François Boucq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Boucq
FIBD 2015 Francois Boucq.jpg
François Boucq au Festival d'Angoulême 2015.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
LilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
ZorroVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Œuvres principales
signature de François Boucq
Signature

Boucq, de son vrai nom François Boucq, est un auteur de bande dessinée français né à Lille le . Il a reçu en 1998 le grand prix de la ville d'Angoulême, qui récompense l'ensemble de sa carrière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Lille (où il habite toujours en octobre 2022), il grandit auprès d'une mère antiquaire[1] et d'un père plombier. Il interrompt ses études en terminale mais il apprend à pratiquer le dessin, la sculpture et les arts martiaux[1]. Il se rend à Paris montrer ses dessins humoristiques et il est embauché par Le Point[2] (de 1974 à 1975) puis L'Expansion[2], Privé, Le Matin de Paris[1] et Playboy[3]. Peu inspiré par l'atmosphère parisienne, il rentre dans sa ville natale[1], où il réalise des sculptures pour le carnaval[3].

Début en bande dessinée[modifier | modifier le code]

En 1975, il entre dans le monde de la bande dessinée grâce à la revue Mormoil[4] avant de travailler en 1978 à Pilote[5] (où il lance Cornets d'humour, sa première bande dessinée[1], une suite d'histoires courtes scénarisées par Delan[2]) et Fluide glacial[6] (où il crée Rock Mastard et, avec Christin, Les Leçons du Professeur Bourremou[2]) de 1977 à 1982 (il y dessine encore ponctuellement depuis). Il signe son premier album en 1981[1].

Les années (À suivre)[modifier | modifier le code]

Boucq connaît ses premiers succès avec ses histoires courtes publiées dans (À suivre)[7] et rassemblées par la suite en albums : Les Pionniers de l'aventure humaine, Point de fuite pour les braves, La Pédagogie du trottoir et La Dérisoire Effervescence des comprimés. En 1984 commencent dans les pages d'(À suivre) les aventures de Jérôme Moucherot[8], « assureur-explorateur en costume léopard » qui « part en quête de lui-même dans la jungle de l’existence », série ensuite collectée en albums[9].

En parallèle, il entame sa collaboration avec le romancier Jerome Charyn en dessinant La Femme du magicien[7],[10] (meilleur album à Angoulême en 1986[11]) en 1986, et Bouche du diable[7] en 1989. Au début des années 1990, Boucq commence à élargir le champ de ses activités[3]. Il réalise des dessins pour l'émission d'Antenne 2 Si Ça Vous Change, des dessins croqués sur le vif au festival de Cannes, des illustrations pour les magazines Corto, Science et Vie Junior[3]. Il adapte également une de ses nouvelles en film, Mea Culpa qui est présenté au festival d'Angoulême en 1998[3]. Il continue à pratiquer les arts martiaux et est ceinture noire 5e dan de kendo[1]. Il dessine également les couvertures de nombreux San-Antonio, illustrant les personnages créés par Frédéric Dard[1], un recueil de ses couvertures est publié en avril 2009[12].

En 1991, il travaille pour la première fois avec Alejandro Jodorowsky (Face de Lune[7]). Les deux hommes se retrouvent en 1999 pour Le Trésor de l'ombre dont il illustre les fables[3] et en 2001 pour la série Bouncer. Entretemps, à partir de 1995, pour (À suivre)[7], il s'amuse avec la mort dans de courts récits compilés en album chez Casterman, la série Les Aventures de la mort et de Lao-Tseu se poursuit dans Fluide glacial en 1998 et publiée en album par Audie (2 albums 2006-2009)[13].

