Chemillé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chemillé
Chemillé
Blason de Chemillé
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton Chemillé
Commune Chemillé-en-Anjou
Statut commune déléguée
Maire délégué
Mandat
Jean-Claude Corroyer
2020-2026
Code postal 49120
Code commune 49092
Démographie
Gentilé Chemillois
Population 7 028 hab. (2010)
Densité 143 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 12′ 47″ nord, 0° 43′ 33″ ouest
Altitude Min. 42 m
Max. 114 m
Superficie 49,2 km2
Historique
Date de fusion 1er janvier 2013
Commune(s) d'intégration Chemillé-Melay
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Chemillé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Chemillé
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Chemillé
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 15.svg
Chemillé

Chemillé est une ancienne commune française, située dans le département de Maine-et-Loire et la région Pays de la Loire.

Le , les communes de Chemillé et de Melay fusionnent pour former une commune nouvelle sous le nom de Chemillé-Melay[1] dont Chemillé constitue (de même que Melay) une commune déléguée.

Le , l'ancienne commune nouvelle de Chemillé-Melay fuisionne à son tour avec les onze autres communes de l'ancienne communauté de communes de la région de Chemillé pour former la commune nouvelle de Chemillé-en-Anjou. Chemillé et Melay sont maintenues dans leur statut de commune déléguée[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Viaduc ferroviaire.
Viaduc ferroviaire.

Localisation[modifier | modifier le code]

Ville angevine des Mauges, Chemillé se situe entre Angers et Cholet, sur la RD160 (ex-RN160) qui relie ces deux villes, et à l'est de La Chapelle-Rousselin[3].

Chemillé est distante de Cholet de 20 km (au sud-ouest) et d'Angers de 32 km (au nord-est)[4], et est desservie par l'autoroute A87 reliant notamment ces villes.

Territoire[modifier | modifier le code]

Son territoire a une superficie de plus de 49 km2 (4 920 hectares)[5] et son altitude varie de 42 à 114 mètres[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Chemillé se trouve sur les bords de l'Hyrôme, affluent du Layon[3].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chemillé est mentionné sous les formes Camilliacus villa en 775[7], Cella Camilliacus en 844[7], Chimilli en 1050[7], Camilliacum vers 1130[8]. La graphie moderne Chemillé est attestée dans la carte de Cassini dès le XVIIIe siècle[9],[Note 1].

La forme Chimilli montre qu'en 1050 déjà, le nom village se prononce [tʃimiji] > [ʃœmije], aujourd'hui. La forme latine est en usage traditionnellement dans la documentation administrative ou autre, rédigée en cette langue au moins jusqu'à l'ordonnance de Villers-Cotterêts.

Il s'agit d'une formation toponymique gallo-romane fréquente *CAMILLIACU (cf. Chambly, Camilly, Chemilly, etc.), composé du nom de personne Camillus (> Camille) et du suffixe -(i)-acum[10]. Dans la partie ouest de la France (sud ouest de la Normandie, Maine, est de la Bretagne gallo, Anjou, ..), la graphie usuelle du produit de -(i)acum est la finale . Ce nom gallo-romain n'a pas de lien avec la camomille.

Chemillé est la capitale française des plantes médicinales avec un jardin spécialement consacré aux simples, dont plus particulièrement la camomille, clin d’œil à la poétique étymologie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Chemillé

Blason ville de Chemillé :
Écartelé, au premier et au quatrième d'or à la barre de gueules, au deuxième et au troisième de gueules à la barre d'or[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pont de Chemillé (N160).
Pont de Chemillé (N160).

Site et situation[modifier | modifier le code]

Ancienne place forte au Moyen Âge, Chemillé est construite en amphithéâtre sur les bords de l'Hyrôme, affluent du Layon.

Les vieilles murailles furent détruites au moment des guerres de religion au XVIe siècle, ouvrant ainsi la ville aux échanges, aux marchés qui lui ont donné sa réputation de centre commercial important, rôle encore renforcé par sa situation de carrefour.

