Top à...

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Top à …
Maritie et Gilbert Carpentier, sur le tournage d'une de leurs émissions, au studio 17 des Buttes-Chaumont.
Maritie et Gilbert Carpentier, sur le tournage d'une de leurs émissions, au studio 17 des Buttes-Chaumont.

Genre Émission de variétés
Périodicité Bimensuelle
Création Maritie et Gilbert Carpentier
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 3
Nombre d’émissions 54
Production
Format d’image 4/3 couleur
Format audio Mono
Production Maritie et Gilbert Carpentier
Société de production ORTF
Diffusion
Diffusion Deuxième chaîne de l'ORTF
Lieu de première diffusion Studio 17 des Buttes Chaumont
Date de première diffusion
Date de dernière diffusion
Public conseillé tout public
Chronologie


Top à … est une émission télévisée française de variétés créée et produite par Maritie et Gilbert Carpentier, et diffusée dans différents pays francophones de 1972 à 1974.

En France, l'émission était diffusée en soirée, sur la Deuxième chaîne de l'ORTF. Elle réunissaient certaines semaines plus de 15 millions de téléspectateurs devant le petit écran et a été diffusée dans 20 pays à travers le monde[1]. Les Top à... contribueront pour beaucoup à la popularité d'artistes tels Charles Aznavour, Petula Clark, Joe Dassin, Sacha Distel, Jacques Dutronc, Claude François, Johnny Hallyday, Mireille Mathieu, Michel Sardou ou Sylvie Vartan parmi d'autres.

Concept[modifier | modifier le code]

Inspirées des shows américains de variétés, les Top à... étaient consacrés chaque fois à un invité différent, autour duquel amis et artistes se succèdaient pour chanter, danser et jouer la comédie. Les sketches et chansons interprétés sur le plateau étaient souvent des inédits écrits spécialement pour l'occasion, parfois par Maritie Carpentier ou par leurs amis Jean-Jacques Debout ou Serge Gainsbourg.

Détail des émissions[modifier | modifier le code]

1972[modifier | modifier le code]

1973[modifier | modifier le code]

1974[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Hoffmann, « Un samedi soir sous Pompidou », Le Figaro Magazine, semaine du 9 mai 2014, page 88.