Porhoët

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Duché de Bretagne
Cet article est une ébauche concernant le Duché de Bretagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Porhoët est une région historique au centre de la Bretagne de part et d'autre de l'Oust, affluent droit de la Vilaine.

Étymologie[modifier | modifier le code]

le Porhoët est attesté sous les formes pagus Trocoet vers 854, Poutrocoet en 859, pagus trans sylvam en 868[1].

Les mentions anciennes en latin sous la forme pagus correspondent à celles en Pou- et les comparaisons entre les différents toponymes en Pou- > Pou-, Po- comme le Clos Poulet (Ille-et-Vilaine, Poëlet au XIe siècle) et le Poher (Finistère, Poucaer en 840, pagum Civitalis au VIIe-IXe) incitent à voir dans le breton pou un produit du latin pagus[1],[2].
La seconde partie Trocoet de la forme de 854 se décompose en deux éléments, à savoir les termes d'ancien breton tro « autour, alentours » et coat, coet « bois, forêt » (néo breton koad), d'où le sens global de « pays entouré par la forêt ». Il existe une hypothèse pou-tre-coet « pays au travers de la forêt ou « pays d'outre forêt », dans laquelle tre est censé traduire le latin trans de la forme latinisée pagus trans sylvam de 868[3]. il s'agissait alors d'un immense massif forestier faisant office d'obstacle naturel[4], cependant les formes les plus anciennes donnent tro et non pas tre. Poutrocoet a été réduit à Porhoet par coalescence.

En raison de cette origine, ce mot a servi à désigner :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Auguste Longnon, Atlas historique de la France depuis César jusqu'à nos jours, (lire en ligne), p. 106, 103
  2. Loïc Langouet et Guy Souillet, « Reginca et la baie de Saint-Malo dans l'Antiquité », ABPO, vol. 81, no 4,‎ , p. 653-679 (lire en ligne) : p. 668
  3. Claude Capelle, Études et recherches gallèses 2 : le gallo et les langues celtiques, 1988
  4. ibidem
  5. « Mais aucun de ces territoires ne correspond aux limites féodales de la vicomté de Porhoët. » E. Vallerie, p. 119.

Sources[modifier | modifier le code]