Généralités historiques[modifier | modifier le code]

Aux Xe-XIe siècles, une première famille seigneuriale possède Chemillé[12],[13] depuis Sigebrand Ier (porte-étendard du comte Foulques Nerra, il meurt en 1016 à la bataille de Pontlevoy), dans le contexte de l'intégration des Mauges à l'Anjou (les Mauges étaient alors une région de marche disputée entre l'Anjou, la Bretagne et le Poitou)[14] ; il est suivi par son fils Pierre Ier (jusqu'à la mi-XIe siècle) puis, de père en fils, par Sigebrand II (2e moitié du XIe siècle), Pierre II (jusqu'en 1120) et Gauvain de Chemillé (jusque vers 1139/1148) ; il est à noter qu'une fille de Pierre II, Eustachie de Chemillé, apporte deux fiefs de la famille, Gonnor(d) et Thouarcé, à son mari Geoffroy Ier de Doué.

La fille héritière de Gauvain, Marguerite de Chemillé († le 24 novembre 1167) convola 1re avec Geoffroi d'Argenton (fl. entre 1139 et 1158) ; puis 2e avec Foulques de Candé et du Lion (fl. jusque vers 1180, peut-être 1203), probablement issu des Petit-Montrevault ; de là une double postérité, et une succession dédoublée qui finit par se réunifier : la fille de Marguerite et Geoffroi, Eustachie d'Argenton, épouse Anstier de Mortagne, d'où Pierre (sire d'Argenton), Aimeri (x Philippa de Thouars), et Elisabeth de Mortagne-Argenton († vers 1190) qui marie son oncle Pierre (III) de Chemillé (fl. jusque vers 1200), fils de Marguerite et Foulques de Candé.

La baronnie de Chemillé, vassale de l'évêque d'Angers et suzeraine de Cholet, passa ensuite à la Maison de Thouars car la fille d'Elisabeth et Pierre (III), Eustachie de Chemillé, épouse en 2° noces vers 1203 Guy de Thouars (v. 1154-1213), veuf de Constance de Bretagne et frère de Philippa de Thouars qu'on vient de citer (Eustachie fut aussi la femme en 1° noces vers 1199 de Guillaume V vicomte d'Aulnay, puis en 3° noces vers 1215 de Renaud de Maulévrier). Le fils d'Eustachie et Guy de Thouars, Pierre de Chemillé-Thouars (1204-ap. 1251) fait souche[15] : dans la 2e moitié du XIVe siècle, sa descendante Jeanne (Thomasse) de Chemillé-Thouars (fille de Thomas de Chemillé-Thouars et de Marguerite de Thouars-Dreux), dame de Chemillé et de Mortagne, épouse Barthélemy (Jean) de La Haye-Passavant ; leur fils Jean de La Haye-Passavant, époux d'Antoinette de Dinan (ou Thomine, Thonène ; fille de Charles de Dinan-Montafilan), a lui-même pour enfants : - Jean sgr. de Passavant et Mortagne (mi-XVe siècle ; son fils Louis de La Haye épouse Marie d'Orléans, fille de Dunois, d'où Yolande de La Haye, duchesse de Nemours par son mariage avec le duc Jean), - Bertrand de La Haye (x Louise d'Argenton : parents de François, dont la fille Renée de La Haye, dame de Chemillé, épouse Joachim de Montespedon de Beaupréau, † 1509), et - Louise de La Haye (x Jean de Scépeaux, d'où François de Scépeaux, père de Guy II, père lui-même de Guy III de Scépeaux).

La fille de Joachim et Renée de La Haye, Philippe de Montespedon († 1578), duchesse de Beaupréau (1562) et comtesse de Chemillé (1555), reste sans enfant de ses deux mariages, d'abord avec le maréchal de Montejan, sire de Cholet, ensuite avec Charles de Bourbon-Montpensier (1515-1565), prince de La Roche-sur-Yon. Elle lègue Beaupréau et Chemillé à son cousin au 3e degré Guy III de Scépeaux († 1605), baron de Cholet[16], père de Guy (IV) († prédécédé en 1597), dont la fille Jeanne de Scépeaux (1588-1620) transmet à son mari le duc de Retz Henri de Gondi (1590-1659), épousé en 1610.

Enfin, succession aux Cossé-Brissac (la fille de Jeanne de Scépeaux et d'Henri de Gondi, Marguerite-Françoise de Gondi épouse en 1644 Louis de Cossé, duc de Brissac) et aux Neufville de Villeroy (la mère de Louis-Nicolas de Villeroy (1663-1734) était Marguerite-Marie de Cossé-Brissac, fille de Marguerite-Françoise de Gondi et du duc Louis de Brissac).

