Maison de La Tour d'Auvergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Tour d'Auvergne (homonymie).

La Tour d'Auvergne
Armes de la famille.
Armes de la famille : La Tour d'Auvergne

Blasonnement « D'azur semé de fleurs de lys d'or et à la tour d'argent maçonnée et ouverte de sable »
Pays ou province d’origine Auvergne
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus La Tour en Auvergne, Olliergues, Mongascon, comté d'Auvergne, vicomté de Turenne, duché de Bouillon
Demeures La Tour, Olliergues, Turenne
Fonctions ecclésiastiques Cardinal
Archevêque de Tours
Archevêque de Vienne
Récompenses militaires maréchal de France

La maison de La Tour d'Auvergne, olim de La Tour, est une famille noble française d'extraction éteinte, originaire de La Tour (qui ne s'appelait pas d'Auvergne avant le XIVe siècle) dont elle possédait la seigneurie et où elle avait sa résidence jusque vers les années 1280, époque où elle s'établit au château de Saint-Saturnin, près de Clermont-Ferrand.

La branche principale de cette famille s'est toujours appelée La Tour, parfois La Tour d'Olliergues à cause de son fief principal. Ce n'est qu'après le mariage en 1389 de Bertrand IV de La Tour, fils de Guy, seigneur d'Oliergues, et de Marie de Roger de Beaufort, avec Marie d'Auvergne, qui l'a mise en possession du comté d'Auvergne, que La Tour d'Auvergne est devenu le patronyme de la branche de Turenne.

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

Branche principale[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Ier, seigneur de La Tour marié à Judith de Mercœur (†1208) (fille de Béraud de Mercœur, † 1183, et de Judith fille de Guillaume VIII d'Auvergne)
    • Bernard II de La Tour, chevalier du comte de Toulouse (†1253)
      • Bernard III (†1270), marié à Yolande de N***
        • Bertrand III (†1296), marié (en 1275 ?) à Béatrix d'Auvergne dame de Meymont (à Oliergues, cf. St-Gervais et Tours) et d'Ol(l)iergues (vers 1258-1296 ?) : fille d'Alix de Courcelles du Breuil (Courcelles ou d'Escourcelles, un château disparu près du Breuil ; fille de Robert II de courcelles du Breuil et de Philippie de Baffie, petite-fille maternelle de Guigues III de Forez et sœur de Béatrix de Baffie ci-après) et d'Agnon/Agne VII sire de Meymont et d'Olliergues, croisé en 1270, † avant 1276, lui-même fils > de Béatrix de Baffie — petite-fille maternelle de Guigues III de Forez, et sœur d'Eléonore de Baffie qui épouse le comte Robert V — et d'Agnon VI (peut-être marié vers 1231, Agnon VI † comme sa femme vers 1252), fils > de Robert de Clermont de Velay († après 1221, dernier fils de Guillaume VIII d'Auvergne et frère du comte Robert IV) et d'Iseult de Meymont, † 1250, fille > d'Agnon V (ou VI) de Meymont d'Oliergues[1]) (une fille de Robert de Velay et d'Iseult, donc une sœur d'Agnon VI et une grand-tante de Béatrix, Marguerite de Meymont, épouse Héracle de Montboissier ; Agnon VI et cette Marguerite avaient des frères : Pierre, et Étienne seigneur de Meymont qui vendit ledit Meymont en avril 1238 à Guigues IV de Forez, mais Meymont revint ensuite à Agnon VII de Meymont d'Oliergues probablement par sa mère Béatrix de Baffie-Forez ; Agnon VII avait une sœur, autre Marguerite de Meymont ; Alix de Courcelles du Breuil avait un frère, Robert sire du Breuil)
        • Bernard, chevalier, seigneur de Juses, coseigneur de Montauriol, Lauzerville et Montesquiou, marié avant 1357 à Condorce de Châteauneuf :
          • Arnaud de La Tour, marié à Antoinette de Mayroles :
      • Raymond
      • Arnaud, sans postérité
    • Guillaume de La Tour, chevalier, marié à Braide
      • Jean, marié en 1280 à Béatrice de Saint-Julien
        • Roger († avant 1332)
        • Jean, vivant en 1357
        • Pons
        • Véziate
        • Orpaix
        • Mabilie
      • Raimond, marié à Aleste
        • Guillaume II, sans postérité
        • Roger
        • Pons
          • Roger, abbé de Saint-Michel de Gaillac, sans postérité
      • Guillaume, vivant en 1294, sans postérité
      • Pierre, religieux, sans postérité
      • Raymonde, religieuse, sans postérité
      • Orpaix, religieuse, sans postérité
    • Pons, chevalier et coseigneur de Montauriol (1309)
      • Roger, Damoiseau, sans postérité

Branche aînée des comtes d'Auvergne[modifier | modifier le code]

Bertrand VI ou IV de La Tour, fils de Guy, seigneur d'Olliergues, et de Marthe Rogier de Beaufort ci-dessus, marié en 1389 avec Marie d'Auvergne, comtesse héritière d'Auvergne et de Boulogne, d'où :

Branche cadette des La Tour (d'Oliergues puis d'Auvergne), vicomtes de Turenne[modifier | modifier le code]

