Haptonomie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la psychologie
Cet article est une ébauche concernant la psychologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Premier contact avec le nouveau-né.

L’haptonomie est le nom que l'on donne parfois à l'étude de l'affectivité. Ce terme embrasse un grand nombre de pratiques hétérogènes, et n'a pas de statut institutionnel défini au sein des pratiques médicales et paramédicales. Le concept a été créé par le psychothérapeute Frans Veldman après la Seconde Guerre mondiale : il l'a originellement défini comme un ensemble de pratiques cherchant à intensifier les bienfaits de l'accompagnement thérapeutique par une attention particulière accordée à la relation, dans laquelle le toucher, notamment, prend une place particulière. Son champ d'application principal concerne son utilisation comme soin psychologique durant la maternité, de la grossesse aux soins du petit enfant en passant par les soins obstétriques. Néanmoins, en ce qui concerne ce domaine, son efficacité n'est pas démontrée.

Étymologie et histoire de l’haptonomie[modifier | modifier le code]

Le mot haptonomie est créé à partir des racines grecques hapto, haptein qui signifie toucher, y compris dans le sens affectif d'unir ou de créer une relation pour guérir[1] et nomos qui désigne, les lois, mais aussi la mesure.

Cette discipline fut créée par Frans Veldman, chercheur néerlandais en sciences de la vie, après la Seconde Guerre mondiale et présentée dans son livre Haptonomie. Science de l'Affectivité.

Selon Catherine Dolto, Frans Veldman « découvrit et développa l’haptonomie à la suite d’expériences vécues lors de sa déportation »[1]. Selon Montvoisin et Pinsault, il n'existe pas de preuves pour étayer cette origine de découverte ; il semble que Veldman n'a pas été médecin, et très peu probable qu'il fût déporté[2]. Dominique Décant-Paoli, auteure d'un Que sais-je ? intitulé L'Haptonomie, le présente comme ayant été étudiant en médecine et ne mentionne pas la déportation[3].

Principes de base[modifier | modifier le code]

Selon Catherine Dolto, il s'agit d'une « science humaine, phénoménologique et empirique qui permet dans la réalité de l’ici et maintenant de la rencontre d’aborder l’humain dans le réel de sa globalité corps, psyché, affectivité sans aucune dissociation ni hiérarchie entre ces trois entités dynamiques et interdépendantes [...] un corpus de phénomènes observables, identifiables et reproductibles, caractéristiques de la vie affective humaine. L’haptonomie, parce qu’elle est étayée par un corpus théorique pluridisciplinaire, anatomoclinique, neurophysiologique, et psychologique, peut prendre en compte la manière dont s’opère et se rejoue sans cesse, le nouage entre la chair et l’esprit »[1].

Un des principes de bases de l'haptonomie repose sur un mode de présence à l'autre particulier, un "être-présent" par un sentiment attentif et sensitif ou « happerception ». L'happerception est une faculté de perception consciente qui s'étend au-delà de soi, englobant l'espace alentour[4].

Domaines d'application[modifier | modifier le code]

Le principal domaine d'application est l'accompagnement pré et postnatal des parents et de leur enfant.

À cela s'ajoute plus marginalement l'hapto-obstétrique (destinée aux obstétriciens et sages-femmes), l'haptopédagogie (destinée aux professionnels de l'enfance et de l'adolescent - accessible aux enseignants depuis peu), l'haptopsychothérapie (destinée aux psychologues, psychothérapeutes, psychiatres, pédopsychiatres, médecins généralistes, psychomotriciens), l'haptosynésie (destinée aux intervenants de la santé qui pratiquent soins et accompagnements auprès de personnes souffrant de maladie physiques ou de handicaps, et à ceux qui s'occupent des personnes âgées et des mourants)[3].

Haptonomie pré et post-natale[modifier | modifier le code]

Selon Catherine Dolto, la peau est le premier organe sensoriel à la disposition de l’enfant in utero[note 1] et revêt ainsi une importance particulière[1]. « L’haptonomie postule que très tôt, dès sa conception, le sujet, source autonome de désir, cherche sa sécurité et pour cela discrimine très précocement ce qui est pour lui bon ou mauvais »[1].

En accompagnement prénatal, les couples sont reçus en séance individuelle, soit dès le début de la grossesse, soit plus souvent au quatrième ou au cinquième mois, supposant l’implication et le désir des deux parents[5]. La mère a un contact privilégié avec l’enfant qu'elle porte[note 2], son corps change avec la perception qu'elle a de son enfant, elle peut interagir avec lui, le bercer par exemple ou même le faire se déplacer à l’intérieur du ventre, ce qui peut également aider les mères dépressives ou ambivalentes à l'égard de leur grossesse[6]. Les pères peuvent aider, principalement par le rapport qu'ils ont avec la mère, mais également au travers de leur contact avec le ventre ou par leur voix[6]. Selon Catherine Dolto, dès le cinquième mois de grossesse, un langage corporel des enfants se met en place. Ils viennent se positionner sous la main, accompagnent la respiration de la mère, ont des balancements spécifiques, voire même jouent, donnant par là des signes d'échanges qui renseignent les parents sur leur état[7].

