Georges II d'Amboise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le second cardinal d'Amboise, qui vécut de 1513 à 1550. Pour son oncle du même nom, qui fut aussi cardinal, voir Georges d'Amboise.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Georges II.
Georges II d'Amboise
Image illustrative de l'article Georges II d'Amboise
Son orant sur le mausolée des cardinaux d'Amboise, dans la chapelle de la Vierge de la cathédrale de Rouen.
Biographie
Naissance 1488
France
Ordination sacerdotale
Décès
château de Vigny
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
1545
Par S.S. le pape Paul III
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Susanna
Cardinal-prêtre de Ss. Marcellino e Pietro
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale décembre 1513
Archevêque de Rouen
15131550

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
Armoiries jean, et georges II d'AMBOISE ,sgr de Bussy.png
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Georges II d'Amboise (1488-1550) est un archevêque et cardinal français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1488, il est le fils de Jean IV d'Amboise, (seigneur de Bussy, gouverneur de Normandie), et de Catherine de Saint-Belin. Il est le neveu du cardinal Georges d'Amboise[1].

Succession à l'archevêché de Rouen[modifier | modifier le code]

En 1509, il est nommé archidiacre de la cathédrale de Rouen. Il devient plus tard trésorier[1].

Georges II d'Amboise est élu archevêque de Rouen le [1]. Le , il est ordonné prêtre avec une dispense du pape, et courant du mois, il est consacré et succède à son oncle à l'archevêché de Rouen. Il reçoit son pallium le [1].

Il était seigneur de Bussy, de Saxefontaine, de Vigny, etc.

Très riche, il donnait de somptueuses réceptions dans son château de Gaillon où il recevait le roi, la reine, le dauphin, et les personnages les plus importants du royaume et de l'étranger.

En 1521, il refusa de payer au roi la somme de 27 000 écus d'impôts que celui-ci lui réclamait et, à la suite de ce refus, François Ier le fit emprisonner. Il ne le libéra que quelques mois plus tard, après l'intervention du pape. Georges II d'Amboise dut cependant s'exécuter le pour éviter la saisie de tous les biens de l'église dans son diocèse. En 1542, le roi lui réclama, à nouveau, 100 000 écus d'impôts.

Cardinalat[modifier | modifier le code]

Il est créé cardinal le par Paul III, le chapeau rouge lui envoyé à cause d'une maladie. Il reçoit le titre cardinalice de Santa Susanna le . Il participe au conclave de 1549/1550 qui élit pape Jules III. Il opte le pour le titre des Saints Marcellino e Pietro[1].

Il meurt le , peu de temps après son retour de Rome, au château de Vigny près de Paris[1]. Juste avant de mourir, il vendit son magnifique château de Vigny à son ami le connétable, Anne de Montmorency. Dans son testament rédigé quelques jours avant sa mort, il déclare vouloir « Pour que nostre portreture de priant qui est de présent près de celle du feu seigneur légat n'est que en habit d'archevêque. Nous voulons qu'au lieu d'icelle en soyt mise une aultre de marbre ou d'albastre portant habit de cardinal. »[2].

Il est enterré dans le tombeau de son oncle, dans la chapelle de la Vierge de la cathédrale de Rouen[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Ses armes étaient : palé d'or et de gueules, avec un dauphin d'azur sur le premier pal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Louis Moréri, Le Grand Dictionnaire historique
  • J. Balteau, Dictionnaire de biographies françaises

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g The Cardinals of the Holy Roman Church: Consistory of December 16, 1545 (IX)
  2. Léon Alfred Jouen (chanoine) (préf. André du Bois de La Villerabel), La cathédrale de Rouen, Rouen et Paris, Defontaine / Aug. Picard, , LXXIV Pl. - 166 p., p. 89