Aigues-Vives (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aigues-Vives.

Aigues-Vives
Aigues-Vives (Ariège)
Aigues-Vives au premier plan, Léran au second plan et le barrage de Montbel au fond
Blason de Aigues-Vives
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Pamiers
Canton Mirepoix
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mirepoix
Maire
Mandat
Christian Mascarenc
2014-2020
Code postal 09600
Code commune 09002
Démographie
Gentilé Aigues-Viveviens
Population
municipale
654 hab. (2016 en augmentation de 10,66 % par rapport à 2011)
Densité 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 59′ 51″ nord, 1° 52′ 35″ est
Altitude Min. 391 m
Max. 621 m
Superficie 5,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Aigues-Vives

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Aigues-Vives

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aigues-Vives

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aigues-Vives
Liens
Site web aiguesvives-mairie.fr

Aigues-Vives (Aigasvivas en occitan languedocien) est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Aigues-Vivesiens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Aigues-Vives se situe conjointement dans le pays d'Olmes et le Mirapicien, sur la route départementale 625 (ancienne route nationale 625) entre Mirepoix et Laroque-d'Olmes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Aigues-Vives[2]
Troye-d'Ariège
Limbrassac Aigues-Vives Léran
Tabre Laroque-d'Olmes Régat

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau du Countirou, qui prend sa source dans le village voisin de Tabre, traverse la commune d'Aigues-Vives, le long de la route départementale 625, et finit sa course dans l'Hers-Vif près de Mirepoix. Un certain nombre de ruisseaux traversent la commune et vont se jeter dans le Coutirou (notamment les ruisseaux de la fontaine de Toustou, de Couxou, de Ribalerie, de Saint-Paul)[3].

Le lac de Montbel situé à trois kilomètres au sud-est, est visible depuis les collines qui surplombent Aigues-Vives.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village se situe sur un territoire formé lors du tertiaire, sur un sol mêlant poudingue et molasse[4], sur des strates dites de poudingues de Palassou, placées sur la faille nord-pyrénéenne[5].

Aigues-Vives est environnée de plusieurs collines, la plus élevée étant à 630 m d'altitude, en bordure ouest de la commune. Le village en lui-même se trouve à 420 m en moyenne, le point le plus bas étant 391 m[3].

Sismicité et catastrophes[modifier | modifier le code]

Selon le décret no 2010-1255 du portant délimitation des zones de sismicité du territoire français, Aigues-Vives est exposée à un risque de niveau 3 (modéré)[6].

Les autres risques auxquels est exposée Aigues-Vives sont les feux de forêt, les risques industriels et les risques dus au transport de marchandises dangereuses[7]. Les catastrophes passées incluent la tempête de , les inondations et coulées de boue de et les coulées de boue de novembre-[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Aigues-Vives, de l'occitan Aigas Vivas (eaux vives) tient son nom des sources qui jaillissent des collines environnantes[9],[10]. Les formes anciennes Aygas vivas (1300), Aquisvivis (1377) et Aiguesvives (1801) sont également répertoriées[1].

Il y a quatre communes qui font référence à ce nom en France, mais aucune ne paraît d'origine romaine. C'est un vocable du haut Moyen Âge[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite d'Aigues-Vives date de 1301[10]. Le village est sous la dépendance de Mirepoix, qui se trouve a une dizaine de kilomètres au nord, jusqu'en 1329, date à laquelle Gaston de Lévis-Léran s'approprie le château ainsi que les terres attenantes ; le village restera possession des Lévis-Léran jusqu'à la Révolution[1].

Les principales industries au XXe siècle sont le peigne en corne et le textile, comme c'est le cas pour une grande partie du pays d'Olmes[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie d'Aigues-Vives.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De par son nombre d'habitants (supérieur à 100, inférieur à 499), la commune dispose d'un conseil municipal de 11 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[12]).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Ange Mendes    
mars 2008 En cours Christian Mascarenc DVG Retraité de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2016, la commune comptait 654 habitants[Note 1], en augmentation de 10,66 % par rapport à 2011 (Ariège : +0,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
333396404509410443423433441
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
410400411394383414368372351
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
318320288273256246232217209
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
210188197339462485498577649
2016 - - - - - - - -
654--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (28,3 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,2 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 26,5 %, plus de 60 ans = 14,6 %) ;
  • 47,8 % de femmes (0 à 14 ans = 17,2 %, 15 à 29 ans = 9,7 %, 30 à 44 ans = 23,9 %, 45 à 59 ans = 30,7 %, plus de 60 ans = 18,5 %).
Pyramide des âges à Aigues-Vives en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
1,3 
1,5 
75 à 89 ans
6,3 
13,1 
60 à 74 ans
10,9 
26,5 
45 à 59 ans
30,7 
21,9 
30 à 44 ans
23,9 
15,0 
15 à 29 ans
9,7 
21,9 
0 à 14 ans
17,2 
Pyramide des âges du département de l'Ariège en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
9,3 
75 à 89 ans
12,7 
15,8 
60 à 74 ans
16,5 
22,3 
45 à 59 ans
21,0 
19,5 
30 à 44 ans
18,9 
15,6 
15 à 29 ans
13,9 
16,9 
0 à 14 ans
15,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Aigues-Vives dispose d'une école maternelle et primaire, qui compte 68 élèves (pour l'année scolaire 2010-2011)[19].

