Rictrude de Marchiennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le christianisme
Cet article est une ébauche concernant le christianisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Rictrude de Marchiennes
Fonction
Abbesse
Biographie
Naissance
Décès
Enfant
Adalsinde (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Étape de canonisation

Sainte Rictrude de Marchiennes, ou sainte Rictrude, est une sainte chrétienne, épouse de saint Adalbert et mère de quatre saints. Elle crée en 643 un monastère de moniales près du monastère d'hommes de Marchiennes. Elle est la première abbesse de ce monastère double. Elle s'endort dans la paix en 688. Elle est fêtée le 12 mai.

Née princesse en Périgord vers 613, elle épouse Adalbert Ier d'Ostrevent. Leurs quatre enfants sont vénérés comme saints : les saintes Eusébie et Adalsinde, saint Maurant, et sainte Clodoswinthe. Devenue veuve par l’assassinat de son mari en Gascogne en 652, elle résiste aux pressions royales en faveur d’un second mariage. Au cours d’un banquet à Boiry, aujourd'hui Boiry-Sainte-Rictrude (Pas-de-Calais), elle annonce son intention de devenir moniale à Marchiennes. Elle prend le voile avec ses trois filles.

Une Vie de sainte Rictrude a été écrite par Hucbald de Saint-Amand, sans doute à la demande des religieuses de Marchiennes, et achevée en 907 ; elle a sans doute eu pour modèle la Vie de saint Amand, écrite par Milon, maître d'Hucbald à Saint-Amand[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Chartier, L'œuvre musicale d'Hucbald de Saint-Amand : les compositions et le traité de musique, Saint-Laurent (Québec), éditions Bellarmin, 1995, p. 14.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]