Nicoby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nicoby
FIBD 2015 Nicoby.jpg
Nicoby au Festival International de la BD d'Angoulême 2015.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (44 ans)
RennesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Nicolas BidetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Nicoby (né Nicolas Bidet le à Rennes) est un auteur français de bande dessinée. Il a aussi signé quelques albums sous le nom de Korkydü[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (années 2000)[modifier | modifier le code]

Ses premiers dessins édités sont pour des fanzines (Le Parano, Tentacules, Korkidü, Keskonsmar le dimanche à Orléans, Zizi et Aisselle) réalisé avec entre autres Laurent Lefeuvre, et parallèlement fait des études de dessin : Bac arts appliqués à Rennes, puis aux Beaux-Arts à Orléans. Diplômé des Beaux-Arts, il rentre à Rennes et travaille en atelier collectif à Bécherel avec le dessinateur de presse Pépito et le dessinateur Marc Le Grand dit Joub.

Durant les années 2000, il participe à des projets collectifs et publie plusieurs albums de bande dessinée : la série comique Les Zélus, scénarisée par Ferru (Vents d'Ouest, 3 tomes, 2001-2003) ; les one-shots Chronique Layette et excursion coréenne (6 Pieds sous terre, 2006) ; pour les tout-petits, La chasse aux papillons (Éditions Carabas, 2008) ; puis le diptyque Les ensembles contraires, récit biographique basé sur les vies de Kris et Éric T. (Futuropolis, 2008-2009), qui le fait passer à un registre plus dramatique.

Depuis 2003, il fait partie du comité d'organisation du festival Quai des Bulles, co-fondé par Fournier.

Confirmation (années 2010)[modifier | modifier le code]

L'auteur au festival Quai des Bulles 2015, à Saint-Malo.

Durant les années 2010, il signe, seul, plusieurs romans graphiques à veine semi-autobiographique, avec le graphisme comique des débuts : il publie Vacances... (Drugstore, 2010), puis À Ouessant dans les choux (6 Pieds sous terre, 2010), qui lui permet de revisiter un séjour dans une résidence d'auteur en Bretagne. Il revient sur son expérience aux Beaux-Arts avec Nu (6 Pieds sous terre, 2012) puis signe l'introspectif Poète à Djibouti (Vide Cocagne, 2014). Il explore une sphère plus privée avec le diptyque Une Vie d'Amour (Vide Cocagne, 2015) et lorsqu'il reprend et modernise Chronique Layette (2006) pour publier Une vie de Papa (Dargaud, 2017)[2]. Autre ressortie : Mon petit Ponant (Vide Cocagne, 2018), qui reprend A Ouessant, complété de deux histoires inédites. Parallèlement, il s'essaie aussi à l'humour potache avec le diptyque Appel et Lemon (Tabou, 2011-2013) et les aventures décalées de Marc et Pép' comix (Vide Cocagne, 2013).

Parallèlement à ces projets personnels, il collabore à plusieurs reprises avec Joub, d'abord pour signer des histoires vraies sur le monde de la bande dessinée, avec un style graphique comique : Mes années bêtes et méchantes, où le scénariste Daniel Fuchs revient sur l'histoire du journal Hara-Kiri (Drugstore, 2010) ; Dans l'atelier de Fournier, qui retrace la carrière de cet auteur phare des éditions Dupuis (2013). Puis c'est avec le journaliste Éric Aeschimann qu'il s'attaque ensuite à un autre mythe de la BD franco-belge avec La Révolution Pilote 1968-1972, une enquête sur les années Goscinny (Dargaud, 2015). Mais il ne quitte pas pour autant Joub : ensemble, ils conçoivent Le Manuel de la Jungle (Dupuis, 2015)[3], deux tomes de la BD d'aventures Les jeunes aventuriers (Plume Verte, 2016-2017) ainsi qu'un livre pour les plus petits, La Maison, la Nuit (éditions de la Gouttière, 2018). Les deux auteurs se retrouvent ensuite pour dessiner une BD consacrée à la question environnementale, sur un scénario de Pierre-Roland Saint-Dizier (Vents d'Ouest, 2018).