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs structures sportives existent à Aigues-Vives : un club de football, de gymnastique, de Tai-chi-chuan, un vélo-club ainsi qu'un centre de loisirs qui accueille un club de karting et une piste de mini-golf[10].

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a ni pharmacie, ni médecin à Aigues-Vives, les plus proches se trouvant à Laroque-d'Olmes soit à environ trois kilomètres. Le centre hospitalier le plus proche, quant à lui, se situe sur Lavelanet à sept kilomètres.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 17 598 , ce qui plaçait Aigues-Vives au 14 462e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[20].

Emploi, entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage en 2007 était de 13.6 %, légèrement plus haut chez les femmes que sur les hommes[21].

Plusieurs entreprises du bâtiment, notamment de maçonnerie, de peinture existent à Aigues-Vives, mais aussi une entreprise de tissage et une entreprise de création de sites web. Un traiteur asiatique exerce également, sans oublier le camping et le club de karting[22].

L'agriculture et l'élevage est un autre pan des activités d'Aigues-Vives : des céréales (blé), du fourrage et des vignes sont cultivés, tandis que bovins et ovins sont élevés. Les forêts proches sont également exploitées, et sont riches en champignons[23].

Projet de parc éolien[modifier | modifier le code]

Un projet de création d’un parc éolien sur les crêtes de la serre du tut a été lancé, puis abandonné[24], en raison d’une vive opposition, notamment de la part de l’Association pour la Préservation du Tourisme et des Sites du Pays des Pyrénées Cathares[25].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Une colonne, avec un socle à section carrée, surmontée d'une statue de la Vierge[réf. nécessaire], se trouve sur le parking près de l'église. Elle fait environ quatre mètres de haut.
  • Fontaine ancienne avec dispositif de pompage à manivelle, hors d'état d'usage.
Fontaine ancienne au centre du village.
  • Cabanes en pierre sèche en ruine, anciennement utilisées par les agriculteurs.
  • Le Lac de Montbel se trouve à 5 kilomètres au sud-est.
  • L'écomusée du camping de la Serre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Faust Nadal, médecin colonial. Né le mardi à Aigues-Vives, décédé le dimanche à Souk El Arba (Tunisie). Médecin-chef de l'hôpital de Souk El Arba, il crée une maternité et une école enseignant les méthodes d'accouchement. Conseiller municipal de Souk El Arba, Membre du Conseil régional de Bizerte.
  • Jean Pélissier (1883-1939), historien, sociologue, journaliste né à Aigues-Vives

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Aigues-Vives

Blasonnement :
« D'or à deux pals de sinople et au chef du même. »[1]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire et patrimoine en Pays de Mirepoix, Office de tourisme de Mirepoix, , p. 115 à 119.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Jean-Jacques Pétris, « Aigues-Vives », sur le site de l'association Histariège (consulté le 3 juin 2011).
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a et b « Carte IGN », sur Geoportail - le portail des territoires & des citoyens (consulté le 3 juin 2011)
  4. [PDF] « Carte géologique simplifiée de l'Ariège », sur le site de la mairie de Vira (consulté le 3 juin 2011)
  5. « Répartition des corps ultra-basiques le long de la chaîne des Pyrénées », sur le site de l'académie de Toulouse (consulté le 3 juin 2011)
  6. [PDF] « Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français, dans les régions Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées », sur le site Légifrance (consulté le 3 juin 2011)
  7. « Base Gaspar - Risques pour le département ARIÈGE », sur le site prim.net du ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement (consulté le 3 juin 2011)
  8. « Risques pour Aigues-Vives », sur le site prim.net du ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement (consulté le 25 mai 2011)
  9. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Formations non romanes ; formations dialectales : Étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 2, Genève, Librairie Droz, , 1381 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne), p. 1064
  10. a b c et d « Page d'accueil », sur le site de la mairie d'Aigues-Vives (consulté le 16 mai 2011)
  11. Carte archéologique de la Gaule romaine - Parties 8 à 10 - Page 219.
  12. (fr) « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. « Évolution et structure de la population à Aigues-Vives en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mai 2011)
  18. « Résultats du recensement de la population de l'Ariège en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mai 2011)
  19. « Annuaire des établissements scolaires publics », sur education.gouv.fr (consulté le 27 mai 2011)
  20. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 3 juin 2011)
  21. « EMP T4 - Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans », sur le site de l'Insee (consulté le 6 juin 2011)
  22. « Activités Locales », sur le site Web de la mairie (consulté le 6 juin 2011)
  23. Michel de La Torre, Ariège : Le guide complet des 332 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 978-2-7399-5009-2)
  24. « Présentation du projet », sur eolien-cathare09.org (consulté le 10 mai 2012)
  25. Laurence Cabrol, « Vent de révolte en pays cathare contre l'éolien industriel », sur AriègeNews, (consulté le 10 mai 2012)
  26. « Fonts bastismaux », sur la base Palissy, Ministère de la Culture (consulté le 1er juin 2011).
  27. « Aigues-Vives : plaque commémorative de l'église », sur Memorialgenweb.org.