Château de Sauvebœuf (Aubas)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de Sauvebœuf.

Château de Sauvebœuf
Image illustrative de l’article Château de Sauvebœuf (Aubas)
Le château de Sauvebœuf vu depuis le sud.
Période ou style Louis XIII
Début construction 1636
Propriétaire initial Famille de Ferrières de Sauvebœuf
Propriétaire actuel Claude Douce
Protection  Inscrit MH (1987, partiellement)
 Inscrit MH (2009)
Site web chateau-de-sauveboeuf.jimdo.com
Coordonnées 45° 05′ 42″ nord, 1° 11′ 55″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Périgord
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Commune Aubas

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Sauvebœuf

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Château de Sauvebœuf

Le château de Sauvebœuf est un château français du XVIIe siècle situé à Aubas, dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Il fait l'objet d'une protection au titre des monuments historiques.

Généralités[modifier | modifier le code]

Le château de Sauvebœuf est un château français du XVIIe siècle implanté dans le Périgord noir au nord de la commune d'Aubas, en rive gauche de la Vézère.

Appartenant à Claude Douce, publicitaire français, le château est ouvert au public.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de Sauvebœuf, composé des deux termes « sauve » et « bœuf », pourrait dériver de saouvestous signifiant « isolé, désert », et de bos représentant un bois ; ainsi le nom pourrait correspondre à un « endroit boisé, désert et peu sûr »[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le pigeonnier du château.

Construit dans le même style que le Palais du Luxembourg à Paris, le château est composé d'un vaste corps de logis allongé encadré de pavillons aux toitures à lucarnes donnant sur la Vézère. On peut y admirer la cour d'entrée, les façades et les toitures du château, la galerie et le pavillon en demi-hors-œuvre qui lui fait suite, le pavillon isolé, la charpente du château, l'escalier d'honneur, la clôture de la cour d'honneur, le pigeonnier. On y trouve des peintures de Philippe de Champaigne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un premier château, attesté en 1365 (Hospitium de Sauvebuo[2]), est érigé par la famille de Ferrières[3], à proximité d'un gué sur la Vézère, sur la route menant de Montignac à Terrasson[4]. En l'an 1600, Jehan III de Ferrières le fait rénover dans le style Renaissance[4]. Il est détruit en 1633 sur l'ordre de Richelieu, pour punir son propriétaire de s'être battu en duel[5]. Après intervention de Marie d'Hautefort auprès du roi Louis XIII[5], le château est reconstruit en 1636-1637[4] par Charles-Antoine de Ferrières, marquis de Sauvebœuf[2], peut-être d'après les plans de Nicolas Rambourg[6], architecte du château de Hautefort.

Le château devient la propriété de Victor Riqueti de Mirabeau — le père du célèbre révolutionnaire —, après son mariage en 1743[3] avec Marie Geneviève de Vassan, veuve de François de Ferrières, marquis de Sauvebœuf[2]. Le révolutionnaire y séjourna du temps de sa jeunesse et y fut quelque temps exilé[6].

Deux bâtiments ont disparu[7], supprimés par la famille Mirabeau au XVIIIe siècle (écurie dans l'aile ouest) et par la famille Chassagnac au XIXe siècle (aile sud)[4].

Le château subit d'importantes restaurations à la fin du XIXe siècle, dans les mains de la famille Oberkampf qui l'acquiert en 1891 et le revend en 1927[3],[8]. Il est transformé en domaine agricole jusqu'en 1975, puis abandonné jusqu'à son rachat par le publicitaire Claude Douce en 1987[3]. À l'initiative de ce dernier, le château est partiellement inscrit au titre des monuments historiques le de la même année (façades, toitures, pigeonnier, charpente du château, et clôture de la cour d'honneur). Restauré peu après, il est inscrit en totalité le [6].

En avril 2013, Claude Douce ouvre au public le château ainsi qu'un important musée privé regroupant, entre autres, une très importante collection d'objets préhistoriques[9].