Nicoby renoue aussi avec le dessin semi-réaliste des ensembles contraires pour différents projets : tout d'abord deux BD reportages : une avec Sylvain Ricard, intitulée 20 ans ferme, un récit pour témoigner de l'indignité d'un système (Futuropolis, 2012) ; une autre avec Jean-Marc Manach, Grandes oreilles et bras cassés (Futuropolis, 2015).

Il poursuit dans cette veine graphique en entamant une collaboration soutenue avec le belge Patrick Weber, après l'avoir rencontré suite à un projet n'ayant pas abouti[4] : ensemble, ils réalisent une trilogie anthologique dont l'action se déroule en Bretagne[5] : Ouessantines (Vents d'Ouest, 2013)[6], Belle-Île en père (Vents d'Ouest, 2015) et le thriller Sang de Sein (Vents d'Ouest, 2018). Il signent aussi un one-shot dédié à la vie de Gauguin (Vents d'Ouest, 2016).

À partir de 2016, il se spécialise surtout dans un registre humouristique : il dessine l'album Les friend doctors, sur un scénario de Sophie Zuber, qui se moque du fonctionnement des ONG humanitaires (Glénat, 2016) ; il participe à l'album collectif anniversaire consacré à Gaston (Dupuis, 2017) ; raconte l'Histoire de la Gaule avec Jean-Louis Brumaux (La Découverte, 2017) ; mets en images Le Père de la Coiffeuse, en collaboration avec le cinéaste Patrice Leconte (en auto-édition, 2017). Depuis 2013, il fait aussi partie de L'Atelier Mastodonte, créé par Lewis Trondheim (Dupuis, 2013-2017).

Il entame aussi une collaboration avec Tronchet : ensemble, ils signent Le Meilleur Ami de l'homme (Dupuis, 2017), conçu originellement pour être un film de cinéma[7], puis Tête de gondole (Dupuis, 2019)[8].

Il est l'un des trois directeurs artistiques du festival de bande-dessinée Le Quai des Bulles[9].

Publications[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

sous le pseudo Korkydü
sous le pseudo Nicoby

Éditions limitées[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel et la dure réalité de la vie, Les Zéditions, 1995
  • BDZH L'Histoire, scénario Alain Goutal, 2006
  • Jules Braco dans une sale Affaire, Auto-édition, 2009
  • Hubert face à son destin, Auto-édition, 2010
  • Carnet de Guyane, Auto-édition, 2013
  • Marc et Pép' comix, Vide Cocagne, 2013
  • Tomber des Nus, Auto-édition, 2014

Travaux collectifs[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe MAGNERON, « Korkydü - Bibliographie, BD, photo, biographie », sur www.bedetheque.com (consulté le 9 mai 2020)
  2. « Nicoby : "Cet album est né deux fois" - TOUTENBD.COM », sur TOUTENBD.COM, (consulté le 7 septembre 2020).
  3. « Nicoby et Joub ont vécu la jungle amazonienne, ils la racontent! », sur Branchés Culture, (consulté le 7 septembre 2020).
  4. http://www.bdencre.com/2014/10/15195_rencontre-avec-nicoby-dessinateur-de-ouessantines/
  5. http://www.auracan.com/Interviews/410-entretien-avec-nicoby-et-patrick-weber.html
  6. Bernard Launois, « Ouessantines », sur Auracan,
  7. Philippe Muri, « Nicoby et Tronchet l'affirment: il faut se méfier de ses potes! », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020).
  8. Thttps://www.actuabd.com/Tete-de-gondole-Par-Tronchet-Nicoby-Dupuis
  9. « L'équipe », sur L'association (consulté le 9 mai 2020)
  10. Information sur le site officiel du Journal Sud Ouest

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]