak, puis pour le magazine Penguen au cours de sa deuxième année. Il est d'abord connu pour ses bandes dessinées intitulées Yeraltı Öyküleri qu'il fait pour Lombak, mais devient populaire grâce à sa chronique intitulée Sandık İçi, un style d'histoire comique qu'il a commencé à dessiner dans Penguen. Dans cette chronique, il discute de son projet de vie, de ses propres vérités et des interactions entre les individus, en se référant à ses propres expériences. Son premier livre est publié en 2005 sous le nom de Sandık İçi[2].

En août 2007, il quitte Penguen avec un groupe d'illustrateurs tels que Yiğit Özgür et Memo Tembelçizer, pour lancer le 5 septembre 2007 un nouveau magazine, Uykusuz. Il y continue sa rubrique Sandık İçi. De temps en temps, il dessine également différentes histoires telles que Sevgili Günlük, Amatör, Yeraltı Öyküleri au lieu de Sandık İçi, et continue à publier ses dessins dans des livres. Il publie les livres Sevgili Günlük (2009), Sandık İçi 2 (2011) et Amatör (2012), qui sont la suite de la série Sandık İçi .

En 2016, Çizgili Tişört, une bande dessinée à suspense, est publiée. Les critiques déclarent que Karabulut a apporté un nouveau souffle à la bande dessinée avec son Çizgili Tişört[2]. Après les 25 épisodes de Çizgili Tişört, il continue pendant un moment à dessiner la rubrique intitulée Sandık İçi dans Uykusuz. Sandık İçi 3 sort en 2017.

Ses dessins sont publiés sous le titre de Yeraltı Öyküleri (« Histoires souterraines ») dans la revue française Fluide glacial. Il fait trois albums en français nommés Contes ordinaires d'une société résignée (2018), Jusqu'ici tout allait bien (2020) et Journal inquiet d'Istanbul, tome 1 (2022) créés par la compilation de ses œuvres[4]. Yeraltı Öyküleri est publié en turc en 2021[4].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Sandık İçi (« Sur le cœur ») (2005 - Doğan Kitap & 2009 - Mürekkep Yayınları)
  • Korkma Ben Varım (Konuk Sanatçı) (« N'ayez pas peur, je suis là (artiste invité) ») (2009 - İletişim Yayınları)
  • Sevgili Günlük (« Cher journal ») (2010 - İletişim Yayınları)
  • Sandık İçi 2 (« Sur le cœur 2 ») (2011 - Mürekkep Yayınları)
  • Amatör (« Amateur ») (2012 - Mürekkep Yayınları)
  • Çizgili Tişört (« T-shirt rayé ») (2016 - Mürekkep Yayınları)
  • Sandık İçi 3 (« Sur le cœur 3 ») (2017 - Komik Şeyler)
  • Contes ordinaires d'une société résignée [en français] (2018 – Fluide glacial)[5],[6]
  • Jusqu'ici tout allait bien... [en français] (2020 – Fluide glacial)[7],[8]
  • Yeraltı Öyküleri (« Histoires souterraines ») (2021 - İnkılâp Kitabevi)
  • Journal inquiet d'Istanbul, tome 1 [en français], éditions Dargaud, 2022[9],[10]

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « “Ben daha çok hikaye anlatıcı olmayı seviyorum” » [archive du 14 aralık 2020], Campaigntr.com, 11 Aralık 2020 (consulté le )
  2. a b et c « Ersin Karabulut » [archive du ], Türk Edebiyatı İsimler Sözlüğü (consulté le )
  3. « Başarıları Mecburiyetten » [archive du ], Hürriyet gazetesi, 28 Eylül 2003 (consulté le )
  4. a et b « Ersin Karabulut: Yeni olan her şey tehlikeli geliyor » [archive du 28 mayıs 2021], Gazeteduvar.com.tr, 28 Mayıs 2021 (consulté le )
  5. « Bande dessinée : Ersin Karabulut, l'inrésigné », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Blois : le programme de bd BOUM 2018 : Café littéraire avec Ersin Karabulut », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « Entretien avec le dessinateur Ersin Karabulut : "En Turquie, on pensait que personne ne pouvait nous comprendre !" », Lecteurs.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. Gromovar, « Jusqu'ici tout allait bien - Ersin Karabulut », Quoi de neuf sur ma pile ?,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Adrien Le Gal, « Ersin Karabulut dessine contre la tyrannie turque », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. Stéphane Dreyfus, « Ersin Karabulut : le Turc du futur », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Karabulut, un auteur turc récompensé par un jury arménien », sur www.actuabd.com, ActuaBD, (consulté le ).
  12. Ligne Claire, « Prix des Libraires Canal BD 2023, Slava et Journal inquiet d’Istanbul nominés », sur www.ligneclaire.info, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]