Plan-relief

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Plan-relief de la Tour de Londres.

Le plan-relief est un mode de représentation géographique en relief sous forme de maquette qui fut d'abord un outil militaire utilisé pour visualiser des projets d'aménagements ou des campagnes concernant des sites fortifiés. Ils se présentaient sous forme de maquette de terrain comportant les détails des aménagements à l'échelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction d'un plan-relief au XVIIe siècle (Manesson Mallet).
Citadelle de Brouage - reproduction du plan-relief du XVIIe siècle (exposée dans la Halle aux vivres de la citadelle.)

Il semble que les premiers plans-reliefs aient été utilisés par la république de Venise et plus généralement en Italie dès la Renaissance avec l'apparition des fortifications bastionnées et en complément de la cartographie traditionnelle[1].

Le tourneur sur bois Jakob Sandtner (fl. 1561-1579) réalisa les plans-relief de plusieurs villes de Bavière.

En France, une collection de plans-reliefs des places fortes a été constituée en 1668 à l'initiative de Louvois ministre de la guerre de Louis XIV, le roi ne sortant plus beaucoup de son cabinet de travail à la fin de son règne. À l'échelle unique du 1/600e (ce qui correspond à l'échelle de 1 pied pour 100 toises) depuis 1680, elles constituent un témoignage de l'état de ces villes ou forteresses à cette époque. Selon l'inventaire dressé par Vauban en 1697, la collection, installée au palais des Tuileries, comportait 144 plans-reliefs. Des ingénieurs topographes réalisaient un relevé minutieux du terrain, des bâtiments (relevés au nombre de fenêtres près) puis ces données étaient livrées à des modeleurs, menuisiers (les plateaux sont en bois de chêne décoré avec de la soie, les maisons en tilleul), décorateurs qui mettaient plusieurs années à fabriquer et mettre à jour ces plans[2].

Ses successeurs contribuèrent à étendre la collection par nécessité opérationnelle jusqu'en 1870 où la puissance de l'artillerie nouvelle (apparition du canon rayé tirant jusqu'à 6 km) et la naissance des cartes d'état-major mettaient en cause leur utilité, mais aussi parce que ces plans ont toujours constitué des objets de prestige, comme en attestent les plans-reliefs de Brest (1811) et de Cherbourg (1811-1813) à la taille monumentale due aux progrès de l'artillerie qui impliquait de faire figurer les forts et batteries éloignés. Tombés en désuétude, certains furent détruits mais la collection fut classée Monument historique le 22 juillet 1927[3].

Affaire des plans-reliefs[modifier | modifier le code]

En 1983, Pierre Mauroy, alors Premier ministre, souhaite accueillir à Lille la maquette de la ville entreposée dans les combles des Invalides depuis 1777. Jack Lang, ministre de la culture, propose que l'ensemble de la collection soit transférée à Lille au titre de la décentralisation, 40 plans-reliefs sur 100 concernant des villes du Nord, de Belgique et des Pays-Bas[4]. Dans une lettre d'octobre 1984, le comité de décentralisation autorise le transfert des maquettes. Le déménagement commence en décembre 1985 et, le 17 janvier 1986, les premières maquettes arrivent à l'Hospice général de Lille[5]. Le transfert soulève alors une vive polémique attisée par le contexte de campagne électorale des législatives de 1986 et, dès le changement de majorité, son principe est remis en cause par le nouveau gouvernement[6]. Le conflit se dénoue par une convention conclue le 2 octobre 1987 entre l'État et la ville de Lille, qui règle le contentieux de la manière suivante : « La collection demeure propriété de l’État. Cependant l’État met en dépôt au musée des beaux-arts de Lille dix-neuf maquettes représentant des places fortes de la frontière française du Nord-Est, de Belgique et des Pays-Bas », l'essentiel de la collection devant être réinstallé à l'hôtel des Invalides, dans un musée des plans-reliefs agrandi[7]. Ce sont finalement 16 plans-reliefs qui sont concédés à Lille, les autres étant rapatriés à Paris.

Conservation[modifier | modifier le code]

  • Le plan relief de Metz (Moselle) est abrité dans les locaux du service urbanisme de la ville[12].

