Jallais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Jalhay.
Jallais
Hôtel de ville.
Hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton Beaupréau
Commune Beaupréau-en-Mauges
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Robert Gachet
2015-2020
Code postal 49510
Code commune 49162
Démographie
Gentilé Jallaisien, Jallaisienne
Population 3 277 hab. (2013)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 52″ nord, 0° 52′ 03″ ouest
Altitude Min. 57 m
Max. 121 m
Superficie 52,87 km2
Historique
Date de fusion 15 décembre 2015
Commune(s) d’intégration Beaupréau-en-Mauges
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Jallais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Jallais

Jallais est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Beaupréau-en-Mauges[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localité angevine des Mauges, Jallais se situe au nord de La Jubaudière, sur les routes D 756, Beaupréau - La Chapelle Rousselin, D 15, La Poitevinière - La Jubaudière, et D 249, Neuvy en Mauges - Trémentines[2].

Les localités les plus proches sont La Jubaudière (3 km), La Poitevinière (4 km), La Chapelle-Rousselin (6 km), Le Pin-en-Mauges (7 km), Le May-sur-Èvre (7 km), Andrezé (7 km), Bégrolles-en-Mauges (8 km), Neuvy-en-Mauges (9 km), Saint-Lézin (9 km) et Saint-Georges-des-Gardes (9 km)[3].

L'altitude de la commune varie de 57 à 121 mètres, et son territoire s'étend sur près de 53 km2 (5 287 hectares)[4].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gentilé : les habitants se nomment les Jallaisiens et Jallaisiennes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Jallais Blason Écartelé : au 1er d'azur au monogramme ND entrelacé d'argent, au 2e de gueules à deux cœurs vidés, couronnés, croisetés et entrelacés d'argent, au 3e de sable à la tour d'argent, au 4e de sinople à la gerbe d'argent ; à la croix d'or brochant sur la partition.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le eut lieu la bataille de Jallais entre les Angevins royalistes et l'armée républicaine qui fut un des évènements militaires de la Guerre de Vendée.

Article détaillé : Bataille de Jallais.

En 2014, un projet de fusion de l'ensemble des communes de l'intercommunalité se dessine. Le 2 juillet 2015, les conseils municipaux de l'ensemble des communes du territoire communautaire votent la création d'une commune nouvelle au 15 décembre 2015[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , Jallais constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Beaupréau-en-Mauges, et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
15 décembre 2015 en cours      
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 14 décembre 2015 Jean-Robert Gachet[6]    
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Centre-Mauges[7], elle-même membre du syndicat mixte Pays des Mauges. La création de la commune nouvelle de Beaupréau-en-Mauges entraîne sa suppression à la date du , avec transfert de ses compétences à la commune nouvelle[1].

Jallais fait partie du canton de Beaupréau et de l'arrondissement de Cholet. La réforme territoriale du 26 février 2014 élargie le canton et la commune reste attachée à celui-ci[8].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs années, Jallais est jumelée avec une ville d'Allemagne, en Bavière, Feldkirchen Westerham. Les deux communes ont, depuis peu, fêté les 25 ans du jumelage qui unit ces deux communes par un lieu unique[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 3 277 habitants, en augmentation de 4 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 600 1 735 2 033 2 798 3 163 3 248 3 247 3 391 3 420
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 475 3 521 3 442 3 227 3 113 3 004 3 020 2 928 2 802
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 667 2 633 2 568 2 337 2 343 2 315 2 288 2 221 2 512
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2013
2 803 2 918 2 977 3 095 3 207 3 153 3 130 3 141 3 277
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 18,3 %, 30 à 44 ans = 17,9 %, 45 à 59 ans = 23,4 %, plus de 60 ans = 21,6 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 18,6 %, 15 à 29 ans = 15,9 %, 30 à 44 ans = 18,3 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 26,9 %).
Pyramide des âges à Jallais en 2008 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
1,8 
8,0 
75 à 89 ans
11,2 
12,9 
60 à 74 ans
13,9 
23,4 
45 à 59 ans
20,4 
17,9 
30 à 44 ans
18,3 
18,3 
15 à 29 ans
15,9 
18,8 
0 à 14 ans
18,6 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[15].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Équipements : bibliothèque, poste, maison de retraite, école primaire publique, collège privé, école primaire privée, école maternelle privée, hôtel, trois cafés, deux supérettes, station-service, plan d'eau, station lavage auto, stade, etc. La mairie y ouvre une Maison de services au public en mars 2017[16].

On y trouve aussi un hippodrome, l'hippodrome de la Rochardière, géré par la société des courses de Jallais[17].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Jallais au Marché, le 1er week-end de décembre, avec un marché sur la place de la mairie.
  • Festival les Nuits Vertes le dernier week-end de juillet, festival de musique rassemblant 8 000 personnes sur deux jours.
  • Théâtre Les baladins de Thalie, représentation les deux premières semaines de mars.
  • La Foire aux huîtres avait lieu le 1er week-end de décembre. Cette manifestation a disparu après 24 saisons.

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 304 établissements présents sur la commune à fin 2010, 39 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 34 % de celui du commerce et des services et 13 % du secteur de l'administration et de la santé[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Recueil des actes administratifs du 30 septembre 2015 », sur Préfecture de Maine-et-Loire, (consulté le 9 octobre 2015).
  2. IGN et BRGM, Géoportail Jallais (49), consulté le 4 septembre 2012.
  3. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Jallais (49), consulté le 4 septembre 2012 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  4. IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2011), consulté le 4 septembre 2012 - Données consultables sur WikiAnjou.
  5. « Feu vert pour trois communes nouvelles », sur Ouest-France (ouest-france.fr), .
  6. Ouest-France, J.-R. Gachet réélu pour un second mandat de maire, article du 1er avril 2014.
  7. Insee, Composition de l'EPCI du Centre Mauges (244900692), consulté le 26 octobre 2013.
  8. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  9. Site du jumelage de Jallais.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  14. « Évolution et structure de la population à Jallais en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  15. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  16. « La mairie ouvre une Maison des services au public », sur Ouest-France, .
  17. André Paquereau, « Réunion hippique le week-end des 22 et 23 avril », sur Ouest-France, .
  18. Insee, Statistiques locales du territoire de Jallais (49), consultées le 14 avril 2013.
  19. « Manoir de la Chaperonnière », notice no PA00109137, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. Marc Tourret et Odile Faliu, « Figures héroïques de la Révolution à l'Empire », sur Classes BnF, .
  21. « Petite histoire de Cathelineau (1), une famille vendéenne », sur Vendée-Chouannerie, WebMagazine (Pays & Terroirs), .