Henri Laoust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri Laoust
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
RognesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Henri Laoust, né à Fresnes-sur-Escaut le 1er avril 1905 et mort à Rognes le 12 novembre 1983, est un orientaliste français. On lui doit des travaux fondamentaux sur le courant de pensée hanbalite et sur les schismes dans l'islam[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Laoust fait ses études secondaires au lycée Gouraud à Rabat, où son père est directeur de l'Institut des hautes études marocaines, puis au lycée Louis-le-Grand à Paris. Reçu à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé d'arabe, il enseigne d'abord à Constantine, puis devient secrétaire général, puis directeur de l'Institut français d'études arabes de Damas (1937-1941). Il est ensuite professeur à l'université de Lyon (1946-1956), au Collège de France de 1956 à 1976 (chaire de sociologie musulmane). Il est élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1974.

Cet érudit modeste, ce qui n'excluait pas, parfois, un franc-parler, était en outre membre des académies arabes du Caire et de Damas.

Travaux[modifier | modifier le code]

Outre d'innombrables articles toujours très denses et souvent volumineux, publiés dans des revues spécialisées françaises[2] et étrangères sur l'histoire de la pensée arabo-musulmane (Al-Mâwardi, Ahmad Ibn Hanbal, Ibn Taymiyyah, Ibn Khaldoun, Al-Hillî, Al-Baghdadi, etc.), on doit à Henri Laoust des ouvrages de référence, parmi lesquels :

  • Essai sur les doctrines sociales et politiques d'Ibn Taimîya (661/1262-728/1328), Le Caire, IFAO (Institut français d'archéologie orientale), 1939. (Thèse de doctorat ès-lettres)
  • Le Traité de droit public d'Ibn Taimîya (traduction annotée de la Siyâsa shar'îya), Institut français de Damas, 1952.
  • Les gouverneurs de Damas sous les premiers ottomans (traduction des annales d'Ibn Tûlûn et d'Ibn Djûm'a), Institut français de Damas, 1952.
  • Le hanbalisme sous le califat de Bagdad, Paris, Geuthner, 1959.
  • Le hanbalisme sous les Mamlouks bahrides, Revue des études islamiques, 1960.
  • Les schismes dans l'Islam, Paris, Payot 1965, et nombreuses rééditions. (Un classique[3])
  • La politique de Ghazâlî, Paris, Geuthner, 1970.
  • Pluralismes dans l’Islam, Paris, Geuthner, 1983.
  • Le califat dans la doctrine de Rachîd Ridâ. Maisonneuve, Paris 1986 ISBN 2720010464 (textes originales de R. R. en fr.)
  • La profession de foi d’Ibn Taimiyya, Geuthner, Paris 1986
  • Al-hisba fi al-islam, Traité sur la hisba, Ibn Taymiyya, publié et traduit par H. Laoust. Paris, Geuthner, 1994.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un article bio-bibliographique très complet lui a été consacré par Charles Pellat : « Notice sur la vie et les travaux d'Henri Laoust » in Comptes-rendus de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, 1986, p. 502-518. Voir aussi : Jean Gaulmier, « Un orientaliste de talent », Le Monde, 15 novembre 1983.
  2. Notamment la Revue des études islamiques et Abstracta islamica, qu'il avait dirigées.
  3. « Il s'agit là d'une œuvre appelée à faire date dans l'islamologie européenne. » (Régis Blachère)