Vallet (Loire-Atlantique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallet.
Vallet
L'hôtel de ville de Vallet.
L'hôtel de ville de Vallet.
Blason de Vallet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Vallet
Intercommunalité Communauté de communes Sèvre et Loire
Maire
Mandat
Jérôme Marchais
2014-2020
Code postal 44330
Code commune 44212
Démographie
Gentilé Valletais
Population
municipale
8 722 hab. (2014)
Densité 148 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 44″ nord, 1° 15′ 56″ ouest
Altitude Min. 6 m – Max. 98 m
Superficie 58,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Vallet

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Vallet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vallet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vallet
Liens
Site web http://www.cc-vallet.fr/

Vallet (prononcé [va.lɛt]) est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. Cette commune fait partie de la Bretagne historique et du pays traditionnel du vignoble nantais (ou vignoble breton).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Vallet dans le département de la Loire-Atlantique.

Localisation[modifier | modifier le code]

Vallet est située dans le pays du Vignoble nantais, à 25 km au sud-est de Nantes et à 8 km au nord de Clisson.

Les communes limitrophes sont La Regrippière, Le Landreau, La Chapelle-Heulin, Le Pallet, et Mouzillon en Loire-Atlantique, Sèvremoine en Maine-et-Loire.

Vallet est une commune de l'aire urbaine de Nantes. De 1999 à 2010, l'INSEE la considérait comme une commune urbaine isolée multipolarisée par l'aire urbaine de Nantes et l'aire urbaine de Clisson. Elle fait partie de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Le Landreau Le Landreau - La Remaudière La Remaudière
La Regrippière
Rose des vents
La Chapelle-Heulin N La Regrippière
O    Vallet    E
S
Le Pallet
Mouzillon
Mouzillon -Sèvremoine Sèvremoine

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La principale rivière qui traverse la commune est la Sanguèze. D'autres rivières et ruisseaux la sillonnent, dont le Gueubert qui fait la limite avec la commune du Landreau et forme la Goulaine à sa confluence avec le Poyet (la Chapelle-Heulin), la Logne (affluent de la Sanguèze), l'Iseron (affluent de la Logne) et la Pétinière (affluent du Gueubert).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la Loire-Atlantique, est de type tempéré océanique. L'influence de ce climat est largement facilitée par l'estuaire de la Loire et l'absence de relief notable[1]. Les hivers sont doux (min -5 °C / max 10 °C) et pluvieux et les étés relativement beaux et doux également (min 17 °C / max 35 °C). Les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Les précipitations annuelles sont d'environ 820 mm[2],[3] et peuvent fortement varier d'une année à l'autre. Les chutes de neige y sont exceptionnelles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1160, la chapelle et la dîme de Vallet sont données aux moines du Prieuré de Sainte-Croix de Nantes. Le territoire de la commune de Vallet est jadis beaucoup plus étendu que de nos jours, englobant celui de La Regrippière.

En 1188, la seigneurie de Valletz appartient à Lucas de Vallet.

L'histoire locale, déformant l'Histoire, prétend que Saint Louis, en 1230, s'y serait arrêté[4] alors qu'il allait combattre Pierre Mauclerc, duc de Bretagne, à Ancenis, qui s'était allié au roi d'Angleterre (dont la flotte stationnait à Saint-Malo) dans l'épisode de la révolte des barons. Saint Louis était accompagné de sa mère, Blanche de Castille, de Jean de Brienne (roi de Jérusalem, empereur de Constantinople), de Thibaud de Champagne (futur roi de Navarre), de Ferrand de Portugal (comte de Flandres et de Hainaut) et de Hugues de Lusignan (beau-père d'Henri III d'Angleterre). Il n'a fait qu'y passer car, partant de Clisson pour aller à Ancenis, une halte n'était pas nécessaire.

La seigneurie de Vallet passe, en 1264 entre les mains du sire de Clisson, puis de la famille des Seigneurs du Pallet. La châtellenie du Pallet a droit de haute, moyenne et basse justice. Les instruments de supplice sont installés contre le mur de l'ancien cimetière (actuelle place de l'Hôtel de Ville, côté sud). Presque toutes les terres de Vallet passent ensuite au marquisat de la Galissonnière.

La paroisse de Vallet, créée en 1272, possède deux cures (la Petite Cure et la Grande Cure). Ces deux cures sont réunies par le recteur René Le Peigné de La Charouillère en 1612. Il y a d'abord une desserte, contemporaine de la fondation du prieuré de La Regrippière (1110) et, peut-être aussi, de celle du prieuré d'Iseron (ou Izeron ou Yseron).

