Chamblay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chamblay
Château de Clervans en 1977 lorsqu'il accueillait la colonie de vacances Peugeot.
Château de Clervans en 1977 lorsqu'il accueillait la colonie de vacances Peugeot.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Canton Mont-sous-Vaudrey
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Amour
Maire
Mandat
Philippe Brochet
2014-2020
Code postal 39380
Code commune 39093
Démographie
Population
municipale
422 hab. (2012)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 59′ 55″ N 5° 42′ 17″ E / 46.9986, 5.704746° 59′ 55″ Nord 5° 42′ 17″ Est / 46.9986, 5.7047
Altitude Min. 219 m – Max. 268 m
Superficie 13,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Franche-Comté
City locator 14.svg
Chamblay

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte topographique de Franche-Comté
City locator 14.svg
Chamblay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chamblay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chamblay

Chamblay est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Santans Germigney Chissey-sur-Loue Rose des vents
Ounans N Écleux
O    Chamblay    E
S
Vadans Saint-Cyr-Montmalin Villeneuve-d'Aval

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 André Macchioni    
mars 2008 2014 Pierre Maxime[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 422 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
718 726 763 930 1 154 1 185 1 317 1 377 1 304
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 095 1 090 1 064 972 895 868 778 743 715
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
687 707 684 635 530 469 429 433 379
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
371 351 373 337 354 388 407 411 422
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Clairvans : Plusieurs fois détruit et reconstruit depuis le Moyen-Age, le château de Clairvans à Chamblay, tel qu’on peut le voir actuellement, date du XIXe siècle. Le château devient en 1820 la propriété de la famille Saint-Mauris. Gabriel Bernard, comte de Saint-Mauris-Chatenois le rénove entièrement en 1845. Après la mort du dernier comte de Saint-Mauris, peu avant 1914, Émine Karam, un banquier égyptien qui se fait appeler Karam Pacha, règne sur le domaine. Il y crée une immense ferme modèle comportant laiterie, élevage de daims, de canards et d'escargots, fabrique de choucroute... En 1933, en faillite, la propriété est saisie puis vendue aux enchères à la marquise de Rosichi. Celle-ci la cède en 1937 au Docteur Cartault d'Arbois qui veut y établir une maison de santé, mais la Seconde Guerre mondiale interrompt ce projet. Après le conflit, la Société des Automobiles Peugeot acquiert le domaine et le transforme en colonie de vacances.

En effet, le château et ses nombreux bâtiments annexes, entourés de 26 hectares de prés et de bois présentent la configuration idéale pour des vacances d'enfants : situation en pleine nature, locaux spacieux, terrains de jeux et d'aventures illimités, absence de toutes nuisances. Chaque été, la colonie peut accueillir trois sessions de 220 enfants de 7 à 9 ans. Le centre de vacances fonctionne depuis la fin des années 1940 jusqu’en 1986, date à laquelle le Comité d’Établissement des Automobiles Peugeot de Sochaux cesse d’organiser ses propres centres de vacances. La Société des Automobiles Peugeot vend la propriété en 1989. Les anciens communs du château accueillent depuis 1990 la Maison de Retraite “Les Opalines” avec 73 résidents et une quarantaine de salariés. Le château, rénové avec des chambres luxueuses et agrandi d'une salle moderne, peut recevoir jusqu'à 500 personnes pour la restauration et 120 personnes en hébergement. Il est aujourd’hui le cadre de séminaires, congrès, réceptions et mariages[4].

  • Port aux bois des Radeliers (bords de Loue). Au plus fort du transport du bois, il y avait deux ports aux bois celui d'amont et d'aval. Le dernier radeau a quitté Chamblay en 1901.
  • Sentier pédagogique
  • Église Saint-Étienne construite au XVIIIe siècle. Elle a été financée par la marquise Marie Elisabeth de Grammont Salives. Le transport des pierres entre les carrières de Port Lesney et de Montmalin est assurés par les habitants de Chamblay.
  • Mairie construite au XVIIIe siècle ancienne école des Filles. Elle a été financée par la marquise Marie Elisabeth de Grammont Salives.
  • Vierge rue de Clairvans. Ce monument XIXe siècle, a été financé par des donateurs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Robichard, acteur et metteur en scène, né à Chamblay en 1941

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  4. www.chateau-de-clairvans.fr