Mais vers 1680, après sept siècles environ, la chaîne généalogique nouée dès avant l'an mil par Sigebrand Ier s'interrompt : le comté de Chemillé est alors vendu au marquis René-François de Broon, baron puis marquis de Cholet, 1er écuyer de Madame (né en 1618 ou vers 1640-† en 1701 sans postérité). Sa sœur héritière cède alors le marquisat de Cholet et le comté de Chemillé à François-Edouard Colbert de Maulévrier (1674-1706 ; fils d'Edouard-François), père de Louis-Edouard-René (1699-1750) : Postérité de ce dernier, et bien davantage encore de son frère cadet René-Henri-Edouard Colbert (1706-1771)[17]. Mais les créanciers de Louis-Edouard-René Colbert et de sa veuve Marie-Catherine-Euphrasie d'Estaing de Murols obtiennent l'adjudication de Cholet et Chemillé, le 9 avril 1755 et pour 482 000 livres environ, au marquis Louis Le Peultre de Marigny ; en 1763, vente à Gabriel-François de Rougé (1729-1786), suivi de sa veuve Marie-Anne-Christine-Joséphine de Croÿ d'Havré (1737-1788) et du frère de celle-ci, le duc d'Havré Joseph-Anne-Auguste-Maximilien de Croÿ (1744-1839), dernier comte de Chemillé et marquis de Cholet.

Après la Révolution éclate une insurrection royaliste et, en 1793, celle de la guerre de Vendée. Tout l'Anjou sera concerné par ces événements.

À la réorganisation administrative qui suivit la Révolution, en 1790 Chemillé est rattaché au canton de Chemillé et au district de Cholet, puis en 1800 l'arrondissement de Beaupreau et à sa disparition en 1857 à l'arrondissement de Cholet[9].

Étaient présents au début du XXe siècle, des carrières de moellon, des blanchisseries, des teintureries, des filatures, des tanneries, des minoteries et du tissage de toile.

Commune nouvelle de Chemillé-Melay[modifier | modifier le code]

En 2012, les équipes municipales de Chemillé et de Melay initient un rapprochement entre les deux communes, sous la forme d'une commune nouvelle, régie par la loi du 16 décembre 2010[18].

Le conseil municipal de Chemillé valide en octobre la création d'une commune nouvelle Chemillé-Melay[19]. S'ensuit un débat et la question est portée auprès du préfet de Maine-et-Loire[20],[21], qui valide le 12 novembre la création de la commune nouvelle[1],[22].

Quelques chiffres du nouvel ensemble[23]
Nom de la commune Population
(2010)
Surface
(hectares)
Alt. mini
(mètres)
Alt. maxi
(mètres)
Chemillé 7 028 4 920 42 114
Melay 1 608 2 270 75 212
Ensemble 8 636 7 190 42 212

En 2014, un nouveau projet de fusion se dessine. Il est présenté à la population en avril et mai 2015[24]. Le 2 juillet, les conseils municipaux de l'ensemble des communes du territoire communautaire votent la création d'une commune nouvelle au 15 décembre 2015[25],[26].

Administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Le , Chemillé constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Chemillé-Melay et dispose d'un maire délégué[1]. Aux élections municipales de mars 2014, Dimitri Raguin en devient le maire délégué[27]. Le , elle intègre la commune nouvelle de Chemillé-en-Anjou dont elle constitue également une commune déléguée[2].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2013 mars 2014 Dimitri Raguin    
mars 2014 mai 2020 Lionel Cottenceau[28]    
mai 2020   Jean-Claude Corroyer[29]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Chemillé est érigée en municipalité en 1790[9].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1792 M. Prevost    
1792 1792 M. Baillergeau    
1792 1792 M. Cailleau    
1793 1795 Charles Pichonnière   Notaire et procureur fiscal
1796 1798 M. Richard    
1798 1800 M. Auger    
février 1800 1815 Michel-Tristan-Benoît Cesbron   Démissionnaire
1815 1818 M. Boulestreau    
1818 1830 Louis Pierre du Verdier de la Sorinière   Chevalier de l'Ordre de Saint-Louis[30]
1830 1837 Pierre Jacques Mignot-Deslandes    
1837 1842 Pierre Latté-Briaudeau   Manufacturier, fabricant de mouchoirs
1842 1848 René Jean Neveu    
1848 1850 Louis Marie du Verdier de la Sorinière   Propriétaire
1850 1852 Charles Landrin   Médecin
juillet 1852 avril 1870 Gabriel Mestayer    
avril 1870 1872 Joseph Alexandre Mondain    
1872 1881 Victor Pierre Courtin    
mars 1881 juin 1881 Pierre-Théodore Tijou   Notaire
Démissionnaire
1881 1890 Pierre Durand
(1823-1897)
  Commerçant de tissus
1890 1899 Hippolyte Guérin    
1899 1912 Henri Sébastien Oger-Jacquet   Tanneur
1912 1917 Léon Denécheau   Démissionnaire
1917 décembre 1919 Louis Frémondière   Agriculteur
décembre 1919 août 1934 Auguste Barbier
(1862-1934)
  Ancien entrepreneur de travaux publics
Décédé en fonction
octobre 1934 juin 1944 Maurice Godefroy
(?-1966)
  Ancien militaire
Démissionnaire
Officier de la Légion d’honneur
décembre 1944 mars 1959 Maurice Paulain
(1896-1960)
  Commerçant
Nommé maire par arrêté préfectoral
mars 1959 janvier 1963 Louis Asseray père MRP Agriculteur
Ancien député (1946 → 1951)
janvier 1963 avril 1976 Jean Chalopin UDR puis RPR Médecin
Député (1963 → 1967 puis 1972 → 1976)
Conseiller général de Chemillé (1976 → 1994)
Vice-président du conseil général
Démissionnaire
avril 1976 mars 1983 Maurice Rochard   Viticulteur retraité
mars 1983 mars 1989 Bernard Chevillard   Notaire
mars 1989 février 1994 Louis Asseray fils[31]
(1933-2022)
UDF-CDS Agriculteur retraité
février 1994 décembre 2012 Michel Mignard RPR puis UMP Pharmacien, ancien adjoint
Conseiller général de Chemillé (2001 → 2015)
Vice-président du conseil général (2004 → 2008)

Jumelage[modifier | modifier le code]

Ville Jumelée : Aspach (Bade-Wurtemberg) (Allemagne)

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2012, la commune était intégrée à la communauté de communes région de Chemillé ; structure intercommunale ayant pour objet le développement et la solidarité des communes de la région de Chemillé dont les principales compétences sont l'aménagement de l'espace communautaire, les actions de développement économique, la protection et mise en valeur de l'environnement, la politique du logement et du cadre de vie, la voirie, la construction et l'entretien d'équipements communautaires, et la mise en place de techniques d'information et de communication (T.I.C.)[32].

Créée en 1994, cette structure intercommunale regroupait treize communes jusqu'en décembre 2012, dont Chemillé et Melay.

La communauté de communes était, à cette date, membre du syndicat mixte Pays des Mauges, structure administrative d'aménagement du territoire regroupant sept communautés de communes : Bocage, Centre-Mauges, Champtoceaux, Chemillé, Moine-et-Sèvre, Montrevault et Saint-Florent-le-Vieil.

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2012, la commune de Chemillé faisait partie du canton de Chemillé et de l'arrondissement de Cholet. Le canton de Chemillé comprenait à cette date dix communes, dont Chemillé et Melay. C'est l'un des quarante et un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département.

À cette date, Chemillé faisait partie de la deuxième circonscription de Maine-et-Loire, composée de cinq cantons dont Chemillé, Chalonnes-sur-Loire et Les Ponts-de-Cé. La deuxième circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2009, Chemillé compte 6 967 habitants (soit une augmentation de 13 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1 409e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 492e en 1999, et le 9e au niveau départemental sur 363 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Chemillé depuis 1793.

L'importante baisse de population est à noter entre 1793 et 1800 comme dans beaucoup de communes de la Vendée Militaire. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par loi du 27 février 2002, dite loi de démocratie de proximité[33], afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est inférieure à 10 000 habitants, les enquêtes sont exhaustives et ont lieu par roulement tous les cinq ans[34]. Pour Chemillé, le premier recensement a été fait en 2008 [35], les suivants étant en 2013, 2018, etc. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006, qui, pour Chemillé, est une évaluation intermédiaire.