Ce n'est donc qu'en 1272, que le vaste territoire compris entre l'Anjou, la Remaudière, le Loroux-Bottereau et la Chapelle-Heulin est détaché de la paroisse du Pallet et devient la paroisse de Vallet, dont le chapitre Saint-Pierre de Nantes se réserve le patronage. Au temps des guerres de religion, le régiment De Jarsay est vaincu entre Monnières et Vallet.

Le prieuré de Saint-Léonard d'Yseron est fondé en 1450 ; il possède la Vézinière, les Courères, le Coudray, Bétais, le Rogon ainsi qu'une parcelle de vigne dans le clos des Dorices. Au bord de l'étang de Fromenteau se trouve la léproserie Sainte-Catherine. La léproserie de « Saint-Michel au grand cimetière » est antérieure à la fondation de la paroisse.

Pendant la guerre de Vendée, les moines sont chassés et le bourg de Vallet est partiellement détruit par les colonnes infernales du général Turreau, de mars à , et de sanglants combats entre Bleus et Blancs ont lieu, en Vallet comme à Clisson, entraînant meurtres (157 habitants de Vallet sont massacrés[5]), ravages et incendies.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les dernières élections et les tendances politiques de la commune de Vallet :

Election Droite Gauche
Élection présidentielle de 2007 (2d tour) 58,31 % (Nicolas Sarkozy) 41,69 % (Ségolène Royal)
Élection législative de 2007 (2d tour) 63,64 % (Serge Poignant) 36,46 % (Martine L'Hostis)
Élection cantonale de 2008 (2d tour) 49,33 % (Paul Dalon) 50,67 % (René Baron)
Élection municipale de 2008 45,84 % (Liste Dalon) 54,16 % (Liste Lacoste)
Élection régionale de 2004 (2d tour) 57,89 % (Liste Fillon) 42,11 % (Liste Auxiette)
Élection européenne de 2004 51,39 % (Listes UMP-MPF-Divers Droite-UDF) 34,31 % (Listes PS-PCF-Les Verts-Divers Gauche)
Élection législative de 2002 (1er tour) 61,10 % (Serge Poignant) 18,05 % (Martine L'Hostis)
Élection européenne de 1999 42,91 % (Listes RPR-UDF-RPF) 27,39 % (Listes PS-PCF-Les Verts)
Élection présidentielle de 2002 (1er tour) 51,25 % (Jacques Chirac RPR, François Bayrou UDF, Alain Madelin DL, Christine Boutin FRS, Corinne Lepage CAP 21, Jean Saint-Josse CPNT) + 13,10 % Extrême-Droite (Jean-Marie Le Pen FN, Bruno Megret MNR) 25,25 % (Lionel Jospin PS, Jean-Pierre Chevènement MRC, Christiane Taubira PRG, Robert Hue PCF, Noël Mamère LES VERTS) + 10,40 % Extrême-Gauche (Arlette Laguiller LO, Olivier Besancenot LCR, Daniel Gluckstein PT)
Élection européenne de 2009 56,81 % (Listes UMP-MPF-DLR-DVD-MoDem) 31,35 % (Listes PS-Europe Ecologie-Front de Gauche)
Élection régionale de 2010 (2d tour) 51,32 % (Liste Béchu) 48,68 % (Liste Auxiette)

La commune de Vallet a approuvé le Traité établissant une constitution pour l'Europe lors du référendum de mai 2005 par 54,56 % des voix mais a rejeté le Traité de Maastricht en 1992 par 53,68 % des voix.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Nicole Lacoste, maire de Vallet de 2008 à 2014, lors du discours d'ouverture de la 66e édition de la foire exposition ExpoVall en 2014.
L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 juin 1995 Antoine Guilbaud DVD  
juin 1995 mars 2008 Paul Dalon[Note 1] UDF (1995-2001), puis UMP (2001-2008) conseiller régional (1998-2004)
président de la Communauté de Communes de Vallet (CCV)
mars 2008 mars 2014 Nicole Lacoste DVG professeur d'économie et de gestion
vice-présidente de la Communauté de Communes de Vallet (CCV)
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Jérôme Marchais UMP responsable de site commercial

Jumelages[modifier | modifier le code]

Vallet est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Vallet est la 21e commune la plus peuplée de la Loire-Atlantique devant notamment Ancenis, une des sous-préfectures du département.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est démembrée partiellement en 1863 pour la création de La Regrippière.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 8 722 habitants, en augmentation de 5,07 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 880 3 638 4 887 5 723 5 967 5 672 5 583 5 425 6 268
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 199 6 476 5 346 5 091 5 200 4 961 4 916 4 901 4 739
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 655 4 609 4 502 4 010 4 040 4 024 4 054 4 161 4 376
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
4 476 4 603 4 984 5 717 6 116 6 807 7 906 8 549 8 722
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,5 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[11],[12],[13]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[11],[12],[13].

