Chemin de fer d'Anvin à Calais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne
d'Anvin à Calais
Image illustrative de l’article Chemin de fer d'Anvin à Calais
Un train à Lumbres.
Historique
Mise en service 1882
Fermeture 1955
Concessionnaires AC (1874 – 1919)
CGL (1919 – 1955)
Fermée (à partir de 1955)
Caractéristiques techniques
Longueur 95 km
Écartement Voie métrique (1,000 m)
Électrification Non électrifiée

Le Chemin de fer d'Anvin à Calais est créée 1882 dans le département du Pas-de-Calais. L'exploitation est assurée par la Compagnie du chemin de fer d'Anvin Calais (AC) puis à partir de 1919 par la Compagnie générale de voies ferrées d'intérêt local (CGL) jusqu'à la fermeture totale en 1955[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La ligne[modifier | modifier le code]

Anvin - Fruges : (15 km), ouverture en 1882, fermeture en 1954
Fruges - Lumbres : (32 km), ouverture en 1882, fermeture le 28 octobre 1955
Lumbres - Guînes : (38 km), ouverture le 25 juillet 1882, fermeture le 28 octobre 1955
Guines - Saint-Pierre-lès-Calais : (9 km), ouverture le 1er juillet 1882[2], fermeture le 28 octobre 1955
Saint Pierre-lès-Calais - Calais-Ville : (1 km) ouverture en 1900, fermeture le 28 octobre 1955.

Le centre du réseau était situé à Lumbres ou se situait le dépôt et les ateliers.

La section comprise entre Fruges et Rimeux-Gournay (9 km) était commune avec le chemin de fer d'Aire-sur-la-Lys à Berck-Plage.

Gares de jonction[modifier | modifier le code]

La Gare des Fontinettes à Calais, la voie métrique à gauche côtoie la voie normale de la compagnie du Nord

Avec la Compagnie des chemins de fer du Nord

Avec le chemin de fer d'Aire-sur-la-Lys à Berck-Plage

  • Gare de Fruges
  • Gare de Rimeux-Gournay

Avec le Tramway de Boulogne-sur-Mer à Bonningues

  • Gare de Bonningues

Avec le tramway à vapeur d'Ardres à pont-d'Ardres

  • Gare d'Ardres

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Locomotive type 031T N°4, construite par la SACM

Locomotives à vapeur

  • N° 1 à 7, type 031T, livrées en 1881 par la SACM,(n°constructeur 2611 à 2617), poids à vide 17 tonnes
  • N° 8, type 031T, livrée en 1883 par la SACM,(n°constructeur 3618), poids à vide 17 tonnes
  • N° 9 à 10, type 030T, livrées par Pinguély en 1900, (n°constructeur 100 à 101), poids à vide 18 tonnes

Voitures à voyageurs

  • à 2 essieux et portières latérales livrées en 1881[3]
mixtes AB, 1re et 2e classe (7 unités)
mixtes BC, 2e et 3e classe (5 unités)
type C, 3e classe (20 unités)
  • à bogies et plateformes (3 unités), livrées en 1890

Fourgons à bagages

  • à 2 essieux avec vigie (10 unités)

Wagons de marchandises

  • 2 essieux livrés en 1881[4]

Vestiges et matériels préservés[modifier | modifier le code]

La gare de Remilly-Wirquin, préservée et réhabilitée, est devenue la mairie de la commune[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G.T., « Le chemin de fer à voie étroite d'Anvin à Calais », La Nature, no 499,‎ , p. 69-70 (lire en ligne).
  • Henri Domengie et José Banaudo, Les Petits trains de jadis : Nord de la France, t. 4, Éditions du Cabri, , 252 p. (ISBN 978-2908816297)