Consécration[modifier | modifier le code]

En 1998, il reçoit le grand prix de la ville d'Angoulême pour l'ensemble de son œuvre[11]. En 2000, il participe, aux côtés de Dany, de Coyote et de Ptiluc, au collectif Moto Neige - Pas d'bon sens, publié chez Glénat. En 2003, il signe la pochette de l'album Un pour tous… chacun ma gueule du groupe Marcel et son orchestre, cinq ans après celle de Crâne pas, t'es chauve[14]. Il change d'éditeur pour Rock Mastard et arrive au Lombard pour lequel, il crée des dossiers de presse de la collection « Troisième degré » et voit la réédition de Cocktail transgénique en 2003[15]. Boucq entame une collaboration avec Yves Sente et créent la série Le Janitor (5 albums, Dargaud, 2007-2017)[15] puis une autre avec Alcante, avec lequel il signe Colonel Amos dans la série XIII Mystery, un récit qui va connaître une prépublication dans le journal financier Les Échos[16] et une prépublication en couleurs dans Casemate[17], l'album est publié chez Dargaud en 2011[15]. Il reprend le personnage de Jérôme Moucherot dans Le Manifeste du mâle dominant chez Le Lombard en 2012[18]. En 2014, paraît Little Tulip, la troisième collaboration avec Jerome Charyn[1].

Suite à l'attentat contre Charlie Hebdo du 7 janvier 2015, il prend la chronique écologie de ce journal qu’il signe sous le pseudonyme de Zorro[19]. En février 2015, il rend compte du procès de l'Affaire du Carlton de Lille en réalisant des croquis d’audience pendant toute la durée de ce procès[20],[21]. À ce moment, il est l'auteur d'une cinquantaine d'albums[1]. Puis vient, Superdupont, célèbre héros en charentaise et caleçon long que lui a confié Marcel Gotlib[20]en compagnie de Karim Belkrouf au scénario et à qui, ils donnent naissance à un fils dans Renaissance[22],[23] (Dargaud, 2015).

En 2017, il écrit et illustre l'album Portrait de la France[24], qui s'inspire de l'élection présidentielle française de 2017 : « La campagne électorale a été folle : des gens qui n'arrêtent pas de s'invectiver, des affaires, des stratégies et des attaques sur les réseaux sociaux utilisées comme un outil de déstabilisation, cela n'arrêtait pas de rebondir ! »[25]. Selon lui, l'ouvrage est une « grande leçon de bistrosophie[25] », où il évoque, entre autres, la « lepénite aiguë[25] », selon ses termes.

En mars 2018, la galerie Huberty Breyne, à Paris, propose une rétrospective des œuvres du dessinateur[26]. La même année, l'artiste propose, avec Vanessa Duhamel, Trump en 100 tweets, un recueil de caricatures à partir de des messages émis par Donald Trump sur le réseau social Twitter[27],[28]. Il signe toujours la même année la pochette d'un CD dans lequel des personnalités nordistes reprennent les tubes du Nord[29]. En 2019, il s'intéresse au génie de Léonard de Vinci et il le décode dans un album qui paraît aux éditions I[30] ainsi qu'il publie le sixième volume de Jérôme Moucherot[31].

À l'automne 2020 paraît le fruit d'une nouvelle collaboration avec Jerome Charyn : New York Cannibals, un thriller qui s'appuie sur Little Tulip mais peut se lire indépendamment[32]. L'ouvrage fait partie de la sélection pour le grand prix de la critique 2021[33]. En parallèle, Boucq assiste au procès des attentats de janvier 2015 en France, qui se déroule à Paris entre septembre et décembre 2020 : l'artiste croque sur le vif les parties prenantes pour illustrer le compte-rendu quotidien de Yannick Haenel[34] que l'on retrouve chaque jour sur le site de Charlie Hebdo[35]. C'est avec une nouvelle parodie intitulée Le Petit Pape Pie 3,14[36] qu'il revient dans les pages de Fluide glacial en 2021[6]. En juillet de la même année, il rend hommage à Albert Uderzo avec le 29e mur peint Uderzo dans son Cosmos à Angoulême[37].

En février 2022, l'album Un général, des généraux scénarisé par Nicolas Juncker et dessiné par François Boucq, paraît aux éditions du Lombard. Il relate avec de nombreux détails le coup d'État du 13 mai 1958 (également dénommé le « putsch d'Alger »), survenu à Alger (Algérie alors française), dans le contexte de la guerre d'Algérie[38],[39].

