Mario Landi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Landi.

Mario Landi (Messine, 12 octobre 1920 – Rome, 18 mars 1992) était un réalisateur italien connu pour ses films giallo, comme Giallo a Venezia et la série télévisée Le inchieste del commissario Maigret[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Mario Landi est né à Messine en Sicile. Il fréquente la National Academy of dramatic Arts à Rome, obtenant son diplôme de réalisateur en 1944[3]. Il commence sa carrière au théâtre, en travaillant avec les meilleurs acteurs de son temps, en particulier les protagonistes de "Diogène", cercle culturel de Milan, un point de référence pour le théâtre italien des années 1950[3]. Il fait ses débuts en tant que réalisateur, dans les années 1950, avec le film musical Canzoni per le strade, mais bientôt son intérêt se porte vers la télévision[3] ; il est considéré comme l'un des pionniers de la télévision italienne, pour qui il travaille depuis 1952, lorsque la RAI commence la radiodiffusion expérimentale[3],[4]. De 1955 à 1979, il réalise un très grand nombre de films et de séries, occasionnellement des émissions de variétés, dont une édition de Canzonissima[3],[4]. Il a été moins actif au cinéma, dans lequel il a sporadiquement dirigé quelques films de genre[3].

Réception[modifier | modifier le code]

Les films de Mario Landi n'ont pas été bien reçus. Paolo Mereghetti, auteur de Il Mereghetti, a écrit de Maigret à Pigalle : « la direction est négligée[5] », tandis que pour Giallo a Venezia il a écrit[6] :

« Mérite (ou peut-être ne mérite pas) d'être rappelé comme l'un des thrillers italiens les plus idiots jamais réalisés, un collage de séquences de pornographie douce et de rares écartèlements brutaux qui tombent dans le vide, dans une infantile tentative d'étonner ».

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 1950 : Canzoni per le strade
  • 1953 : Siamo tutti Milanesi
  • 1954 : Così è (se vi pare)
  • 1955 : Andrea Chénier
  • 1956 : Cime tempestose (mini-série de 4 épisodes)
  • 1957 : All'insegna delle sorelle Kadar
  • 1957 : Un mese in campagna
  • 1958 : Canne al vento (mini-série de 4 épisodes)
  • 1959 : Il povero fornaretto di Venezia
  • 1959 : Il romanzo di un maestro (mini-série de 5 épisodes)
  • 1960 : Canzonissima (série)
  • 1960 : Ragazza mia (mini-série de 4 épisodes)
  • 1961 : Racconti dell'Italia di ieri - Un episodio dell'anno della fame
  • 1961 : Il piacere dell'onestà
  • 1962 : Racconti dell'Italia di oggi - Una lapide in Via Mazzini
  • 1963 : Ritorna il tenente Sheridan (série de 6 épisodes)
  • 1963 : Giacobbe ed Esaù
  • 1964-1972 : Le inchieste del commissario Maigret (série de 16 épisodes)
  • 1967 : Maigret a Pigalle[7]
  • 1967 : Questi nostri figli (mini-série de 4 épisodes)
  • 1967 : Dossier Mata Hari (mini-série de 4 épisodes)
  • 1968 : I racconti del maresciallo (série de 6 épisodes)
  • 1969 : Dal tuo al mio
  • 1972 : Nessuno deve sapere (mini-série de 6 épisodes)
  • 1973 : Serata al gatto nero (mini-série de 2 épisodes)
  • 1976 : Le impiegate stradali
  • 1979 : L'altro Simenon (série)
  • 1979 : Accadde ad Ankara (mini-série de 3 épisodes)
  • 1979 : La vedova e il piedipiatti (mini-série de 6 épisodes)
  • 1979 : Supersexymarket
  • 1979 : Giallo a Venezia[7],[8],[9]
  • 1980 : Il viziaccio
  • 1980 : Le Retour de Patrick[7]

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

  • 1951 : Les Deux Sergents

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Paul Louis, Italian Horror Film Directors, McFarland & Company, (ISBN 0786418346, lire en ligne), p. 1979
  2. (it) Caterina Cerra, « LANDI, Mario in "Dizionario Biografico" », sur treccani.it (consulté le 12 mai 2017).
  3. a, b, c, d, e et f (en) Roberto Poppi, I registi: dal 1930 ai giorni nostri, Gremese Editore, 2002 (ISBN 8884401712)
  4. a et b Aldo Grasso, Massimo Scaglioni. Enciclopedia della Televisione. Garzanti, 1996 – 2003. (ISBN 881150466X).
  5. (en) Paolo Mereghetti, Il Mereghetti: Dizionario dei Film 2004, vol. Le schede, Milano, Baldini Castoldi Dalai, (ISBN 88-8490-419-6), p. 1357 :

    « la regia è sciatta. »

  6. (en) Paolo Mereghetti, Il Mereghetti: Dizionario dei Film 2004, vol. Le schede, Milano, Baldini Castoldi Dalai, (ISBN 88-8490-419-6), p. 987 :

    « merita di essere ricordato (o forse non lo merita) come uno dei thriller italiani più cretini mai realizzati, collage di sequenze porno-soft e di squartamenti di rara efferatezza che cascano nel vuoto, nel puerile tentativo di stupire. »

  7. a, b et c (en) Paolo Mereghetti, Il Mereghetti: Dizionario dei Film 2004, vol. Gli indici, Milano, Baldini Castoldi Dalai, (ISBN 88-8490-419-6), p. 997
  8. (en) Stefan Jaworzyn, Shock Xpress: v.2: Essential Guide to Exploitation Cinema (Vol 2), Titan Books Ltd, , 70, 71, 73 p. (ISBN 1852865199, lire en ligne)
  9. (en) « There's Always Room for Giallo: Giallo a Venezia (Giallo in Venice) », MovieFone (consulté le 30 décembre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]