La légende[modifier | modifier le code]

Selon une légende, au temps des croisades, Alice, la fille du châtelain, devait devenir la femme du seigneur de Montignac. Mais, amoureuse du sire de Losse, parti en guerre contre les Infidèles et mort au combat, elle se serait jetée dans la Vézère et son corps aurait été emporté jusqu'en dessous du château de Losse, en aval de Montignac[10]. Depuis, elle reviendrait hanter les abords du château de Sauvebœuf, le matin dans le brouillard[10].

Architecture[modifier | modifier le code]

En 1600, le château se présentait comme un carré entourant une cour centrale[4]. Au nord se trouvait le logis encadré par deux pavillons d'angle ; deux autres pavillons formaient les angles sud-ouest et sud-est, et trois chemins de ronde à l'est, au sud et à l'ouest, clôturaient le tout[4]. Le château reconstruit en 1637 remplace les chemins de ronde par des dépendances, celle du sud étant située en retrait des deux pavillons, et l'occidentale devenant une écurie[4]. Au XVIIIe siècle, l'écurie est supprimée et au siècle suivant, le bâtiment sud est lui aussi détruit[4].

Au début du XXIe siècle, le logis et les deux pavillons subsistent au nord, une dépendance orientale est bâtie en équerre vers le sud depuis le pavillon nord-est, vers le pavillon sud-est, et le quatrième pavillon (au sud-ouest) reste isolé[4]. Entre ces deux derniers, une grille et un petit muret ferment la cour d'honneur au sud, et un autre muret en fait autant à l'ouest.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les fontaines[modifier | modifier le code]

Dans le parc du château, parmi quatre fontaines datant de 1610 et représentant les quatre éléments : air, eau, feu et terre[11], deux n'avaient pas été détruites en 1633[2]. Celle qui représente l'eau est déplacée en Lot-et-Garonne en 1927, à Clairac, au château de Roche, dont le propriétaire était également celui de Sauvebœuf[12] ; pendant longtemps, il a été supposé que l'autre était partie aux États-Unis[2], jusqu'à la découverte, au début des années 2000, que la balustrade de la terrasse donnant sur la Vézère était constituée d'éléments de cette fontaine[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Panneau Sauvebœuf, extérieur à la propriété, situé en bordure de route, devant le parking, vu le 17 septembre 2016.
  2. a b c d et e Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 267
  3. a b c et d Le site web du château de Sauvebœuf (Histoire), consulté le 28 septembre 2016.
  4. a b c d e f g h et i Panneau no 1, Les châteaux de Sauvebœuf, situé dans le parc du château, vu le 17 septembre 2016.
  5. a et b Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3), p. 275.
  6. a b et c « Château de Sauvebœuf », notice no PA00082324, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 28 septembre 2016.
  7. a et b Jeanne Favalier, Charles-Antoine de Ferrières-Sauvebœuf, éd. Pilote 24, 2009, (ISBN 2-912347-84-X).
  8. Cependant, il semble avoir été mis en vente dès 1902 car on peut trouver une petite annonce dans le journal La Presse du 31 octobre 1902 : A Vendre, Château de Sauveboeuf. Vastes construct. en pierres de taille, XVIIe siècle, conservat. parfaite. Vaste terrasse sur les bords de la Vézère. Belle charmille, cour d'honneur, fontaine monumentale.160 hect. d'un seul tenant. 4 métairies. Site pittoresque. Chasse et pêche. Prix demandé 220,000 fr. disponible sur Gallica
  9. Valérie Desfrançois, « Sauvebœuf le château musée », Le journal du Périgord no 203, mars-avril 2013, p. 42-45.
  10. a et b Panneau no 5, La légende de Sauvebœuf, situé dans le parc du château, vu le 17 septembre 2016.
  11. Panneau no 3, Les fontaines ésotériques, situé dans le parc du château, vu le 17 septembre 2016.
  12. « Château de Roche », notice no PA00084091, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 26 septembre 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]