L'œuvre de Boucq est parsemée de participations à de très nombreux albums collectifs de bande dessinée, dont La Bande à Renaud, Les Pires Noëls, Le Violon et l'Archer, La Bibliothèque fantastique, Sales petits Contes et Paroles de Verdun, ainsi qu'une série de livres de réflexion sur la bande dessinée pour les Éditions On a marché sur la bulle en 2006[3]. En février 2009, il participe à La Galerie des illustres à l'occasion des 75 ans de Spirou[40]. On retrouve également la signature de François Boucq dans différents journaux et revues de bande dessinée de manière épisodique tels Spirou[40], Métal hurlant[41], BoDoï[42], Casemate[43], L'Immanquable[44].

Selon Patrick Gaumer[45] « [...] François Boucq se détache rapidement de toute influence et acquiert au fil des années un graphisme vigoureux très personnel, alternant, selon son bon plaisir, les histoires ambitieuses et la fantaisie la plus debridée. »

Influences[modifier | modifier le code]

Inspiré tout un temps par Ronald Searle et Sempé[46], il se tourne ensuite vers Franquin, Giger, Mézières[47] et Jijé[48] puis, à son entrée à Mormoil, il découvre Alexis[48],[3]. Il s'oriente alors vers un dessin réaliste jouant sur le décalage avec un humour de non-sens. À Fluide Glacial, il trouve sa seconde grande influence en Goossens[49]. Il admire également Alberto Breccia, Ralph Steadman, Rembrandt[50], Léonard de Vinci et Raphaël.

En matière de références cinématographiques, il déclare admirer Federico Fellini, Martin Scorsese, Stanley Kubrick, Andreï Tarkovski, Orson Welles, Sergueï Eisenstein[1].

Point de vue sur la réalité[modifier | modifier le code]

Lors d'une interview donnée au journal Le Temps le 10 juin 2018, François Boucq explique sa vision de la réalité : « La perspective est une règle de la représentation visuelle extrêmement intéressante. Parce que le point de fuite, c’est la projection de l’œil de celui qui regarde l’horizon – ou dans le cosmos s’il ne regarde pas l’horizon. Poser un point de fuite dans une image, c’est poser l’œil du lecteur. Le monde se déploie entre ces deux points. La perspective implique des aspects philosophiques, voire métaphysiques. Se projeter à l’infini grâce au regard relève de l’ordre métaphysique. La description du monde qui s’opère entre les deux est philosophique: voilà comment je vois la réalité aujourd’hui [...]. »[51].

Œuvres en bande dessinée[modifier | modifier le code]

Séries[modifier | modifier le code]

One shots[modifier | modifier le code]

Collectifs[modifier | modifier le code]

Artbooks[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]

Para BD[modifier | modifier le code]

À l'occasion, François Boucq réalise nombre d'ex-libris[76], marque-pages[77], cartes et cartons[78], portfolios[79], dossiers de presse[80]des dépliants[81], des timbres[82], des coffrets[83] ainsi que des affiches pour des festivals[Note 1],[84] ou expositions[85].

  • Sérigraphie Bouncer : tirée à 100 exemplaires signés, par l'atelier Alain Buyse en 2001.

Expositions[modifier | modifier le code]

En 2018, deux galeries parisiennes exposent des œuvres de François Boucq : la Huberty Breyne Gallery présente La plume et le pinceau et la galerie Glénat se concentre sur la série Bouncer[86] tandis que le festival Delémont'BD consacre quant à lui, Petits et grands dessins de son invité d'honneur[87],[51].

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Légende de Lydéric et Phinaert : dessin animé de 20 minutes sorti en VHS en 2003, d'après des dessins de François Boucq racontant la légende de Lydéric et Phinaert[97].
  • Source d'abondance de François Boucq : fontaine en résine haute de 6,5 mètres d'inspiration surréaliste créée à l'occasion de Lille 2004.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le Repos du guerrier Réalisation : Jean-Marc Descamps - Scénario : François Boucq (1994, 15 min)[98]
  • Il était une fois…, adaptation de Tom Pouce (1995, 5 min)
  • Mea culpa, de François Boucq (Le Cercle Bleu, 1997, 10 min)[98]
  • La Journée, de Avril Tembouret (Kanari Films, 2017, 35 min)[99],[98].

