Beaupréau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Beaupreau)
Aller à : navigation, rechercher
Beaupréau
Hôtel de ville.
Hôtel de ville.
Blason de Beaupréau
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton Beaupréau
Commune Beaupréau-en-Mauges
Statut Ancienne commune
Maire délégué Gérard Chevalier
2015-2020
Code postal 49600
Code commune 49023
Démographie
Gentilé Bellopratains
Population 6 909 hab. (2013)
Densité 193 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 12′ 10″ nord, 0° 59′ 36″ ouest
Altitude Min. 32 m – Max. 117 m
Superficie 35,79 km2
Historique
Date de fusion 15 décembre 2015
Commune(s) d’intégration Beaupréau-en-Mauges
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Beaupréau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Beaupréau

Beaupréau est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Beaupréau-en-Mauges[1].

Cette petite ville se trouve dans le pays des Mauges, à 18 km au-nord-ouest de Cholet. Ses habitants sont appelés les Bellopratains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Beaupréau se situe au cœur de la région des Mauges, dans un triangle Angers, à 45 km au nord-est, Cholet, à 18 km au sud-est, et Nantes, à 42 km au nord-ouest[2],[3].

Communes limitrophes et principales villes proches[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Beaupréau(-en-Mauges)[3]
Le Fief-Sauvin (4 km) Saint-Pierre-Montlimart (8 km)
Montrevault (8 km)
La Salle-et-Chapelle-Aubry (6 km)
La Poitevinière (8 km)
La Chapelle-du-Genêt (3 km)
Gesté (11 km)
Vallet (23 km)
Beaupréau(-en-Mauges)[3] Jallais 10 km)
Chemillé-Melay (22 km)
Saint-Philbert-en-Mauges (6 km)
Villedieu-la-Blouère (8 km)
Sèvremoine, (anc. St-Macaire, 9 km)
Cholet (19 km)
Andrezé (5 km)
Bégrolles-en-Mauges (8 km)
La Jubaudière (9 km)

Relief et paysage[modifier | modifier le code]

Son territoire se trouve sur les coteaux formés par les nombreux méandres de l'Èvre, à une altitude variant de 32 à 117 mètres[4]. Elle se situe sur l'unité paysagère du Plateau des Mauges[5].

La commune qui s'étend sur 36 km2 (3 579 hectares)[4] est très marquée par le paysage de bocage, ainsi que ses nombreuses fermes d'élevage bovin. Néanmoins, les parcelles ont connu une période de remembrement, des années 1960 à 1980. Ainsi, par la présence de fermes, la campagne reste très occupée. C'est aussi un terrain humide : la commune est parsemée de nombreux petits étangs et de bois, dont le plus grand est celui du parc municipal de Beaupréau. Si la commune ne possède pas de vignes, contrairement aux communes voisines du Val de Loire, elle possède cependant un grand nombre de vergers producteurs de pommes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

On trouve au sud de son territoire, puis à l'ouest, la rivière l'Èvre[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la création d'une liaison rapide entre Cholet et Ancenis, Beaupréau est reliée à Cholet en 2 × 2 voies via la RD 752 depuis 2009. Le tronçon entre Beaupréau et Ancenis n'en est aujourd'hui qu'au stade des discussions.[réf. nécessaire]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bello-Pratellum au XIe siècle, Bello-Prael à la fin du XIe siècle, de Bello Pratello vers 1075, Bel-Pratel au début du XIIe siècle[6],[7], Beaupreau en 1793 et 1801, puis Beaupréau[8].

Il s'agit d’une formation toponymique médiévale, basée sur deux éléments romans : l'ancien français präel (attesté vers 1165) issu du bas latin pratellu, diminutif de pratu « pré » qui a donné le terme préau actuel par évolution sémantique[7],[9]. Le premier élément est l'ancien français bel « beau », d'où le sens global de « beau pré »[7].

Le gentilé actuel Bellopratain est issu d'une forme latinisée, dont le suffixe a été simplifié, puisque l'on attendrait *Bellopratellain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Blason de Beaupréau.
Blason de
Beaupréau.

Durant les guerres de religion, Beaupréau s'oppose au pouvoir royal. Henri IV devenu souverain, la grande partie de la province d'Anjou, hormis Angers et Saumur, refuse de reconnaître ce roi huguenot. Les ligueurs de Segré, Baugé, Beaupréau et Chalonnes refusent de se rallier au roi. Le 25 juillet 1593, Henri IV abjure la foi protestante. Le roi se faisant catholique, la paix revient[10].

Révolution et Guerre de Vendée[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La région a été marquée par les guerres de vendée, qui se déroulèrent au XVIIIe siècle.

En mars 1793 la Division de Cholet et de Beaupréau de l'armée catholique et royale de Vendée compte 9 000 hommes, sous les ordres du général Maurice Gigost d'Elbée.

En avril 1793 et février 1794, Beaupréau fut le théâtre de batailles opposant les troupes vendéennes et républicaines.

Fait marquant pour Beaupréau, en 1794 Charette monte une campagne victorieuse dans le marais et le bocage, La Rochejaquelein et Stofflet dans les Mauges. Les Bleus sont ainsi dispersés à Cholet, Beaupréau, Bressuire et Argenton-le-Château.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Beaupréau est sous-préfecture jusqu'en 1857 (arrondissement de Beaupreau)[11].

De 1804 à 1815, elle accueille l'école royale d'arts et métiers, qui déménagera ensuite à Angers[12].

À la fin du XIXe siècle est construit un réseau secondaire de chemin de fer, le Petit Anjou. L'Étoile de Beaupréau entre Beaupréau et Cholet, Beaupréau et Chalonnes-sur-Loire, Beaupréau et Nantes est ouverte en 1899.[réf. nécessaire]

Pendant la Première Guerre mondiale, 131 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, 14 habitants sont tués[6].

En 2014, un projet de fusion de l'ensemble des communes de l'intercommunalité se dessine, avec pour nom « Beaupréau-en-Mauges »[13],[14]. Le 2 juillet 2015, les conseils municipaux de l'ensemble des communes du territoire communautaire votent la création d'une commune nouvelle au 15 décembre 2015[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , Beaupréau constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Beaupréau-en-Mauges, et dispose d'un maire délégué.

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
15 décembre 2015 25 janvier 2016 Gérard Chevalier    
26 janvier 2016 en cours Claudine Rabin[16]    

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790   Louis Pierre Bory    
1791   Simon Michel Coycault    
1792   Marie Augustin Harreau    
1792   Jean Lefebvre    
1796   Marchand    
1797   Nicolas Dupas    
1797   Jean Tharreau    
1798 1799 Jacques Menard    
1801 1801 Louis Pierre Cady    
1801 1802 Simon Michel Coycault    
1802 1815 Yves Louis Joseph Paumard    
1902 1937 Pierre de Blacas d'Aulps    
  1983 Jules Musset   Chef d'entreprise
1983 2001 Jean Moreau RPR Médecin
Président de la CC Centre-Mauges
2001 mars 2008 Louis Chouteau DVG Directeur d'établissement d'enseignement agricole retraité
mars 2008 14 décembre 2015 Gérard Chevalier[17] PS Agriculteur
Président de la CC Centre-Mauges

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Centre-Mauges, qui regroupait onze communes dont La Chapelle-du-Genêt, Le Fief-Sauvin, Andrezé et Saint-Philbert-en-Mauges[Insee-A 1]. La communauté de communes cesse d'exister le et ses compétences sont transférées à la commune nouvelle de Beaupréau-en-Mauges.

La communauté de communes était elle-même adhérente du syndicat mixte Pays des Mauges, structure administrative d'aménagement du territoire dont le siège se trouvait à Beaupréau[18].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Beaupréau fait partie du canton de Beaupréau et de l'arrondissement de Cholet[Insee-A 2]. Le canton se compose des mêmes communes que l'intercommunalité Centre-Mauges, hors mis celle du May-sur-Èvre.

La commune fait partie de la sixième circonscription de Maine-et-Loire, composée de six cantons dont Montrevault et Saint-Florent-le-Vieil. Cette circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département[19].

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec[20] :

Jumelages partagés avec la communauté de communes du Centre-Mauges[21].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 6 909 habitants, en augmentation de 2,86 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 678 1 640 1 893 2 964 3 207 3 238 3 887 3 887 3 669
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 790 3 821 4 134 3 758 3 926 3 878 3 863 3 857 3 834
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 746 3 497 3 590 3 531 3 667 3 693 3 767 4 190 4 398
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013
4 577 4 955 5 428 5 782 5 937 6 217 6 456 6 856 6 909
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,6 %) est en effet supérieur au taux national (22,1 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 22,6 %, 30 à 44 ans = 18 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 18,6 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 17,6 %, 15 à 29 ans = 17,4 %, 30 à 44 ans = 19,5 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 25,3 %).
Pyramide des âges à Beaupréau en 2008 en pourcentage[26]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,5 
6,7 
75 à 89 ans
10,4 
11,3 
60 à 74 ans
13,4 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
18,0 
30 à 44 ans
19,5 
22,6 
15 à 29 ans
17,4 
19,8 
0 à 14 ans
17,6 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[27]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Nantes, on trouve sur la commune une école maternelle et une école élémentaire, l'école Jules-Ferry[28].

En octobre 2013 débutent les travaux de construction du lycée public des Mauges, avec pour objectif d'ouvrir ses portes pour la rentrée scolaire de 2015 et d'y accueillir 660 élèves dans des filières générales et professionnelles. La création du lycée a été longtemps sujet à controverse, malgré le déficit d'enseignement public sur le secteur des Mauges où il n'existe pas de lycée public d'enseignement général et technologique[29]. Le lycée ouvre ses portes à la rentrée de septembre 2015[30].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 4 240 personnes, parmi lesquelles on comptait 73,8 % d'actifs (pour 74,6 % en 1999) dont 69,6 % ayant un emploi (pour 70,3 % en 1999) et 6,2 % de chômeurs (pour 4,2 % en 1999)[Insee-D 1].

On comptait 2 962 emplois dans la zone d'emploi, contre 2 765 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 1 134 (38,3 %), pour 1 522 (55,0 %) en 1999[Insee-D 2].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Sur 554 établissements présents sur la commune à fin 2010, 12 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 5 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 57 % de celui du commerce et des services et 17 % du secteur de l'administration et de la santé[Insee-A 3].

Beaupréau et le pays des Mauges ont longtemps constitué un cas d'école en géographie. C'est l'unique exemple en France d'une industrialisation massive au cœur d'une région agricole.[réf. nécessaire] Beaupréau était ainsi tout au long du XXe siècle un centre industriel orienté vers le textile et le cuir[31], et très lié à des mouvements chrétiens comme les Jeunesses ouvrières chrétiennes. Néanmoins, le secteur a subi de nombreuses fermetures d'usines à partir des années 1970, entrainant un grand nombre de licenciements et une perte de dynamisme économique de la région.[réf. nécessaire] Il ne subsiste désormais que l'usine Bopy, marque de la société Humeau-Beaupréau.

Industrie[modifier | modifier le code]

L'entreprise Humeau-Beaupréau est installée sur la commune[32] depuis plus de 100 ans. Elle y développe des marques propres, comme Méduse, Bopy, Kouki, Umo chaussures et Plasticana. Jusqu'en 2011 elle possédait deux sites, l'un dans le centre de Beaupréau et l'autre à Gesté, employant 180 personnes[33].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'hôtel du Sénéchal des XVIe et XIXe siècles, en ruine en 1900, et que la famille Courtois a restauré entièrement dans les années 1930.
  • L'église Notre-Dame, inaugurée en 1863 et qui est une des grandes églises de style néogothique du Choletais. Elle est due à l'architecte local Alfred Tessier.
  • Le monument aux morts 1914-1918 et 1939-1945 qui a une rare particularité : en principe monument civil, il est pourtant surmonté d'une croix.
  • Le parc du château, un lieu de détente et de loisir qui a été ouvert au public.
  • Le collège Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, un bâtiment important pendant les guerres de Vendée[réf. nécessaire].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le château[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Beaupréau.
Construit sous le comte Foulques Nerra, le château de Beaupréau fit partie d'une chaîne de fortifications pour protéger l'Anjou des marches de Bretagne. Il accueillit le roi Charles IX en 1565. Le château médiéval connaitra des transformations architecturales au cours des Xe, XIIe, XVIe, XVIIe, XIXe et XXe siècles. Son aspect gothique date de la fin du XIXe siècle.

Au cours du XXe siècle, une extension a été construite dans la cour intérieure, perpendiculairement au corps principal du bâtiment. Après avoir appartenu au marquis de Scépeaux puis à ses héritiers, les ducs de Blacas, il fut vendu par ces derniers à une congrégation religieuse qui le transforma en clinique maternité (1958/1995). À la fermeture de celle-ci, il fut vendu pour être aménagé en copropriété d'appartements privés, sans changement de son aspect extérieur.

Une flamme postale de la commune des années 1980-1990 représentait la façade d'entrée du château et était intitulée, Cœur des Mauges.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

La commune possède une salle de spectacle de niveau régional, La Loge, bâtie sur l'ancienne demeure du général vendéen Maurice d'Elbée. La structure travaille en coopération avec la communauté de communes du Centre-Mauges[34].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  • Dossier relatif à la commune (dossier chiffres clés), [lire en ligne]
  1. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  2. EMP T5 - Emploi et activité.
  • Autres données Insee
  1. Insee, Composition de l'EPCI du Centre Mauges (244900692), consulté le 26 octobre 2013.
  2. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Beaupréau, consultée le 6 février 2014.
  3. Insee, Statistiques locales du territoire de Beaupréau (49), consultées le 5 décembre 2012.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recueil des actes administratifs du 30 septembre 2015 », sur Préfecture de Maine-et-Loire, (consulté le 9 octobre 2015).
  2. a et b IGN (Géoportail), Beaupréau (49), consulté le 6 février 2014
  3. a et b Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Beaupréau (49), consulté le 6 février 2014 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  4. a et b IGN, Répertoire géographique des communes (RGC 2012), consulté le 6 février 2014 - Données consultables sur WikiAnjou.
  5. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe, 2003, p. 190 - Données consultables sur WikiAnjou.
  6. a et b Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, 1874-1878, Édition révisée de 1965 par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt, H. Siraudeau et Cie (Angers), t. 1, p. 294.
  7. a, b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, 2e éd., 738 p., p. 64
  8. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale de Beaupréau, consultée le 6 février 2014 - Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l'ensemble du territoire français de l'époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  9. Site du CNRTL : étymologie de préau
  10. Paul Wagret, Jacques Boussard, Jacques Levron et cartes de H. Jacquinet et P. Simonet, couverture de G. Marjollin, Visages de l'Anjou, Paris, Horizons de France, coll. « Collection Provinciales », , 178 p., in-8°.
  11. Édition révisée de 1965 du Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, op. cit., p. 293.
  12. Édition révisée de 1965 du Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, op. cit., p. 120.
  13. Communauté de communes du Centre-Mauges, Compte-rendu des délibérations du conseil communautaire du 25 juin 2015, portant demande de création d’une commune nouvelle sur la totalité du périmètre de l’intercommunalité en place au 1er juillet, document du 3 juillet 2015.
  14. Ouest-France, « Commune nouvelle. Ce sera… Beaupréau-en-Mauges ! », sur Ouest-France (ouest-france.fr), .
  15. Ouest-France, « Feu vert pour trois communes nouvelles », sur Ouest-France (ouest-france.fr), .
  16. Beaupréau Claudine Rabin, élue maire délégué, Le Courrier de l'Ouest, 27 janvier 2016.
  17. Le Courrier de l'Ouest, Beaupréau : le maire réélu sans coup férir, article du 28 mars 2014.
  18. Syndicat mixte du pays des Mauges, Le territoire, consulté le 6 février 2014.
  19. Assemblée nationale, Carte des circonscriptions de Maine-et-Loire, consulté le 6 février 2014.
  20. Comité de jumelage, Site jumelage Beaupréau, consulté le 19 janvier 2013
  21. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 6 février 2014).
  22. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  26. Évolution et structure de la population sur statistiques-locales.insee.fr
  27. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur insee.fr (consulté le 2 juillet 2011)
  28. « Écoles primaires publiques », sur Ville de Beaupréau (consulté le 3 octobre 2016).
  29. Conseil régional des Pays de la Loire, Beaupréau. Le lycée public ouvrira en septembre 2015, consulté le 31 décembre 2013.
  30. Ouest-France, « Lycée public. Le nouveau lycée de Beaupréau sur son 31 pour la rentrée », (consulté en ouest-france (ouest-france.fr)).
  31. Centre industriel orienté vers le textile et le cuir : lire à ce sujet, la bande dessinée d'Étienne Davodeau, Les Mauvaises Gens.
  32. Infogreffe, Humeau-Beaupréau SAS (RCS 393 092 390 Angers), consulté le 6 février 2014.
  33. Chambre de commerce et d'industrie de Maine-et-Loire, Humeau-Beaupréau SAS, les deux pieds à Beaupréau depuis plus de 100 ans, article du 31 octobre 2013.
  34. Mairie de Beaupréau, « Le patrimoine communal - Le centre culturel de La Loge », sur Mairie de Beaupréau (ville-beaupreau.fr) (consulté le 2 juin 2015).
  35. Marine Bonvouloir, « Gabriel Gaté : Une French star aux antipodes », Le Point,‎ (lire en ligne).