Le maximum de la population a été atteint en 2009 avec 6 967 habitants.

Évolution démographique
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 0743 1123 1883 5293 6943 8884 0494 5474 722
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 8534 7034 4144 3304 2914 4204 5154 4674 365
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 2574 1714 2703 9404 0244 1234 0164 1334 195
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2009
4 5104 7355 1085 7486 0166 1826 7846 9516 967
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes puis population municipale à partir de 2006
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9], puis Insee à partir de 2006[36],[37],[38],[39].)

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,9 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 20,9 %, plus de 60 ans = 16,4 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 20,1 %, 15 à 29 ans = 19,8 %, 30 à 44 ans = 20,3 %, 45 à 59 ans = 18,8 %, plus de 60 ans = 20,8 %).
Pyramide des âges à Chemillé en 2008 en pourcentage[40]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
5,7 
75 à 89 ans
8,4 
10,4 
60 à 74 ans
11,5 
20,9 
45 à 59 ans
18,8 
21,2 
30 à 44 ans
20,3 
20,6 
15 à 29 ans
19,8 
20,9 
0 à 14 ans
20,1 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[41].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

  • Association Lanrunners, association de jeux vidéo en réseaux depuis 1999 sur Chemillé.
  • Cinéma Le Club.
  • École de Musique de la Région de Chemillé.
  • Médiathèque Victor Hugo.
  • TFC Théâtre Foirail Camifolia, spectacles et séminaires et jardin de plantes médicinales.

Ville Fleurie : **

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année s'y déroule des concerts dans le cadre des Z'éclectiques ; festival de musiques actuelles qui a fêté ses 20 ans en 2018[42].

Économie[modifier | modifier le code]

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Sur 632 établissements présents sur la commune à fin 2010, 19 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 9 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 52 % de celui du commerce et des services et 13 % du secteur de l'administration et de la santé[43].

Activité économique de la région[modifier | modifier le code]

Ville la plus importante du Chemillois, Chemillé se trouve au cœur de l'activité économique intercommunale.