Discographie[modifier | modifier le code]

La discographie détaillée de François Boucq est consultable sur Discogs[14].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L' affiche pour le 2e Salon international de la bande dessinée, organisé à Courtrai les 13-14-15 mai 1989, lors du festival annuel. L'imposant Mickey Mouse de Walt Disney renverse plusieurs personnages de bandes dessinées européennes. On reconnaît dans le coin gauche de haut en bas : E.P. Blake & Mortimer de Jacobs, Cubitus de Dupa, Adèle Blanc-Sec de Jacques Tardi, Fantasio et Spirou d'André Franquin (dont les jambes dépassent derrière la tête d'Adèle), Jimmy McClure de Jean Giraud (de Blueberry), Bill de Jean Roba, Schtroumpf de Peyo, Lambique de Willy Vandersteen, Professeur Burp (de Rubrique-à-Brac) de Gotlib, Tintin d'Hergé, Obélix d'Albert Uderzo, Jolly Jumper de Morris, Barbe-Rouge de Victor Hubinon, Corto Maltese d'Hugo Pratt, Urbanus de Willy Linthout, Shingouz de Jean-Claude Mézières (de Valérian et Laureline) et Tanguy d'Albert Uderzo (de Tanguy & Laverdure). Dans le coin droit on remarque le Marsupilami de Franquin, avec Spip l'écureuil (de Spirou) accroché au bout de sa queue dans le coin supérieur gauche. Sous les pattes du Marsupilami, on aperçoit Laureline de Jean-Claude Mézières et un grognon de Bluxte (tous deux de Valérian et Laureline). Haut dans les airs, on voit le ptérodactyle de l'Arzach de Jean Giraud.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Philippe Brochen, « François Boucq. Il a bonne mine », sur Libération,
  2. a b c et d Dictionnaire de la bande dessinée, p. 591
  3. a b c d e f g et h (en) Bas Schuddeboom, « François Boucq (b. 28 November 1955, France) », sur Lambiek, (consulté le )
  4. Bernard Coulange, « Boucq François dans Mormoil », sur bdoubliees.com (consulté le )
  5. Bernard Coulange, « Boucq François dans Pilote », sur bdoubliees.com (consulté le )
  6. a et b Bernard Coulange, « Boucq François dans Fluide Glacial », sur bdoubliees.com (consulté le )
  7. a b c d et e Bernard Coulange, « Boucq François dans (À suivre) », sur bdoubliees.com (consulté le )
  8. Bernard Coulange, « Jérôme Moucherot dans (À suivre) », sur bdoubliees.com (consulté le )
  9. « Les Aventures de Jérôme Moucherot : Art Boucq ! », sur Rolling Stone, .
  10. a et b Dictionnaire de la bande dessinée, p. 192
  11. a et b La rédaction, « Bande dessinée : François Boucq, lauréat du grand prix d'Angoulême », Les Échos,‎
  12. « Le Recueil des couvertures de San-Antonio par Boucq sort en avril », BDZoom,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Dictionnaire mondial de la bande dessinée (édition 2010), p. 109
  14. a et b « François Boucq - French comics artist - Discographie », sur discogs.com (consulté le )
  15. a b et c « François Boucq - Scénario - Dessin - Couleurs », sur Dargaud (consulté le )
  16. Didier Pasamonik, « « XIII Mystery » : Alcante et Boucq explorent les secrets du Colonel Amos dans « Les Échos » », ActuaBD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Gilles Ratier, « Mate bien les cases du dernier Casemate ! », BDZoom,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. a et b Benjamin Roure, « Jérôme Moucherot #5 – Le Manifeste du mâle dominant ** », BoDoï,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « François Boucq illustrateur et auteur de BD », sur artotheque-lasecu.org (consulté le )
  20. a et b Frédéric Potet, Le coup de crayon de Boucq au procès DSK, Le Monde, 3 février 2015
  21. Procès Carlton - DSK : le dessinateur Boucq va en faire un livre illustré, France Info, 15 février 2015.
  22. Monique Younès, « "Superdupont Renaissance" : la BD RTL de septembre commentée par les auteurs », RTL,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. Jean-Marc Lernould, « Superdupont renaissance, de Gotlib, Boucq et Belkrouf. Dargaud », Sud Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. a et b Jean-Laurent Truc, « Éditions i, les débuts d’un éditeur prometteur avec Boucq en ouverture », ligne claire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. a b c et d Olivier Delcroix, « La Case BD : Boucq ou le Portrait de la France défigurée », Le Figaro, 6 mai 2017
