Chemillé-Melay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Melay.

Chemillé-Melay
Chemillé-Melay
L'église Notre-Dame, à Chemillé.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton Canton de Chemillé-Melay
Commune Chemillé-en-Anjou
Statut Ancienne commune
Code postal 49120
Code commune 49092
Démographie
Population 8 822 hab. (2013)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 12′ 53″ nord, 0° 43′ 58″ ouest
Altitude Min. 42 m
Max. 212 m
Superficie 71,90 km2
Historique
Date de fusion 15 décembre 2015
Commune(s) d’intégration Chemillé-en-Anjou
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Chemillé-Melay

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Chemillé-Melay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Chemillé-Melay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Chemillé-Melay

Chemillé-Melay est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Elle est née le de la fusion en commune nouvelle des deux anciennes communes de Chemillé et Melay qui en sont devenues des communes déléguées[1].

Le , elle fusionne avec les onze autres communes de la communauté de communes de la région de Chemillé pour former la commune nouvelle de Chemillé-en-Anjou[2]. Chemillé-Melay n'est plus une commune de France, les deux anciennes communes Chemillé et Melay restent des communes déléguées, mais cette fois au sein de la commune nouvelle élargie.

Elle se situait dans la partie sud-ouest du département de Maine-et-Loire, les Mauges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Viaduc ferroviaire.
Viaduc ferroviaire.

Localisation[modifier | modifier le code]

Localité angevine des Mauges, Chemillé-Melay se situe entre les villes d'Angers, à 32 km au nord-est de Chemillé, et de Cholet, à 20 km au sud-ouest[3],[4].

Chemillé et Melay sont distantes de 3,9 kilomètres l'une de l'autre[4].

Territoire[modifier | modifier le code]

Son territoire s'étend sur une superficie de près de 72 km2 (7 190 hectares)[5] et son altitude varie de 42 (Chemillé) à 212 mètres (Melay)[6].

Il se situe sur l'unité paysagère du plateau des Mauges[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve sur les bords de l'Hyrôme, affluent de la rive gauche du Layon[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

En 2013, on trouvait 3 819 logements sur le territoire de Chemillé et de Melay, dont 92 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 90 %, et dont 65 % des ménages en étaient propriétaires[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient de l’association des deux communes Chemillé et Melay.

Chemillé : Camilliacus villa en 775, Cella Camilliacus en 844, Chimilli en 1050[9], Chemillé en 1793 et 1801[10].

Melay : Melei en 1019[11], Melay en 1793 et 1801[12].

Nom des habitants (gentilé) : Chemillois-Melayons[13],[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la réorganisation administrative qui suit la Révolution, Chemillé et Melay sont rattachés en 1790 au canton de Chemillé et au district de Cholet, puis en 1800 l'arrondissement de Beaupreau, et à sa disparition en 1857 à l'arrondissement de Cholet[15],[16].

Après la Révolution éclate une insurrection royaliste, et en 1793 celle de la guerre de Vendée. Tout l'Anjou sera concerné par ces événements.

Commune nouvelle de Chemillé-Melay[modifier | modifier le code]

Le 22 octobre 2012, le projet de création d'une commune nouvelle est approuvé par les conseils municipaux des deux communes concernées. L'arrêté préfectoral du 12 novembre 2012 crée officiellement la commune nouvelle de Chemillé-Melay, qui prend effet le 1er janvier 2013[1].

Le 26 décembre 2012, l'association SOS Melay dépose un recours judiciaire devant le tribunal administratif de Nantes en vue d'annuler l'arrêté préfectoral du 12 novembre portant création de la commune nouvelle Chemillé-Melay[17] ; recours qui n'aboutit pas.

D'autres communes du département voient également le jour au 1er janvier, Baugé-en-Anjou et Clefs-Val d'Anjou, toutes deux commune du Baugeois[18].

En 2014, un nouveau projet de fusion se dessine. Le projet est présenté à la population en avril et mai 2015[19]. Le 2 juillet, les conseils municipaux de l'ensemble des communes du territoire communautaire votent la création d'une commune nouvelle au 15 décembre 2015[20],[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Commune nouvelle née en janvier 2013, une période de transition s'ouvre jusqu'aux élections municipales de mars 2014. Conformément à l'arrêté de création, la commune est administrée durant cette période par un conseil municipal formé de 42 élus, les 29 membres du précédent conseil de Chemillé et 13 des 19 membres du précédent conseil de Melay[1].