D'après Dolto, « les bébés bien accompagnés prénatalement affrontent mieux les épreuves de la vie, même si celles-ci se présentent dès leur arrivée au monde. Ils ont un excellent tonus de posture, sont à la fois très éveillés, très paisibles, sécurisés et plutôt souriants. Leur développement et leur manière d’être nous obligent à repenser complètement la sémiologie pédiatrique »[7].

Efficacité[modifier | modifier le code]

L'haptonomie ne faisant pas l'objet d'une définition officiellement validée, le qualificatif d' « haptonome » ne donne pas de garantie sur la compétence du praticien. Plusieurs écoles privées proposent des formations, dont les diplômes n'ont pas de reconnaissance officielle. L'efficacité thérapeutique de l'haptonomie ne semblent pas avoir fait jusqu'ici l'objet d'études systématiques validées, mais elle est utilisée par des professionnels médicaux ou paramédicaux dans certains cas, notamment l'accompagnement des parents avant et après la naissance d'un enfant.

D'après la Haute autorité de santé française en 2005, dans le cadre de la préparation à la naissance, l'haptonomie n'est pas suffisamment évaluée[8]. Une étude publiée en 2000 suggère que l’haptonomie pratiquée en maternité et pour les nouveau-nés est bénéfique[9].

Psychothérapie haptonomique[modifier | modifier le code]

L’haptonomie fait partie des pratiques référencées par la Fédération française de psychothérapie et psychanalyse (FF2P) en tant qu'outil complémentaire[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frans Veldman, Haptonomie. Science de l'affectivité, Paris, Presses universitaires de France, coll. Redécouvrir l'humain, [1989] (9e éd. 2007), 590 p. (OCLC 299417114) (ISBN 978-2130558491)
  • Nina Canault, Comment le désir de naître vient au fœtus, Éditions Desclée de Brouwer, 2001.
  • [Dolto 2014a] Catherine Dolto, « Accompagnement haptonomique de la grossesse dans son aspect préventif en cas de dépression maternelle », Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence, Elsevier BV, vol. 52, no 5,‎ , p. 311-319 (ISSN 0222-9617, DOI 10.1016/j.neurenf.2004.05.004, lire en ligne)
  • [Dolto 2014b] Catherine Dolto-Tolitch, « L'haptonomie prénatale : une pensée du devenir de l'enfant », dans Michel Dugnat (dir.), Prévention précoce, parentalité et périnatalité, Toulouse, Erès, (ISBN 9782749201900, lire en ligne), p. 135-149
  • Jean-Louis Revardel, Comprendre l'haptonomie, Paris, Presses universitaires de France, (ISBN 9782130564393, OCLC 186975331)
  • Dominique Décant-Paoli, L'haptonomie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », [2002], 2014 (5e éd.) (ISBN 9782130630814)
  • Fiona Campbell, « Bonding the French way : mother and freelance journalist Fiona Campbell recounts her extraordinary experience of haptonomy, the science of touch », in Midwives (en), 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. les récepteurs cutanés sont fonctionnels dès la 7è semaine de gestation[1]
  2. par le biais des « voies sous corticales et le système limbique dans son ensemble ce qui a des effets immédiats sur les secrétions hormonales (endorphine, cortisol) et sur le tonus musculaire dans les muscles striés par le biais de la régulation des fuseaux neuromusculaires et dans les muscles lisses »[6]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Dolto 2004, p. 312.
  2. Richard Monvoisin, Nicolas Pinsault Tout ce que vous n'avez jamais voulu savoir sur les thérapies manuelles, Presses universitaires de Grenoble, 2014, 308 pages. (ISBN 978-2-7061-1858-6) (OCLC 880268020)
  3. a et b Décant-Paoli 2014
  4. Le défi de la vie - Frans Veldman - considérations haptonomiques concernant le sens, le contenu et la signification de la vie
  5. Dolto 2004, p. 313.
  6. a, b et c Dolto 2004, p. 314.
  7. a et b Dolto 2004, p. 315.
  8. Haute autorité de santé, [PDF] « Préparation à la naissance et à la parentalité (PNP) », novembre 2005, page 37
  9. (de) Mehdi Djalali, « Analyse von 130 haptonomisch begleiteten Geburten », The International journal of prenatal and perinatal psychology and medicine, Mattes, vol. 12, no 2,‎ , p. 355-363 (ISSN 0943-5417, lire en ligne)
  10. Fédération Française de psychothérapie et psychanalyse (FF2P), « Techniques de psychothérapie »,‎ (consulté le 3 janvier 2016).