Galerie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Honoré Bernard, Philippe Bragard, Nicolas Faucherre (et al.), Plans en relief : villes fortes des anciens Pays-Bas français au XVIIIe s., Musée des beaux-arts de Lille, 1989, 158 p. (ISBN 2-902092-09-1) (catalogue de l'exposition qui s'est tenue au Musée des beaux-arts de Lille du 28 janvier 1989 à octobre 1989)
  • Caisse nationale des monuments historiques et des sites, « Les plans-reliefs », numéro spécial de Monuments historiques, no 148, décembre 1986, 115 p.
  • René Faille, Le plan relief de Cambrai, Les Amis du Cambrésis, 1975-1990, 2 fasc., 1. Fortifications et bâtiments militaires (7 p.) ; 2. Monuments civils et religieux (19 p.)
  • Nicolas Faucherre, Guillaume Monsaingeon et Antoine de Roux, Les plans en relief des places du roy, Centre des monuments nationaux, Biro Éditeur, 2007, 159 p. (ISBN 978-2-85822-936-9)
  • Nicolas Faucherre, Note sur Louvois et les plans en relief. In: Histoire, économie et société, 1996, 15ᵉ année, n°1. Louvois. pp. 123-124. DOI:https://doi.org/10.3406/hes.1996.1858
  • J. Favier, « Un plan en relief de la ville de Nancy, à Notre-Dame de Lorette, en 1658 », in Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1889
  • Christiane Lesage, « À propos du plan en relief de Lille : carton de sol, sa copie et le plan dit de 1745 », in Bulletin de la commission historique du département du Nord, tome 48, 1994-1995, p. 61-75
  • Pâris (vice-amiral), Notice du plan en relief du Canal Maritime de Suez : exposé dans le Musée de marine, C. de Mourgues Frères, Paris, 1882, 124 p.
  • « Le plan-relief », in Les Collections du musée historique de la ville de Strasbourg : de la ville libre à la ville révolutionnaire, Strasbourg, musées de la ville de Strasbourg, 2008, p. 150-189 (ISBN 2-35125-053-2)
  • Antoine de Roux, Perpignan à la fin du XVIIe siècle : le plan en relief de 1686, Caisse nationale des monuments et des sites, Mission d'aménagement du Musée des plans-refiefs, 1990, 64 p.
  • Manuel Royo, Rome et l'architecte : conception et esthétique du plan-relief de Paul Bigot, Centre d'études et de recherche sur l'antiquité et les mythes, Université de Caen Basse-Normandie, Presses universitaires de Caen, 2006, 227 p. (ISBN 2-84133-239-X)
  • Louis Trénard, « Le plan en relief de Lille, expression d'un patrimoine urbain », in Revue du Nord (Villeneuve d'Ascq), 1992, tome LXXIV, no 295, p. 309-324

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sylvain Kahn, « La France mise en relief : le choix des cartes », émission Planète Terre sur France Culture, 25 janvier 2012
  2. Ghislain de Montalembert, « La France miniature, passion royale », sur lefigaro.fr,
  3. Max Polonovski, directeur des musées des Plans-Reliefs, « Un trésor fragile : les plans-reliefs de Louis XIV à Napoléon III », émission Au cœur de l'histoire, 2 février 2012
  4. Nicolas Montard, « Partenariat INA/DailyNord : Pierre Mauroy ou l’obsession du plan-relief », sur dailynord.fr, (consulté le 29 mai 2015)
  5. L'affaire des plans-reliefs, début de la polémique [Production de télévision], Claude Tronel, Véronique Pons, Yann Gicquel (journalistes) Lille : France Régions 3.
  6. « Questions au gouvernement, Plans-reliefs », sur archives.assemblee-nationale.fr, (consulté le 29 mai 2015)
  7. « Restauration des plans reliefs Question écrite no 03502 de M. Josselin de Rohan et Réponse du ministère de la Culture publiée dans le JO Sénat du 20/04/1989 - page 628 », sur www.senat.fr, (consulté le 29 mai 2015)
  8. « Histoire de la collection », sur www.museedesplansreliefs.culture.fr (consulté le 29 mai 2015)
  9. « Le plan-relief », in Les Collections du musée historique de la ville de Strasbourg : de la ville libre à la ville révolutionnaire, Strasbourg, musées de la ville de Strasbourg, 2008, p. 150-189 (ISBN 2-35125-053-2)
  10. Véronique Dumas, « La France prend du relief », sur historia.fr,
  11. Citadelle de Bitche [1]
  12. https://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2011/08/31/le-plan-relief-de-metz-quitte-la-chapelle-des-petits-carmes

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :