Passavant-sur-Layon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Passavant-sur-Layon
Passavant-sur-Layon
Les remparts du château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Intercommunalité Agglomération du Choletais
Maire
Mandat
Pascal Bertrand
2020-2026
Code postal 49560
Code commune 49236
Démographie
Gentilé Passavantais
Population
municipale
125 hab. (2019 en diminution de 0,79 % par rapport à 2013)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 27″ nord, 0° 23′ 16″ ouest
Altitude 91 m
Min. 62 m
Max. 112 m
Superficie 4,91 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Cholet-2
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Passavant-sur-Layon
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Passavant-sur-Layon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Passavant-sur-Layon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Passavant-sur-Layon

Passavant-sur-Layon est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Son territoire est traversé par la rivière le Layon, affluent en rive gauche de la Loire.

La commune se situe dans l'appellation viticole du Coteaux-du-Layon (AOC).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune angevine de la rive gauche du Layon, située dans les Mauges à la limite du Saumurois, ce territoire rural de l’ouest de la France se trouve à quelques kilomètres au sud-est de Vihiers, en Maine-et-Loire à la limite des Deux-Sèvres[1]. Pays de bocage, le Vihiersois se situe dans un triangle entre Angers, Cholet et Saumur.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches sont Nueil-sur-Layon (2 km), Cléré-sur-Layon (3 km), Les Cerqueux-sous-Passavant (6 km), Genneton (7 km), Trémont (7 km), Cersay (8 km), Tancoigné (8 km), Concourson-sur-Layon (8 km), La Fosse-de-Tigné (9 km) et Les Verchers-sur-Layon (9 km)[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

À quelques kilomètres au nord et à l'est du Vihiersois se trouve la vallée du Layon, qui marque la transition entre les Mauges et le Saumurois[3]. Le sud de l'Anjou comporte à l'est des terrains secondaires et tertiaires (Saumurois) et à l'ouest des terrains primaires (Mauges). Dans ces derniers, on trouve un pays de bocage sur des terrains de schistes et de granites[4].

Passavant-sur-Layon se situe sur l'unité paysagère du Couloir du Layon[5].

L'altitude de la commune varie de 62 à 112 mètres[6], pour une altitude moyenne de 91 mètres. Son territoire s'étend sur près de 5 km2 (491 hectares)[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière le Layon traverse le territoire de la commune (au sud et à l'est)[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[8]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[9].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[8]

  • Moyenne annuelle de température : 11,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 643 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[12] complétée par des études régionales[13] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Mont.-Bellay », sur la commune de Montreuil-Bellay, mise en service en 1986[14] et qui se trouve à 18 km à vol d'oiseau[15],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12,4 °C et la hauteur de précipitations de 599,5 mm pour la période 1981-2010[16]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Poitiers-Biard », sur la commune de Biard, dans le département de la Vienne, mise en service en 1921 et à 79 km[17], la température moyenne annuelle évolue de 11,5 °C pour la période 1971-2000[18], à 11,7 °C pour 1981-2010[19], puis à 12,2 °C pour 1991-2020[20].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine : le village s'inscrit dans un territoire essentiellement rural.

Typologie[modifier | modifier le code]

Passavant-sur-Layon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[21],[22],[23]. La commune est en outre hors attraction des villes[24],[25].

Habitat[modifier | modifier le code]

En 2013, on trouvait 87 logements sur la commune de Passavant-sur-Layon, dont 70 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 90 %, et dont 78 % des ménages en étaient propriétaires[26].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (94,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (40 %), zones agricoles hétérogènes (38,1 %), terres arables (15 %), forêts (3,1 %), eaux continentales[Note 6] (2,6 %), prairies (1,3 %)[27].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[28].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Passavantum en 1060, Willelmus de passavante Castro en 1061, Castrum stagnum de Passavant en 1092, Ecclesia sancte Marie de Passavanto cum capella Sancti Stephani en 1156, Senscallia de Passavento en 1236, La ville de Passavant en 1571[29], Passavant en 1793 et 1801, pour devenir Passavant-sur-Layon en 1922[7],[Note 7].

Le nom de Passavant est indissociable du château primitif, construit par Foulques Nerra et laissé en garde à Sigebrant de Passavant[30].

À noter qu'il existe d'autres communes ayant dans leur nom « Passavant », comme Passavant (Doubs), Passavant-en-Argonne (Marne) et Passavant-la-Rochère (Haute-Saône).

Nom des habitants (gentilé) : les Passavantais[31].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

Face au Poitou, sur le haut Layon, le comte d'Anjou Foulques Nerra fait construire un château au XIe siècle. Ruiné, il est reconstruit après 1210 sur le site actuel, à la place du four du prieuré, avec une enceinte cantonnée de tours ; s'ajoute au XVe siècle un logis à haute tour d'escalier. Le château est ravagé par les huguenots en 1574[29].

Au XVIIIe siècle un nouveau logis est construit, puis vers 1930 l'ensemble est réaménagé en maison viticole avec celliers.

À l'époque féodale, Passavant est confié à une famille châtelaine puis seigneuriale qui en prend le nom. Selon Célestin Port[32], Agnès de Passavant transmet à la fin du XIIe siècle la terre de Passavant à son mari Geoffroi de La Troche, et c'est leur fils, autre Geoffroi, qui reconstruit donc le château vers 1210 ; la fille de ce dernier, Isabelle de Passavant, transmet à son mari Guillaume (ou Geoffroy, ou Philippe/Philibert ?) de La Haye, épousé vers 1230 [une tradition soutient qu'il s'agit de La Haye-du-Puits en Normandie (Cotentin) ; Célestin Port, la Société archéologique de Touraine, se réfèrent plus sûrement à la grande famille de La Haye en Touraine : les armes sont voisines, d'or à la fasce de gueules pour La Haye en Touraine, d'or à deux fasces de gueules pour Passavant].

La famille de Passavant est alors puissante, bien implantée dans le pays de Vihiers et Chemillé. Leur descendant Louis de La Haye-Passavant et de Mortagne, fils de Jean, petit-fils d'autre Jean et arrière-petit-fils de Barthélemy de La Haye, épouse en 1466 Marie d'Orléans, fille de Dunois, d'où Louis, Charlotte, Antoine (abbé de St-Denis en 1499, de Fécamp en 1482, et de Compiègne), et Yolande de La Haye-Passavant qui marie en 1492 Jean d'Armagnac-Nemours, sans postérité ; la succession passe à une cousine issue de germain de Yolande, Renée de La Haye dame de Chemillé et de Mortagne, femme de Joachim de Montespedon de Beaupréau († 1509) et mère de Philippe de Montespedon (morte en 1578 ; princesse de La Roche-sur-Yon par ses 2e noces en 1544 avec Charles de Bourbon, sans postérité) ; Passavant, comme Beaupréau et Chemillé, échoit alors à un arrière-cousin, Guy III de Scépeaux († 1605), et son fils prédécédé Guy (IV) de Scépeaux († 1597).

Mais Passavant est vendu vers 1570/1579 à Gilbert Gouffier, duc de Roannez (1553-1582), et à son frère puîné Claude Goufier (1556-1618) qui fonde la branche des Gouffier, comtes de Caravas et de Passavant, barons de Doué, fondue en 1726 dans la branche cousine des Gouffier de Thais et Morvill(i)ers[33].

À la Révolution Charles-Jean de Rarécourt de La Vallée, marquis de Pimodan, baron de Buxières (1730-1803), en est le dernier seigneur par son mariage en 1762 avec l'héritière Charlotte-Sidonie-Rose Gouffier de Thais (née en 1733).

Le village[modifier | modifier le code]

Il s'est développé autour de deux ouvrages, le château bâti au XIe siècle et le prieuré[34] Notre Dame du XIIe siècle. Ces deux centres seront à l'origine au XVe siècle des deux paroisses Saint-Étienne et Notre-Dame. L'église Saint-Étienne sera détruite en 1626[29].

La structure actuelle du village reflète encore cette bipolarisation.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

À la veille de la Révolution française, une partie du Vihiersois dépend de la sénéchaussée d'Angers (La Salle-de-Vihiers, Vihiers, Coron) et une autre de la sénéchaussée de Saumur (Tigné, Cernusson, Les Cerqueux, Saint-Paul-du-Bois, La Plaine)[35].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la réorganisation administrative qui suit la Révolution, après avoir été chef-lieu de canton Passavant est rattachée au canton de Nueil et au district de Vihiers, puis en 1800 au canton de Vihiers et à l'arrondissement de Saumur[7].

Comme dans le reste de la région, à la fin du XVIIIe siècle se déroule la guerre de Vendée, qui marquera de son empreinte la région.

À la fin du XIXe siècle la ligne de chemin de fer du Petit Anjou est construite. Ouverte en 1896 la ligne Cholet-Saumur passait par Saint-Hilaire, Vihiers, Les Cerqueux, Cléré, Passavant et Nueil[36].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune a été érigée en municipalité en 1790 (Passavant puis Passavant-sur-Layon)[7]. Le conseil municipal est composé de 11 élus[37].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1995 ? André Gallard DVD  
mars 2008 En cours
(au 1er juin 2020)
Pascal Bertrand[38],[39]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Passavant-sur-Layon était intégrée à l'ancienne communauté de communes Vihiersois-Haut-Layon, qui regroupait douze communes, dont Nueil-sur-Layon, Cléré-sur-Layon et Les Cerqueux-sous-Passavant[40]. Cette structure intercommunale était un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) qui avait pour vocation de réunir les moyens de plusieurs communes, notamment dans le domaine du tourisme[41]. Depuis le , la commune est membre de la communauté d'agglomération du Choletais après la fusion avec la communauté de communes du Vihiersois-Haut-Layon[42].

La communauté de communes est membre du Pays de Loire en Layon, structure administrative d'aménagement du territoire.

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2014, la commune fait partie du canton de Vihiers et de l'arrondissement de Saumur[43]. Le canton de Vihiers compte alors dix-sept communes. C'est l'un des quarante et un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du . Le canton de Vihiers disparait et la commune est rattachée au canton de Cholet-2, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[44].

La commune se trouve sur la quatrième circonscription de Maine-et-Loire, composée de six cantons dont Vihiers et Montreuil-Bellay.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[45]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[46].

En 2019, la commune comptait 125 habitants[Note 8], en diminution de 0,79 % par rapport à 2013 (Maine-et-Loire : +2,26 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340361334370391388375339345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
308309303298303301286268266
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
250261295264256278273274251
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
230232185155124135131130126
2019 - - - - - - - -
125--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[47].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 25,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 37,3 % la même année, alors qu'il est de 25,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 63 hommes pour 61 femmes, soit un taux de 50,81 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,63 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[48]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
10,9 
75-89 ans
16,1 
23,4 
60-74 ans
24,2 
18,8 
45-59 ans
22,6 
18,8 
30-44 ans
14,5 
9,4 
15-29 ans
9,7 
18,8 
0-14 ans
12,9 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2018 en pourcentage[49]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
6,9 
75-89 ans
9,5 
15,5 
60-74 ans
16,3 
19,4 
45-59 ans
18,8 
18,6 
30-44 ans
17,7 
18,6 
15-29 ans
17,5 
20,2 
0-14 ans
18,2 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Hormis la mairie, il n'y a pas de services publics sur la commune de Passavant-sur-Layon. Ils sont présents à Vihiers, ainsi que les structures sociales (ADMR du Vihiersois…) et culturelles (école de musique intercommunale…).

La plupart des structures de santé se situent également à Vihiers, tel l'hôpital local[50] ou le centre de secours.

Le ramassage des déchets est géré par le Syndicat mixte intercommunal pour le traitement des ordures ménagères et des déchets, le Smitom du Sud Saumurois, qui se trouve à Doué-la-Fontaine[51].

On trouve sur la commune l'étang de Passavant[31]. L'office du tourisme est situé à Vihiers.

Économie[modifier | modifier le code]

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Commune principalement agricole, en 2008, sur les 17 établissements présents sur la commune, 71 % relevaient du secteur de l'agriculture[52]. Deux ans plus tard, en 2010, sur 19 établissements présents sur la commune, 58 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur l'ensemble du département), 5 % du secteur de l'industrie, 5 % du secteur de la construction, 26 % de celui du commerce et des services et 5 % du secteur de l'administration et de la santé[53].

Sur 14 établissements présents sur la commune à fin 2014, 50 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 11 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, 14 % du secteur de la construction, 21 % de celui du commerce et des services et 7 % du secteur de l'administration et de la santé[26].

Les commerces et artisans les plus proches se trouvent sur la commune voisine de Nueil-sur-Layon. La zone d’activités intercommunale se situe sur les communes de Vihiers/Montilliers (Anjou Actiparc Vihiersois-Haut-Layon)[54].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans la zone d'appellation viticole des Coteaux-du-layon (AOC).

Liste des appellations sur le territoire[55] :

  • IGP Agneau du Poitou-Charentes, IGP Bœuf du Maine, IGP Bœuf de Vendée, AOC AOP Maine-Anjou, IGP Volailles de Cholet, IGP Volailles d’Ancenis,
  • IGP Brioche vendéenne,
  • AOC AOP Anjou blanc, AOC AOP Anjou gamay, AOC AOP Anjou gamay nouveau ou primeur, AOC AOP Anjou mousseux blanc, AOC AOP Anjou mousseux rosé, AOC AOP Anjou rouge, AOC AOP Anjou Villages, AOC AOP Cabernet d'Anjou, AOC AOP Cabernet d'Anjou nouveau ou primeur, AOC AOP Coteaux du Layon, AOC AOP Coteaux du Layon Sélection de grains nobles, AOC AOP Crémant de Loire blanc, AOC AOP Crémant de Loire rosé, IGP Maine-et-Loire blanc, IGP Maine-et-Loire rosé, IGP Maine-et-Loire rouge, AOC AOP Rosé d'Anjou, AOC AOP Rosé d'Anjou nouveau ou primeur, AOC AOP Rosé de Loire, AOC AOP Saumur mousseux blanc, AOC AOP Saumur mousseux rosé.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Étienne.

Bâtiments de la commune de Passavant-sur-Layon inscrits aux monuments historiques[56] :

  • Château de Passavant des XIe XIIIe et XVe siècles, tours féodales, monument historique inscrit par arrêté du (ensemble du château y compris ses douves) ;
  • Église Saint-Étienne, chœur XIe et XIIe siècles avec ogives primitives, abside en cul de four, chapelle latérale, monument historique inscrit par arrêté du 17/07/1926 (chœur, travée adjacente et chapelle latérale sud).

Et autres bâtiments inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel[56] :

  • Aumônerie Saint-Martin ;
  • Chapelle Notre-Dame-de-Pitié, la Pichoterie, des XVe et XVIIe siècles ;
  • Plusieurs fermes et maisons des XVIe et XVIIe siècles ;
  • Manoir le Châtellier ;
  • Moulin à eau à retenue, dit moulin de l’Étang, des XVIIe et XIXe siècles ;
  • Moulin à vent cavier, dit moulin de Passavant du XVIIe et remanié au XIXe siècle ;
  • Palais de Justice, du XVIIe siècle.

Le village est comporte des édifices datant des XIe au XIXe siècles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Foulques Nerra (975-1040), comte d'Anjou, à l'origine du château de Passavant.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[10].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[11].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b IGN et BRGM, Géoportail Passavant-sur-Layon (49), consulté le 11 juillet 2011.
  2. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Passavant-sur-Layon (49), consulté le 2 juillet 2012 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  3. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe, 2003, p. 146.
  4. Louis Poirier, Essai sur la morphologie de l'Anjou méridional (Mauges et Saumurois), Annales de Géographie, 1935, t. 44 no 251 p. 474.
  5. Atlas des paysages de Maine-et-Loire (op. cit.) — Données consultables sur WikiAnjou.
  6. IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2012 - Données consultables sur WikiAnjou.
  7. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  10. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  11. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  12. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  13. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  14. « Station Météo-France Mont.-Bellay - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  15. « Orthodromie entre Passavant-sur-Layon et Montreuil-Bellay », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station Météo-France Mont.-Bellay - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Orthodromie entre Passavant-sur-Layon et Biard », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Poitiers-Biard - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique de Poitiers-Biard - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. « Station météorologique de Poitiers-Biard - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  26. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de Passavant-sur-Layon (49), consultées le 7 novembre 2016.
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  28. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  29. a b et c Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Lachèse & Dolbeau, 1878, t. 3 p. 56 et suivantes - selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  30. Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements, 2005, p. 125.
  31. a et b Office du Tourisme Vihiersois-Haut-Layon, Passavant-sur-Layon, consulté le 21 septembre 2011.
  32. « Passavant, p. 56-58 », sur Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. III, par Célestin Port, à Angers, 1878
  33. « Maison de Gouffier, p. 5, 7 et 12 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2012 et 2021
  34. Prieuré, voir sur Wiktionnaire.
  35. Carte du Saumurois sous l'Ancien régime notamment réalisée à partir de l'ouvrage de Maïté Lafourcade, La Frontière des origines à nos jours, Presses Universitaires de Bordeaux, 1998.
  36. Michel Raclin et Michel Harouy, Vihiers au temps du Petit Anjou, les Dossiers de l'AAPA no 18, 1996.
  37. Legifrance, Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales.
  38. Préfecture de Maine-et-Loire, Liste des maires élus en 2014, document du 11 avril 2014.
  39. « Passavant-sur-Layon. Un 5e mandat pour Pascal Bertrand », sur Le Courrier de l'Ouest, (consulté le ).
  40. Insee, Composition de l'EPCI du Vihiersois Haut-Layon (244900981), consulté le 17 juillet 2013.
  41. Office du tourisme du Vihiersois, Montilliers, consulté le 17 septembre 2011.
  42. Schéma départemental de coopération intercommunale de Maine-et-Loire - Février 2016.
  43. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Passavant-sur-Layon, consultée le 22 février 2015.
  44. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  45. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  46. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  47. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  48. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Passavant-sur-Layon (49236) », (consulté le ).
  49. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de Maine-et-Loire (49) », (consulté le ).
  50. Fédération Hospitalière de France, Hôpital local (Vihiers), consulté le 6 octobre 2011.
  51. Smitom Sud Saumurois, Son territoire, consulté le 29 septembre 2011.
  52. Insee, Statistiques 2008 du territoire, consultées le 13 septembre 2011.
  53. Insee, Statistiques locales du territoire de Passavant-sur-Layon (49), consulté le 20 janvier 2013.
  54. Ville de Vihiers, Z.I. Anjou Actiparc, consulté le 15 septembre 2011.
  55. INAO, Fiche de Passavant-sur-Layon (49) consultée le 13 septembre 2011 - AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), AOP Appellation d'origine protégée (CE), IGP Indication géographique protégée (CE).
  56. a et b Ministère de la Culture, Monuments historiques et Inventaire général du patrimoine culturel, Base Mérimée consultée le 24 janvier 2011.