  26. Aurélia Vertaldi, « Janitor, Bouncer, Jérôme Moucherot... François Boucq expose tout son talent », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  27. Rédaction du Monde, « Trump : des tweets et des dessins », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  28. Rédaction du Figaro, « Une parodie «Trump en 100 tweets» », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  29. Laurent, « François Boucq signe une pochette de CD avec les emblèmes du Nord », sur Actu.fr, (consulté le )
  30. Jean-Laurent Truc, « Le Petit Léonard décodé, Boucq dit tout de Vinci », ligne claire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. Laurence Le Saux, « François Boucq et son aventurier à la recherche de son visage perdu », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. Jean-Pierre Fuéri, « New York Cannibals, dossier spécial de 32 pages », Casemate, no 138,‎
  33. « Grand Prix de la critique ACBD 2021 - Les 15 titres en compétition », sur BD Gest',
  34. « François Boucq : "Le point d’ancrage dans ce procès, c’est de dessiner, ça me stabilise dans cet ouragan émotionnel" », sur France Culture,
  35. « François Boucq 80 publications », sur Charlie Hebdo (consulté le )
  36. Benjamin Locoge, « Boucq entre le Vatican et l’Algérie », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. Jean-Laurent Truc, « Un hommage à Albert Uderzo à Angoulême en trois projets », ligne claire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. a et b Thelma Susbielle, Didier Pasamonik, « "Un Général, des généraux" par Boucq & Junker : une farce grandiose qui nous rappelle qui était le Général de Gaulle », sur Actua BD,
  39. a et b Astrid De Larminat, « Un Général, des généraux, de Juncker et Boucq: quand l’histoire déraille », sur Le Figaro,
  40. a et b Bernard Coulange, « Boucq François dans Spirou », sur bdoubliees.com (consulté le )
  41. Bernard Coulange, « Boucq François dans Métal Hurlant », sur bdoubliees.com (consulté le )
  42. Bernard Coulange, « Boucq François dans BoDoï », sur bdoubliees.com (consulté le )
  43. (en) « François Boucq dans Casemate », sur Comic Vine (consulté le )
  44. Bernard Coulange, « Boucq François dans L’immanquable », sur bdoubliees.com (consulté le )
  45. Dictionnaire mondial de la bande dessinée (édition 2010), p. 110
  46. Frédéric Potet, « « Ma première BD » (2/4) : L’humour « réaliste » de François Boucq », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. Moebius m'a poussé à faire du Western
  48. a et b François Boucq : un grand dessinateur de taille moyenne, p. 79
  49. « Boucq, François - Biographie © Humanoïdes Associés - Bibliographie », sur BD Gest' (consulté le )
  50. François Boucq : « Vermeer, Rembrandt, Michel-Ange, c’est l’universel »
  51. a et b François Boucq (interviewé par Antoine Duplan), « François Boucq: «Un album de BD, c’est une sorte de chapelle Sixtine» », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. Signé Fufu, « Les chroniques BD Gest' Échec à la Gestapo », BD Gest',‎ (lire en ligne)
  53. BDM 2021-2022, p. 413
  54. A. Perroud, « Les chroniques BD Gest' Tome 1 », BD Gest',‎ (lire en ligne)
  55. Laurent, « J’assure : Jérôme Moucherot de la compagnie « L’Intrépide » », sur lemagducine.fr, (consulté le )
  56. J. Milette, « Les chroniques BD Gest' Une quête intérieure tout en extérieur, histoire de pas salir chez soi », BD Gest',‎ (lire en ligne)
  57. BDM 2021-2022, p. 95
  58. Thierry Bellefroid, « « Pas de quartier ! », tome deux des aventures de La Mort et de Lao Tseu. Par François Boucq. Chez Casterman. », sur BDParadisio, (consulté le )
  59. « 5 BD qu'il ne faut pas laisser passer parce que c'est la rentrée », sur TF1 (consulté le )
  60. Thierry Bellefroid, « « La justice des serpents », tome 3 de Bouncer, par Boucq et Jodorowsky. Aux Humanoïdes Associés. », BDParadisio,‎ (lire en ligne, consulté le )
  61. Jean-Laurent Truc, « Bouncer T11, la fin de la chevauchée infernale avec François Boucq », ligne claire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  62. Laurence Le Saux, « Le Janitor #3 *** », BoDoï,‎ (lire en ligne, consulté le )
  63. Laurence Le Saux, « Le Janitor #4 *** », BoDoï,‎ (lire en ligne, consulté le )
  64. L. Moeneclaey, « Les chroniques BD Gest' La Crèche de Satan », BD Gest',‎ (lire en ligne)
  65. Jean-François Cadet, « François Boucq, la renaissance de Superdupont ! », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le )
  66. Benoit Cassel, « Colonel Amos », Planète BD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  67. Dominique Guillerm, « Chronique - La Vie, la mort et tout le bazar », (À suivre), Casterman, no 101,‎