Le 7 janvier 2013, le premier maire de la commune de Chemillé-Melay est élu[22].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
7 janvier 2013 mars 2014 Michel Mignard[22] UMP Conseiller général
mars 2014 14 décembre 2015 Lionel Cottenceau[23],[24]    

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était intégrée à la communauté de communes région de Chemillé[25],[26] ; structure intercommunale ayant pour objet le développement et la solidarité des communes de la région de Chemillé dont les principales compétences sont l'aménagement de l'espace communautaire, les actions de développement économique, la protection et mise en valeur de l'environnement, la politique du logement et du cadre de vie, la voirie, la construction et l'entretien d'équipements communautaires, et la mise en place de techniques d'information et de communication (T.I.C.)[27].

Créée en 1994, cette structure intercommunale regroupait douze communes : Chanzeaux, La Chapelle-Rousselin, Chemillé-Melay, Cossé-d'Anjou, La Jumellière, Neuvy-en-Mauges, Sainte-Christine, Saint-Georges-des-Gardes, Saint-Lézin, La Salle-de-Vihiers, La Tourlandry et Valanjou.

La communauté de communes était membre du syndicat mixte Pays des Mauges, structure administrative d'aménagement du territoire regroupant sept communautés de communes : Bocage, Centre-Mauges, Champtoceaux, Chemillé, Moine-et-Sèvre, Montrevault et Saint-Florent-le-Vieil.

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2014, la commune fait partie du canton de Chemillé et de l'arrondissement de Cholet[28]. Le canton comprend alors neuf communes : La Chapelle-Rousselin, Chemillé-Melay, Cossé-d'Anjou, La Jumellière, Neuvy-en-Mauges, Sainte-Christine, Saint-Georges-des-Gardes, Saint-Lézin et La Tourlandry. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. Le canton devient le canton de Chemillé-Melay et passe de neuf à vingt-quatre communes, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[29].

Chemillé-Melay fait partie de la deuxième circonscription de Maine-et-Loire, composée de cinq cantons dont Chemillé, Chalonnes-sur-Loire et Les Ponts-de-Cé. La deuxième circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Au regard de la population légale, Chemillé-Melay comptait 8 636 habitants à sa création[30].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 2012. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2012[32],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 8 822 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
2012 2013
8 7558 822
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Nota : les données du tableau sont relatives à l'addition des nombres d'habitants des deux anciennes communes constituant la nouvelle commune.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Sur 767 établissements présents sur l'ensemble de ce territoire à fin 2010, 20 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 9 % du secteur de la construction, 49 % de celui du commerce et des services et 14 % du secteur de l'administration et de la santé[35]. À fin 2013, sur 783 établissements, 15 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 12 % sur le département), 9 % du secteur de l'industrie, 8 % de celui de la construction, 55 % du secteur du commerce et des services et 14 % de celui de l'administration et de la santé[8].

Appellations sur le territoire[modifier | modifier le code]

Liste des appellations sur le territoire[36] :

  • AOC AOP Anjou gamay, AOC AOP Anjou gamay nouveau ou primeur,
  • IGP Brioche vendéenne,
  • IGP Bœuf de Vendée, IGP Bœuf du Maine, AOC AOP Maine-Anjou, IGP Oie d'Anjou, IGP Volailles de Cholet, IGP Volailles d’Ancenis.

Activité économique de la région[modifier | modifier le code]

Ville la plus importante du Chemillois, Chemillé-Melay se trouve au cœur de l'activité économique intercommunale.