Pyramide des âges à Vallet en 2013 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
7,6 
11,5 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
18,7 
23,0 
30 à 44 ans
22,3 
17,5 
15 à 29 ans
16,0 
23,0 
0 à 14 ans
22,8 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Privé[modifier | modifier le code]

Public[modifier | modifier le code]

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Le Champilambart est une salle multi-usage où ont parfois lieu des expositions ;
  • La commune possède une médiathèque et un cinéma ;
  • Vallet Tennis Club qui dispose de 4 terrains (2 couverts + 2 extérieur) ;
  • Entente Sportive Valletaise Football ;
  • Club Pampres Valletais Basket ;
  • Piscine Naïadolis ;
  • Club Vallet Handball ;
  • Judo Jujitsu Club du Vignoble ;
  • Escrime valletaise :
  • Plusieurs centres équestres (centre équestre de Vallet, centre équestre du Rocher, centre équestre des Chaboissières, Écuries de la Sanguèze) ;
  • Tir Sportif de Vitesse (Airsoft.Shooting.Club.VALLET)
  • T.G. Vallet Lutte
  • Vallet Karaté Club ;
  • Vallet Shorinji Kempo ;
  • Vallet danse.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est menée par 1 000 entreprises dont l'usine Lactalis-Nestlé (desserts laitiers frais, yaourts)[14].

La viticulture est l'emblème de la commune, dénommée Capitale du Muscadet.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Parmi les activités touristiques se trouve le labyrinthe du vin.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments civils[modifier | modifier le code]

Les châteaux et domaines de Vallet ont tous été rasé durant la Révolution. Leurs remplaçants datent du XIXe siècle.

  • Château de la Botinière ;
  • La tourelle du logis Bregeon, datant du XVIe siècle[15] ;
  • Château de la Noë Bel-Air[16] ;
  • Château du Cleray ;
  • Seigneurie du Bois Benoît, datant du XVe siècle ;
  • Château des Dorices ;
  • Château de la Ferté ;
  • Château de Fromenteau, où est situé le labyrinthe des vignes ;
  • Château de la Haye-Tessante ;
  • Moulin Honoré, moulin à vent du XVIIIe siècle ;
  • Château de la Pommeraie ;
  • Château de Vénérand ;
  • Château d'Yseron.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame du XIXe siècle, de style néogothique ;
  • Chapelle de la Sauvionnière datant du XVIIe siècle ;
  • Chapelle de la Botinière datant du XVIIe siècle ;
  • Calvaire celte à 2 faces du village de la Fécunière.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au cep arraché d'or, tigé, feuillé avec ses grappes du même ; au chef d'hermine.
Commentaires : Le chef d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par Mlle Lebas (dite « Sœur Marie-Josèphe ») en 1933, adapté en 1942 par la Commission des Sceaux de l'État Français, enregistré le .

La devise de Vallet : Ego Sum Vitis Vos Palmites.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en mars 2008.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Climat de la Loire-Atlantique », sur meteofrance.com
  2. « Climat » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur nantes.fr, consulté le
  3. « Climat » (sur l'Internet Archive)
  4. Jean de Malestroit et R.P. Émile Laure (préf. Paul Dalon (maire de Vallet, président C.C. de Vallet), avec le concours de l'O.T. de Vallet), Histoire de Vallet, la Mothe-Achard, Éditions Hérault (réimpr. août 2007), 2e éd. (1re éd. 1985), 482 p., 15,4 × 23 cm (ISBN 2-7407-0223-X), partie 2, chap. X (« Saint Louis à Vallet et le village des Roys »), p. 173-176
  5. « Liste de Félix DUGAST, agent municipal de la commune de Vallet, commissaire nommé pour recevoir les déclarations sur les circonstances des décès », sur genocidevendeen.fr (consulté le 28 mars 2015)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Vallet 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 16 décembre 2016).
  11. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Vallet - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  12. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  13. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  14. « Entreprendre - Territoire dynamique, la CCV compte 1 000 entreprises qui emploient plus de 500 salariés. », sur cc-vallet.fr (consulté le 23 mai 2014)
  15. « Patrimoine », sur cc-vallet.fr
  16. « Château de la Noë de Bel-Air, Vallet », sur chateaulanoe.canalblog.com