La branche cadette des vicomtes de Turenne commence avec le mariage en 1444 d'Anne de Rog(i)er de Beaufort (arrière-petite-fille de Guillaume II Roger, petite-fille de Nicolas Roger, et petite-nièce de Guillaume III Roger), vicomtesse héritière de Turenne[2] avec son cousin germain An(n)et ou Agne(t) IV de La Tour d'Oliergues (1425-1489), seigneur d'Olliergues, fils de Marguerite Rogier de Beaufort (fille de Nicolas Roger, petite-fille de Guillaume II Roger et tante d'Anne Roger de Turenne qu'on vient de rencontrer) et de Bertrand II de La Tour d'Oliergues, lui-même arrière-petit-fils[3] de Bertrand Ier et Marguerite Aycelin ci-dessus ; le nom de cette branche devient lui aussi de La Tour d'Auvergne (de Turenne) après le mariage du petit-fils d'Agnet IV et d'Anne de Beaufort de Turenne — François II vicomte de Turenne, fils du vicomte Antoine et d'Antoinette de Pons-Bergerac, Antoine étant fils d'Annet IV et d'Anne Roger de Turenne — avec sa cousine éloignée Anne de La Tour d'Auvergne-Montgascon, fille de Godefroid II de La Tour d'Auvergne-Montgascon, petite-fille de Godefroid Ier, et arrière-petite-fille de Bertrand V (VII) de La Tour comte d'Auvergne ci-dessus ; le fils de François II et d'Anne d'Auvergne-Montgascon est le vicomte François III, mari d'Éléonore fille aînée d'Anne de Montmorency : parents du maréchal-duc de Bouillon Henri qui suit.

Quatre générations après, on trouve :

Rameau de La Tour de Varan et de La Fayette[modifier | modifier le code]

La famille de La Tour, seigneur de Varan et de La Fayette, qui a pris le nom de La Tour de Varan, prétendait être issue de Berlion Ier second fils d'Alber Ier seigneur de La Tour-d'Auvergne[4] (qui ne figure pas dans la généalogie simplifiée plus haut).

Cette branche étant antérieure au mariage en 1389 de Bernard IV de La Tour, seigneur de la Tour en Auvergne, avec Marie d'Auvergne, elle n'a jamais porté le nom de La Tour d'Auvergne. Néanmoins sur les documents d'état civil de Marie-Antoinette-Joséphine, l'une des filles du dernier châtelain Nicolas, le nom de "La Tour d'Auvergne de Varan" est utilisé pour la désigner, même si cette branche a toujours utilisé "La Tour de Varan" ou "La Tour-Varan". Elle s'est éteinte à la mort à Saint-Étienne en 1864 de Jean-Antoine de La Tour de Varan[5],[6].

Rameau de La Tour de Murat, puis de la Tour d'Auvergne d'Apchier[modifier | modifier le code]

C'est un rameau de la branche de Turenne, connue successivement sous les nom de La Tour d'Oliergues, seigneurs d'Olliergues, puis de la Tour de Murat après mariage en 1572 de Jean de La Tour, seigneur d'Olliergues et de Cabanon avec Marguerite de Murat, dame d'Allagnat et de Murat-le-Quaire, puis, de La Tour d'Auvergne d'Apchier après le mariage en 1663 de Jean de La Tour d'Auvergne, seigneur de Murat et de Gibertès (+1676) avec Marie de Châteauneuf d'Apchier, dame d'Apchier et de Margeride. Nicolas-Jules de La Tour d'Auvergne (1720-1790), lieutenant-général des armées du roi, comte d'Apchier, de Montsuc, baron de Thoras, marquis de Margeride, a relevé les titres de Duc de Bouillon et de prince de La Tour d'Auvergne[réf. nécessaire].

Le dernier représentant de cette famille fut Maurice-César de La Tour d'Auvergne d'Apchier (1809-1896), prince de La Tour d'Auvergne, duc de Bouillon, comte d'Apchier, marquis de La Margeride, est mort sans descendance le 18 février 1896 à Clermont-Ferrand. Dans son testament, il légua son nom, ses titres, ses armes, ainsi qu'une partie de ses biens personnels au Baron de Veyrac (1858-1922), qu'il considérait comme son plus proche cousin[réf. nécessaire].

Principales personnalités[modifier | modifier le code]

Branche des comtes d'Auvergne
Branche des vicomtes de Turenne

Postérité[modifier | modifier le code]

Cette famille illustre, qu'il ne faut pas confondre avec celle des comtes d'Auvergne dont elle avait cependant hérité le titre, est éteinte dans toutes ses branches depuis le début du XIXe siècle.

Son nom a été usurpé par plusieurs familles qui le portent actuellement.

Article général Pour un article plus général, voir La Tour d'Auvergne (nom).

Armes, blasons, devises[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Seigneurs d'Olliergues et de Meymont, p. 158-163, par Lucien Drouot », sur Recueil des Actes des premiers seigneurs d'Olliergues et de Meymont, Institut d'Etudes du Massif central, Clermont-Ferrand, 1979
  2. Christophe Justel, Histoire généalogique de la maison d'Auvergne, justifiée par chartes, titres et histoires anciennes et autres preuves authentiques, chez Vve de M. Du Puy, Paris, 1645, p. 190-192 (lire en ligne)
  3. Le père d'Anet IV, Bertrand II de La Tour d'Oliergues, était le frère cadet d'Agnet III, et le fils d'Anet II et Béatrice de Chalencon-Polignac. Annet II était le fils de Catherine de Narbonne-Talairan — arrière-petite-fille d'Amalric de Narbonne-Lara et Philippa d'Anduze — et d'Annet Ier, lui-même fils de Bertrand Ier de La Tour d'Oliergues et Marguerite Aycelin.[réf. nécessaire]
  4. Notes sur l'histoire de cette famille
  5. Notes sur la Rue Jean-Antoine de La Tour de Varan, à Saint-Étienne
  6. Vente du château de Varan, article dans le journal Le Progrès en 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne Baluze, Histoire généalogique de la maison d'Auvergne, 2 volumes, 1708, [lire en ligne]
  • Hippolyte de Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes, tome 1er, Rodez, 1853-1860, pages 358-359 « La Tour d'Auvergne » (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]