  68. Gilles Ratier, « « Little Tulip » par François Boucq et Jerome Charyn », BDZoom,‎ (lire en ligne, consulté le )
  69. Gilles Ratier, « Le duo franco-américain François Boucq et Jerome Charyn se reforme pour mettre en scène les bassesses du genre humain… », BDZoom,‎ (lire en ligne, consulté le )
  70. Jean-Laurent Truc, « Le Petit Pape Pie 3,14, l’esprit sain », ligne claire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  71. « La Bande à Renaud », sur BD Gest' (consulté le )
  72. « 20 couvertures pour Spirou et Fantasio », sur BD Gest' (consulté le )
  73. « Du Souchon dans l'air », sur BD Gest' (consulté le )
  74. « Putinkon, le retour », sur BD Gest' (consulté le )
  75. Daniel Couvreur, « François Boucq: «C’est quand on ne pourra plus rire de Trump, qu’il faudra vraiment s’inquiéter» », Le Soir,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  76. « Boucq, François - Le Para-BD Catégorie 1 », sur BD Gest' (consulté le )
  77. « Boucq, François - Le Para-BD Catégorie 9 », sur BD Gest' (consulté le )
  78. « Boucq, François - Le Para-BD Catégorie 7 », sur BD Gest' (consulté le )
  79. « Boucq, François - Le Para-BD Catégorie 2 », sur BD Gest' (consulté le )
  80. « Boucq, François - Le Para-BD Catégorie 3 », sur BD Gest' (consulté le )
  81. « Boucq, François - Le Para-BD Catégorie 11 », sur BD Gest' (consulté le )
  82. « Boucq, François - Le Para-BD Catégorie 8 », sur BD Gest' (consulté le )
  83. « Boucq, François - Le Para-BD Catégorie 10 », sur BD Gest' (consulté le )
  84. « Boucq, François - Le Para-BD Catégorie 4 », sur BD Gest' (consulté le )
  85. Bruno Lemaître, « François Boucq biographie - bibliographie - affiches », OpaleBD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  86. Frédéric Choulet, « Expositions de dessins à Paris : Boucq double la mise », sur Le Parisien,
  87. « François Boucq - Petits et grands dessins », sur Delémont'BD (consulté le )
  88. Alain Huberty, « Ben / Boucq - Regards croisés », sur hubertybreyne.com (consulté le )
  89. « Dossier de presse - François Boucq - Des Cases à la toile » [PDF], sur Tourcoing (consulté le )
  90. « Exposition François Boucq & Zorro », sur lasecu.org (consulté le )
  91. « Liberté dessinée - Francois Boucq et ses amis », sur Tourcoing (consulté le )
  92. « François Boucq encadre les Beaux-Arts », sur Radio France, (consulté le )
  93. Cédric Pietralunga, « Grâce au Palais des Beaux-Arts de Lille, la bande dessinée entre (enfin) au musée », sur Le Monde,
  94. « Francois Boucq - Un Général, des généraux », sur hubertybreyne.com (consulté le )
  95. « Exposition "Un Général des généraux" à Angoulême », sur ActuaBD (consulté le )
  96. « Évènement BD : exposition de planches originales "Un général, des généraux" », sur maisondegaulle.fr (consulté le )
  97. « François Boucq - La légende de Lydéric et Phinaert », sur rakuten.com (consulté le )
  98. a b et c (en) « François Boucq - Writer, Director », sur imdb.com (consulté le )
  99. Jean-Laurent Truc, « Inédit : La Journée, un documentaire sur François Boucq en toute liberté présenté à Angoulême », ligne claire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  100. a et b Thierry Groensteen et collectif, Primé à Angoulême : 30 ans de bande dessinée à travers le palmarès du festival, Éditions de l'An 2, (ISBN 2-84856-003-7)
  101. a b c d e f g h i et j Alain Huberty et Marc Breyne, « François Boucq » [PDF], sur hubertybreyne.com (consulté le )
  102. a b et c « François Boucq Scenariste / Dessinateur / Coloriste Biographie © Casterman 2003 », sur sceneario.com (consulté le )
  103. François Boucq, Notre animation pour le HuffPost, HuffPost, 19 janvier 2015.]'
  104. Didier Pasamonik, « François Boucq Grand Prix « Soleil d’Or » 2018 à Solliès-Ville », ActuaBD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  105. Charles-Louis Detournay, « François Boucq Grand Prix Saint-Michel 2019 », sur ActuaBD, (consulté le ).
  106. « Prix du Livre d’Histoire contemporaine 2022 », sur Lire la société.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Boucq, une monographie : interview de François Boucq (Mosquito, 1999)
  • Marielle Python-Bernicot (dir.) et François Boucq (interviewé) (préf. Frédéric Bosser), DBD no 21 (cahier no 2) : François Boucq, .
  • Boucq, l'homme qui aimait tout dessiner, dBD monographies, hors-série numéro 11, octobre 2012.