Sur le territoire de la communauté de communes, sur 1853 établissements présents à fin 2010, 34 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 9 % du secteur de la construction, 39 % de celui du commerce et des services et 10 % du secteur de l'administration et de la santé[44].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Château de L'Echo, du XIXe siècle, séjours du général de Gaulle, plaque à l'entrée.
  • Château des Cloîtres, du XIXe siècle par René Hodé.
  • Château de Salbœuf, du XIXe siècle.
  • Château de la Sorinière, tours et douves des XIVe, XVIe et XVIIIe siècles.
  • Lavoir, du XVIIe siècle.
  • Trois moulins à vent en ruine.
  • Porte Est et poterne Sud de l'ancien château, du XIIIe siècle.
  • Restes du prieuré, du XVIIIe siècle.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port (révisé par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. 1 (A-C), Angers, H. Siraudeau & Cie, , 2e éd. (1re éd. 1874), 871 p. (BNF 33141105, lire en ligne), p. 716-722.
  • Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. 1 (A-C), Angers, P. Lachèse, Belleuvre & Dolbeau, , 1re éd. (lire en ligne), p. 668-673.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté no 2012317-0003 portant création de la commune nouvelle de Chemillé- Melay, du 12 novembre 2012 (JORF no 0292 du 15 décembre 2012 page 19589 texte no 22).
  2. a et b Préfecture de Maine-et-Loire, « Recueil des actes administratifs du 30 septembre 2015 », (consulté le ), Arrêté DRCL/BCL/2015-58 du 24 septembre 2015 portant création de la commune nouvelle de Chemillé-en-Anjou.
  3. a et b IGN et BRGM, Géoportail Chemillé (49), consulté le 4 janvier 2013.
  4. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Chemillé (49), consulté le 4 janvier 2013 — Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  5. Ign, Répertoire Géographique des Communes (superficies RGC 2011), consulté le 6 janvier 2013 - Données consultables sur WikiAnjou.
  6. Ign, Répertoire Géographique des Communes (altitudes RGC 2011), consulté le 6 janvier 2013 — Données consultables sur WikiAnjou.
  7. a b et c Célestin Port 1965, p. 716-722.
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6).
  9. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Chemillé », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  11. Armorial des communes de Maine-et-Loire — Gérard Byron-Clouzard, Le blason des communes de l'Anjou, 1991.
  12. « Maison de Chemillé ; Cholet : p. 80-86 », sur L'Anjou et ses monuments, t. II, par Victor Godard-Faultrier et Peter Hawke, chez Cosnier et Lachèse, à Angers, 1840
  13. Célestin Port 1874, p. 668-673 — selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  14. « Chemillé, pp. 137-141, dont tableau généalogique p. 138 », sur L'intégration des Mauges à l'Anjou au XIe siècle, par Teddy Véron, aux Pulim (Presses universitaires de Limoges), 2007.
  15. « Vicomtes de Thouars, p. 4 et 8 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2004 et 2021
  16. « Chemillé et Cholet, p. 1211-1213 », sur Coustumes du pays et duché d'Anjou, t. II, par Claude Pocquet de Livonnière, chez Jean-Baptiste Coignard, à Paris, 1725
  17. « Famille Colbert, p. 13 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2010 et 2021
  18. Communauté de Communes de la Région de Chemillé, Comptes rendus du conseil municipal de Melay, octobre 2012.
  19. Ouest France, Melay-Chemillé : vote favorable à la fusion des communes, du 22 octobre 2012.
  20. Ouest France, Fusion Melay-Chemillé : les questions en suspens, du 23 octobre 2012.
  21. Ouest France, SOS Melay écrit au préfet et menace d'un recours, du 27 octobre 2012.
  22. Le Courrier de l'Ouest, Le préfet valide Chemillé-Melay, Édition du 19 novembre 2012.
  23. Population : Insee, Populations municipales 2010, mis à jour le 4 janvier 2013.
    Surfaces et altitudes : IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2011), consulté le 23 novembre 2012.
  24. Ouest-France, « Le projet de commune nouvelle bientôt présenté à la population », sur ouest-france.fr, article du 3 avril 2015.
  25. Le Courrier de l'Ouest, « Chemillé : Le conseil se prononce pour la commune nouvelle », sur courrierdelouest.fr, article du 3 juillet 2015.
  26. Ouest-France, « Feu vert pour trois communes nouvelles », sur ouest-france.fr, article du 3 juillet 2015.
  27. Ouest-France, Lionel Cottenceau élu maire de Chemillé-Melay, article du 30 mars 2014.
  28. « Lionel Cottenceau élu maire de Chemillé-Melay », sur Ouest-France, .
  29. « Chemillé-en-Anjou. Les maires délégués de Chemillé-en-Anjou », sur Ouest-France, (consulté le ).
  30. Registres d'État-civil - Archives départementales de Maine-et-Loire
  31. « Chemillé-en-Anjou. Nécrologie : Louis Asseray, maire de 1989 à 1994 », Le Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne)
  32. C. C. région de Chemillé, Les compétences de la CCRC, consulté le 4 janvier 2013.
  33. Loi no 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V "des opérations de recensement".
  34. INSEE : Les grandes étapes : 2002 – 2009.
  35. « Calendrier des recensements des communes du département de Maine-et-Loire », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  36. « Recensement de la population au 1er janvier 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le )
  37. « Recensement de la population au 1er janvier 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le )
  38. « Recensement de la population au 1er janvier 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le )
  39. « Recensement de la population au 1er janvier 2012 », sur le site de l'Insee (consulté le )
  40. « Évolution et structure de la population à Chemillé en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  41. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  42. « Festival. Les Z’Éclectiques, incubateur de talents », sur Ouest-France, .
  43. Insee, Statistiques locales du territoire de Chemillé (49), consultées le 30 décembre 2012.
  44. Insee, Statistiques locales de l'EPCI de la CC de la Région de Chemillé (244900577), consultées le 6 janvier 2013.
  45. « Eglise Notre-Dame la Neuve », notice no PA49000057, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. « Église Saint-Pierre », notice no PA00132975, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. La Croix, « Mort de Mgr Georges Perron, évêque émérite de Djibouti », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).