Bissara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bissara, abissar
Image illustrative de l’article Bissara

Lieu d’origine Afrique du Nord
Place dans le service Plat principal
Température de service Chaude
Ingrédients Fèves sèches, pois cassés

La bissara (en darija) ou abissar (en berbère), ou thamarakt ou tamarakt (بصارة), est une soupe appartenant à la cuisine maghrébine, à base de fèves sèches ou de pois cultivé. On la retrouve dans la cuisine tunisienne, algérienne, marocaine[1] et égyptienne[2].

Ingrédients[modifier | modifier le code]

La bissara se compose de fèves sèches ou de pois cultivé, accompagnée d’huile d’olive, de paprika, d’ail et d’oignon, et ses condiments du sel et du poivre, du gingembre et du cumin[3]Interprétation abusive ?,[4].

Au Maroc, la bissara est préparé à bases de fèves sèches, de pois chiche ou autres graines. Elle est servie avec du cumin, de paprika et avec un filet d'huile d'olive[5].La bissara est reconnue pour ses bienfaits pour la santé.

Préparation[modifier | modifier le code]

  1. Dans une marmite sur feu moyen, placer les fèves, l’ail et l’eau. À ébullition, baisser le feu et écumer les bulles qui remontent à la surface pendant 10 à 15 min.
  2. Couvrir la marmite à moitié pour éviter le débordement de l'eau. Laisser cuire à feu doux jusqu'à ce que les fèves deviennent fondantes. Passer les fèves dans une passoire fine pour obtenir une purée lisse de consistance crémeuse.
  3. Placer la purée de fève sur un feu doux et l'assaisonner avec les épices. Rajouter l'huile d'olive en remuant jusqu'à ce que la purée de fève devienne bien homogène puis retirer du feu.
  4. Servir la bissara bien chaude accompagnée d’huile d’olive, de paprika et de cumin.

Texture[modifier | modifier le code]

La texture de la bissara est proche de celle de la purée de pommes de terre et du velouté de légumes ; il est à rapprocher de la purée verte ou purée Saint-Germain. Servi chaud en plat principal, il s’accompagne de thé vert[réf. nécessaire].

Légende[modifier | modifier le code]

La légende veut que le célèbre Abdelkrim el Khattabi et ses soldats en mangeait avant chaque grande bataille et ce plat chaud et vitaminé leur assurait courage et vaillance au combat. Les anciens Rifains récoltaient l’eau de pluie pour la préparation de la thamarakt.[réf. nécessaire]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) M.B.T. Kitchen, World Kitchen Morocco, Murdoch Books, (ISBN 978-1-74266-500-9, lire en ligne), p. 42.
  2. (en) J. Weiss et P. Chirichigno, Egyptian Cooking English Edition, Bonechi, (ISBN 978-88-476-0706-4, lire en ligne), p. 30.
  3. https://books.google.fr/books?id=IQOQAQAAQBAJ&pg=PT44&dq=bissara&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjozO7Wn-XSAhVHXRQKHas4BBAQ6AEIIjAB#v=onepage&q=bissara&f=false Maroc de Marie-Laure Tombini - éditions Mango
  4. MAroc - La cuisine de ma mère textes de Alain Jaouhari, photos de Isabelle Rozenbaum - Minerva octobre 2002
  5. (en) Madhur Jaffrey, Madhur Jaffrey's World Vegetarian: More Than 650 Meatless Recipes from Around the World, Potter/TenSpeed/Harmony, (ISBN 9780307816122, lire en ligne)