Sur le territoire de la communauté de communes, sur 1 853 établissements présents à fin 2010, 34 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 9 % du secteur de la construction, 39 % de celui du commerce et des services et 10 % du secteur de l'administration et de la santé[37]. Deux ans plus tard, en 2012, sur 2 152 établissements présents, 30 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 15 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 46 % de celui du commerce et des services et 10 % du secteur de l'administration et de la santé[38].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté no 2012317-0003 portant création de la commune nouvelle de Chemillé- Melay, du 12 novembre 2012 (JORF no 0292 du 15 décembre 2012 page 19589 texte no 22).
  2. Préfecture de Maine-et-Loire, « Recueil des actes administratifs du 30 septembre 2015 », (consulté le 30 novembre 2015), Arrêté DRCL/BCL/2015-58 du 24 septembre 2015 portant création de la commune nouvelle de Chemillé-en-Anjou.
  3. a et b IGN et BRGM, Géoportail Chemillé et Melay (49), consulté le 2 janvier 2013.
  4. a et b Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Chemillé (49), consulté le 4 janvier 2013 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  5. Ign, Répertoire Géographique des Communes (superficies RGC 2011), compilation des communes regroupées, consulté le 6 janvier 2013 - Données consultables sur WikiAnjou.
  6. Ign, Répertoire Géographique des Communes (altitudes RGC 2011), compilation des communes regroupées, consulté le 6 janvier 2013 - Données consultables sur WikiAnjou.
  7. Département de Maine-et-Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine-et-Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe, 2003, p. 190.
  8. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de Chemillé-Melay (49092), consulté le 4 septembre 2016.
  9. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874 1878, Édition révisée de 1965 par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt, t. 1 p. 716 et suivantes (Chemillé).
  10. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Fiche de Chemillé - Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  11. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874-1878, Édition révisée de 1978 par J. Levron P. d'Herbécourt R. Favreau et C. Souchon, t. 2 p. 436 et suivantes (Melay).
  12. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Fiche de Melay.
  13. Commune de Chemillé–Melay, Conseil municipal du 12 mai 2014, document du 31 mai 2014, p. 7.
  14. Le Courrier de l'Ouest, C'est la clef de la réforme, édition du 21 novembre 2014, p. 3.
  15. EHESS, Notice communale de Chemillé, consultée le 4 janvier 2013.
  16. EHESS, Notice communale de Melay, consultée le 6 janvier 2013.
  17. Ouest-France, Melay. Commune nouvelle : SOS Melay dépose un recours devant le tribunal, article du 4 janvier 2013.
  18. Le Courrier de l'Ouest, Rétro 2012 : Baugé est « en Anjou », article du 31 décembre 2012.
  19. Ouest-France, « Le projet de commune nouvelle bientôt présenté à la population », sur ouest-france.fr, article du 3 avril 2015.
  20. Le Courrier de l'Ouest, « Chemillé : Le conseil se prononce pour la commune nouvelle », sur courrierdelouest.fr, article du 3 juillet 2015.
  21. Ouest-France, « Feu vert pour trois communes nouvelles », sur ouest-france.fr, article du 3 juillet 2015.
  22. a et b Le Courrier de l'Ouest, Chemillé-Melay. Michel Mignard élu maire de la commune nouvelle, article du 7 janvier 2013.
  23. Ouest-France, Lionel Cottenceau élu maire de Chemillé-Melay, article du 30 mars 2014.
  24. Préfecture de Maine-et-Loire, Liste des maires élus en 2014, document du 11 avril 2014.
  25. Insee, Composition de l'EPCI de la Région de Chemillé (244900577), consulté le 25 août 2013
  26. L'intercommunalité comptait 13 communes en 2012, et 12 communes en 2013 à la suite de la fusion de Chemillé et Melay.
  27. C. C. région de Chemillé, Les compétences de la CCRC, consulté le 4 janvier 2013
  28. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Chemillé-Melay, consultée le 22 février 2015.
  29. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  30. Insee, Populations légales 2010 en vigueur le 1er janvier 2013, compilation des deux communes concernées, consulté le 4 janvier 2013.
  31. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années .
  35. Insee, Compilation des statistiques locales des territoires de Chemillé et de Melay, consultées le 9 janvier 2013.
  36. INAO, Fiches de Chemillé et de Melay (49), consultées le 9 janvier 2012 - AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), AOP Appellation d'origine protégée (CE), IGP Indication géographique protégée (CE).
  37. Insee, Statistiques locales de l'EPCI de la CC de la Région de Chemillé (244900577), consultées le 6 janvier 2013.
  38. Insee, Statistiques locales de l'EPCI de la CC de la Région de Chemillé (244900577), consultées le 2 août 2015.