Roquefort-les-Cascades

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roquefort.
Roquefort-les-Cascades
Une cascade de la Turasse.
Une cascade de la Turasse.
Blason de Roquefort-les-Cascades
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Pamiers
Canton Pays d'Olmes
Intercommunalité Pays d'Olmes
Maire
Mandat
Dominique Déom
2014-2020
Code postal 09300
Code commune 09250
Démographie
Gentilé Roquefortiens
Population
municipale
93 hab. (2014 en diminution de 6,06 % par rapport à 2009)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 57′ 43″ nord, 1° 45′ 24″ est
Altitude Min. 433 m
Max. 880 m
Superficie 7,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Pyrénées
City locator 14.svg
Roquefort-les-Cascades

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Roquefort-les-Cascades

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roquefort-les-Cascades

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roquefort-les-Cascades

Roquefort-les-Cascades est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Roquefortiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans les Pyrénées massif du Plantaurel entre Foix et Lavelanet

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’argent à la bande camponnée de gueules et d’or.
Commentaires : On remarquera que le blason est identique à celui de Ilhat, les deux communes étant liées par le passé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Dominique Déom   Agriculteur
mars 2001 2008 Louis Cazenave    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2014, la commune comptait 93 habitants[Note 1], en diminution de 6,06 % par rapport à 2009 (Ariège (département) : +0,96 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
401 393 423 371 411 397 402 420 407
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
409 415 403 384 409 376 367 328 304
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
262 246 238 190 196 183 156 149 152
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
125 115 99 105 114 107 101 96 93
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cascade de la Turasse.
Cascade de la Turasse
Cascade de la Turasse.

Les cascades de la Turasse sont une véritable curiosité géologique naturelle. Sur trente mètres de hauteur, les cascades ont produit un phénomène rare et très fragile : une tufière ou cascade pétrifiante. Le tuf est un calcaire pulvérulent et friable, de couleur blanche à beige. L'eau des sources de la Turasse étant particulièrement calcaire, le tuf se dépose sur les mousses et les morceaux de bois sous la forme d'une croûte. La disparition de ces débris végétaux, par fermentation donne en partie à la roche sa texture poreuse rappelant celle d'une éponge[5].

A proximité se trouvent les vestiges du château de Roquefort, le château de Teyrac, dont subsistent un mur et quelques constructions que l'on ne voit pas du village. On y accède par une petite randonnée de 1 heure 30 environ aller retour, au départ de l'église du Carol.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  5. Luc Villalba, « Visite virtuelle des cascades », sur Google Maps, (consulté le 7 août 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]