Livres[modifier | modifier le code]

Périodiques[modifier | modifier le code]

  • Jean Obélix Lefebvre, « François Boucq : un grand dessinateur de taille moyenne. », Nuit blanche, no 53,‎ septembre–octobre–novembre 1993, p. 78-82 (lire en ligne [PDF], consulté le ). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Fluide glacial : article d'Yves Frémion, « T'ar ta lacrèm' à la récrèm' », pages 18–19 (novembre 2006)
  • Biographie dans Canal BD Magazine, décembre 2012-janvier 2013, p. 9
  • Frédéric Bosser, « Boucq, Charyn : la fusion de deux univers », dans DBD n°88, .
  • Vincent Bernière, « Les petits secrets de François Boucq », Les Cahiers de la bande dessinée, no 1,‎ octobre - décembre 2017, p. 76-87.

Interviews et entretiens[modifier | modifier le code]

  • François Boucq (interviewé) et Jean-Marc Vidal (intervieweur), « Boucq prend la BD par les cornes », BoDoï, no 16,‎ , p. 41-46.
  • François Boucq (interviewé), « Boucq : un nordiste dans le Sud », dBD, no 44,‎ , p. 10-12.
  • François Boucq (interviewé par Jean-Laurent Truc), « Interview : François Boucq, du Bouncer à Trump, « il faut échapper aux clichés » », Ligne claire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • François Boucq (interviewé) et Frédéric Bosser, « François Boucq, et moi, et moi, et moi...et toi, et toi », dBD, no 133,‎ , p. 36-41 (ISSN 1951-4050).
  • François Boucq (interviewé par Maïlys Celeux-Lanval), « François Boucq : « Vermeer, Rembrandt, Michel-Ange, c’est l’universel » », beauxarts.com,‎ (lire en ligne, consulté le ). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • François Boucq (interviewé par Dimitry Jaffrès), « François Boucq: «Moebius m'a poussé à faire du Western» », Zoo (magazine, 2004),‎ (lire en ligne, consulté le ). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Podcasts[modifier | modifier le code]

Émissions de télévisions[modifier | modifier le code]

  • Exposition : De Vinci par Boucq par Sam Diallo, Intervenant : François Boucq - Quand l'un des maîtres du 9e Art rencontre l'un des maîtres de la Renaissance italienne. Le dessinateur François Boucq analyse et décode le symbolisme enfoui dans les œuvres picturales de Léonard de Vinci. - Arte, 29 mai 2019 (2:08 minutes).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]