Guy Louis de Durfort de Lorges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Durfort et Lorges.
Guy Louis de Durfort
Titre 2e Duc de Lorges
(1758-1775)
Prédécesseur Guy Nicolas de Durfort
Successeur Jean-Laurent de Durfort-Civrac
Arme Infanterie
Cavalerie
Allégeance Royaume de France Royaume de France
Grade militaire Lieutenant général des armées du roi
Commandement Régiment Royal La Marine
Gouvernement militaire Gouverneur de Redon
Conflits Guerre de Succession de Pologne
Guerre de Succession d'Autriche
Guerre de Sept Ans
Autres fonctions Menin du Dauphin
Biographie
Dynastie Maison de Durfort
Naissance
Décès (à 61 ans)
Paris
Père Guy Nicolas de Durfort
Mère Geneviève Chamillart (1685-1714)

Blason Maison Durfort de Lorges.svg

Guy Louis de Durfort, 2e duc de Lorges (Paris, ), est un militaire français du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy Louis de Durfort, frère puîné du Maréchal de Randan, fut connu d'abord sous le nom de chevalier de Lorges[1].

Guerre de Succession de Pologne[modifier | modifier le code]

Il leva une compagnie au régiment de cavalerie de Lorges (depuis Randan), par commission du , et servit, la même année, au camp de la Sambre. Il passa, avec ce régiment, à l'armée d'Italie, au mois d', et se trouva à la conquête du Milanais (guerre de Succession de Pologne)[1], aux mois de novembre et décembre de la même année, et aux mois de janvier et [2].

Devenu colonel-lieutenant du régiment Royal La Marine, par commission du 10 mars suivant, il le commanda à l'armée du Rhin, se trouva à l'attaque des lignes d'Ettlingen, qui furent forcées, et monta plusieurs tranchées au siège de Philippsbourg (1734). Il continua de servir à la même armée, en 1735 : la paix se fit au mois d'octobre[2].

Il prit le nom de comte de Lorges, au mois de , en se mariant[2].

Guerre de Succession d'Autriche[modifier | modifier le code]

Il servit à l'armée de Flandre, sous le maréchal de Noailles, en 1742, et contribua à la défense de cette frontière[2].

Créé brigadier des armées du Roi, par brevet du , il fut employé, en cette qualité, à l'armée du Rhin, sous le maréchal de Noailles, par lettres du 1er avril. Il se trouva à la bataille de Dettingen, finit la campagne en Basse-Alsace, sous le même général, et commanda pendant l'hiver à Aire[Laquelle ?], par lettres du [2].

Employé à l'armée de Flandre, par lettres du 1er avril suivant, il servit, sous les ordres du roi, aux sièges de Menin, d'Ypres (1744) et de Furnes. Il joignit, au mois de juillet, l'armée commandée par le maréchal de Saxe, et finit la campagne au camp de Courtrai.

Il obtint une place de menin de Mgr le dauphin, par brevet du . Il fut employé à l'armée de Flandre, par lettres du 1er avril[2].

Créé maréchal-de-camp, par brevet du 1er mai, il se trouva, comme brigadier, à la bataille de Fontenoy[n 1], au siège et à la prise de la ville de Tournai. Déclaré maréchal-de-camp, le 1er juin, il se démit de son régiment, et servit, en sa nouvelle qualité, au siège de la citadelle de Tournai, et à la prise d'Oudenarde, de Dendermonde et d'Ath[2].

Employé à l'armée de Flandre, par lettres du , il couvrit, avec l'armée, les sièges de Mons (1745), de Charleroi (1746)[2] et de Namur, et se trouva à la bataille de Raucoux[3].

Employé à l'armée des Pays-Bas, par lettres du , il joignit, le 7, les troupes qui étaient aux ordres du marquis de Contades, servit aux sièges des forts de Lieskenshocke et de la Perle, aux sièges d'Hulst et d'Axel, et combattit ensuite à Lawfeld[3].

Il obtint, au mois de décembre, le gouvernement de Redon[3].

Employé à la même armée, par lettres du , il servit au siège de Maestricht. Il obtint le pouvoir de lieutenant-général des armées du roi, le 10 mai[4] ; revint à la cour, le 14 ; et fut déclaré lieutenant général, au mois de décembre[3].

Il servit au camp de Gray[Laquelle ?], sous les ordres du duc de Randan son frère, par lettres des et 1754[3].

Guerre de Sept Ans[modifier | modifier le code]

Employé à l'armée que le roi envoyait en Allemagne, par lettres du , il se rendit à Düsseldorf, le 25 avril, et servit d'abord au corps séparé que commandait le prince de Soubise. Détaché ensuite, avec la compagnie de grenadiers et deux cents chevaux, pour concourir à la prise de Bielefeld, il ne put arriver qu'après que cette place fut emportée pur le comte de Chabot[Qui ?]. Il joignit ensuite l'armée commandée par le maréchal d'Estrées, et se trouva à la bataille d'Hastembeck. Il rejoignit l'armée commandée par le prince de Soubise, sur les frontières de la Saxe, et fut détaché avec trois brigades de cavalerie et une de dragons, pour éclairer les mouvements des Prussiens et rassembler des subsistances. Il combattit à Rosback, et commanda, pendant l'hiver, à Hanau[3].

Il se trouva, en 1758, à la bataille de Crewelt, sous les ordres de M. le comte de Clermont, et finit la campagne sous ceux du marquis de Contades, qui se tint sur la défensive[3].

Employé en Guyenne, par lettres du , il y commanda encore, sous l'autorité du maréchal de Richelieu, et en chef en son absence[3].

Il obtint un brevet de duc, le , et prit le nom de duc de Lorges, le même jour[réf. à confirmer][3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Petit-fils de Guy Aldonce II de Durfort (1630-1702), 1er duc de Quintin, dit le maréchal de Lorges, Guy Louis était le fils cadet de Guy Nicolas de Durfort (20 février 1683 - Chaillot, 3 mars 1758), 2e duc de Quintin, 1er duc de Lorges (1706), capitaine des Gardes du corps du roi, et de Geneviève Chamillart (24 octobre 1685 - Paris, 31 mai 1714), fille de Michel Chamillart, secrétaire d'État à la Guerre et contrôleur général des Finances de Louis XIV.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Écartelé: aux 1 et 4, d'argent, à la bande d'azur (Durfort); aux 2 et 3, de gueules, au lion d'argent (Lomagne), au lambel de gueules en chef, brochant sur les deux premiers quartiers[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au moment où l'on désespérait de l'affaire de Fontenoy, le maréchal de Saxe avait envoyé deux fois au comte de La Marck l'ordre d'évacuer Antoing avec le régiment de Piémont. Ces ordres ne furent pas suivis. Le maréchal fit signifier un troisième ordre au comte de Lorges, en le rendant responsable de l'exécution : celui-ci obéissait à regret, lorsque le duc de Biron, voyant la maison du roi fondre sur l'ennemi, prit sur lui la désobéissance. Le maréchal de Saxe, qui arriva un instant après, approuva cette résolution.
  2. Le mariage à sans doute été célébré à Paris
  1. a et b Courcelles 1822, p. 374.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Courcelles 1822, p. 375.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Courcelles 1822, p. 376.
  4. a et b Roglo 2012.
  5. Rietstap 1884.
  6. Popoff 1996, p. 89.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Chronologies[modifier | modifier le code]